jump to the content

Ir. D.F. Woudagemaal (station de pompage à la vapeur de D.F. Wouda)

Ir.D.F. Woudagemaal (D.F. Wouda Steam Pumping Station)

The Wouda Pumping Station at Lemmer in the province of Friesland opened in 1920. It is the largest steam-pumping station ever built and is still in operation. It represents the high point of the contribution made by Netherlands engineers and architects in protecting their people and land against the natural forces of water.

Ir. D.F. Woudagemaal (station de pompage à la vapeur de D.F. Wouda)

La station de pompage de Wouda à Lemmer, dans la province de Frise, a été ouverte en 1920. C'est la plus grande station de pompage à la vapeur jamais construite et toujours opérationnelle. Elle marque l'apogée de la contribution des architectes et ingénieurs néerlandais à la protection des populations et de leurs terres face aux forces naturelles de l'eau.

اير.دي.أف. ووداجمال (محطة ضخّ بخارية في دي.أف. وودا)

افتُتحت محطة ضخ وودا في ليمير، في اقليم فريز، في العام 1920. وهي أكبر محطة ضخ تعمل على البخار ولا تزال تعمل حتى اليوم. وتشكّل قمة مساهمة المهندسين الهولنديين في حماية الشعوب والأراضي ضدّ قوى الماء الطبيعية.

source: UNESCO/ERI

迪•弗•伍达蒸汽泵站

位于弗里斯兰省 (Friesland) 莱默的伍达蒸汽泵站于1920年开始运营,是有史以来最大的蒸汽泵站,至今仍在运转中。这一蒸汽泵站展示了当时荷兰工程师和建筑学家为保护人民和土地与海水进行斗争所做出的极大贡献。

source: UNESCO/ERI

Паровая насосная станция Вауда

Паровая насосная станция Вауда в Леммере, провинция Фрисландия, была открыта в 1920 г. Она является крупнейшей из когда-либо построенных паровых насосных станций и все еще находится в действии. Это выдающееся достижение голландских инженеров и архитекторов, используемое для защиты населения и территории страны от водной стихии.

source: UNESCO/ERI

Ir. D.F. Woudagemaal (Estación de bombeo a vapor de D.F. Wouda)

Situada en Lemmer (provincia de Frisia), la estación de bombeo de Wouda entró en servicio en 1920. Es la mayor del mundo de las que funcionan a vapor y sigue en actividad hoy en día. Constituye la máxima contribución de los ingenieros y arquitectos holandeses a la protección de la población y el suelo contra la fuerza natural del agua.

source: UNESCO/ERI

Ir.D.F.ヴァウダヘマール(D.F.ヴァウダ蒸気水揚げポンプ場)

source: NFUAJ

Ir. D.F. Woudagemaal (D.F. Wouda Stoompompstation)

Het Woudagemaal te Lemmer – in de provincie Friesland – werd in 1920 geopend. Het is het grootste stoompompstation ooit gebouwd en nog steeds in bedrijf. Het vertegenwoordigt het hoogtepunt van de bijdrage van Nederlandse ingenieurs en architecten in het beschermen van hun volk en land tegen de natuurlijke krachten van het water. Overtollig water werd oorspronkelijk afgevoerd door middel van windmolens. Het eerste gebruik van stoom voor het wegpompen van water gebeurde in 1825 aan de Arkelse Dam, nabij Gorinchem. De bouw van met stoom aangedreven pompstations bereikte zijn hoogtepunt tussen 1870 en 1885.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Ir. D.F. Woudagemaal (station de pompage à la vapeur de D.F. Wouda)
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

La station de pompage de Wouda (Ir. D.F. Woudagemaal), située à Lemmer dans la province de Frise, a ouvert en 1920. Elle est exceptionnelle à plusieurs titres : elle est la plus grande et la plus puissante installation à vapeur à des fins hydrauliques jamais construite et assure toujours avec succès la fonction pour laquelle elle a été conçue. C’est une pièce maîtresse de l’œuvre des architectes et ingénieurs hydrauliques hollandais dont l’importance de la contribution en la matière demeure incontestée. Lors de sa construction, cette station de pompage à vapeur était la plus grande et la plus avancée au monde sur le plan technologique, et elle demeure inégalée à ce jour.

