English Français
Aidez maintenant !

Choirokoitia

Choirokoitia

The Neolithic settlement of Choirokoitia, occupied from the 7th to the 4th millennium B.C., is one of the most important prehistoric sites in the eastern Mediterranean. Its remains and the finds from the excavations there have thrown much light on the evolution of human society in this key region. Since only part of the site has been excavated, it forms an exceptional archaeological reserve for future study.

Choirokoitia

Le site néolithique de Choirokoitia, occupé du VIIe au IVe millénaire av. J.-C., est l'un des sites préhistoriques les plus importants de la partie orientale de la Méditerranée. Les vestiges retrouvés lors des fouilles ont permis d'en savoir plus sur l'évolution de la société humaine dans cette région si importante à cet égard. Le site n'a été que partiellement fouillé, et constitue donc une réserve archéologique exceptionnelle pour les recherches futures.

شويروكويتا

يُعتبر موقع شويروكويتا الذي يرقى إلى العصر الحجري والمأهول منذ القرن السابع والسادس ق.م أحد أهم المواقع التاريخيّة التي تعود الى العصر الحجري في الجزء الشرقي من المتوسط. ولقد سمحت الآثار التي تمّ اكتشافها أثناء التنقيب بالتعرّف إلى تطوّر المجتمع الإنساني في هذه المنطقة. ولم يتم التنقيب في الموقع إلاّ بصورة جزئية وهو يُشكّل بالتالي خزّاناً تراثيّاًً استثنائيّاًً لأعمال البحث المستقبليّة.

source: UNESCO/ERI

乔伊鲁科蒂亚

公元前7000至公元前4000年,乔伊鲁科蒂亚新石器时代人类聚落是地中海东部地区最重要的史前遗址之一。这里的遗迹和出土文物证明了人类社会在这一重要地区的演进。遗址仅挖掘了一部分,还有很多非凡古迹有待将来研究。

source: UNESCO/ERI

Поселение неолита Хирокития

Обитаемое с 7-го по 4-е тысячелетия до н.э. поселение периода неолита Хирокития – одно из самых ценных доисторических объектов в Восточном Средиземноморье. Его руины и археологические находки, обнаруженные при раскопках, пролили свет на развитие человеческих сообществ в этом исторически значимом регионе. Поскольку только часть объекта раскопана, он обладает исключительным археологическим потенциалом для будущих исследований.

source: UNESCO/ERI

Choirokoitia

El asentamiento neolí­tico de Choirokoitia, ocupado desde el séptimo hasta el cuarto milenio antes de nuestra era, es uno de los sitios prehistóricos mí¡s importantes del Mediterrí¡neo Oriental. Los vestigios encontrados en las excavaciones han permitido conocer mejor la evolución de la sociedad humana en esta región clave. El sitio, que sólo ha sido excavado en parte, constituye una reserva arqueológica excepcional para futuras investigaciones.

source: UNESCO/ERI

キロキティア

source: NFUAJ

Choirokoitia

In de prehistorische periode speelde Cyprus een belangrijke rol in de cultuuroverdracht van het Nabije Oosten naar de Europese wereld. De archeologische site Choirokhoitia biedt belangrijke wetenschappelijke gegevens gerelateerd aan de verspreiding van de beschaving van Azië naar de mediterrane wereld. De neolithische nederzetting Choirokoitia werd bezet van het 7e tot het 4e millennium voor Christus. De overblijfselen en opgravingen hebben veel duidelijk gemaakt over de evolutie van de menselijke samenleving in deze regio. Choirokoitia werd waarschijnlijk gesticht door mensen uit Anatolië of de Levant en permanente menselijke bewoning begon ongeveer vanaf 7.000 voor Christus.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Choirokoitia © Christopher Rose
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Situé dans le District de Larnaka, à environ 6 km de la côte sud de Chypre, le site néolithique de Choirokoitia se trouve sur les pentes d'une colline partiellement entourée par un méandre de la Maroni. Occupé du VIIe au Ve millénaire av. J.-C., le village couvre une superficie d'environ 3 ha au plus ; c’est l'un des sites préhistoriques les plus importants de la Méditerranée orientale. Il représente la période néolithique acéramique de Chypre à son apogée, c'est-à-dire le succès de la première occupation humaine de l'île par des fermiers venus du continent proche-oriental Orient vers le début du IXe millénaire.

Les fouilles ont montré que l’établissement était composé de maisons circulaires, construites en brique crue et en pierre, avec des toits plats, et qu'il était protégé par des murs successifs. Un système architectural complexe donnant accès au village a été découvert au sommet de la colline. La réalisation d'une construction aussi impressionnante, selon un plan préconçu, reflète un effort collectif important, dont on connaît peu d’exemples similaires au Proche-Orient, et suggère une organisation sociale structurée capable de construire et d'entretenir des ouvrages de grande échelle pour le bien commun. Chaque maison était composée de plusieurs bâtiments circulaires équipés de foyers et de bassins, disposés autour d'une petite cour où se déroulaient les activités domestiques.  Les maisons appartenaient aussi bien aux vivants qu’aux morts, enterrés dans des fosses sous les sols en terre battue. On y a découvert de nombreux objets comme des outils en silex, des outils en os, des récipients en pierre, des restes végétaux et animaux, et de remarquables statuettes anthropomorphes en pierre (et une en argile), qui témoignent, ainsi que les rituels funéraires, de l’existence de croyances religieuses complexes. Comme seule une partie du site a été fouillée, celui-ci constitue une réserve archéologique exceptionnelle pour de futures recherches.

