English Français

Site archéologique de Troie

Archaeological Site of Troy

Troy, with its 4,000 years of history, is one of the most famous archaeological sites in the world. The first excavations at the site were undertaken by the famous archaeologist Heinrich Schliemann in 1870. In scientific terms, its extensive remains are the most significant demonstration of the first contact between the civilizations of Anatolia and the Mediterranean world. Moreover, the siege of Troy by Spartan and Achaean warriors from Greece in the 13th or 12th century B.C., immortalized by Homer in the Iliad, has inspired great creative artists throughout the world ever since.

Site archéologique de Troie

Troie, chargée d'une histoire de 4 000 ans, figure parmi les sites archéologiques les plus connus du monde. Les premières fouilles dans ce site datent de 1871 et furent effectuées par le grand archéologue Heinrich Schliemann. En termes scientifiques, ses nombreux vestiges offrent la preuve la plus significative du premier contact entre les civilisations de l'Anatolie et du monde méditerranéen. En outre, le siège de Troie par les guerriers grecs de Sparte et d'Achaïe au XIIIe ou au XIIe siècle av. J.-C., immortalisé par Homère dans l'Iliade , a inspiré depuis lors les grands artistes du monde entier.

موقع طروادة الأثري

تبرز طروادة المثقلة بتاريخ دام 4000 سنة بين المواقع الأثرية الأشهر في العالم. وتعود أعمال التنقيب الاولى التي تناولت هذا المكان الى عام1781 وقد تولاها عالم الآثار الكبير هنريخ شليمان. وتشكل آثارها المتعددة دليلاً بالغ الأهمية على الاتصال الأول بين حضارة الأناضول وحضارة العالم المتوسطي. الى ذلك، شكل حصار طروادة الذي شنه محاربو اسبارطة وأكاي اليونانيون في القرن الثالث عشر أو الثاني عشر قبل الميلاد والذي خلّده هوميروس في إلياذته مصدر ايحاء لكبار الفنانين في العالم أجمع.

source: UNESCO/ERI

特洛伊考古遗址

特洛伊以其4000多年的历史成为世界上最著名的考古遗址之一。1870年,著名的考古学家海因里希·谢里曼(Heinrich Schliemann) 对这个遗址进行了第一次挖掘。从科学的角度来说,它大量的遗存物是安纳托利亚和地中海文明之间联系的最重要最实质的证明。特洛伊于公元前13世纪或12世纪遭到来自希腊的斯巴达人和亚加亚人的围攻,这一史实由荷马写进史诗而流传千古,而且从那时起它便启发了世界上众多艺术家的创作灵感。

source: UNESCO/ERI

Археологические памятники Трои

Троя с ее 4000-летней историей – это один из наиболее известных археологических объектов в мире. Его открыл знаменитый археолог Генрих Шлиман в 1870 г. Научная ценность этих богатейших находок состоит в том, что они ярко демонстрируют первые контакты между цивилизациями Анатолии и миром Средиземноморья. Кроме того, осада Трои спартанцами и ахейцами из Древней Греции в XIII-XII вв. до н.э., которую обессмертил Гомер в Илиаде, вдохновляла людей искусства во всем мире.

source: UNESCO/ERI

Sitio arqueológico de Troya

El sitio arqueológico de Troya, con sus 4.000 años de historia, es uno de los más célebres del mundo. Las primeras excavaciones del sitio datan del año 1870 y fueron realizadas por el famoso arqueólogo Heinrich Schliemann. Desde un punto de vista científico, sus numerosos vestigios constituyen la prueba más importante del primer contacto entre las civilizaciones de Anatolia y el mundo mediterráneo. El asedio de Troya por los guerreros espartanos y aqueos, llegados de Grecia hacia el siglo XIII o XII a.C., fue inmortalizado por Homero en La Ilíada y desde entonces ha sido una fuente continua de inspiración para grandes artistas del mundo entero.

source: UNESCO/ERI

トロイの古代遺跡
ギリシャの伝説が語るトロイ戦争で有名なトルコ西部のこの都市は、世界で最も有名な遺跡の一つである。1870年に始まるシュリーマンの発掘によって次第にその全容が明らかになったその広大な遺跡は、近東の黎明期の地中海世界との最初の接触を示す、最も重要かつ具体的な証拠である。イリアードが語るギリシャからのミケーネ戦士によるトロイ包囲は、それ以来、世界中の創造的な芸術家の精神を鼓舞してきた。

