jump to the content

L'église et le couvent dominicain de Santa Maria delle Grazie avec « La Cène » de Léonard de Vinci

Church and Dominican Convent of Santa Maria delle Grazie with “The Last Supper” by Leonardo da Vinci

The refectory of the Convent of Santa Maria delle Grazie forms an integral part of this architectural complex, begun in Milan in 1463 and reworked at the end of the 15th century by Bramante. On the north wall is The Last Supper, the unrivalled masterpiece painted between 1495 and 1497 by Leonardo da Vinci, whose work was to herald a new era in the history of art.

L'église et le couvent dominicain de Santa Maria delle Grazie avec « La Cène » de Léonard de Vinci

Partie intégrante d'un ensemble architectural édifié à Milan à partir de 1463 et remanié à la fin du XVe siècle par Bramante, le réfectoire du couvent de Sainte-Marie-des-Grâces conserve sur sa paroi nord un chef-d'œuvre incontesté, La Cène, peint de 1495 à 1497 par Léonard de Vinci, qui a ouvert une ère nouvelle dans l'histoire de l'art.

كنيسة سيدة النعم والدير الدومينيكي التابع لها مع رسم

تشكل قاعة طعام دير سيدة النعم جزءًا لا يتجزأ من مجموعة هندسية شيِّدت في ميلانو ابتداءً من العام 1463 وأُصلحت في نهاية القرن الخامس عشر على يد برامانت وهي تحتفظ على جدارها الشمالي بتحفة لا متنازع عليها، هي العشاء السري ، الذي رسمه ليوناردو دا فنتشي بين العامين 1495 و1497 وهي تحفة فتحت أبواب حقبة جديدة من تاريخ الفن.

source: UNESCO/ERI

绘有达•芬奇《最后的晚餐》的圣玛丽亚感恩教堂和多明各会修道院

圣玛丽亚感恩修道院的餐厅是这个建筑群不可分割的组成部分,它地处米兰城,始建于1463年,15世纪末意大利建筑设计师布拉曼特对之进行了改造。该建筑的北墙上,至今仍然保存着莱昂纳多·达·芬奇完成于1495至1497年两年间的无以伦比的代表作《最后的晚餐》。达·芬奇的作品宣告了艺术史上一个新世纪的到来。

source: UNESCO/ERI

Церковь и доминиканский монастырь Санта-Мария-делла-Грацие c фреской Леонардо да Винчи

Трапезная монастыря Санта-Мария-делла-Грацие представляет неотъемлемую часть этого архитектурного комплекса, основанного в Милане в 1463 г. и перестроенного в конце XV в. архитектором Браманте. На северной стене находится «Тайная вечеря» – непревзойденный шедевр, созданный в 1495-1497 гг. Леонардо да Винчи, чье творчество провозгласило новую эру в истории искусства.

source: UNESCO/ERI

Iglesia y convento dominico de Santa Maria delle Grazie con “La Cena” de Leonardo de Vinci

Construido en Milán a partir del año 1463 y reformado por Bramante a finales del siglo XV, el conjunto arquitectónico del convento de Santa Maria delle Grazie alberga en la pared norte de su refectorio una obra maestra sin parangón en el mundo: el fresco de “La última cena”, pintado entre 1495 y 1497 por Leonardo da Vinci, que abrió una nueva era en la historia del arte.

source: UNESCO/ERI

レオナルド・ダ・ヴィンチの「最後の晩餐」があるサンタ・マリア・デッレ・グラツィエ教会とドメニコ会修道院

source: NFUAJ

Kerk en Dominicaans klooster van Santa Monica delle Grazie

De refter van het Santa Maria delle Grazie klooster vormt een integraal onderdeel van dit architecturale complex in Milaan. In 1463 is de bouw hiervan gestart en aan het einde van de 15e eeuw werd het complex bewerkt door Bramante. Op de noordelijke muur is het ongeëvenaarde meesterwerk ‘Het Laatste Avondmaal’ afgebeeld, geschilderd tussen 1495 en 1497 door Leonardo da Vinci, wiens werk een nieuw tijdperk inluidde in de kunstgeschiedenis. De afbeelding van Da Vinci toont het moment direct nadat Christus zei: “Eén van jullie zal mij verraden”. De 12 apostelen reageerden hier verschillend op en hun bewegingen en uitdrukkingen zijn prachtig uitgebeeld in het werk.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
© OUR PLACE The World Heritage Collection
Description longue

