English Français
Aidez maintenant !

Robben Island

Robben Island

Robben Island was used at various times between the 17th and 20th centuries as a prison, a hospital for socially unacceptable groups and a military base. Its buildings, particularly those of the late 20th century such as the maximum security prison for political prisoners, witness the triumph of democracy and freedom over oppression and racism.

Robben Island

Robben Island a été utilisée à différentes époques entre le XVIIe et le XXe siècle comme prison, hôpital pour les malades socialement indésirables et base militaire. Ses bâtiments, et en particulier ceux du XXe siècle, la prison à haute sécurité pour les prisonniers politiques, témoignent de l'oppression et du racisme qui régnaient avant le triomphe de la démocratie et de la liberté.

جزيرة روبن

تمّ استعمال جزيرة روبن خلال مراحل مختلفة بين القرنين السابع عشر والعشرين كسجن وكمستشفى للمرضى غير المرغوب بهم اجتماعياً وكقاعدة عسكرية. وتشهد المباني وبشكل خاص مباني القرن العشرين والسجن المشدّد الأمن الخاص بالسجناء السياسيين على الظلم والعنصرية اللذين سادا قبل انتصار الديمقراطية والحرية.

source: UNESCO/ERI

罗布恩岛

从17世纪到20世纪罗布恩岛曾有过不同的用途,它曾经是监狱、不受社会欢迎的人的医院和军事基地。这里的建筑,特别是那些在20世纪后期的建筑,如用来关押政治犯的监狱,见证了民主和自由战胜压迫和种族主义的过程。

source: UNESCO/ERI

Остров Роббен-Айленд

В период XVII-ХХ вв. Роббен-Айленд использовался как тюрьма, больница для обездоленных и как военная база. Его постройки, особенно те, что относятся к концу ХХ в., например, сверхсекретная тюрьма для политических заключенных, стали свидетелями победы демократии и свободы над угнетением и расизмом.

source: UNESCO/ERI

Robben Island

Robben Island fue utilizada en diferentes épocas, entre los siglos XVIII y XX, como prisión, base militar y hospital para grupos catalogados como socialmente indeseables. Los edificios del siglo XX, y más concretamente los de la cárcel de alta seguridad para presos políticos, constituyen un testimonio de la opresión y el racismo que imperaban antes del triunfo de la democracia y la libertad.

source: UNESCO/ERI

ロベン島
南アフリカ南部、西ケープ州、ケープタウンの沖合いに浮かぶ島。17世紀以来、刑務所、病院、基地など時代によってさまざまな用途があった。アパルトヘイト時代に主に黒人政治犯が収容されていた。そのなかにはネルソン・マンデラ氏も含まれる。1959年の開所から1991年最後の政治犯が釈放されるまでの32年間に延べ約3000人が獄につながれた。抑圧と人種差別主義に抵抗した民主主義と自由の勝利のもとに1996年に閉鎖され、現在は博物館となっている。南アフリカでは最初の文化遺産。

source: NFUAJ

Robbeneiland

Robbeneiland werd op verschillende momenten tussen de 17e en de 20e eeuw gebruikt als gevangenis, als ziekenhuis voor maatschappelijk onaanvaardbare groepen en als militaire basis. De gebouwen – met name die van de late 20e eeuw, zoals de maximaal beveiligde gevangenis voor politieke gevangenen – getuigen van de overwinning van de democratie en de vrijheid op onderdrukking en racisme. Robbeneiland is bekend door de gevangenschap van Nelson Mandela. Hij werd hier ruim 20 jaar lang opgesloten. De laatste politieke gevangenen verlieten het eiland in 1991 en de gevangenis werd uiteindelijk in 1996 gesloten. Sindsdien is het een museum.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Robben Island a été utilisée à différentes époques entre le XVIIe et le XXe siècle comme prison, hôpital pour les catégories socialement indésirables et base militaire. Ses bâtiments, et en particulier ceux de la fin du XXe siècle, la prison à haute sécurité pour les prisonniers politiques, témoignent de l'oppression et du racisme qui ont régné avant le triomphe de la démocratie et de la liberté.

