jump to the content

Sculptures rupestres de Dazu

Dazu Rock Carvings

The steep hillsides of the Dazu area contain an exceptional series of rock carvings dating from the 9th to the 13th century. They are remarkable for their aesthetic quality, their rich diversity of subject matter, both secular and religious, and the light that they shed on everyday life in China during this period. They provide outstanding evidence of the harmonious synthesis of Buddhism, Taoism and Confucianism.

Sculptures rupestres de Dazu

Les montagnes abruptes de la région de Dazu abritent une série exceptionnelle de sculptures rupestres datant du IXe au XIIIe siècle. Celles-ci sont remarquables à plusieurs égards : leur grande qualité esthétique, la richesse de leurs sujets, tant séculiers que religieux, et l'éclairage qu'elles portent sur la vie quotidienne en Chine à cette époque. Elles témoignent aussi de façon éclatante de la fusion harmonieuse du bouddhisme, du taoïsme et du confucianisme.

منحوتات داتسو الصخريّة

تأوي جبال داتسو السحيقة مجموعةً استثنائيةً من المنحوتات الصخريّة التي ترقى إلى الفترة بين القرنين التاسع والثالث عشر. وهي استثنائيّة على أكثر من صعيد بحكم طبيعتها الجماليّة وغنى مواضيعها العلمانيّة كما الدينيّة والضوء الذي تلقيه على الحياة اليوميّة في الصين في تلك الحقبة. كما أنّها الشاهد الحيّ على التناغم بين البوذيّة والطاويّة والكونفوشيوسيّة.

source: UNESCO/ERI

大足石刻

大足地区的险峻山崖上保存着绝无仅有的系列石刻,时间跨度从公元9世纪到13世纪。这些石刻以其极高的艺术品质、丰富多变的题材而闻名遐迩,从世俗到宗教,鲜明地反映了中国这一时期的日常社会生活,充分证明了这一时期佛教、道教和儒家思想和谐相处局面。

source: UNESCO/ERI

Наскальные рельефы в Дацзу

На крутых склонах холмов в районе Дацзу сосредоточено исключительное собрание наскальных рельефов, относящихся к IX-XIII вв. Они замечательны своими эстетическими качествами, большим разнообразием сюжетов, как мирских, так и религиозных; также они дают представление о повседневной жизни Китая в тот период времени. Наскальные рельефы служат выдающимся свидетельством гармоничного синтеза буддизма, даосизма и конфуцианства.

source: UNESCO/ERI

Esculturas rupestres de Dazu

Las escarpadas laderas de la región montañosa de Dazu albergan un conjunto excepcional de esculturas talladas en la roca, que datan de los siglos IX a XIII. Estas obras rupestres destacan por su valor estético, la riqueza de sus temas religiosos y profanos, y también por la luz que arrojan sobre la vida cotidiana en la China de esa época. Ademí¡s, son un exponente extraordinario de la sí­ntesis armoniosa entre el budismo, el taoí­smo y el confucianismo.