La ville de Milan, fondée par les Celtes, a connu quatre périodes particulièrement brillantes. Entre le IVe et le Ve siècle, elle fut la capitale de l'Empire romain d'Occident, et devint l'un des centres du nouveau monde chrétien. La période comprise entre le XIe et le XIIIe siècle a été marquée par la constitution et la consolidation des « communes libres » qui s'imposèrent vite sur les territoires environnants, et conduisirent la lutte pour la liberté contre les souverains germains qui mena à la bataille de Legnano (1176). Entre le XIVe et le XVIe siècle, la ville, gouvernée par les Visconti, puis par les Sforza, fut le centre du duché de Milan qui fut occupé d'abord par les Français, puis par les Espagnols. Au cours de la Renaissance, Gian ler Visconti, Francesco Sforza et Ludovico il Moro réalisèrent leurs principaux monuments, le Duomo, le Castello Sforzesco, Santa Maria delle Grazie et San Satiro. Deux grands artistes, Bramante et Léonard de Vinci, étaient alors particulièrement actifs. Milan devint progressivement une ville moderne, et l'on commença au XIXe siècle à y construire de magnifiques palais néoclassiques. Devenu la capitale du royaume d'Italie sous Napoléon, il fut au cœur d'un mouvement patriotique au cours du Risorgimento.

En 1463, le capitaine des troupes de Francesco Sforza donna aux Dominicains un terrain sur lequel se trouvait un cloître dont les fresques représentaient la Madonna delle Grazie. Les moines demandèrent à Guiniforte Solari de construire une église et un couvent, et le travail commença en 1463. Le nouveau seigneur de Milan, Ludovico il Moro, fit détruire l'abside et le presbytère pour agrandir l'église, et chargea Donato Bramante de superviser les travaux. Bramante, qui venait d'Urbino, agrandit l'église et lui ajouta de grandes absides semi-circulaires, une belle coupole à tambour entouré de colonnes, un magnifique cloître et un réfectoire.

La fresque, commandée à Léonard de Vinci en 1495, fut terminée en 1497. Le peintre choisit de représenter le moment immédiatement postérieur à celui où le Christ déclara « l'un de vous me trahira ». Les douze apôtres réagissent de différentes manières : leurs mouvements et leurs expressions ont été particulièrement bien saisis par Léonard qui souligne l'impact des mots du Christ sur les apôtres et leurs réactions, en rompant avec la représentation traditionnelle du passé, et en balayant des idées jusqu'alors bien ancrées.

Le génie de l'artiste se révèle notamment dans le rendu de la lumière et dans la construction de la perspective. Les trois fenêtres qui ouvrent derrière les compagnons de table et le paysage qu'elles révèlent créent une lumière qui, depuis l'arrière-plan, enveloppe les personnages. Il en résulte une combinaison de clair-obscur et de perspectives classiques florentines bien particulière.

La différence entre cette composition et celle d'artistes comme Castagno est manifeste. Dans l'interprétation classique, Judas était représenté seul, avec les autres apôtres et Jésus de l'autre côté de la table, les uns derrière les autres. Refusant ce schéma, Léonard a placé Jésus au centre des apôtres, et créé quatre groupes de trois personnages disposés autour du Christ. Depuis l'extrémité gauche, on reconnaît Barthélemy, Jean le Mineur et André, stupéfiés par la déclaration de Jésus. Le deuxième groupe est formé de Pierre, de Judas et de Jean ; Pierre se penche vers Jean, qui est assis à côté de Jésus, et repousse Judas. L'accent est placé sur le personnage de Judas, sans mettre pour autant les autres dans l'ombre. Le groupe de droite est composé de Matthieu, de Thadée et de Simon, engagés dans une discussion aminée, et qui ne regardent pas Jésus. Au centre, se penchant avec une expression perplexe vers Jésus, se trouvent Thomas, Jacques le Majeur et Philippe, qui se pressent pour assurer le Christ de leur fidélité. Au centre, Jésus occupe le point de fuite de la fresque.

Malheureusement, Léonard ne travailla pas sur huile, mais à la détrempe, sur une double couche d'enduit qui n'était pas protégée contre l'humidité. Vasari fut le premier à attirer l'attention, dès 1568, sur le problème posé par cette technique picturale. La fresque a fait l'objet de différents programmes de restauration, dont le plus récent s'est déroulé au cours des vingt dernières années.

Source : UNESCO/CLT/WHC