English Français

Université et quartier historique d'Alcalá de Henares

University and Historic Precinct of Alcalá de Henares

Founded by Cardinal Jiménez de Cisneros in the early 16th century, Alcalá de Henares was the world's first planned university city. It was the original model for the Civitas Dei (City of God), the ideal urban community which Spanish missionaries brought to the Americas. It also served as a model for universities in Europe and elsewhere.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Université et quartier historique d'Alcalá de Henares

Alcalá de Henares est la première ville universitaire planifiée au monde, fondée par le cardinal Jiménez de Cisneros au début du XVIe siècle. Elle fut le modèle de la Civitas Dei (cité de Dieu), communauté urbaine idéale que les missionnaires espagnols exportèrent aux Amériques, et le modèle des universités d'Europe et d'ailleurs.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

جامعة آلكالا دي هيناريس وحيّها التاريخي

آلكالا دي هيناريس هي أوّل مدن العالم لناحية التخطيط المُدني أسسها الكاردينال خيمينيز دي سيسنيروس مطلع القرن السادس عشر. وكانت مثالا اما سمي "مدينة الله" في ذلك الوقت وهو أسرة حضريةًّ مثاليّة كانت الإرساليّات الإسبانيّة تصدرها إلى الأمريكيّتين، كما كانت نموذجا لجامعات أوروبا والعالم.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

埃纳雷斯堡大学城及历史区

埃纳雷斯堡是世界上第一座被规划成为大学城的城市,由西奈罗斯红衣大主教于16世纪早期建立。埃纳雷斯堡是后来西班牙传教士带到美洲的理想城市社区(又被称为上帝之城)的范本,同时它也为欧洲乃至全世界的大学提供了设计模型。

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Университет и историческая часть города Алькала-де-Энарес

Основанная кардиналом Хименесом де Сиснерос в начале XVI в., Алькала-де-Энарес была первым в мире специально спланированным университетским городом. Она была исходной моделью для Чивитас-Деи (Города Господа) – идеального городского сообщества, которое испанские миссионеры принесли в Америку. Также она послужила образцом для университетов в Европе и других районах мира.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Universidad y barrio histórico de Alcalá de Henares

Fundada por el cardenal Jiménez de Cisneros a principios del siglo XVI, Alcalá de Henares fue la primera ciudad universitaria planificada del mundo. Fue el ejemplo de la Civitas Dei (Ciudad de Dios), comunidad urbana ideal que los misioneros españoles trasplantaron a América, y sirvió de modelo a toda una serie de universidades en Europa y otras partes del mundo.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

アルカラ・デ・エナレスの大学と歴史地区
マドリード地方のこの町に16世紀初期、シスネロス枢機卿が世界で初の大学都市を計画した。語学教育に優れたこの大学はラテン語、ギリシャ語、カルデア語、ヘブライ語など数カ国語の対訳聖書を1517年に初めて刊行。セルバンテス広場に近いサン・ディアゴ広場に面して立つ大学は、見事なプラテレスコ風ファサード、4階建てのパティオ・マヨル、哲学者のパティオ、3カ国のパティオ、講堂など、多くの建造物に歴史の面影を残している。