source: UNESCO/ERI

大足石刻

source: NFUAJ

Rotssculpturen van Dazu

Op de steile heuvels van het Dazu gebied, in de buurt van de stad Chongqing (provincie Sichuan), bevindt zich een uitzonderlijke reeks van rotssculpturen daterend van de 9e tot de 13e eeuw. Het betreffen zowel religieuze als seculiere afbeeldingen met verschillende onderwerpen. De oudste sculpturen dateren van 650 na Christus. De Dazu sculpturen getuigen van de harmonieuze synthese van het confucianisme, boeddhisme en taoïsme. In het gebied is ook de enige grote stenen rituele offerplaat van het tantrisch boeddhisme te vinden. Dit geloof werd tussen 1174 en 1252 gepromoot door de monnik Zhao Zhifeng. Hij liet de offerplaat bouwen door handwerklieden uit het hele land.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Sculptures rupestres de Dazu © OUR PLACE
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Les coteaux escarpés de la région de Dazu non loin de Chongqing abritent une série exceptionnelle de cinq ensembles de sculptures rupestres réalisées entre le 9e et le 13e siècle. Le plus grand, à Beishan, comprend deux groupes sculptés dans la paroi d’une falaise de 7 à 10 mètres de haut s’étendant sur une longueur d’environ 300 mètres. Il compte plus de 10 000 sculptures taillées entre la fin du 2e siècle et le milieu du 12e siècle qui représentent des thèmes du bouddhisme tantrique et du taoïsme. Des inscriptions informent sur l’histoire, les croyances religieuses, la datation et l’identification des figures historiques. Les sculptures de la dynastie Song à Shizhuanshan, réalisées à la fin du 11e siècle, couvrent 130 mètres et représentent des images bouddhistes, taoïstes et confucéennes selon une rare disposition tripartite. Les sculptures de la dynastie Song à Shimenshan, datant de la première moitié du 12e siècle, s’étendent sur 72 mètres et intègrent des sujets bouddhistes et taoïstes. A Nanshan, les sculptures du 12e siècle de la dynastie Song  couvrent une longueur de 86 mètres et représentent pour l’essentiel des sujets taoïstes. L’expression la plus aboutie du bouddhisme tantrique se trouve dans une gorge en forme de U à Baodingshan et contient deux groupes de sculptures réalisés entre la fin du 12e siècle et le milieu du 13e siècle non loin du monastère de la Sainte Longévité. Le groupe très important, situé à l’ouest, il  s’étend sur quelque 500 mètres et comprend 31 groupes de figures sculptées illustrant des thèmes du bouddhisme tantrique ainsi que des scènes de la vie pastorale et quotidienne.

Les sculptures sont renommées pour leur échelle imposante, leurs qualités esthétiques et la riche diversité des sujets, ainsi que pour leur bon état de conservation. Exemple de l’art rupestre religieux chinois du 9e au 13e siècle à son apogée, les sculptures rupestres de Dazu soulignent la coexistence harmonieuse en Chine de trois religions, bouddhisme, taoïsme et confucianisme, tout en apportant la preuve tangible de l’évolution de l’art rupestre religieux vers une représentation de la vie quotidienne. Un grand  nombre de sculptures et d’inscriptions historiques présentes sur le site patrimonial témoignent des grandes mutations, de l’évolution de l’art rupestre religieux et des croyances religieuses en Chine au cours de cette période.

 

Critère (i) : de par leur grande qualité esthétique, la diversité de leur style et de leurs sujets, les sculptures de Dazu représentent l’apogée de l’art rupestre chinois.

 

Critère (ii) : le bouddhisme tantrique originaire d’Inde et les croyances taoïstes et confucianistes chinoises se sont réunies à Dazu pour créer une manifestation hautement originale d’harmonie spirituelle, dont l’influence a été énorme.

 

Critère (iii) : la nature éclectique des croyances religieuses de la fin de la Chine impériale trouve son expression dans le patrimoine artistique exceptionnel de l’art rupestre de Dazu.

 

Intégrité

Les sculptures rupestres de Dazu comptent parmi les œuvres les mieux préservée de l’art rupestre religieux chinois. Chacun des cinq ensembles est contenu dans ses délimitations désignées au sein du bien et de la zone tampon, ce qui garantit l’intégrité des statues et des informations historiques qu’elles comportent ainsi que de leur paysage naturel et culturel. 

 

Authenticité

Les sculptures rupestres de Dazu conservent les caractéristiques et valeurs originales de la période de leur création, n’ayant été ni endommagées par des interventions humaines ni détruites par des catastrophes naturelles. Leur entretien au quotidien a respecté rigoureusement le principe du «maintien à l’état historique». A ce jour, l’authenticité historique de la conception, des matériaux, des techniques et de la disposition des sculptures rupestres de Dazu a été maintenue. Les efforts de conservation et protection de ces statues se sont accompagnés d’une attention portée  à la protection de leur environnement tant naturel que culturel. En conséquence, l’ampleur, le style et les éléments historiques des sculptures rupestres de Dazu ont été foncièrement préservés de façon à maintenir dans toute la mesure du possible leur fonction d’art religieux vecteur de croyances séculières, de transmission culturelle et d’éducation sociale.