Ce qui subsiste des épisodes de son histoire, ce sont les carrières du XVIIe siècle, la tombe de Hadije Kramat qui mourut en 1755, les bâtiments administratifs du ‘village’ du XIXe siècle, comprenant une chapelle et un presbytère, un petit phare, l’église des lépreux, seul vestige d’une colonie de lépreux, les structures militaires de la Seconde Guerre mondiale, aujourd’hui à l’abandon autour du port, et les bâtiments solides et fonctionnels de la prison de haute sécurité dont la construction a commencé sous le régime de l’Apartheid dans les années 1960.

La valeur symbolique de Robben Island réside dans sasombre histoire de pénitencier et d’hôpital pour lesmalheureux privés de liberté parce que socialementindésirables. Cela a pris fin dans les années 1990, au moment où lerégime inhumain de l’Apartheid a été rejeté par lepeuple sud-africain. Les prisonniers politiques quiavaient été incarcérés sur l’île ont été libérés aprèsde nombreuses années d’emprisonnement.

Critère (iii) :Les bâtiments de Robben Island témoignent de manière éloquente des heures sombres de son histoire.

Critère (vi) :Robben Island et sa prison symbolisent le triomphe de l’esprit humain, de la liberté et de la démocratie sur l’oppression.

Intégrité

Les vestiges qui constituent ce paysage insulaire illustrent l’histoire de l’île depuis le XVIIe siècle et tous les attributs qui en font la valeur.

Il n’y a guère eu d’entretien des routes depuis que le Département des services d’application des peines a abandonné l’île et beaucoup de structures nécessitent des réparations et des travaux de maintenance. Diverses menaces pèsent également sur le milieu marin et les ressources naturelles à terre, induites par l’homme du fait de l’absence de contrôles, moyens et orientations clairement définis. Avec plus de 700 édifices et sites listés sur la base de données de l’île, ceux qui ne sont pas occupés ni utilisés, sont vulnérables au délabrement.

L’augmentation du nombre de visiteurs met aussi la pression sur les ressources naturelles et les bâtiments de l’île. Les travaux ont porté en priorité sur les immobilisations et les projets d’infrastructure dont le financement a été plus facile à obtenir comparé aux budgets destinés aux activités de conservation préventive. Ce déséquilibre des activités menace l’intégrité des éléments qui subsistent.

Authenticité

Du fait même que l’île a suivi une trajectoire historique quicomporte plusieurs changements d’orientation qui n’ontpas entraîné d’efforts conscients de conservation,l’authenticité de l’île est entière.

L’attestation des différents épisodes reflète son histoire depuis le début du XVIIe siècle et les événements qui y sont associés.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Dans le cadre de la loi sud-africaine sur les monuments nationaux, la zone a été déclarée Monument national en 1996. Robben Island et sa zone tampon d’un mile nautique bénéficie d’une protection juridique au titre de site du patrimoine national en vertu de la loi nationale sur les ressources du patrimoine (loi N° 25 de 1999) ; la loi sur la Convention du patrimoine mondial (loi N° 49 de 1999); la loi sur les institutions culturelles (loi N° 119 de 1998), la loi nationale sur la gestion de l’environnement (loi N° 107 de 1998) ; la loi nationale sur la gestion de l’environnement :  Biodiversité (loi N° 10 de 2004) et la loi nationale sur la gestion de l’environnement : Aires protégées (loi N° 57 de 2003). La protection à cet égard implique l’interdiction formelle de toute prospection ou exploitation minière dans le périmètre du bien ou sa zone tampon. D’autre part, tout projet de développement inapproprié ayant un impact potentiel sur le bien ne sera pas autorisé par le Ministre des Affaires environnementales et du Tourisme.

L’autorité de gestion du bien relève du Conseil du Musée de Robben Island, la charge de l’entretien journalier et des questions de conservation incombant au Directeur général.

Des progrès ont été accomplis dans la mise en œuvre du plan de gestion intégré de conservation, notamment en ce qui concerne les travaux de conservation physique et de conservation préventive, les améliorations au niveau de l’interprétation et de la gestion des visiteurs, et une meilleure coopération avec le Département des Travaux publics. Il faut améliorer les aspects institutionnels/managériaux du bien afin d’atténuer la vulnérabilité du patrimoine bâti. Il est particulièrement nécessaire de mettre en œuvre les recommandations du rapport d’étape de juin 2003, entrepris par le Département des Travaux publics pour aider à orienter la planification des opérations de maintenance, établir le budget et mettre en place un système de suivi des progrès. Il contient un inventaire général des infrastructures et équipements, ainsi qu’un bilan de leur état et des réparations recommandées.

