English Français
Aidez maintenant !

Provins, ville de foire médiévale

Provins, Town of Medieval Fairs

The fortified medieval town of Provins is situated in the former territory of the powerful Counts of Champagne. It bears witness to early developments in the organization of international trading fairs and the wool industry. The urban structure of Provins, which was built specifically to host the fairs and related activities, has been well preserved.

Provins, ville de foire médiévale

La ville médiévale fortifiée de Provins se situe au cœur de l'ancienne région des puissants comtes de Champagne. Elle témoigne des premiers développements des foires commerciales internationales et de l'industrie de la laine. Provins a su préserver sa structure urbaine, conçue spécialement pour accueillir des foires et des activités connexes.

بروفانس، مدينة المعارض العائدة للقرون الوسطى

تقع مدينة بروفانس المحصّنة والعائدة للقرون الوسطى في قلب المنطقة القديمة التابعة لكونت دي شمبانيي النافذين. وقد شهدت التطورات الأولى للمعارض التجارية العالمية ولصناعة الصوف. تمكّنت مدينة بروفانس من المحافظة على تركيبتها الحضرية التي صُمّمت بصورة خاصة لاستضافة المعارض والنشاطات ذات الصلة.

source: UNESCO/ERI

普罗万城

普罗万(Provins)这个中世纪防御古城, 位于原先颇有影响的香槟酒会地区,见证了国际贸易组织和羊毛工业的早期发展。普罗万的城市结构保存完好,其设计之初的目的就是用于主办展览会及相关活动。

source: UNESCO/ERI

Провен, город средневековых ярмарок

Укрепленный средневековый город Провен расположен на территории, принадлежавшей ранее могущественным графам Шампани. Он был свидетелем ранних этапов развития международной ярмарочной торговли и промышленного производства шерстяных тканей. Хорошо сохранилась структура города, строившегося специально для проведения ярмарок и связанного с этим видов деятельности.

source: UNESCO/ERI

Provins, ciudad de ferias medieval

Situada en el centro de los antiguos dominios de los poderosos condes de Champaña, la ciudad medieval fortificada de Provins constituye un testimonio de la primera etapa de auge de las ferias comerciales internacionales y la industria de la lana. Provins ha logrado preservar su estructura urbana, concebida especialmente para dar acogida a las ferias y sus actividades conexas.

source: UNESCO/ERI

中世市場都市プロヴァン

source: NFUAJ

Provins, stad van middeleeuwse jaarmarkten

De versterkte middeleeuwse stad Provins ligt op het voormalig grondgebied van de machtige graven van Champagne. De stadsstructuur van Provins, die speciaal werd gebouwd om markten, beurzen en aanverwante activiteiten onderdak te bieden, is goed intact gebleven. De stad getuigt van vroege ontwikkelingen in de organisatie van internationale handelsbeurzen en de wolindustrie. Een kenmerk van alle oude gebouwen in de handelsstad is het systeem van kelders met een booggewelf, dat dateert van tussen de 12e en de 14e eeuw. Ze hebben allemaal een stenen trap naar de deuropening aan de straat. In de bovenstad liggen ze helemaal onder de grond, in de benedenstad boven de grond.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Provins © Editions Gelbart
Justification d'inscription

Critère (ii) : Au début du deuxième millénaire, Provins était l’une des villes du territoire des comtes de Champagne qui hébergèrent les grandes foires annuelles, reliant l’Europe du nord au monde méditerranéen.

Critère (iv) : Provins préserve dans une très grande mesure l’architecture et le tracé urbain caractéristiques de ces grandes villes de foire médiévales.

Description longue

Provins est l'une des quatre villes du territoire des comtes de Champagne (avec Troyes, Lagny et Bar-sur-Aube) où se tenaient, entre le XIe et le XIVe  siècle, les grandes foires commerciales annuelles qui mettaient en contact le nord de l'Europe avec le monde méditerranéen. Mais elle est la seule à avoir admirablement conservé l'architecture et l'urbanisme qui caractérisaient ces grandes villes de foires médiévales.