Critère (ii) : Au cours de la période préhistorique, Chypre a joué un rôle capital dans la transmission de la culture du Proche-Orient au monde européen.

Critère (iii) : Choirokoitia est un site archéologique exceptionnellement bien préservé qui a fourni et continue de fournir des données scientifiques cruciales sur la progression de la civilisation de l'Asie au monde méditerranéen.

Critère (iv) : Les vestiges mis au jour et les zones intactes de Choirokoitia apportent une preuve irréfutable des origines d'un établissement proto-urbain dans la région méditerranéenne et au-delà.

Intégrité

Le site fouillé est intact et comporte toutes les éléments constitutifs de la valeur universelle exceptionnelle. Une partie importante des environs de l’établissement fait partie du site. Le caractère intact du site est le résultat à la fois des mesures prises par l'État pour préserver l'état d'origine des ruines et des travaux scientifiques menés par la mission archéologique française du Centre National pour la recherche scientifique (CNRS), qui fouille à Choirokoitia depuis 1976. Les travaux de conservation effectués sur le site lui-même sont limités à la consolidation des matériaux de construction afin d'assurer la sécurité structurelle des ruines sans nuire à l'intégrité du site. Des sondages électromagnétiques et les fouilles menées sur l’ensemble de la colline par la mission archéologique française ont permis de préciser les limites de l'environnement bâti, délimité par des murs massifs. Les pressions sur le site dues au développement sont traitées par l'expropriation des terres et la création d'une zone tampon, Zone contrôlée qui entoure le site néolithique de Choirokoitia.

Authenticité

Les éléments clés du site consistent essentiellement dans les vestiges archéologiques exceptionnellement bien préservés. Ceux-ci, ainsi que les objets et les restes humains découverts, témoignent de manière avérée et fiable de la valeur du bien comme le plus important site archéologique néolithique à Chypre et de son exceptionnel intérêt pour l'étude et la compréhension de l'évolution de la culture humaine dans cette zone clé de la Méditerranée orientale. Les fouilles effectuées depuis la découverte du site n’ont révélé qu'une faible proportion de la superficie totale, qui constitue une réserve archéologique précieuse pour les générations futures. Les travaux de conservation effectués sur le site se sont limités à la consolidation des matériaux de construction. Les vestiges ont donc conservé leur authenticité en termes de forme, de matériaux, de localisation et d’emplacement. Des abris temporaires ont été construits pour protéger les vestiges mis au jour. Il y n'a eu aucune tentative de reconstruction sur le site. Cinq maisons et une partie du mur de défense ont été reconstituées hors du site, à partir de vestiges, afin d’aider les visiteurs à mieux comprendre l’organisation du site.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

La gestion du site est sous la supervision directe du conservateur des Monuments anciens et du directeur du Département des antiquités. A Chypre, le patrimoine culturel et archéologique est protégé et géré conformément aux dispositions de la législation nationale, c'est à dire la Loi et les Traités internationaux signés par la République de Chypre. Conformément à la Loi sur les antiquités, les monuments anciens sont classés dans deux annexes, selon qu’ils sont propriété gouvernementale ou propriété privée. Le site de Choirokoitia est propriété du gouvernement. Une large superficie contiguë au site à l'ouest est inscrite sur l’annexe 2 pour permettre le contrôle sur son développement. Les monuments anciens classés à l’annexe 2 sont progressivement acquis conformément aux dispositions de l'article 8 de la Loi sur les antiquités, selon lequel directeur du département des antiquités a le pouvoir de refuser ou de faire modifier un projet concernant le développement de toute parcelle déclarée comme monument de l'annexe 2. En outre, la Loi prévoit, en vertu de l'article 11, section II, la possibilité d’établir des « Zones contrôlées », à proximité des sites. Selon l'article 11, le directeur du département des antiquités contrôle dans ces zones la hauteur et le style architectural de tout bâtiment dont la construction est proposée, afin de sauvegarder le caractère historique et archéologique du monument antique, ainsi que les aménagements et l’environnement autour du monument. La Zone contrôlée pour Choirokoitia sera étendue plus au nord, à l'est et au sud, afin d’améliorer le contrôle sur les pressions dues au développement. Le but est de protéger à la fois le site néolithique et le paysage naturel qui l’entoure et qui constitue une partie intégrante du site.

Les environs du site ont déjà été considérablement améliorés par des opérations de nettoyage et de plantation d'arbres sur les berges de la Maroni. Des panneaux d'information ont été mis en place. Le site est ouvert au public tous les jours et des travaux ont été entrepris pour faciliter la visite. Le site bénéficie d’un financement approprié de la part du Département des antiquités, pris sur le budget annuel de l’Etat.