source: NFUAJ

Archeologisch gebied van Troje

Troje, met zijn 4000 jaar geschiedenis, is een van de beroemdste archeologische vindplaatsen ter wereld. De eerste opgravingen werden er in 1870 uitgevoerd door de archeoloog Heinrich Schliemann. De overblijfselen zijn het belangrijkste wetenschappelijke bewijs van het eerste contact tussen de beschavingen van Anatolië en de mediterrane wereld. Troje kende in de vroege bronstijd al menselijke bewoning. De belegering van Troje door Spartaanse en Egeïsche krijgers uit Griekenland in de 13e of 12e eeuw voor Christus – door Homerus beschreven in de Ilias – is een grote inspiratie geweest voor kunstenaars overal ter wereld.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Site archéologique de Troie © Ministry of Culture and Tourism
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le site archéologique de Troie est chargé de 4000 ans d’histoire. Ses nombreux vestiges témoignent de manière significative du premier contact entre les civilisations de l'Anatolie et du monde méditerranéen émergeant. Les premières fouilles ont commencé il y a plus d’un siècle et ont établi une chronologie qui est fondamentale pour la compréhension de cette période très importante du monde antique et son développement culturel. En outre, le siège de Troie par les guerriers Grecs de Mycènes au XIIIe siècle av. J.C., immortalisé par Homère dans l’Iliade, n’a cessé d’inspirer depuis lors de grands artistes à travers le monde.

Le site de Troie se situe sur le promontoire d'Hisarlik qui surplombe la plaine le long de la côte turque de l'Égée, à 4,8 kilomètres de l'entrée sud des Dardanelles. Le célèbre archéologue Heinrich Schliemann entreprit les premières fouilles de ce site en 1870 et ces fouilles pourraient être considérées comme le point de départ de l’archéologie moderne et sa reconnaissance publique. Les recherches et les fouilles menées à Troie et dans la Troade révèlent que cette région est habitée depuis 8000 ans. Au fil des siècles, Troie a joué un rôle de pont culturel entre la Troade et les Balkans, l’Anatolie, la mer Égée et la mer Noire par la migration, l’occupation, le commerce et la transmission des savoirs.

Les 24 campagnes de fouilles qui se sont déroulées au cours des 140 dernières années ont mis au jour de nombreux éléments datant de toutes les périodes d’occupation de la citadelle et de la ville basse, notamment 23 sections de l’appareil défensif autour de la citadelle, révélant 11portes, une rampe en pierre et les parties inférieures de cinq bastions défensifs. Ces éléments archéologiques datent presque tous de Troie II et VI. Toutefois, on a retrouvé une section du premier mur (Troie I) près de la porte sud du premier ouvrage défensif. Depuis une quinzaine d’années, il apparaît clairement qu’une ville basse existait au sud de la citadelle à toutes les périodes préhistoriques et s’étendait sur une trentaine d’hectares à la fin de l’âge du Bronze. Plusieurs monuments, notamment le temple d’Athéna et le sanctuaire récemment fouillé, font partie de la ville grecque et romaine d’Ilion, sur le site de Troie. L’organisation urbaine romaine se reflète dans deux bâtiments publics principaux situés à la limite de l’agora (place du marché centrale), l’ôdeion (dédié à la musique) et le bouleuterion (salle des conseils) tout proche.

Le paysage environnant recèle de nombreux sites historiques et archéologiques importants, notamment des établissements et des cimetières préhistoriques, des sites funéraires hellénistiques, des tumuli monumentaux, des établissements grecs et romains, des ponts romains et ottomans et de nombreux monuments commémoratifs de la bataille des Dardanelles. 

Critère (ii) : Le site archéologique de Troie revêt une signification considérable pour comprendre le développement de la civilisation européenne à l’étape cruciale de ses premiers balbutiements. Il témoigne d’une histoire ininterrompue de plus de 3000 ans qui aura vu se succéder diverses civilisations. Le rôle de Troie est d'une importance capitale pour illustrer les relations existant entre l'Anatolie, la mer Égée et les Balkans, cette ville se trouvant au point de rencontre entre les trois cultures.

Critère (iii) : Le site archéologique de Troie témoigne des différentes civilisations qui occupèrent ce site sur plus de 4000 ans. Troie II et Troie VI constituent un exemple unique de ville orientale intégrée à un contexte égéen, dotées d'une magnifique citadelle fortifiée comprenant des palais et des bâtiments administratifs et entourée d'une ville basse étendue, également fortifiée. Plusieurs autres monuments et vestiges reflètent les caractéristiques d’établissements romains et grecs et d’autres attributs distincts témoignant des établissements ottomans.

Critère (vi) : Le site archéologique de Troie apporte un témoignage culturel exceptionnel en raison de l'influence profonde qu’il eut sur des œuvres littéraires importantes comme l’Iliade d’Homère et l’Énéide de Virgile et sur les arts créatifs sur plus de deux millénaires. 