Au cours de la période gallo-romaine, le site actuel de Provins se trouvait sur deux importants axes régionaux : la route de Soisson à Troyes vers le nord, et la route vers Sens en direction du sud-ouest. Le plus ancien document mentionnant Provins, une ordonnance de Charlemagne datée de 802, montre que le site était déjà une place fortifiée. En raison de son importance politique et commerciale, le château, placé sur une éminence, fut fortifié aux XIe et XIIe  siècles. Son enceinte d'origine (castrum) était petite, mais l'habitat se développa rapidement en dehors de ces fortifications et fut à son tour entouré par une palissade en bois à la fin du XIIe  siècle. Une troisième ligne de fortifications, cette fois construite en pierre, vint s'y ajouter dans la première moitié du XIIIe  siècle.

La ville s'est développée au sud du plateau crayeux de Brie, dans une région de collines basses, au confluent de la Voulzie et du Durteint. Elle est formée de la ville haute, qui s'est implantée sur un éperon du plateau de Brie, et de la ville basse qui s'étend plus à l'est, au confluent des deux rivières. La ville haute se caractérise par ses petites maisons construites en pierre et à colombage, et par ses espaces verts et ses jardins. Elle comporte deux grands édifices, la « tour de César », ou Grosse Tour, édifice en pierre remontant au XIIe  siècle et formé de trois grandes salles superposées couvertes par un toit conique du XVIIe  siècle ; l'église romano-gothique Saint-Quiriace. La construction de l'église a commencé au XIIe  siècle par celle d'un chœur de dimensions impressionnantes et se poursuivit jusqu'au déclin de Provins, en 1320, avec celle de la croisée de la nef et de ses deux premières travées. La voûte qui surmontait la croisée, endommagée par un incendie au XVIIe  siècle, fut remplacée par une coupole. Le centre de la ville est occupé par l'ancienne place du marché, entourée par des maisons qui se sont développées en fonction des foires, et dont chacune comporte de vastes caves.

Les remparts du XIIe  siècle ceignent encore aujourd'hui la ville haute sur trois de ses côtés. Ils sont relativement bien conservés, alors que l'enceinte de la ville basse a été démantelée au XIXe  siècle. Le secteur de la ville basse fut d'abord occupé par des complexes ecclésiastiques, dont les églises Saint-Ayoul et Sainte-Croix.

Lorsque la ville se développa dans la vallée, les ordres religieux créèrent des lots, construisirent et vendirent des maisons en suivant un modèle répondant aux besoins suscités par les foires. Comme la consistance du terrain ne permettait pas de créer des salles entièrement souterraines, les aires de stockage furent construites au niveau du sol en utilisant un type de construction voûtée semblable à celui mis en œuvre dans la ville haute. Les constructions privées des XIIe et XIIIe  siècles peuvent être subdivisées en deux groupes : celles dont la fonction était multiple, et celles qui n'avaient que des fonctions commerciales. Indépendamment de cette distinction, toutes les anciennes maisons de Provins présentent un point commun : leur système de caves voûtées, construites entre le XIIe et le XIVe  siècle. Celles-ci ont pu être soit entièrement souterraines (ville haute), soit partiellement construites au-dessus du sol (ville basse), mais toutes ouvrent sur la rue par une grande porte au-delà de laquelle la différence de niveau est compensée par un large escalier de pierre. Le plus ancien édifice de la ville est probablement la Maison romane du XIIe  siècle (c'est aujourd'hui le musée), construite en pierre de taille. Sa position dans l'ancien quartier juif suggère qu'il a pu s'agir à l'origine d'une école rabbinique, ou même d'une synagogue. La ville basse de Provins témoigne plus particulièrement de la transformation de différents processus artisanaux en une fabrication industrielle, mutation dont les lieux mêmes existent encore aujourd'hui. L'argile utilisée pour éliminer la graisse de la laine était extraite de trois carrières situées sur les pentes du plateau ; leurs galeries souterraines au tracé compliqué, creusées à différents niveaux, ont également été utilisées par la suite pour le stockage du vin ou d'autres marchandises.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

À l'époque gallo-romaine, le site de la ville de Provins, telle qu'elle existe aujourd'hui, est associé à deux importants axes régionaux : la route de Soissons à Troyes vers le nord, et la route vers Sens en direction du sud-ouest ; ensemble, ces deux routes forment, avec la vallée de la Seine, une artère majeure enfermant l'éperon rocheux du peuplement originel. L'étymologie du nom de Provins est incertaine, mais il pourrait s'agir d'une abréviation de Probus Vinum. Le plus ancien document relatif à Provins est une ordonnance de Charlemagne daté de 802, qui indique que le site était déjà une forteresse établie. À partir de 983, le site devient partie prenante des terres des puissants comtes de Champagne, l'un des plus grands domaines féodaux de France, et lieu de résidence privilégié des comtes.