Description longue
[Uniquement en anglais]

The buildings of Robben Island bear eloquent testimony to its sombre history, and at the same time symbolize the triumph of the human spirit, of freedom, and of democracy over oppression.

Robben Island is a low-lying rocky outcrop situated 9.3km north of the mainland. It has a Mediterranean climate, and is exposed to violent winter gales and tides that make its northern and western sides virtually uninhabitable. Settlement has concentrated on the southern and eastern coasts of the island. It is characterized by discontinuity, resulting from its episodic history. A determining factor has been the lack of drinking water. The earliest features of human occupation are the abandoned quarries for slate (on the south of the island) and limestone (in the centre), which date from the mid-17th century.

Robben Island was possibly occupied by humans before the arrival of the Europeans, as it is the summit of a submerged mountain, linked by an undersea saddle to the coast of Table Bay. The Cape Peninsula, with Robben Island, fell halfway on sea voyages between Europe and the Orient. The first Europeans to land there were probably members of Vasco de Gama's fleet, who stopped there in 1498 in search of shelter and supplies. They were followed by a growing number of ships in the next two centuries, as it offered food, drinkable water, and security from attack by the indigenous people of the Cape.

The Dutch East India Company first became aware of the potential of the Cape of Good Hope in the mid-17th century, and in 1657 Jan van Riebeeck set up a colony there. They were joined in 1688 by French Huguenots. The colonists began a vigorous policy of enslavement of the indigenous peoples and brought them there from other parts of Africa; the population was also augmented with Muslims deported from the East Indies and elsewhere in the Orient. The potential of the island as a prison was realized by van Riebeeck. First, slaves and prisoners of war were sent there, to cut stone and burn seashells for lime for building the settlement of Cape Town. When the Cape was captured by the British from the Dutch in 1795 and 1806, they continued to use the island as a prison, for military prisoners (mostly white), political prisoners and criminals (mostly black). A tenth of the prisoners were women, but they were transferred in 1835 to a Cape Town prison. This is the nucleus of the existing administrative area, known as 'The Village'. Some of the buildings, such as the clubhouse (formerly the Medical Superintendent's House) of 1840 and the former Anglican parsonage have retained good contemporary detailing inside and outside. The Anglican Church, built with convict labour in 1841, is an early example of Cape Gothic style, plastered and painted white on the exterior. The island prison was closed in 1846 and a general infirmary was established, to receive chronically sick, insane and lepers and relieve pressure on mainland hospitals. The small lighthouse on Minto's Hill in the southern part of the island was built in 1864. Between the village and the harbour slightly to the north known as Murray's Bay there is the small Church of the Good Shepherd (generally known as the Lepers' Church), built by the lepers themselves in 1895 to the designs of the distinguished architect Sir Herbert Baker. Surrounding it are leper graves, now half hidden in the grass. Robben Island becoming the main leper colony in the Cape, with over 1,000 inmates. This was finally to close in 1931.

Plans to turn the island into a holiday resort foundered with the approach of the Second World War, and it was declared to be 'reserved for military purposes' in 1936. It became the first point of defence against an attack on Table Bay, equipped with harbour facilities and heavy coastal artillery. After the war it continued in use for training, and in 1951 was taken over by the South African Marine Corps and then the South African Navy. In 1959 the island was claimed by the Prisons Department as a maximum security prison for political prisoners sentenced by the Apartheid regime, as well as ordinary criminals, all of them black. The present harbour at Murray's Bay was built during the Second World War, along with extensive fortifications and other military structures. Construction of the maximum security prison of the apartheid period began in the 1960s.

The most celebrated of the prisoners on Robben Island was Nelson Mandela, who was incarcerated there for some 20 years. The last political prisoners left the island in 1991 and the prison closed down finally in 1996; since that time it has been developed as a museum.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Robben Island, qu'on appelle souvent simplement l'île, a pu être occupée par des hommes avant l'arrivée des Européens, car c'est le sommet d'une montagne submergée reliée par une dorsale sous-marine à la baie de la Table.

