jump to the content

Abris sous-roche du Bhimbetka

Rock Shelters of Bhimbetka

The Rock Shelters of Bhimbetka are in the foothills of the Vindhyan Mountains on the southern edge of the central Indian plateau. Within massive sandstone outcrops, above comparatively dense forest, are five clusters of natural rock shelters, displaying paintings that appear to date from the Mesolithic Period right through to the historical period. The cultural traditions of the inhabitants of the twenty-one villages adjacent to the site bear a strong resemblance to those represented in the rock paintings.

Abris sous-roche du Bhimbetka

Les abris sous roche du Bhimbetka se trouvent au pied des monts Vindhyan, au sud du plateau de l’Inde centrale. Cinq groupes d’abris sous roche naturels sont situés au sein d’énormes affleurements de grès, au-dessus d’une forêt relativement dense, et contiennent des peintures qui paraissent commencer au mésolithique et se poursuivre sans interruption jusqu’à l’époque historique. Dans les vingt et un villages qui entourent le site, vivent des populations dont les traditions culturelles contemporaines rappellent celles dépeintes dans les peintures rupestres.

ملاجئ بيمبتكا الصخرية

تتواجد ملاجئ بيمبتكا الصخرية عند أسفل جبال فندهيان الواقعة جنوب هضبة الهند الوسطى. وتقع خمس مجموعات من الملاجئ الصخرية في عقر نتوءات ضخمة من الآجرّ فوق غابة كثيفة نسبياً، وتحتوي على رسومات يبدو أنها بدأت في العصر الحجري الأوسط واستمرّت بلا انقطاع حتى الحقبة التاريخية. وتعيش في القرى الحادية والعشرين المحيطة بالموقع شعوب ذات تقاليد ثقافية معاصرة تُعيد إلى الذاكرة تلك المصوّرة في الرسوم الصخرية.

source: UNESCO/ERI

温迪亚山脉的比莫贝卡特石窟

比莫贝卡特石窟位于印度高原心脏地区南部边缘的温迪亚山脉丘陵地带。在相对密集的森林之上是大量的沙石岩,有五组天然石窟,里面岩画的历史从中石器时代一直延续到文明历史时代。21个毗邻石窟遗址的村庄居民的文化传统,与石窟岩画中所描绘的内容有极大的相似之处。

source: UNESCO/ERI

Скальные жилища Бхимбетка

Скальные жилища Бхимбетка находятся у подножья гор Виндхья в южной части Центрального Индийского плато. В массивных известняковых скалах, возвышающихся над довольно густым лесом, располагаются пять групп естественных скальных укрытий. Там имеются росписи, представляющие период от мезолита до конца доисторического времени. Культурные традиции жителей 21 деревни, которые расположены вблизи этого объекта, имеют большое сходство с сюжетами, представленными на скальных изображениях.

source: UNESCO/ERI

Refugios rupestres de Bhimbetka

Los refugios rupestres naturales de Bhimbetka están situados al pie de los montes Vindhyan, al sur de la meseta central de la India. Cinco conjuntos de esos refugios están situados dentro de enormes afloramientos de arenisca que emergen en el suelo de un bosque relativamente espeso. Todos ellos contienen pinturas de épocas sucesivas, que se escalonan sin interrupción desde el Periodo Mesolítico hasta los tiempos históricos. En las 21 aldeas que circundan el sitio viven poblaciones cuyas costumbres se asemejan a las representadas en las pinturas rupestres.

source: UNESCO/ERI

ビンベットカのロック・シェルター群 

source: NFUAJ

Rotsschuilplaatsen van Bhimbetka

De schuilplaatsen in de rotsen bij Bhimbetka bevinden zich in de uitlopers van het Vindhyan gebergte, aan de zuidelijke rand van het centrale Indiase plateau. Binnen massieve zandstenen aderen – boven relatief dichtbeboste wouden – liggen vijf clusters van natuurlijke schuilplaatsen in de rotsen. Op de rotswanden zijn schilderingen te zien die lijken te komen uit het Mesolithicum, met een overgang en doorloop naar de historische jaartelling. De culturele tradities van de inwoners uit de 21 dorpen grenzend aan het gebied, dragen een sterke gelijkenis met de tradities te zien op de rotstekeningen. Ze wijzen op een lange interactie tussen het volk en het landschap.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Abris sous-roche du Bhimbetka
Justification d'inscription

Critère (iii): Bhimbetka témoigne d’une longue interaction entre les peuples et le paysage, comme le démontrent la quantité et la qualité de ses peintures rupestres. Critère (v): Bhimbetka est étroitement lié à une économie de chasse et de cueillette dont témoignent l’art rupestre et les vestiges de cette tradition des villages adivasi locaux qui entourent ce site.

Description longue

Le Bhimbetka reflète une longue interaction entre l'homme et le paysage. Le site est étroitement associé à l'économie de la chasse et de la récolte, comme le démontrent son art pariétal et les vestiges de ses traditions dans les villages adivasi situés à sa périphérie.

Ce complexe a été découvert par V.S. Wakankar en 1957. Près d'une centaine d'années plus tôt, en 1867, des peintures rupestres avaient été trouvées dans l'Uttar Pradesh, et le premier article scientifique sur les peintures rupestres de l'Inde a été publié par J. Cockburn en 1883. Le Bhimbetka fut d'abord mentionné, en 1888, comme un site bouddhique, à partir d'informations recueillies auprès des Adivasi locaux. Deux abris sous roche ont été fouillés en 1971 par Bajpai, Pandey et Gour.