La Ir. D.F. Woudagemaal est constituée de la station de pompage avec une chaudière, une cheminée et un entrepôt de stockage du charbon, du pertuis d’entrée au niveau du Teroelsterkolk, du canal de drainage (Afwateringskanaal), de la sortie en face de la station de pompage et du pertuis d’entrée, des digues longeant l’Ijsselmeer avec la station de pompage en tant que telle qui fonctionne comme une barrière maritime, et des vastes pâturages environnants. L’ensemble possède une valeur exceptionnelle et la qualité visuelle du paysage est remarquable. La station de pompage est une installation à vapeur destinée à empêcher toute inondation des basses terres de Frise.

Critère (i) :La mise à disposition de la vapeur comme source d'énergie a fourni aux ingénieurs néerlandais un puissant outil dans leur travail millénaire de gestion de l'eau. Les installations de Wouda sont les plus grandes de ce type jamais construites.

Critère (ii) : La station de pompage de Wouda représente le point culminant du génie hydraulique néerlandais qui a fourni les modèles et fixé les normes applicables au monde entier pendant des siècles.

Critère (iv) : Les installations de pompage de Wouda constituent un témoignage unique du pouvoir de la vapeur sur les forces naturelles, comme les ingénieurs néerlandais l’ont parfaitement illustré dans le traitement de l’eau.

Intégrité 

La station de pompage de D.F. Wouda rassemble toutes les composantes appropriées, qui y sont authentiques et en très bon état. Afin de protéger efficacement les principales vues et panoramas depuis la station de pompage et afin, également, de préserver la position dominante de ce bâtiment dans un paysage essentiellement plat, tout projet de construction de bâtiments de grande hauteur aux alentours immédiats du bien doit faire l’objet d’un suivi très attentif.

Authenticité

On peut raisonnablement estimer que l’authenticité de la station de pompage de Wouda est totale puisque, tant dans sa forme et ses matériaux que dans ses fonctions, son état est identique à celui que l’on pouvait observer lors de son ouverture en 1920. La seule modification importante a été le remplacement, en 1955, des huit chaudières d’origine par quatre installations de plus grande capacité et leur conversion, douze ans plus tard, d’une combustion au charbon en une combustion au mazout.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

La station de pompage avec la chaudière, la cheminée et l’entrepôt de charbon sont classés « monument » au titre de la Loi sur les monuments et bâtiments historiques de 1988. Toute intervention requiert une autorisation officielle. Selon le plan de zonage, il est possible d’agrandir l’écluse. Le Conseil des eaux de Frise (Wetterskip Fryslân) gère le bien et veille à la conservation de la station de pompage dans son ensemble car celle-ci est l’une des composantes du système de pompage qui empêche l’inondation de la province. L’entretien de la station de pompage est organisé conformément au « Plan d’entretien périodique de la station de pompage de Wouda 2008-2013 » (Periodiek Instandhoudingsplan van het ir. D.F. Woudagemaal 2008- 2013), et fait l’objet d’un examen régulier.

Un centre d’accueil des visiteurs a été construit en 2011, à une certaine distance du site protégé du patrimoine mais sur le territoire du bien.  Ce centre a pour but de fournir des informations et des équipements de grande qualité aux visiteurs, dans le cadre d’une exposition permanente sur le thème de « la vapeur et l’eau ».

Un plan de gestion a été établi en 2012, dans lequel le gestionnaire du site précise les modalités de la protection et de son application au bien du patrimoine mondial et à sa zone tampon. Le plan de gestion vise à protéger le cadre du bien de tout aménagement inapproprié ; il est régulièrement mis à jour. 

Description longue
[Uniquement en anglais]

The Wouda Pumping Station represents the apogee of Dutch hydraulic engineering, which has provided the models and set the standards worldwide for centuries. It bears exceptional witness to the power of steam in controlling the forces of nature, especially as applied to water handling by Dutch engineers.

