English Français
Aidez maintenant !

Sites archéologiques de Mycènes et de Tirynthe

Archaeological Sites of Mycenae and Tiryns

The archaeological sites of Mycenae and Tiryns are the imposing ruins of the two greatest cities of the Mycenaean civilization, which dominated the eastern Mediterranean world from the 15th to the 12th century B.C. and played a vital role in the development of classical Greek culture. These two cities are indissolubly linked to the Homeric epics, the Iliad and the Odyssey , which have influenced European art and literature for more than three millennia.

Sites archéologiques de Mycènes et de Tirynthe

À Mycènes et à Tirynthe subsistent les ruines imposantes des deux plus grandes cités de la civilisation mycénienne, qui domina le monde de la Méditerranée orientale du XVe au XIIe siècle avant J.-C. et qui joua un rôle essentiel dans le développement de la culture de la Grèce classique. Ces deux cités sont indissolublement liées aux épopées homériques de l'Iliade et de l'Odyssée dont la profonde influence sur la littérature et les arts persiste depuis plus de trois millénaires.

مواقع ميسناي و تيرينز الأثرية

تتوافر في كلي ميسناي وتيرينز الآثار البارزة لإحدى أكبر مدينتين في الحضارة الموكينية التي سيطرت على عالم المتوسط الشرقي من القرن الخامس عشر حتى القرن الثاني عشر قبل الميلاد، والتي لعبت دوراً أساسياً في تطور ثقافة اليونان الكلاسيكية. إنّ هاتين المدينتين هما دائماً متصلتان اتصالاً وثيقاً في الحقبات الهوميرية التي تجسدها ملحمتا الإلياذة والأوديسيه صاحبتا الأثر العميق على الأدب العالمي منذ أكثر من ثلاثة آلاف سنة.

source: UNESCO/ERI

迈锡尼和提那雅恩斯的考古遗址

迈锡尼和提那雅恩斯是迈锡尼文明两座最伟大的城市,其遗址也十分壮观。公元前15世纪至公元前12世纪,迈锡尼文明盛行于地中海东部,在古希腊文化的发展中发挥了重要作用。这两座城市还与荷马史诗《伊利亚特》和《奥德赛》有着密切的关联,而这两部史诗对欧洲艺术和文学的影响则持续了3000多年。

source: UNESCO/ERI

Археологические памятники Микен и Тиринфа

Археологические памятники Микен и Тиринфа – это величественные руины двух наиболее значительных городов Микенской цивилизации, которая доминировала в Восточном Средиземноморье в ХV-ХII вв. до н.э., и сыграла жизненно важную роль в развитии классической древнегреческой культуры. Эти два города, бесспорно, связаны с эпосами Гомера «Илиадой» и «Одиссеей», оказывавшими влияние на искусство и литературу Европы на протяжении более трех тысячелетий.

source: UNESCO/ERI

Sitios arqueológicos de Micenas y Tirinto

En estos sitios arqueológicos se hallan las impresionantes ruinas de dos de las ciudades más importantes de la civilización micénica, que dominó la región del Mediterráneo oriental entre los siglos XV y XII a.C. y desempeñó un papel esencial en el desarrollo de la cultura de la Grecia clásica. Las ciudades de Micenas y Tirinto están indisolublemente unidas a las dos epopeyas homéricas, la Ilíada y la Odisea, cuya influencia en la literatura y las artes europeas perdura desde hace tres milenios.

source: UNESCO/ERI

ミケーネとティリンスの古代遺跡群

source: NFUAJ

Archeologische steden Mycene en Tiryns

De Myceense beschaving heeft zich ontwikkeld op het Griekse vasteland in de late bronstijd (16e eeuw voor Christus). De archeologische plaatsen van Mycene en Tiryns bestaan uit de indrukwekkende ruïnes van de twee grootste steden van de Myceense beschaving. Deze domineerden het oostelijk Middellandse Zeegebied van de 15e tot de 12e eeuw voor Christus en speelden een belangrijke rol in de ontwikkeling van de klassieke Griekse cultuur. De twee steden zijn onlosmakelijk verbonden met de Homerische epen, de Ilias en de Odyssee, die van invloed waren op de Europese kunst en literatuur gedurende meer dan drie millennia.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
© B. Doucin & L. Lalait
Justification d'inscription

Critère (i) : L’architecture et la conception de Mycènes et Tirynthe, avec, par exemple, la porte des Lions, le trésor d’Atrée à Mycènes et les murailles de Tirynthe, sont des exemples remarquables du génie créateur de l’homme.

Critère (ii) : La civilisation mycénienne, telle que l’illustrent Mycènes et Tirynthe, a eu un profond impact sur le développement de l’architecture grecque classique et de l’urbanisme, et par conséquent également sur les formes culturelles contemporaines.

Critères (iii) et (iv) : Mycènes et Tirynthe représentent l’apogée de la civilisation mycénienne, qui a posé les fondations de l’évolution des cultures européennes ultérieures.

