English Français
Aidez maintenant !

Art rupestre du Valcamonica

Rock Drawings in Valcamonica

Valcamonica, situated in the Lombardy plain, has one of the world's greatest collections of prehistoric petroglyphs – more than 140,000 symbols and figures carved in the rock over a period of 8,000 years and depicting themes connected with agriculture, navigation, war and magic.

Art rupestre du Valcamonica

Dans la plaine de Lombardie, le val Camonica recèle un des ensembles les plus denses de pétroglyphes préhistoriques. Plus de 140 000 signes et figures, qui furent gravés dans le rocher pendant huit millénaires, évoquent les travaux des champs, la navigation, la guerre et la magie.

المنحوتات الصخرية في فالكامونيكا

في سهل لومبارديا، يحوي وادي فالكامونيكا إحدى المجموعات الأكثر كثافة من مجموعات ما قبل التاريخ للنقش على الحجر. فأكثر من 140 ألف إشارة ورسم حفرت في الصخر على مدى ثمانية ألآف سنة تشير إلى أعمال زراعة الحقول، والإبحار، والحروب والسحر.

source: UNESCO/ERI

梵尔卡莫尼卡谷地岩画

在位于伦巴第平原上的梵尔卡莫尼卡谷地,有一批最壮观的史前岩石雕刻群。在持续约8000年的历史中,岩石上刻满了超过14万幅的符号和图案,这些图案描绘的主题是农业、航海、战争和魔法。

source: UNESCO/ERI

Наскальная живопись в Валь-Камонике

В Валь-Камонике, расположенной на Ломбардской равнине, сосредоточено одно из крупнейших в мире собраний доисторических петроглифов. Свыше 140 тыс. символов и фигур высекались на скалах в течение 8 тыс. лет, их сюжеты связаны с сельским хозяйством, мореходством, военными конфликтами и верованиями.

source: UNESCO/ERI

Arte rupestre de Val Camónica

Situado en la planicie de Lombardía, el sitio de Val Camónica alberga uno de los conjuntos más densos de petroglifos prehistóricos descubiertos hasta la fecha. Más de 140.000 figuras y símbolos esculpidos en la roca a lo largo de 8.000 años muestran escenas de faenas agrícolas, navegación, guerra y magia.

source: UNESCO/ERI

ヴァルカモニカの岩絵群

source: NFUAJ

Rotstekeningen in Valcamonica

Valcamonica – in de vlakten van Lombardije – bezit één van ’s werelds grootste verzamelingen prehistorische rotstekeningen bestaande uit meer dan 140.000 symbolen en figuren in rots gekerfd gedurende een periode van 8.000 jaar. Het zijn afbeeldingen van thema's die verband houden met landbouw, navigatie, oorlog en magie. De verzameling is bijzonder vanwege het aantal, de duur en de verscheidenheid van de gravures en hun relatie met hedendaagse archeologische sites. Bovendien verbindt de ruim 8.000 jarige voortzetting van graveren (van het Mesolithicum via de Romeinse tot de middeleeuwse periodes, en in sommige gevallen tot de moderne tijd) deze buitengewone uiting van menselijke creativiteit met hedendaagse gemeenschappen.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
© Elisabetta Roffia
Valeur exceptionnelle

L'art rupestre du Valcamonica, comprenant plus de 140 000 gravures sur 2 400 roches environ, disséminées sur les deux flancs d'une seule et même vallée, constitue un exemple exceptionnel de cette forme de manifestation de la pensée humaine.

Le nombre, l'âge et la variété de gravures illustrant, par exemple, des scènes de navigation, de danse, de guerre, de labours, de même que leur relation avec des sites archéologiques contemporains contribuent à la valeur exceptionnelle de cet ensemble. De surcroît, la pérennité apparente de la pratique de la gravure, qui se poursuivit sur plus de 8 000 ans, de l'Épipaléolithique jusqu'aux périodes romaine et médiévale, et parfois même jusqu'à l'époque moderne, relie cette expression extraordinaire de la créativité humaine aux communautés d'aujourd'hui.

Critère (iii) : L'art rupestre du Valcamonica s'échelonne dans le temps sur les 8 millénaires qui précèdent notre ère. Il n'est pas besoin d'insister sur le caractère éminemment précieux des manifestations humaines remontant à une si haute antiquité.

Critère (vi) : L'art rupestre du Valcamonica constitue une extraordinaire documentation figurée sur les mœurs et les mentalités préhistoriques. Le déchiffrage, le classement typologique et l'étude chronologique de ces pétroglyphes aboutissent à un apport considérable dans les domaines de la préhistoire, de la sociologie et de l'ethnologie.

