English Français
Aidez maintenant !

Monuments de Nubie d'Abou Simbel à Philae

Nubian Monuments from Abu Simbel to Philae

This outstanding archaeological area contains such magnificent monuments as the Temples of Ramses II at Abu Simbel and the Sanctuary of Isis at Philae, which were saved from the rising waters of the Nile thanks to the International Campaign launched by UNESCO, in 1960 to 1980.

Monuments de Nubie d'Abou Simbel à Philae

Cette zone archéologique est jalonnée de monuments admirables, comme les temples de Ramsès II à Abou Simbel et le sanctuaire d'Isis à Philae, qui purent être sauvés lors de la construction du haut barrage d'Assouan grâce à une campagne internationale lancée par l'UNESCO en 1960 qui se poursivit jusqu'en 1980.

معالم النوبة من أبو سمبل إلى فيلة

في هذه المنطقة الأثريّة مبانٍ مثيرة للعجب مثل معبد رمسيس الثاني في أبو سمبل ودار عبادة إيزيس في جزيرة فيلة اللذين أمكن انقاذهما لدى بناء سدّ أسوان بفضل حملةٍ دوليّةٍ أطلقتها اليونسكو عام 1960 واستمرت حتّى العام 1980.

source: UNESCO/ERI

阿布辛拜勒至菲莱的努比亚遗址

这一重要区域有大量极具考古价值的宏伟古迹,包括阿布辛拜勒(Abu Simbel)的拉美西斯二世神庙(Temples of Ramses II)和菲莱(Philae)的伊希斯女神圣殿(Sanctuary of Isis)。这些古迹在1960至1980年间曾险遭尼罗河涨水毁坏,多亏联合国教科文组织发起的国际运动,最终才幸免于难。

source: UNESCO/ERI

Памятники Нубии от Абу-Симбел до Филэ

Эта исключительно интересная с точки зрения археологии территория включает такие великолепные памятники как храм Рамзеса II в Абу-Симбел и святилище Изиды на острове Филэ. Они были спасены от затопления поднимающимися водами Нила благодаря международной кампании, инициированной ЮНЕСКО в 1960-1980 гг.

source: UNESCO/ERI

Monumentos de Nubia, desde Abu Simbel hasta Philae

Nubia es una zona arqueológica excepcional, jalonada por monumentos admirables como los templos de Ramsés II en Abu Simbel y el santuario de Isis en Philae, que fueron salvados de la crecida del Nilo provocada por la construcción de la presa de Asuán, gracias a una campaña internacional auspiciada por la UNESCO que comenzó en 1960 y finalizó en 1980.

source: UNESCO/ERI

アブ・シンベルからフィラエまでのヌビア遺跡群

source: NFUAJ

Nubische monumenten van Abu Simbel tot Philae

Het openluchtmuseum van Nubië toont elementen die nauw verbonden zijn met een lange Egyptische faraogeschiedenis. Het gebied bevat prachtige monumenten, zoals de tempels van Ramses II in Abu Simbel en het Heiligdom van Isis in Philae. Ramses II bouwde de tempel Abu Simbel voor zichzelf in het oude Nubië, dat toen bij Egypte hoorde. De Grote tempel heeft vier kolossale beelden uit rots gehouwen en bevestigd aan de rotswand. De beelden stellen Ramses II voor, zittend met de dubbele kroon van Neder en Opper-Egypte. Tussen en naast de benen van de farao’s zijn – veel kleiner en rechtopstaand – prinsen, prinsessen en koningin Nefertari afgebeeld.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Temple de Ramsès II © Emmanuel Pivard
Description longue

Le musée de plein air de Nubie et Assouan représente un patrimoine culturel inestimable, étroitement lié à la succession d'une longue série de pharaons de l'histoire égyptienne. Outre les complexes d'Abou Simbel et de Philae, ce site inclut les temples d'Amada, de Derr, ceux de Ouadi Es Sebouah, Dakka et Maharraqah, le temple de Talmis et le kiosque d'ak-Kartassi, le temple de Beit el-Ouali, tous monuments qui sont aussi exceptionnels qu'anciens. S'y ajoutent les magnifiques carrières de granite d'Assouan, exploitées très tôt par les pharaons, et où ont été découverts, gisants, colosses et obélisques inachevés.