Critère (vi) : Mycènes et Tirynthe sont indissolublement liées aux épopées homériques l’Iliade et l’Odyssée, dont la profonde influence sur la littérature européenne et les arts perdure depuis plus de trois millénaires.

Description longue

Mycènes et Tirynthe illustrent l'apogée de la civilisation mycénienne qui est à la base des cultures européennes plus tardives, et notamment de l'architecture et de l'urbanisme grec d'époque classique, dont l'influence s'est exercée si profondément sur nos cultures contemporaines. De plus, ces deux sites sont indissolublement liés aux poèmes épiques d'Homère, L'Iliade et L'Odyssée , qui ont eu une influence importante sur la littérature et les arts européens pendant plus de trois millénaires.

La civilisation mycénienne s'est développée sur le continent grec à la fin de l'âge du bronze (XVIe  siècle av. J.-C.). Elle s'inscrit pour l'essentiel dans la continuité de la culture helladique moyenne, transformée par les apports minoens de Grèce. Notre connaissance de ses deux époques anciennes, la I (vers 1580-1500 av. J.-C.) et la II (vers 1500-1400 av. J.-C.), procède essentiellement des tombes, et notamment des tombes à fosse de Mycènes. La fin de la période II vit le développement de types de tombes plus élaborées : de plus grandes tombes à chambre pour les familles, et des tombes en forme de ruche (tholos) pour les membres de la famille royale. L'apogée de la civilisation mycénienne correspond à sa période III (vers 1400-1120 av. J.-C.), marquée par la construction de citadelles puissantes et de vastes palais. Vers la fin de cette période, les Mycéniens adoptèrent une écriture connue sous le nom de linéaire B ; la langue utilisée était une forme précoce de grec, qui confirme qu'ils étaient à l'origine des Indo-Européens parlant le grec. Leur organisation politique était une monarchie autocrate dont le souverain, connu sous le nom de wanax , administrait son territoire par l'intermédiaire d'une hiérarchie complexe de représentants officiels. Il existait une classe spéciale de prêtres et de prêtresses. Le peuple était organisé selon un système complexe de classes, et l'esclavage y était largement pratiqué.

Les fouilles ont permis d'établir que le site de Mycenae a été occupé à partir du néolithique (vers 4000 av. J.-C.). Au cours de la période helladique moyenne une nécropole se développa sur les pentes méridionales de la colline ; elle comportait notamment le cercle de tombeaux B (du XVIIe  siècle av. J.-C.) et le cercle de tombeaux A (XVIe  siècle av. J.-C.). Le palais, construit au sommet de la colline, est entouré de puissants murs cyclopéens édifiés en trois phases (vers 1350, 1250 et 1225 av. J.-C.). Au cours de la dernière phase, la citerne souterraine fut également fortifiée. Une série de tombes à tholos fut construite sur les pentes sud et sud-ouest de la colline au cours de la période mycénienne : la tombe dite d'Égisthe (vers 1500 av. J.-C.), la tombe à tholos du Lion (vers 1350 av. J.-C.), la tombe de Clytemnestre (vers 1220 av. J.-C.) et surtout le Trésor d'Atrée, construit à quelque distance des précédentes. Quatre grands édifices, dont on pense qu'ils étaient des ateliers royaux, furent construits au XIIIe  siècle près du cercle de tombeaux B. Le palais fut abandonné à la fin du XIIe  siècle av. J.-C., et un grand nombre d'édifices ont été endommagés par un incendie. Toutefois, le site demeura occupé jusqu'en 498 av. J.-C., lorsqu'il fut conquis par Argos, et ses habitants chassés. Le sommet de la colline fut alors nivelé pour y construire un temple de style archaïque. Le site fut réoccupé pour peu de temps au cours de la période hellénistique, durant laquelle un autre temple y fut édifié, et un théâtre construit au-dessus de la tombe de Clytemnestre. Lorsque le voyageur grec Pausanias visita Mycènes au IIe  siècle apr. J.-C., la ville était abandonnée depuis de très nombreuses années.

Comme à Mycènes, la plus ancienne occupation humaine connue à Tiryns remonte à la période néolithique. Les plus anciens vestiges architecturaux, dans la citadelle supérieure, remontent au début de l'âge du bronze (vers 3000 av. J.-C.). Cette zone a été nivelée à l'âge du bronze moyen pour la construction de nouveaux édifices. Tirynthe a connu son apogée au cours de l'époque mycénienne. Un nouveau complexe palatial fortifié y fut construit au XIVe  siècle av. J.-C. La muraille fut agrandie au début du siècle suivant, et la citadelle basse également fortifiée. Le site fut reconstruit à la suite d'un tremblement de terrre et d'un incendie, les nouvelles défenses englobant une aire de 20  ha ; en dehors de la muraille, les faubourgs couvraient une extension de plus de 25 ha. Le destin de Tirynthe fut analogue à celui de Mycènes, dans le grand mouvement de déclin de la civilisaiton mycénienne. Mais le site ne fut complètement abandonné qu'au Ve  siècle av. J.-C., avec la déportation de ses habitants ; la ville avait alors perdu tout son pouvoir et son influence.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

La civilisation mycénienne s'est développée sur le continent hellénique à l'âge du Bronze récent (XVIe siècle avant J.-C.) Il s'agissait essentiellement de la continuation de la culture de l'Helladique moyen, transformée par les influences minoennes venues de Crête.