L'importance politique et commerciale du Châtel, dans la Ville Haute, entraîne sa fortification aux XIe et XIIe siècles. L'enceinte originelle (castrum) était de taille réduite, incluant, outre le Châtel, la collégiale Saint-Quiriace et le palais des comtes. Cependant, le peuplement s'étend rapidement au-delà des fortifications ; un mur défensif en bois est donc ajouté pour le protéger, à la fin du XIIe siècle. Un troisième ensemble de remparts, cette fois en pierre, est érigé pendant la première moitié du XIIIe siècle, pour protéger les maisons et les étals érigés pour les grandes foires de la ville en dehors des premiers remparts, plus bas dans la vallée.

Provins est ainsi l'une des quatre villes (avec Troyes, Lagny et Bar-sur-Aube) à accueillir des foires médiévales sous le règne des comtes de Champagne, qui se développent ici du XIe au XIVe siècle. Des quatre villes, Provins est la seule à avoir conservé son tissu médiéval d'origine, les autres ayant en effet été considérablement altérées. L'importance des foires en Champagne est à la source de ce processus. Dans le centre de la France, elles jalonnent la voie de communication privilégiée vers le nord. Les comtes de Champagne, aux grandes ambitions politiques et économiques, décident d'instituer un système de foires régulières, programmées sur un cycle d'une année, afin d'éviter les chevauchements et la concurrence. Ces foires attirent des marchands venus des quatre coins de l'Europe et de l'Orient. Elles deviennent d'importants pôles bancaires ; le denier de Provins est l'une des rares devises largement acceptées sur tout le continent européen. La ville devient également un pôle intellectuel et artistique ; Abélard et Chrétien de Troyes, par exemple, ont séjourné à Provins. Les foires se poursuivent de 1120 à 1320, année qui marque un changement de la situation économique et politique et le développement de contacts commerciaux ailleurs, notamment avec la Ligue hanséatique, la Flandre et l'Italie. Provins se voit donc réduite à des fonctions locales.

Provins a eu la chance de pouvoir préserver une bonne documentation, remontant au XIIe siècle, qui aide à clarifier le processus de développement et ses conséquences.

Il est important d'établir une distinction entre marché et foire. Un marché pouvait être un événement annuel, ou même une activité continue, dont le but était la vente directe de produits aux consommateurs. À l'inverse, une foire dénotait une activité ciblée sur les marchands et les négociants, et un caractère international. Elle s'articulait généralement en trois parties : tout d'abord la présentation et l'étude des marchandises par les clients potentiels, puis la négociation et l'acquisition, et enfin la vérification légale des ventes réalisées. Les foires exigeaient des systèmes de transport longue distance et des conditions spéciales pour garantir la sûreté et la sécurité. Elles s'accompagnaient également du développement d'une multitude d'activités qui, ensemble, motivèrent et encouragèrent un type particulier de tissu urbain. À ce titre, on peut considérer la ville historique de Provins comme la matérialisation d'une structure bâtie pour les foires.

En 1234, les comtes de Champagne ceignent la couronne de Navarre, et leur intérêt pour la région s'évanouit peu à peu. En 1284, avec le mariage de Philippe IV le Bel à Jeanne de Navarre, la Champagne, et avec elle Provins, intègre le domaine royal. La ville est aux mains des Anglais au XVe siècle, mais devient française à la fin de la guerre de Cent Ans. Provins ne sera pas notablement affectée par la Révolution Industrielle. Elle a survécu jusqu'à aujourd'hui comme une petite ville marchande, et a ainsi échappé aux démolitions et aux reconstructions que d'autres ont connues, ce qui lui a permis de conserver sa forme médiévale.

Source : évaluation des Organisations consultatives