source: NFUAJ

Universiteit en historisch district van Alcalá de Henares

Alcalá de Henares was de eerste stad die puur ontworpen en gebouwd is als de zetel van een universiteit. De universiteitsstad was de eerste materiële uitwerking van de Stad van God (Civitas Dei, het concept van de ideale stad) en z'n ontwerp werd verspreid over de hele wereld. De stad heeft ook bijgedragen aan de intellectuele ontwikkeling van de mensheid door de taalkundige ontwikkelingen die er plaatsvonden, waaronder het definiëren van de Spaanse taal. Daarnaast was de invloed van Alcalá de Henares groot door het werk van haar ‘zoon’ Miguel de Cervantes Saavedra, die het meesterwerk El ingenioso hidalgo Don Quixote de la Mancha schreef.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Université et quartier historique d'Alcalá de Henares (Espagne) © UNESCO
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le bien : « Université et quartier historique d'Alcalá de Henares » est situé dans la Communauté autonome de Madrid, à 30 km de Madrid, la capitale. Le bien couvre une zone de 79 ha et inclut un ensemble magnifique d’édifices historiques, comme l’exceptionnel Colegio Mayor de San Idelfonso ou le monastère de St Bernard. Le quartier universitaire commence sur la Plaza Cervantes (anciennement Plaza Mayor) et s’étend jusqu’à l’est de la ville médiévale. Les anciennes fortifications médiévales qui l’entouraient furent en partie détruites, pour être prolongées autour du nouvel l’aménagement urbain. Le tracé est basé sur des principes d’urbanisme humanistes, avec deux axes principaux et une place centrale (aujourd’hui Plaza de San Diego) sur lequel s’élèvent les principaux bâtiments universitaires. L’enceinte médiévale fortifiée abrite en son centre l'Iglesia Magistral (cathédrale), d’où rayonne le réseau de rues qui plonge ensuite dans les anciens quartiers juifs et arabes. Au nord-ouest se trouve l’enceinte ecclésiastique, fermée par ses propres murailles, avec le palais de l’archevêché en son centre. Le centre historique compte plusieurs bâtiments protégés en vertu de la législation espagnole.

La ville trouve son origine dans la ville romaine de Complutum. Elle s’étendit pendant le Moyen Âge et prospéra au XVIe siècle  grâce à la fondation de l’université. Le concept de cette ville, son urbanisme et ses dispositions font partie du projet conçu par le fondateur de l’université, le Cardinal Cisneros. Il avait acheté des terres à l’est de la ville médiévale dans le but de fournir les infrastructures nécessaires à l’exécution de son projet universitaire, un projet portant sur des collèges, des résidences, des hôpitaux et des machines d’imprimerie qui contribuèrent tous à la réussite intellectuelle exceptionnelle de l’université d’Alcalá pendant des centaines d’années. Juxtaposée à la ville médiévale, la nouvelle ville fut convertie en un modèle exceptionnel incarnant le modèle augustin de la cité de dieu ainsi que la manière dont elle était planifiée et les bâtiments dont elle était dotée. Le rêve de la Civitas Dei devint réalité, atteignant les plus hauts niveaux de réussite intellectuelle de cette époque dans le domaine des sciences, de la langue et de la littérature, personnifiée par son fils le plus illustre, Miguel de Cervantes, dans son œuvre universelle « Don Quixote ».

Alcalá de Henares fut conçue dans le strict but d’être le siège d’une université. Ce fut la première ville de ce type dans l’histoire et elle devint un modèle de ville universitaire pour les Amériques et l’Europe. Alcalá exporta son prestige et sa forme d’organisation : un microcosme où des ordres religieux, les citoyens de la ville, le monde académique, l’éducation et le savoir vivaient tous ensemble. C’est également un exemple unique de l’architecture se rapportant à la maison d’Autriche, caractéristique dans le centre de l’Espagne  pendant la période baroque.

Critère (ii) : Alcalá de Henares fut la première ville conçue et construite uniquement en tant que siège d’une université, et devait servir de modèle à d’autres centres d’érudition en Europe et aux Amériques.

Critère (iv) : Le concept de ville idéale, la cité de Dieu (Civitas Dei), fut pour la première fois transcrit dans la pratique à Alcalá de Henares, à partir de laquelle il rayonna largement dans le monde entier.

Critère (vi) : La contribution d’Alcalá de Henares au développement intellectuel de l’humanité s’exprime par sa matérialisation du concept de Civitas Dei, par les avancées linguistiques qui y virent le jour, notamment en ce qui concerne la définition de la langue espagnole, et par le chef-d’œuvre de son plus célèbre fils, Miguel de Cervantes Saavedra, Don Quixote.

Intégrité

L’université et quartier historique d'Alcalá de Henares ont conservé les valeurs ayant fait d’Alcalá une création qui devait être imitée plus tard pendant des siècles.

Le tracé urbain en forme de grille et la conception de l’université, le réseau de rues de la ville médiévale, avec sa Calle Mayor comme artère principale, ainsi que les arcades baroques, sont tous dans un état de conservation exemplaire. Qui plus est, la majeure partie des bâtiments qui furent construits lors de la création de l’université ont conservé ou récupéré leurs utilisations d’origine, qu’elles soient universitaires, religieuses, civiles ou résidentielles.