Les connaissances de ses deux périodes plus anciennes, les périodes I (vers 1580-1500 avant J.-C.) et II (vers 1500-1400 avant J.-C.) viennent principalement des tombes, et particulièrement des tombes à fosse de Mycènes. Vers la fin de la période II, des types de tombe plus élaborés se développèrent - grandes tombes à chambres funéraires pour les familles et sépultures royales en forme de ruche (tholos).

Mais c'est à la période III que la civilisation mycénienne connut son apogée (vers 1400-1120 avant J.-C.), à l'époque de la construction de fortifications imposantes et de palais élaborés. Vers la fin de cette période, une écriture connue sous le nom de linéaire B fit son apparition ; il fut prouvé que le langage utilisé était une forme ancienne de grec, ce qui confirma que les Mycéniens parlaient un dialecte grec d'origine indoeuropéenne. La structure politique était une monarchie autocratique, dont le souverain était connu sous le nom de wanax ; ce dernier administrait son territoire à l'aide d'une structure hiérarchique de représentants officiels. On observait en outre une classe à part composée de prêtres et de prêtresses. Le peuple était organisé selon un système complexe de classes, et l'esclavage était monnaie courante.

Des fouilles ont montré que le site de Mycènes était occupé depuis le néolithique (vers 4000 avant J.-C.). Au cours de la période de l'Helladique moyen, un cimetière fut établi sur le versant sud de la colline naturelle, lequel incluait le cercle des tombeaux B (daté du XVIIe siècle avant J.-C.) et le cercle des tombeaux A (XVIe siècle avant J.-C.). Le palais fut érigé au sommet de la colline et entouré de massives murailles cyclopéennes, en trois phases (vers 1350, 1250 et 1225 avant J.-C., respectivement). Pendant la dernière étape, la citerne souterraine fut elle aussi fortifiée.

Une série de sépultures à tholos fut construite sur les versants sud et sud-ouest de la colline à l'époque mycénienne : la tombe dite tombe d'Égisthe (vers 1500 avant J.-C.), la tombe à tholos des Lions (vers 1350 avant J.-C.), la tombe de Clytemnestre (vers 1220 avant J.-C.) et, enfin, le trésor d'Atrée, à une certaine distance des autres sépultures. Quatre grands édifices, dont on pense qu'ils étaient les ateliers royaux, furent construits au XIIIe siècle avant J.-C. à proximité du cercle des tombeaux B.

Le palais fut pour sa part abandonné à la fin du XIIe siècle avant J.-C. et certains édifices furent endommagés par le feu. Toutefois, le site resta occupé jusqu'en 498 avant J.-C., date à laquelle il fut conquis par Argos, qui expulsa ses habitants. Le sommet de la colline fut alors nivelé afin de permettre la construction d'un temple archaïque. Le site fut brièvement occupé à nouveau pendant la période hellénistique, qui vit la construction d'un autre temple et d'un théâtre, érigé sur la tombe de Clytemnestre. Lorsque le voyageur grec Pausanias visita Mycènes, au IIe siècle après J.-C., elle était totalement désertée depuis déjà de nombreuses années.

À l'instar de Mycènes, la première occupation humaine connue à Tirynthe remonte au néolithique. Les plus anciens vestiges architecturaux, dans l'enceinte supérieure, datent du début de l'âge du Bronze (vers 3000 avant J.-C.). Cette zone accueillit de nouveaux édifices à l'âge du Bronze moyen (1900-1600 avant J.- C.).

Tirynthe connut la prospérité sous l'ère mycénienne. Un nouveau palais fortifié fut construit au XIVe siècle avant J.-C. Les ouvrages défensifs furent agrandis au début du XIIIe siècle avant J.-C, et l'enceinte inférieure fut elle aussi fortifiée. À la suite d'un tremblement de terre et d'un incendie, le site fut reconstruit, les nouvelles fortifications clôturant une zone de 20 hectares ; quant à la ville extra-muros, elle couvrait plus de 25 hectares.

Avec le déclin de la civilisation mycénienne, Tirynthe et Mycènes connurent un sort identique. Tirynthe ne fut abandonnée qu'à l'expulsion du Ve siècle avant J.-C., mais elle avait déjà, à cette époque, dû renoncer à son pouvoir et à son influence.

Source : évaluation des Organisations consultatives