The complex is located along the IJsselmeer, west of Lemmer in the Municipality of Lemsterland. The pumping station is at the end of a supply canal, dug in 1915, the Stroomkanaal and the Afwateringskanaal, through which the waters of the Frisian Reservoir flow into the IJsselmeer through the Groote Brekken Lake. The inlet sluice, built in 1936-38, is located a little to the east at the Teroelsterkolk. To the west of the pumping station is the Princess Margriet Lock and canal, in use since 1951 to handle the heavy traffic from the IJsselmeer. Centuries of battling against water has created the Dutch landscape. Much of the territory of the Netherlands would be flooded if it had not been protected by building dykes over the centuries and kept dry by means of a sophisticated water-control system (waterstraat ). Continuous efforts to drain lakes and open waters in the west of the country began in the 17th century and continue to the present day.

Excess water was initially discharged by means of windmills, which pumped it successively into intermediate reservoirs and then into open water. The first use of steam for pumping was in 1825 at the Arkelse Dam, near Gorinchem. Radial or centrifugal pumps replaced the water-wheels driven by windmills. Initially manufactured in England, these pumps were being made in the Netherlands by the beginning of the 20th century. The construction of steam-driven pumping stations reached its peak between 1870 and 1885; very few new ones were built after 1900. It is estimated that there were about 700 in operation between 1900 and 1910. The first diesel-powered pumping station was built in 1904, and shortly afterwards electricity began to be used as the energy source. At the present time there are about 1,600 active pumping stations in the Netherlands, most of them electrically powered. In Friesland the construction of dykes began around AD 1000. The water was first drained off naturally but, as the area reclaimed grew, it became necessary to discharge into the network of interconnecting lakes and waterways known as the Frisian reservoir. This has been managed since 1648 by the Provincial Government of Friesland. Flooding was a regular occurrence, and the first communal ordinance to keep the sea dykes in good order was enacted in 1533. The catastrophic All Saints' Flood of 1570 resulted in all the low-lying land in the province being inundated. In 1825 over 100,000 ha of low-lying land was flooded when dykes burst, among them that at Lemmer, on the Zuyder Zee side of the province. As a result a sluice was built there and the dykes were reinforced.

The second half of the 19th century saw considerable developments in the water-management system in the province: this is demonstrated by the fact that in 1876 around 60,000 ha of land were flooded when water levels in the reservoirs were high, whereas this had fallen to around 3,000 ha by 1993. Water was drained into the Lauwerszee, which served as a storage reservoir from which water was then discharged into the Zuyder Zee. Flooding in 1894 led the Ministry of Transport to form a committee to devise a new system for dealing with the situation. As a result of its recommendations, and those of a committee set up by the Province of Friesland, it was decided to reclaim the Lauwerszee and drain the south-western part of the province. After some delay, the decision was taken to build two new pumping stations along the southern coast of Friesland, with a combined capacity of 1,575 h.p. The Provincial Government approved the construction of the first of these, along with a sea lock connected to the pumping station by a drainage canal, in 1913. The architect was the Chief Engineer of the Provincial Water Authority, Dirk Frederik Wouda (1880-1961), after whom the station was renamed in 1947. Professor J. C. Dijxhoorn of the Technische Hogeschool Delft was responsible for the mechanical installations. Construction began in 1916 and the pumping station was opened in 1920. A new inlet sluice was built in 1936-38, to the east of the pumping station. Damming of the Zuyder Zee in 1932 led to the level of water in what was now known as the IJsselmeer falling to such a low level that it was no longer possible to discharge by means of the sluices on the southern and western coasts of the province: it is now drained into the Wadden Sea.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Des siècles de lutte contre l'eau ont modelé le paysage hollandais. Le territoire des Pays-Bas aurait été en grande partie inondé si, au fil des siècles, on ne l'avait protégé en construisant des digues et en le maintenant asséchée grâce à un système sophistiqué de contrôle des eaux (waterstraat). Le XVIIe siècle voit le début d'efforts persistants pour assécher les lacs et les eaux superficielles à l'ouest du pays, efforts qui perdurent aujourd'hui.