Description longue

Les gravures rupestres du Valcamonica, qui s'étendent sur quelque 70 km, sont une extraordinaire illustration des coutumes et des mentalités de l'époque préhistorique. L'interprétation systématique, le classement topographique et l'étude chronologique de ces œuvres rupestres ont apporté une contribution majeure aux domaines de la préhistoire, de la sociologie et de l'ethnologie.

Le Valcamonica conserve le plus grand complexe de gravures rupestres de l'Italie subalpine. Quelque 250 000 pétroglyphes illustrant des scènes d'agriculture, de navigation de guerre ou de magie y ont été dessinés en extérieur, sur des centaines de rochers. La zone où ces gravures sont les plus nombreuses est la partie inférieure de la vallée située entre les pics de Concarena et de Pizzo Badile Camuno.

On peut distinguer différentes périodes de gravures, qui correspondent à l'évolution de la société du Valcamonica :

Paléolithique supérieur (vers 8000 av. J.-C.) : scènes de chasse et des débuts de la civilisation.

Néolithique (4000-3000 av. J.-C.) : les premières peintures de nature religieuse apparaissent vers la fin de la période de glaciation ; la figure humaine et les représentations de la vie quotidienne deviennent alors fondamentales. Cette période représente l'apogée de l'art de la vallée.

Chalcolithique (3000-2000 av. J.-C.) : la qualité des dessins s'améliore, et presque tous sont désormais des narrations très détaillées de scènes de chasse et de scènes de la vie rurale. L'apparition de rituels d'initiation féminine constitue à cette époque une innovation très importante.

Après 1000 av. J.-C., les habitants de cette région, cessant d'être isolés, commencèrent à entrer en contact avec de nouveaux peuples contre lesquels ils durent souvent défendre leur territoire. À l'apogée de cet art, les gravures représentent des scènes de batailles, des huttes, des chariots, des moissons et des armes ; il commença ensuite à décliner.

Les premières gravures rupestres remontent à l'intervalle climatique préboréal du VIIIe millénaire, qui était caractérisé par une dense forêt de pins et de bouleaux. Les premiers chasseurs des tribus locales vivaient en groupes sur les collines, et non dans la vallée, spécialement pendant la fonte des neiges, alors que les glissements de terrain étaient fréquents.

Le Valcamonica fut occupé par les Romains jusqu'en 476 apr. J.-C. Il existait dans cette région des mines de fer dont les artisans celtiques savaient tirer un métal de très grande qualité. Les habitants de cette zone reçurent une autonomie gouvernementale totale, et la citoyenneté romaine. Même au cours de l'époque romaine, le Valcamonica fut cependant l'objet de raids de la part des Barbares. Les Héruliens s'y installèrent après la chute de l'Empire romain, bientôt suivis par les Ostrogoths qui y causèrent des dommages considérables en 542.

Les Lombards furent maîtres de la vallée entre 568 et 774, qui fut alors conquise par les Francs. Les Bénédictins, envoyés dans la vallée pour diffuser le christianisme auprès des communautés locales, y construisirent des églises et des maisons de retraite pour aider les nécessiteux. Autour de 1000, la communauté d'agriculteurs commença à développer une identité propre et à revendiquer son autonomie. C'est alors que naquirent les vicinie, des associations de voisins (vicini). Les communes firent leur apparition après 1164, avec l'approbation de l'empereur. À partir de 1428, le Valcamonica passa sous le contrôle de la République de Venise, mais Milan et Venise se disputèrent sa possession pendant le quart de siècle suivant.

L'économie florissante du Valcamonica se fondait sur la production de laine par les moines, mais l'économie pastorale y était également importante, notamment dans les hautes vallées. Les villages qui possédaient des mines de fer gagnèrent en importance. Brescia fut prise par les Français en 1769 et le Valcamonica, prenant le nom de Cantone della Montagna, fut subdivisé en sept communes. La circonscription de Serio, formée en 1797, regroupait celles de la rive droite de l'Oglio, tandis que les communes de la rive gauche passèrent sous l'autorité de Brescia. En 1801, tout le Valcamonica s'affranchit de la tutelle de Brescia et de Serio. L'agriculture et l'élevage souffrirent considérablement sous la domination napoléonienne. L'Autriche réannexa la vallée à Serio. Entre 1815 et 1818, le Valcamonica fut frappé par la famine et par la peste. Au début de la période du royaume d'Italie, les 52 communes furent réparties entre les trois districts de Breno, Edolo et Pisogne, avec Breno pour district principal.

Source : UNESCO/CLT/WHC