Intégrité

Le bien inscrit comprend tous les éléments nécessaires pour exprimer sa valeur universelle exceptionnelle. Les vestiges archéologiques offrent un impressionnant aperçu de la ville de l’âge du Bronze avec ses fortifications, ses palais et ses bâtiments administratifs. Des périodes grecque et romaine, deux grands édifices publics situés à la limite de l’agora nous sont parvenus de manière quasi-intégrale. 

Authenticité

Le degré d’authenticité du site archéologique est élevé car les reconstructions sont peu nombreuses. Celles qui ont été réalisées sur l’appareil défensif l’ont été dans le plus strict respect des principes d’anastylose. Le degré d’authenticité du paysage environnant est aussi élevé et représente un développement organique depuis la préhistoire jusqu’à nos jours qui n’a été soumis à aucun développement touristique gênant. 

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le site archéologique est classé site historique par le décret 3925 du 13 mai 1968 établi par le Conseil supérieur des biens immobiliers culturels et naturels sous l’autorité du Ministère de la culture et du tourisme. La cité antique de Troie a également été classée en tant que site archéologique de premier ordre et une zone de conservation a été créée en 1981 par la Décision N°12848 du Conseil supérieur des biens immobiliers culturels et naturels. Les limites de la cité antique de Troie ont été définies par la décision N°2414 du Conseil régional d'Edirne pour la conservation du patrimoine culturel et naturel prise en en 1995 afin de coïncider avec celles du bien du patrimoine mondial. Ce site est donc protégé selon les dispositions de la loi N°2863 de la République de Turquie sur la conservation des biens culturels et naturels. Selon cette législation, les sites et les biens mobiliers que l’on y découvre appartiennent à l'État et aucune intervention n’est possible sans l'autorisation du conseil régional compétent. Le site antique de Troie et son paysage environnant ont été classés en tant que parc national historique par le décret du Conseil des ministres n°8676 de 1996. A ce jour, la majorité des zones archéologiques de Troie sont détenues par l’État et donc protégées par la loi. Suite à la préemption de plusieurs biens en 1994, 75% de la ville basse et les cimetières sont aujourd’hui la propriété de l’État, et d’autres mesures de ce type sont en cours. Le reste des terrains privés sont actuellement cultivés.

La responsabilité globale de la protection et de la gestion des sites classés incombe au Directorat général du patrimoine culturel et des musées. Les institutions associées au niveau régional sont le Conseil de Çanakkale pour la préservation du patrimoine culturel, le gouvernorat de Çanakkale et le Musée de Çanakkale.

Le Département des parcs nationaux du ministère des Eaux et Forêts collabore avec le ministère de la culture sur les questions concernant le paysage environnant. Un plan de conservation préparé par le ministère en 1971 a été révisé en 2010 et constitue le principal document de planification destiné à la gestion du bien.

Description longue
[Uniquement en anglais]

The archaeological site of Troy is of immense significance in the understanding of the development of European civilization at a critical stage in its early development. It is, moreover, of exceptional cultural importance because of the profound influence of Homer's Iliad on the creative arts over more than two millennia.

Troy is a unique example in an Aegean context of the oriental city at the junction between Anatolia, the Aegean and the Balkans. It is also probably the most famous archaeological site in the world. It may be considered to represent the starting point for modern archaeology and its public recognition.

Troy II and Troy VI in particular are characteristic examples of the ancient city, with a majestic fortified citadel enclosing palaces and administrative buildings, surrounded by an extensive lower town, also fortified. Troy is directly associated with the universally significant literary works of Homer (The Iliad) and Virgil (The Aeneid). Hellenistic tumuli were erected over the supposed burial places of these heroes, such as Achilles, Ajax, Hector, and Patroclus.

Human occupation on the site of Troy began in the early Bronze Age. The first defensive wall round the citadel was built around 3000 BC. Then Troy VI expanded, making it one of the largest towns in the Aegean region with an important trading role. An earthquake in 1350 BC caused grave damage to Troy VI, but the town quickly recovered and was rebuilt in a more orderly layout. The evidence of widespread fire and slaughter around 1250 BC, which brought Troy VII to an end, has led to this phase being identified with the city besieged by the Greeks during the Trojan War, immortalized in The Iliad . The real cause of the Trojan war was intense commercial rivalry between Troy and the mercantile Mycenaean kingdom, the prize being control of the Dardanelles and the lucrative trade with the Black Sea. In 306 BC, Troy became the capital of a league of cities in the Troad and in 188 BC it was identified by the Romans as the Ilion of Homer and recognized as the mother-city of Rome (Ilium Novum). The town prospered under Roman rule and survived a severe earthquake in the early 6th century. Abandoned once again in the 9th century, it was reoccupied in the later Byzantine period and not finally deserted until well into the Ottoman period.