L'année suivante, Wakankar entreprit une prospection systématique de la vaste aire comprise entre Kari Talai et Jaora. Sa classification en sept aires topographiques (I-VII), au sein de laquelle les différents groupes d'abris sont indiqués par une lettre, et les grottes individuellement par un chiffre arabe, est encore suivie aujourd'hui. Cette prospection a permis d'identifier 700 grottes dont 243 appartiennent au groupe de Bhimbetka, et montré que le groupe de Lakha Juar est aussi riche que ce dernier en peintures rupestres, avec 178 abris répartis sur deux collines.

À ce jour, seul le site du Bhimbetka a été fouillé. Entre 1972 et 1977, les recherches menées par Wakanakar, Misra et Hass ont révélé une séquence continue des cultures de l'âge de pierre, de l'acheuléen tardif au mésolithique tardif, et quelques-uns des plus anciens murs et sols en pierre connus au monde. Wakanakar a mis au jour des dépôts stratifiés incluant de la céramique du chalcolithique, qui témoignent de contacts avec les hommes qui habitaient les plaines voisines. Le mobilier recueilli a été examiné pour établir la chronologie et la typologie des instruments en pierre. Il est encore impossible d'établir une connexion entre le mobilier recueilli et les peintures murales, dont les datations absolues n'ont pu être établies. Toutefois, la présence de pigments dans les dépôts et les représentations qui se réfèrent à des sociétés préagricoles, ainsi que les ressemblances qu'elles présentent avec certains motifs de la céramique de la culture chalcolithique de Malwa tendent à prouver que les plus anciennes peintures du site remontent au mésolithique.

Une chronologie large a pu être établie, mais beaucoup reste à faire pour l'affiner. De même, la nature des sociétés associées aux peintures est encore très peu connue aujourd'hui. Aucune recherche ethnographique n'a à ce jour été entreprise dans les villages avoisinants pour y rechercher des liens possibles avec la culture des abris sous roche.

Le site du Bhimbetka se trouve dans les collines de Vindhyan Hills, un secteur caractérisé par ses formations rocheuses de grès formant des masses imposantes, regroupées autour de la colline de Bhimbetka. Cette zone possède de nombreuses ressources naturelles - approvisionnement en eau pérenne, abris naturels, riche flore et faune de la forêt - qui paraissent avoir contribué au développement de sociétés autosuffisantes et sédentaires, et à la création d'un important art rupestre.

Le site renferme cinq groupes de grottes, avec un grand complexe dans la zone tampon. Les grottes témoignent de traditions consolidées de peinture rupestre allant du mésolithique à la période historique. Elles présentent aussi une grande profusion, richesse et variété de sujets iconographiques ; il s'agit de l'une des plus importantes concentrations d'art rupestre connues à ce jour. Beaucoup des grottes situées dans ce secteur se trouvent au milieu de forêts très denses qui présentent une flore et une faune très variées, encore exploitée aujourd'hui par ses habitants. Le paysage, dans son ensemble, est extrêmement séduisant du fait de la beauté des formations rocheuses naturelles et du contraste qu'elles forment avec la végétation luxuriante, dense et boisée ; cet ensemble de facteurs contribue à placer ce lieu hors du temps.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Le site a été découvert par V. S. Wakankar en 1957.
Presque un siècle auparavant, en 1867, on avait découvert
en Uttar Pradesh des peintures rupestres ; en 1883, J.
Cockburn publiait le premier article scientifique sur les
peintures rupestres d'Inde. Bhimbetka a pour la première
fois été mentionné en 1888 comme site bouddhiste, d'après
des informations obtenues auprès d'adivasis locaux.

En 1971, Bajpai, Pandey et Gour ont fait des fouilles dans
deux abris. L'année suivante, Wakankar a entrepris une
étude systématique de la région de Kari Talai à Jaora. À ce
jour, on continue de suivre sa classification, en sept zones
topographiques (I-VII), au sein desquelles les groupes
d'abris sont référencés par des lettres, et les abris
individuels numérotés. Cette étude a identifié 700 abris,
dont 243 se trouvent dans le groupe du Bhimbetka. Elle a
également montré que le groupe de Lakha Juar était aussi
riche en peintures rupestres que Bhimbetka, avec 178 abris
répartis sur deux collines.

Jusqu'à présent, les fouilles se sont limitées à Bhimbetka.
Entre 1972 et 1977, des fouilles entreprises par
Wakanakar, Misra et Hass ont révélé une séquence
continue de cultures de l'âge de la pierre depuis
l'acheuléen tardif jusqu'au mésolithique tardif ainsi que
certains des plus anciens murs et sols de pierre au monde.
Wakanakar a mis au jour des dépôts stratifiés comprenant
de la poterie du chalcolithique, ce qui indique des contacts
avec l'homme chalcolithique des plaines voisines.

Les matériels mis au jour ont été examinés afin d'établir la
séquence et la typologie des outils de pierre. À ce jour, rien
ne vient corroborer de façon concluante le lien entre les
matériels mis au jour et les peintures murales - pour
lesquelles aucune date n'a été établie dans l'absolu.
Néanmoins, les preuves circonstancielles tirées des
pigments des dépôts et des images témoignant de sociétés
pré-agricoles, ainsi que les similitudes avec les motifs des
poteries chalcolithiques de Malwa, indiquent que les plus
anciennes peintures datent du mésolithique. Une
chronologie approximative a été établie, mais il faudra plus
de travail pour la détailler. De même, on en sait encore peu
sur la nature des sociétés qui ont réalisé ces œuvres.

Et, comme ceci a déjà été dit, aucun travail ethnographique
n'a été effectué sur les villages avoisinants pour rechercher
des liens avec la culture des sites d'abris sous-roche.

Source : évaluation des Organisations consultatives