jump to the content

Ville historique fortifiée de Campeche

Historic Fortified Town of Campeche

Campeche is a typical example of a harbour town from the Spanish colonial period in the New World. The historic centre has kept its outer walls and system of fortifications, designed to defend this Caribbean port against attacks from the sea.

Ville historique fortifiée de Campeche

Le centre historique de Campeche est une ville portuaire de l'époque coloniale espagnole dans le Nouveau Monde. Elle a gardé son mur d'enceinte et son système de fortifications, mis en place pour protéger le port contre les attaques venant de la mer des Caraïbes.

مدينة كامبيش التاريخية المحصنة

يُعتبَر وسط كامبيش التاريخي مدينةً مينائيّةً من عصر الاستعمار الاسباني في العالم الجديد. وقد حافظت على سورها ونظام التحصينات فيها لحماية المرفأ من الهجومات التي تتعرَّض لها من جهة بحر الكاريبي.

source: UNESCO/ERI

坎佩切历史要塞城

坎佩切城是西班牙殖民者征服新世界时期的典型港口城市,该历史要塞保留了其外墙和防御体系,这些防御工事是这个加勒比海港口为抵御海上袭击而修建的。

source: UNESCO/ERI

Исторический укрепленный город Кампече

Кампече – это типичный пример города-порта периода испанских колониальных владений в Новом Свете. Исторический центр сохранил внешние стены и систему укреплений, созданных для того, чтобы защитить этот порт Карибского региона от атак с моря.

source: UNESCO/ERI

Ciudad histórica fortificada de Campeche

Campeche es una ciudad portuaria caribeña de tiempos de la colonización española. Su centro histórico ha conservado las murallas y el sistema de fortificaciones creado para protegerla contra los ataques navales.

source: UNESCO/ERI

カンペチェ歴史的要塞都市

source: NFUAJ

Historische vestingstad Campeche

Campeche is een typisch voorbeeld van een Caribische havenstad uit de Spaanse koloniale tijd in de Nieuwe Wereld. Het historische centrum heeft zijn buitenmuren en het systeem van vestingwerken behouden. De havenstad is een verstedelijkingsmodel van een barokke koloniale stad, met een dambord stratenpatroon. De verdedigingsmuren rond het historische centrum markeren de invloed van de militaire architectuur in het Caribisch gebied en zijn een voorbeeld van de militaire architectuur uit de 17e en 18e eeuw. De Vestingwerken maken deel uit van een totaal defensiesysteem opgezet door de Spanjaarden om de Caribische zeehavens te beschermen tegen aanvallen van piraten.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Campeche © M & G Therin-Weise
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

La Ville historique fortifiée de Campeche, située dans l’État de Campeche, a été fondée au XVIe siècle sur la côte du Golfe du Mexique, dans la région maya d’Ah-Kim-Pech par des conquérants espagnols. C’était le plus important port de mer de l’époque et il a joué un rôle majeur dans la conquête et l’évangélisation de la péninsule du Yucatan, du Guatemala et du Chiapas. Son importance commerciale et militaire en fit la seconde ville du Golfe du Mexique, après Mérida. Compte tenu de son importance sur l’itinéraire maritime Espagne-La Havane-Campeche-Veracruz, du fait que c’était le point d’embarcation des richesses naturelles de la péninsule, et vu les différences politiques entre les royaumes du vieux continent au cours de la seconde moitié du XVIe siècle, Campeche, comme d’autres villes des Caraïbes, fut systématiquement attaquée par des pirates et des corsaires à la solde des ennemis de l’Espagne. C’est la raison pour laquelle un système défensif à grande échelle fut établi. Ce système militaire défensif apparut inadapté et peu stratégique au milieu du XVIIe siècle et il fut décidé de construire de nouvelles fortifications, une muraille hexagonale intégrant huit bastions, quatre portes et des murs. La construction commença en 1686 et se termina en 1704. Par la suite, pour compléter le système de fortifications, on construisit la redoute de San Jose sur la colline est du village et la redoute de San Miguel sur la colline ouest, ainsi que les batteries de San Lucas, San Matias et San Luis. Le système des fortifications se trouve en grande partie dans la zone des monuments historiques et à ses deux extrémités, face à la mer.