 

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Des lois et réglementations relatives à la protection du patrimoine s’appliquent à différents niveaux administratifs ; au niveau le plus élevé, le bien est protégé par la Loi de la République populaire de Chine sur la protection des reliques culturelles. Au niveau municipal, la Réglementation de la municipalité de Chongqying sur la conservation et la gestion des sculptures rupestres de Dazu garantit qu’aucune atteinte ou dégradation ne menacera l’intégrité et l’authenticité du patrimoine à Dazu. Afin de répondre aux besoins, le gouvernement local a en outre incorporé la conservation et la gestion des sculptures rupestres de Dazu dans le plan local de développement économique et social.

Concernant le Schéma directeur de conservation des sculptures rupestres de Dazu,  le travail de conservation et de gestion des sculptures rupestres de Dazu sera mené à bien grâce à l’établissement d’un système détaillé de suivi du patrimoine, la formulation d’un plan de conservation et d’entretien scientifique précis, assorti de mesures de gestion et la constitution d’une équipe de professionnels de la conservation.

Description longue

Le patrimoine artistique exceptionnel des sculptures rupestres de Dazu témoigne pleinement du caractère éclectique des croyances religieuses à la fin de l'Empire chinois. Les valeurs spirituelles du bouddhisme tantrique d'Inde, taoïstes et confucianistes de Chine se fondent à Dazu en une manifestation tout à fait originale d'harmonie spirituelle qui était appelée à exercer une importante influence. Les sculptures de Dazu, compte tenu de leur très grande qualité artistique et de la diversité de leur style et de leur iconographie, représentent l'apogée de l'art rupestre chinois.

Les plus anciennes gravures rupestres du comté de Dazu remontent à 650 apr. J.-C., dans les premières années de la dynastie des Tang, mais leur plus grand développement commence à la fin du IXe  siècle. En 892, Wei Junjing, préfet de Changzhou, fut le pionnier des gravures rupestres à Beishan. Son exemple fut suivi après la chute de la dynastie des Tang, mais on cessa d'en graver au début de la dynastie des Song pour ne recommencer qu'en 1078, sous le règne de l'empereur Yuan Feng, de la dynastie des Song du Nord. Cette activité reprit à Beishan, jusqu'en 1146 avec la création des groupes de Nanshan et de Shimenshan.

La falaise sur les flancs de laquelle ont été gravées les sculptures, à Beishan, est divisée en deux secteurs : 100 groupes de sculptures se trouvent au nord, 190 au sud. Beishan renferme 264 niches ornées de statues, une peinture en intaille et huit piliers inscrits, avec un total de plus de 10 000 sculptures. Plus de la moitié d'entre elles s'inspirent du bouddhisme tantrique, et les autres se rapportent aux concepts de la Trinité et du Sukhavati. Plus du tiers des sculptures de Beishan remontent au milieu du Xe  siècle et se caractérisent par de petites figures soigneusement dessinées, présentant différentes poses, aux traits naturels et spontanés, et aux habits délicatement ornés.

Les statues de la dynastie des Song (entre la fin du Xe et le milieu du XIIe  siècle) sont plus animées et présentent des personnalités clairement différenciées, des poses gracieuses, des figures bien proportionnées, et un splendide habillement. Les sept inscriptions conservées sont importantes pour l'étude de l'histoire, des coutumes religieuses, de la datation et de l'IDENTIFICATION des figures historiques.