Le bien reflète d’une manière appropriée l’importance attachée à la création de la première ville universitaire dans l’histoire et là a représentation de la Civitas Dei dans la période baroque. En outre, le  quartier compte 785 bâtiments au total, dont 465 sont protégés à l’intérieur du plan urbain, c’est-à-dire que 60% d’entre eux sont classés et déclarés présenter un intérêt historique.

En conséquence, malgré la fermeture de l’université entre 1836 et 1976, les dommages subis pendant la guerre civile, et l’absence de protection pendant une partie du XXe siècle, jusqu’à ce que l’État espagnol déclare en 1968 que ce quartier avait une valeur historique, Alcalá a conservé son intégrité dans son ensemble.

Authenticité

Malgré les nombreuses vicissitudes qu’il a subies ces 160 dernières années, le bien a conservé un haut degré d’authenticité dans son tissu urbain et de nombreux édifices historiques, parmi lesquels des bâtiments institutionnels représentatifs et des bâtiments résidentiels protégés, l’authenticité étant préservée en ce qui concerne les matériaux et la forme. 

Lorsque l’université fut fermée en 1836, la plupart des bâtiments étaient utilisés à d’autres fins, comme casernes, prisons et bureaux de l’administration. Toutefois, étant donné qu’ils furent occupés de manière continue au fils des années, ces bâtiments furent conservés sans subir d’altérations majeures.

La protection juridique du bien et la réouverture de l’université déclenchèrent également un processus intensif de récupération qui lui permit de retrouver l’authenticité de sa fonction au bout d’un siècle et demi. La plus grande partie des édifices d’importance historique sont encore une fois utilisés pour abriter des institutions universitaires, une utilisation pour laquelle ils furent construits à l’origine. De plus, les couvents de la ville sont encore utilisés à des fins religieuses, comme le sont certaines institutions de protection sociale.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le centre de la ville historique d’Alcalá bénéficie du plus haut niveau de protection juridique depuis qu’il a été déclaré avoir une valeur historique en 1968. La 1985 Ley de Patrimonio Histórico Español (la loi sur le patrimoine de l’État espagnol) et la 1998 Ley de Patrimonio Histórico de la Comunidad de Madrid (loi sur le patrimoine historique de la Communauté autonome de Madrid) protègent toutes deux le quartier historique dans son ensemble et des bâtiments individuels qui figurent sur des listes spéciales.

De plus, en 1984, le Conseil municipal a établi des règlements qui furent complétés en 1991 par le Plan General de Ordenación Urbana (loi d’urbanisme) et qui ont finalement abouti au Plan Especial de Protección del Casco Histórico (plan spécial de protection pour le centre-ville historique) adopté en 1998.

Ce plan spécial établit des règlements concernant des travaux de consolidation, restauration, rénovation et restructuration selon le niveau de protection du bâtiment : monumentale, globale, structurelle et environnementale. Dans chaque cas, les types de construction et de matériaux du bâtiment doivent être respectés. En outre, les règlements relatifs à la construction de nouveaux bâtiments dépendent des édifices historiques qui doivent être récupérés, et des restrictions concernant la hauteur, l’utilisation prévue du bâtiment et des conditions esthétiques, ainsi que l’emplacement de la publicité et d’autres installations sur les constructions. Des dispositions sont également prévues pour la réalisation d’une étude archéologique méthodique pour toute intervention dans le quartier historique.

Pour le financement d’interventions dans le quartier historique, Alcalá s’appuie sur un Consortium constitué du Conseil municipal, de l’université et de la Communauté autonome de Madrid. Elle dispose également de ses propres ressources financières et de celles provenant d’administrations régionales et de Fonds européens.

Le plan de gestion du quartier historique prendra également en considération des aspects concernant la mobilité, le tourisme, les équipements, les infrastructures et le schéma urbain, en intégrant des interventions déjà réalisées. La régulation de ces actions vise à prévenir les menaces potentielles dues à la mobilité urbaine, à la surexploitation et au dépeuplement du quartier historique. Les propositions de projets sont établies selon un plan d’investissement et seront suivies à l’aide d’un programme basé sur un groupe précis d’indicateurs. De plus, il existe un plan pour donner une nouvelle forme à de nombreuses constructions réalisées dans les années 1970.