The contemporary history of the site and its subsequent exploration and conservation dates from 1793, when it was discovered. It was identified by scholars, first as Ilion in 1810 and then as Troy in 1820. Heinrich Schliemann first visited the site in 1868. Between then and his death in 1890 he carried out seven major campaigns, completed in 1893-94 by his assistant, Wilhelm Dörpfeld. It was in 1873 that he found the famous gold hoard, known erroneously as 'King Priam's Treasure', as it came from Troy II, not Troy VIIA. Excavations over more than a century have revealed 23 sections of the defensive walls around the citadel, eleven gates, a paved stone ramp, and the lower portions of five defensive bastions. These date for the most part from Troy II and VI; however, a section of the earliest wall (Troy I) survives near the south gate of the first defences. The great residential complex from Troy II consists of five parallel long buildings with porches (megara ). The largest of these is considered to represent the prototype of the Greek temple. The ensemble is considered to have constituted some form of palace. The remains of a number of long rectangular houses from Troy II are to be seen at the bottom of one of the most striking features off the site, the so-called Schliemann Trench, dug by the famous 19th-century excavator in search of the 'Citadel of Priam', the object of his search.

The Greek and Roman cities at Troy are represented above all by the sanctuary complex. Roman urban organization is reflected by two major public buildings on the edge of the agora. The odeion (concert hall) has the traditional horseshoe-shaped plan and tiers of seats made from limestone blocks. The nearby bouleuterion (council house) is smaller but similar in plan. The surrounding landscape contains many important prehistoric and historical sites: cemeteries, Hellenistic burial mounds, Greek and Roman settlements, Roman and Ottoman bridges, etc.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

L'occupation humaine sur le site de Troie (Ilion) débute à l'âge du Bronze ancien (fin du 4ème millénaire avant J.-C.). Le premier mur défensif autour de la citadelle est construit vers 3000 ans avant J.-C. et sera agrandi à deux reprises pour atteindre un diamètre d'environ 110 mètres à la fin de la première période, vers 2500 avant J.-C.

Le plan de l'établissement évolue constamment et devient plus régulier pendant les cinq siècles suivants (Troie II-V) jusqu'à la fin de l'âge du Bronze ancien. Vers 2000 avant J.-C., un bouleversement culturel entraîne la reconstruction en pierre des maisons et des murs. La ville se développe considérablement au-delà de ses limites d'origine et Troie VI (à partir de 1700 environ avant J.-C.) aurait même couvert l'ensemble du plateau, pour en faire l'une des villes les plus importantes de la région égéenne. Les marchandises importées de Mycènes et d'autres villes grecques donnent une indication du rôle commercial prépondérant de Troie.

Vers 1350 avant J.-C., un tremblement de terre cause des dégâts considérables dans la ville de Troie VI, entraînant la chute de murs d'enceinte et de maisons. Cependant, la ville reprend rapidement son essor et sera reconstruite selon un plan plus méthodique. Vers 1250 avant J.-C., incendies et massacres à grande échelle entraînent la chute de Troie VIIA ; les traces retrouvées ont permis d'identifier cette phase à la cité assiégée par les Grecs au cours de la guerre de Troie et immortalisée dans l'Iliade. Les connaissances de l'histoire économique et politique de la région de l'Egée à cette période permettent de supposer que la cause réelle de la guerre de Troie réside dans une forte rivalité commerciale entre Troie et le royaume marchand de Mycènes, l'enjeu étant le contrôle du détroit des Dardanelles et le commerce lucratif avec la mer Noire.

La ville devait de nouveau être reconstruite ; toutefois, le Troie de l'âge du Bronze, ayant très probablement perdu sa suprématie commerciale, est définitivement abandonné à la fin du 2ème millénaire avant J.-C. Au VIIIe siècle avant J.-C. (Troie VIII), le site est de nouveau habité par des colons grecs originaires de l'île de Lemnos et prend une importance considérable en 306 avant J.-C. en devenant capitale de la ligue des villes de la Troade.

En 188 avant J.-C., le site est identifié par les Romains comme l'Ilion d'Homère et reconnu comme la ville mère de Rome (Ilium Novum), statut qui l'exemptera de taxes. Pillée en 85 avant J.-C. pendant la guerre de Mithridate, la ville n'est reconstruite que vers 20 avant J.-C., après une visite d'Auguste. Bien que dévastée par une horde de pillards Hérules en 267 après J.-C., elle prospère sous la domination romaine et résiste à un terrible tremblement de terre au début du VIe siècle. De nouveau abandonnée au IXe siècle, Troie est recolonisée à la fin de la période byzantine avant d'être finalement désertée à une période avancée de l'Empire ottoman.

Source : évaluation des Organisations consultatives