Le trop-plein d'eau était initialement déversé par les moulins à vent qui pompaient successivement cette eau vers les réservoirs intermédiaires, puis dans les eaux superficielles. Ce système est parfaitement illustré par le réseau de moulins de Kinderdijk- Elshout, inscrit sur la liste du Patrimoine mondial en 1997. C'est en 1825, au barrage d'Arkelse, à proximité de Gorinchem, que l'on utilise pour la première fois la vapeur pour le pompage. Des pompes centrifuges ou radiales viennent remplacer les roues à eau actionnées par les moulins à vent. D'abord produites en Angleterre, ces pompes seront fabriquées aux Pays-Bas vers le début du XXe siècle.

La construction des stations de pompage à la vapeur connaît son apogée entre 1870 et 1885 - très peu seront construites après 1900. On estime qu'entre 1900 et 1910, 700 stations environ étaient opérationnelles. La première station de pompage au diesel est bâtie en 1904 et l'électricité ne tarde pas à apparaître en tant que source énergétique. Aujourd'hui, près de 1 600 stations de pompage fonctionnent encore aux Pays-Bas, la majorité à l'électricité.

Dans la province de Frise, où est situé le bien proposé pour inscription, la construction des digues voit le jour vers l'an 1000 après J.-C. L'eau est d'abord évacuée naturellement mais, du fait de l'augmentation de la surface des terres asséchées, il s'avère nécessaire de déverser cette eau dans le réseau de lacs et voies d'eau communicants, réseau connu sous le nom de "réservoir frison". Depuis 1648, sa gestion est assurée par le gouvernement de la Province de Frise.

Les inondations sont régulières et le premier arrêté communal visant à entretenir les digues de mer est promulgué en 1533. En 1570, l'inondation catastrophique de la Toussaint est telle que toutes les basses terres de la province sont submergées. En 1825, plus de 100 000 hectares de terrain de faible élévation sont inondés lors de la rupture brutale des digues, dont celle de Lemmer (côté Zuyderzee de la Province). En conséquence, une vanne d'écluse est construite en ce lieu et les digues renforcées.

La seconde moitié du XIXe siècle voit de considérables évolutions dans le système de gestion des eaux de cette province : ainsi, en 1876, près de 60 000 hectares de terre sont inondés lorsque le niveau d'eau des réservoirs est élevé, tandis que ce chiffre tombe à 3 000 environ en 1993. L'eau s'écoule alors vers le Lauwerszee qui sert de réservoir de stockage à partir duquel elle est ensuite déversée dans le Zuyderzee.

Les inondations de 1894 amènent le ministère des Transports à former un comité chargé de concevoir un nouveau système susceptible de venir à bout de cette situation. Conformément aux recommandations du ministère et à celles du Comité institué par la Province de Frise, on décide d'assécher le Lauwerszee et de drainer le sud-ouest de cette province. Après un certain retard, la décision est prise de bâtir deux nouvelles stations de pompage le long de la côte sud de la Frise, d'une capacité combinée de 1 575 CV. En 1913, le gouvernement provincial approuve la construction de la première des deux, en même temps que celle d'une écluse maritime reliée à la station de pompage par un canal de drainage. L'architecte est l'ingénieur en chef du District des eaux de la province : Dirk Frederik Wouda (1880-1961), qui donnera son nom à la station en 1947. Le Professeur J.C. Dijxhoorn de l'Université Technique de Delft est responsable des installations mécaniques.

La construction débute en 1916 et la nouvelle station de pompage ouvre en 1920. Un nouveau pertuis d'entrée est installé entre 1936 et 1938, à l'est de ladite station. En 1932, la construction du barrage sur le Zyuderzee fait tellement chuter le niveau de l'eau de la zone connue aujourd'hui sous le terme d'IJsselmeer qu'il devient impossible de la déverser par les vannes d'écluse, sur les côtes sud et ouest de la province : elle est dorénavant drainée vers la mer des Wadden.

Source : évaluation des Organisations consultatives