La mer a été le point de départ de la ville de San Francisco de Campeche et la construction du système militaire défensif a directement influencé la croissance et le développement de cette ville fortifiée et baroque. C’est un plan en damier qui a été choisi, avec une Plaza Mayor faisant face à la mer et entourée d’édifices gouvernementaux et religieux. Les murailles entourent un hexagone irrégulier correspondant à la ceinture de défense qui encercle la ville. Les quartiers environnants – les barrios – comprennent des bâtiments religieux et de l’architecture civile et militaire caractérisés par des éléments Renaissance, baroques et éclectiques qui en renforcent l’aspect militaire. Au XIXe siècle, la ville s’est dotée d’un beau théâtre, harmonieusement inséré dans le tissu urbain. Pour ménager une vue sur la mer, une portion de la muraille fut abattue en 1893 et la place centrale fut transformée en jardin public. Au XXe siècle, les parties traditionnelles du centre-ville ont été peu affectées par le mouvement de modernisation en raison d’un relatif ralentissement de l’économie.

La zone des monuments historiques présente un polygone irrégulier de 181 ha, comprenant les 45 ha entourés de murs de part et d’autre desquels la ville s’étendit en suivant les configurations de la côte et du relief. L’ensemble protégé comporte deux sous-ensembles : une zone A, avec une grande densité d’édifices de grande valeur patrimoniale, et une zone B de moindre densité et de valeur moindre, qui constitue une zone de transition et de protection. Les quelque 1000 édifices de valeur historique incluent notamment la cathédrale de l’Immaculée Conception, plusieurs églises, le théâtre Toro et les archives municipales, entre autres.

Critère (ii) : La ville portuaire de Campeche est un modèle d’urbanisme d’une ville baroque coloniale, avec son plan en damier ; les murailles qui entourent son centre historique traduisent l’influence de l’architecture militaire aux Caraïbes.

Critère (iv) : Le système des fortifications de Campeche, exemple éminent de l’architecture militaire des XVIIe et XVIIIe siècles, fait partie du système défensif intégral mis en place par les Espagnols pour protéger les ports donnant sur la Mer des Caraïbes contre les attaques de pirates.

Intégrité

Le bien inscrit couvre 181 ha qui incluent tous les éléments nécessaires à la transmission de sa valeur universelle exceptionnelle. La zone des monuments historiques est une illustration cohérente de l’architecture coloniale. Le système de fortifications, très bien conservé, donne un exemple du génie militaire pendant la période du colonialisme espagnol dans les Caraïbes. Le bien maintient son bon état de conservation, ce qui garantit l’intégrité physique des bâtiments du patrimoine.

Authenticité

La zone des monuments historiques et le système des fortifications présentent un haut degré d’authenticité en raison du nombre réduit de transformations et d’interventions. Les travaux de restauration ont recours à des techniques et à des matériaux traditionnels.

L’authenticité du centre historique est largement due à la permanence d’une vie familiale traditionnelle, avec des manifestations d’un riche patrimoine immatériel représenté par la musique locale, les danses, la cuisine, l’artisanat et les vêtements.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Une protection juridique est assurée par la loi fédérale sur les Monuments et les Zones archéologiques de 1972 et par son règlement d’application de 1975 qui soumet toutes les modifications des immeubles à une autorisation préalable. Un décret fédéral de 1986 régit le classement de la zone des monuments historiques de Campeche et la place sous l’autorité de l’Institut National d’Anthropologie et d’Histoire (INAH) ; celui-ci a un rôle de contrôleur chargé d’autoriser ou non les interventions sur les monuments historiques de la zone classée, à l’intérieur comme à l’extérieur de ces monuments.

Au niveau de l’État, la Coordination des Sites et Monuments du Patrimoine culturel de Campeche a été créée en 1998 pour assurer la gestion et la protection des monuments de la ville de Campeche. En 2009, le Secrétariat d’État à la Culture a été établi et l’organisme précédemment chargé de la coordination a été placé sous sa direction et a été chargé de la diffusion des activités relatives au patrimoine matériel et immatériel.

Au niveau municipal, différents textes normatifs réglementent les conditions d’intervention sur les monuments. La conservation est réglementée par le plan partiel de développement de la municipalité de Campeche ; le programme directeur d’urbanisme ; la réglementation sur la construction dans la municipalité de Campeche, actualisée et publiée en 2009 ; l’Image urbaine de la municipalité de Campeche ; et le Programme partiel de préservation et d’amélioration du centre historique et des quartiers traditionnels de la ville de Campeche, publié dans le Journal officiel de l’État de Campeche, le 18 mars 2005.