Les sculptures de Nashan, le mieux conservé en Chine des cinq principaux ensembles taoïstes, s'étendent sur 86 m de longueur. La plupart d'entre elles représentent des sujets taoïstes. Au XIIe  siècle, lorsque ces sculptures ont été réalisées, le taoïsme avait évolué du culte du Maître Suprême et des Trois Officiers en la croyance à la Trinité Pure et aux Quatre Empereurs.

Les sculptures de Shimenshan, de la première moitié du XIIe  siècle, couvrent 72 m. Elles témoignent de la fusion de thèmes bouddhistes et taoïstes, ces derniers étant les plus caractéristiques. Les 92 statues de la grotte des Dieux et des Déesses du mont Tai [Taishan] témoignent du rôle important de la famille Taishan au sein des divinités taoïstes, entre le Xe et le XIIIe  siècle.

Entre 1174 et 1252, le moine Zhao Zhifeng introduisit le bouddhisme tantrique à Baodingshan et créa le seul grand lieu de culte rupestre relevant de cette croyance, qui attira des artistes venus de tout le pays. Le climat guerrier qui régnait alors entraîna à nouveau l'interruption des travaux à la fin du XIIIe  siècle ; ceux-ci ne devaient reprendre qu'à la fin du XVe  siècle, sous la dynastie des Ming. Ils se poursuivirent, bien que sur une échelle beaucoup plus réduite, jusqu'à la fin de la dynastie des Qing, dans les dernières années du XIXe  siècle.

Baodingshan est un site très impressionnant, situé 15 km au nord-est de la ville de Longgang, de part et d'autre d'une vallée encaissée, à plus de 500 m au-dessus du niveau de la mer. On y trouve deux groupes de sculptures. Le premier, qui est le plus petit, connu sous le nom de Xiaofowan, situé au sommet de la montagne, est étroitement lié au monastère contemporain de la Sainte Longévité, qui fut plus tard détruit par un incendie et reconstruit au cours des dynasties Ming et Qing. Le second groupe, celui de Daifowan, se trouve à l'ouest du monastère et réalise la fusion de la doctrine fondamentale du bouddhisme, de l'éthique du confucianisme, des dogmes du rationalisme et du taoïsme. Ces sculptures peuvent, à différents titres, être considérées comme l'apogée de la sculpture rupestre chinoise.

Les sculptures de Shizhuanshan, de la fin du XIe  siècle, s'étendent sur plus de 130 m et offrent un rare exemple de disposition tripartite d'images bouddhistes, taoïstes et confucianistes.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Les premières sculptures rupestres du comté de Dazu remontent à 650 après J.-C., à l'aube de la dynastie Tang, mais la période majeure commença à la fin du IXe siècle. En 892, Wei Junjing, préfet de Changzhou, lança l'exécution des premières sculptures de Beishan ; à la chute de la dynastie Tang, son exemple fit des émules parmi les officiels de la préfecture et du comté, la petite noblesse locale, les moines et nonnes, et les petites gens, entre 907-65 (période des Cinq Dynasties et des Dix Royaumes).

La création de ces sculptures cessa pendant les premières années de la dynastie Song, et ne reprit qu'en 1078, sous le règne de l'empereur Yuan Feng de la dynastie Song du nord ; Le travail recommença à Beishan, se poursuivant jusqu'en 1146. C'est alors que furent sculptés les groupes de Nanshan et de Shimenshan. Entre 1174 et 1252, le moine Zhao Zhifeng se fit le porte-parole du bouddhisme tantrique à Baodingshan et créa le seul grand site rituel de pierre réservé à cette croyance, faisant appel pour cela à des maîtres artisans des quatre coins du pays.

Les guerres omniprésentes interrompirent à nouveau les travaux à la fin du XIIIe siècle, qui ne reprirent qu'à la fin du XVe siècle, sous la dynastie Ming. Ils se poursuivirent, quoique à une échelle beaucoup plus réduite, jusqu'à la fin de la dynastie Qing (fin du XIXe siècle).

Source : évaluation des Organisations consultatives