La zone comprise entre Assouan et la frontière soudanaise est une aire archéologique de la plus grande importance. Assouan, au nord de la première cataracte, était un point stratégique essentiel à partir duquel, dès la préhistoire, des expéditions victorieuses furent menées pour assurer une domination stable de la Nubie, la région située au sud, qui était riche en or et en autres minerais, en ivoire et en bois précieux. Chacune des grandes périodes de l'histoire égyptienne correspond dans ses grandes lignes à un nouveau raid sur la Nubie, qui joua le rôle d'une annexe naturelle du royaume. La souveraineté des pharaons était solidement établie au cours du Nouvel Empire. Après la conquête militaire, vers 1550 av. J.-C., la Nubie devint dans les faits une colonie, administrée par un gouverneur, dont les revenus fiscaux et commerciaux étaient transférés à Assouan. Après la chute du Nouvel Empire (vers 1070 av. J.-C.), la Nubie retrouva sa prospérité au cours de la période gréco-romaine et pendant les premières années de l'ère chrétienne, jusqu'au triomphe de l'islam.

Le temple d'Abou Simbel a été construit par Ramsès II dans l'ancienne Nubie. Ce dernier choisit de bâtir le temple qu'il se consacrait à lui-même sur un site occupé par deux grottes où se tenait le culte de divinités locales. Le souverain réaffirmait ainsi que la Nubie faisait partie intégrante de l'Empire égyptien. Le grand temple possède quatre statues colossales creusées dans la roche, soudées à la falaise, qui représentent Ramsès II assis avec la double couronne de la Haute et de la Basse-Égypte. Entre les jambes du pharaon, et de part et d'autre de celles-ci, sont représentés princes, princesses, ainsi que la reine Néfertari, debout et de dimensions beaucoup plus réduites.

Le temple ouvre vers l'est, et Rê-Harakhty, une manifestation du dieu solaire, est représenté dans la niche qui surmonte l'entrée. L'orientation du temple est conçue de manière que, deux fois l'an, les rayons du soleil parviennent au sanctuaire le plus reculé et illuminent les statues de Ptah, d'Amon-Rê, de Ramsès II et de Rê-Harakhty. La façade est surmontée par une file de statues de babouins, considérés comme les protecteurs de l'eau. Le temple comporte une grande salle dont le plafond repose sur huit piliers colossaux en forme de statues du roi, une salle plus petite avec des piliers simples, un vestibule et un sanctuaire. Les murs des salles sont décorés de reliefs sur lesquels Ramsès II est représenté de différentes manières, mais toujours en lutte contre ses ennemis.

Lorsque le barrage d'Assouan fut construit au début des années soixante du XXe siècle, la collaboration internationale parvint à réunir des fonds et des compétences techniques qui permirent de déplacer ce temple à une cote supérieure, de façon qu'il ne soit pas submergé par les eaux du lac Nasser.

Non loin de là se trouve le petit temple consacré à la déesse Hathor en mémoire de la femme du roi, Néfertari, qui fut plus tard révérée comme une déesse de l'amour et de la fertilité. En façade, six statues sont creusées dans la roche. Elles représentent le pharaon avec sa femme, assimilé à un dieu, et donc représenté avec les attributs de la divinité, un disque solaire entre les cornes d'une vache.

L'intérieur est divisé en une salle dont le plafond repose sur des piliers décorés de reliefs représentant la déesse, un vestibule doté de salles latérales et le sanctuaire qui renferme la statue de celle-ci, figurée sous la forme d'une vache. Les murs internes sont décorés de magnifiques reliefs qui montrent la présentation des offrandes et des processions lors de fêtes données en l'honneur du pharaon et de son épouse.

Source : UNESCO/CLT/WHC