Actuellement, le Congrès, par le biais du Conseil national de la Culture et des Arts, et du Ministère du Développement social, alloue des ressources à la municipalité pour la mise en œuvre de projets centrés sur la restauration, l’amélioration de l’infrastructure urbaine, les installations et services urbains, entre autres. La ville de Campeche gère et administre ces ressources via le Bureau de Développement urbain et le Bureau des Bâtiments et Services.

Il est important de délimiter les secteurs qui entourent les zones de monuments historiques de la ville de Campeche, et de protéger les quartiers traditionnels de Santa Ana, Santa Lucia et Chapel qui datent des XVIe et XVIIe siècles et qui n’ont pas été pris en compte dans le décret présidentiel de 1986. Il est également important d’établir des mesures réglementaires concernant les axes urbains donnant accès à la zone classée au patrimoine, à des fins d’aménagement et d’entretien du bien.

Description longue
[Uniquement en anglais]

The harbour town of Campeche is an urbanization model of a Baroque colonial town, with its chequerboard street plan; the defensive walls surrounding its historic centre reflect the influence of the military architecture of the Caribbean. the fortification system of Campeche, an eminent example of the military architecture of the 17th and 18th centuries. It forms part of an overall defensive system set up by the Spanish to protect the ports on the Caribbean Sea from pirate attacks.

Campeche was founded in 1540 by Francisco Montejo El Mozo in the south-west of the Maya region of Ah Kin Pech, which had been explored and occupied by Spanish conquerors from 1517 onwards. From the start, the port played a major role as a starting point for expeditions to the Yucatán peninsula and the Petén region of Guatemala. Its commercial and military importance made it the second biggest town in the Gulf of Mexico, after Mérida.

During the second half of the 16th century, Campeche, like other Caribbean towns, was systematically attacked by pirates and corsairs in the pay of enemies of Spain; this is why a large-scale defensive system was installed. At the beginning of the 18th century, the town was surrounded by an impressive hexagonal wall with a perimeter of 2,536 m, 6-8 m high and 2.50 m thick. An urban chequerboard plan was chosen, with a Plaza Mayor facing the sea and surrounded by government and religious edifices. The walls enclose an irregular hexagon corresponding to the defensive belt encircling the town.

In the 19th century, the town endowed itself with a fine theatre, harmonized with the urban fabric. A section of the wall was pulled down in 1893 to open up a space with a view of the sea, and the main square was turned into a public garden. In the 20th century, the traditional areas of the town centre were little affected by the modernization movement owing to a relative slackening of the economy.

The area of historic monuments is in the shape of an uneven polygon spread over 181 ha, including 45 ha surrounded by walls, with the town stretching out on each side, following the configuration of the coast and the relief. The protected group consists of two subgroups: area A with a high density of buildings of great heritage value, and area B, which is not so dense or valuable but which forms a transitional and protective zone. Among the almost 1,000 buildings of historic value are the Cathedral of the Immaculate Conception, several churches, the Toro theatre and the municipal archives.

The system of fortifications, with the redoubts of San José and San Miguel, and the batteries of San Lucas, San Matiás and San Luís, is mainly in the area of historic monuments, at both ends and facing the sea.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Campeche a été fondée en 1540 par Francisco Montejo El Mozo au sud ouest du territoire Maya de Ah Kin Pech qui venait d'être explorée et occupée par les conquérants espagnols à partir de 1517. Dès l'origine, son port joua un rôle majeur comme point de départ des expéditions vers la péninsule du Yucatan et la région de Peten au Guatemala et son importance commerciale et militaire en firent la seconde ville du Golfe du Mexique, après Mérida.

Durant la seconde moitié du XVIe siècle, Campeche, comme d'autres villes des Caraïbes, fut systématiquement attaquée par des pirates et des corsaires à la solde des ennemis de l'Espagne. C'est la raison pour laquelle un système défensif à grande échelle fut établi. Au début du XVIIIe siècle, la ville était ainsi entourée d'une impressionnante muraille hexagonale d'un périmètre de 2536 mètres, d'une hauteur de 6 à 8 mètres et d'une épaisseur de 2.50 mètres. Le plan urbain en damier fut conservé, avec une Plaza mayor faisant face à la mer et entourée d'édifices gouvernementaux et religieux.

Au XIXe siècle, la ville se dota d'un beau théâtre, harmonieusement inséré dans le tissu urbain. Pour ménager une vue sur la mer, une portion de la muraille fut abattue en 1893 et la place centrale fut transformée en jardin public.

Au XXe siècle, un relatif ralentissement de l'activité économique fit en sorte que les espaces traditionnels du centre urbain furent peu affectés par le courant de modernisation.

Source : évaluation des Organisations consultatives