La péninsule du Cap, avec Robben Island, se trouvait à mi-chemin sur la route maritime entre l'Europe et l'Orient. Les premiers européens à débarquer ici furent probablement les membres de l'équipage de Vasco de Gama, en 1498, à la recherche d'un abri et de ravitaillement. Au cours des deux siècles suivants, un nombre croissant de vaisseaux européens mouillèrent là car cette halte leur offrait à la fois de la nourriture, de l'eau potable et une protection contre les attaques des populations indigènes du Cap.

La Compagnie néerlandaise des Indes orientales fut la première à prendre conscience du potentiel du Cap de Bonne Espérance au milieu du XVIIe siècle, et en 1657 Jan van Riebeeck y fonda une colonie, constituée de membres de la Compagnie des Indes et de citoyens libres (free burghers). Ils furent rejoints en 1688 par des Huguenots français chassés par la révocation de l'Edit de Nantes signée par Louis XIV. Les colons réduisirent à l'esclavage les peuples indigènes et d'autres Africains venus d'autres parties d'Afrique ; la population des esclaves fut complétée par la déportation de musulmans de l'Inde Orientale et d'autres pays d'Orient.

Van Riebeeck donna rapidement à l'île sa destinée pénitentiaire. Ce sont d'abord les esclaves et les prisonniers de guerre qui y furent envoyés pour casser des pierres et brûler des coquillages pour produire la chaux qui servait à la construction de la ville du Cap. Ils furent bientôt rejoints par d'autres - marins et soldats de la Compagnie condamnés, indigènes Khoisan révoltés, chefs politiques et religieux musulmans des Indes orientales.

Lorsque le Cap fut pris aux Néerlandais par les Britanniques en 1795 et à nouveau en 1806, l'île continua de recevoir des prisonniers militaires (des Blancs essentiellement), politiques et de droit commun (surtout des Noirs). La prison des femmes (un dixième de la population carcérale) fut transférée au Cap en 1835. La prison de l'île fut fermée en 1846 et une infirmerie générale installée à la place pour recevoir les malades chroniques, les malades mentaux, les lépreux et ainsi, alléger la pression sur les hôpitaux du continent. (L'île fut cependant utilisée occasionnellement par les Britanniques comme un lieu d'exil pour les prisonniers politiques importants). La gestion de l'infirmerie générale et les soins apportés aux patients (qui subirent la ségrégation raciale à partir de 1860) étaient médiocres. Avec l'installation sur le continent d'hôpitaux spécialisés pour les malades mentaux et les malades chroniques, et la prise en charge des patients appartenant aux classes moyennes, il ne resta plus sur l'île que les lépreux. Robben Island devint la principale léproserie du Cap, avec plus de mille pensionnaires. Cet établissement finit par fermer en 1931.

Le projet de transformation de l'île en un lieu de villégiature ne vit pas le jour et à l'approche de la Seconde Guerre mondiale, elle fut déclarée « réserve militaire » en 1936. Elle devint un avant-poste de défense de la baie de la Table, équipée d'un port et d'une artillerie lourde. Après la guerre, elle continua d'être utilisée comme camp d'entraînement et, en 1951, elle fut réquisitionnée par les fusiliers marins puis par la Marine d'Afrique du Sud.

En 1959 l'île fut reprise par l'administration pénitentiaire pour servir de prison de haute sécurité pour les prisonniers politiques condamnés par le régime de l'Apartheid, ainsi que pour les condamnés de droit commun, tous des Noirs. Les premiers prisonniers de droit commun sont arrivés en 1961, suivis par les prisonniers politiques l'année d'après. Beaucoup y furent envoyés par la suite, surtout des dirigeants du Congrès national africain et du Congrès Pan Africain ; Le plus célèbre des prisonniers de Robben Island fut Nelson Mandela, incarcéré dans cette prison pendant près de vingt ans. Pendant les années 1960 et le début des années 1970, l'isolement de l'île et le régime notoirement cruel instauré par le personnel en fit la prison la plus redoutée d'Afrique du Sud. Le dernier prisonnier politique quitta l'île en 1991 et la prison ferma enfin en 1996. Depuis lors, elle a été transformée en musée.

Source : évaluation des Organisations consultatives