Un plan de gestion a été préparé pour Choirokoitia, et vise à la conservation, la promotion et la préservation de la valeur unique du site pour les générations futures, grâce à la définition de politiques et de lignes directrices pour toutes les parties concernées. Le plan porte sur les caractéristiques physiques du site et de son paysage, ainsi que sur son importance culturelle et historique. Les actions proposées concernent l'amélioration des installations pour les visiteurs, l'élaboration d'un plan d'évacuation d'urgence, l’aménagement paysager du site et l'élaboration de programmes et d’actions éducatives.

Choirokoitia a reçu un statut de protection renforcée par le Comité pour la Protection des biens culturels en cas de conflit armé, en novembre 2010.

Description longue

Au cours de la période préhistorique, Chypre joua un rôle fondamental dans la transmission de la culture depuis le Proche-Orient vers le monde européen. Choirokhoitia est un site archéologique remarquablement préservé qui a apporté, et continue à apporter des informations scientifiques de la plus haute importance sur la diffusion de la civilisation de l'Asie vers le monde méditerranéen. Les vestiges mis au jour et les parties non encore fouillées de Choirokoitia illustrent clairement les origines de la phase proto-urbaine en Méditerranée, et au-delà.

Le site néolithique de Choirokoitia est l'un des plus importants sites préhistoriques de Méditerranée orientale. Il documente un aspect de l'expansion de la culture néolithique dans le cas bien particulier d'un environnement insulaire. La longue période d'occupation de ce village et la vaste documentation concernant ses différentes phases culturelles illustrent l'évolution de cette société. En tant que témoignages de la culture matérielle, les coutumes funéraires et la présence de statuettes témoignent de pratiques, de rites et de croyances religieuses d'une grande importance historique.

L'occupation humaine permanente débuta au cours de la période protonéolithique acéramique (antérieure à la poterie), qui commence vers 7000 av. J.-C., et vit la foundation de Choirokoitia, probablement par des gens venus d'Anatolie ou du Levant - des fermiers sédentaires cultivant des céréales et élevant des moutons, des chèvres et de cochons, tous animaux introduits d'Asie Mineure. Pour une raison qui nous échappe, Choirokoitia, ainsi que d'autres sites, a été abandonnée brusquement vers le milieu du VIe  millénaire, et ne fut réoccupée qu'un millier d'années plus tard, au cours de la période néolithique céramique. Choirokoitia a conservé moins de témoignages d'occupation de cette époque, sous forme de vestiges d'édifices, mais de nouvelles cultures et un nouveau type d'élevage, ainsi qu'une poterie caractéristique, ont pu être mis en évidence. Ces différents témoignages montrent que les nouveaux habitants du site appartenaient à un groupe d'immigration récente dont l'économie se fondait également sur l'agriculture et sur l'élevage. Le site fut définitivement abandonné au début du IVe  millénaire.

Choirokoitia se trouve sur les pentes d'une colline entourée par un méandre de la Maroni, qui domine la vallée fertile de Vasilikos, à quelque 6 km de la mer ; son extension est de l'ordre de 1,5 ha. La plus ancienne occupation, documentée par des maisons circulaires construites en brique crue et en pierre, avec des toits plats, se trouvait à l'est de la colline. Le village était protégé par un mur massif qui barrait l'accès depuis l'ouest (les deux autres côtés étaient protégés naturellement par la rivière et par des pentes très raides). Un second mur défensif fut construit plus tard pour protéger une extension du village vers l'ouest. Les deux enceintes sont percées de portes dont un impressionnant exemple a été mis au jour pendant les fouilles : un escalier de trois volées de marches traverse dans toute son épaisseur la muraille d'un bastion externe parallélépipédique en pierre, actuellement conservé sur une hauteur de 2,50 m.

Quelque vingt maisons ont été fouillées ; elles étaient construites directement sur le sol, sans fondations, en blocs irréguliers de calcaire, en brique crue et en argile pressée. Les parements externes sont souvent en pierre, les parements internes en argile ou en brique crue, parfois peints. Les empreintes conservées dans les fragments effondrés ont permis de conclure que les toits étaient plats, faits de branchages et de roseaux noyés dans l'argile.

Les vestiges de foyers, de meules et d'autres objets domestiques et agricoles ont été retrouvés associés aux maisons. Les sépultures mises au jour sous les sols de terre battue de nombreuses maisons témoignent des rites d'inhumation qui s'y sont déroulés.

La fouille de l'habitat a livré de nombreux objets en pierre, en os et, plus tard, en terre cuite, ainsi que des restes végétaux, notamment des graines carbonisées (formes anciennes de blé et d'orge, lentille). Parmi les os d'animaux, certains appartiennent à des espèces domestiques. Les outils sont variés, des aiguilles en os aux instruments agricoles, comme les faucilles. Toutefois, les objets les plus remarquables sont certainement les statuettes anthropomorphes en pierre (et une en argile) qui témoignent de l'existence, au cours de cette période ancienne, de croyances religieuses complexes.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Pendant l'époque proto-néolithique (vers 8100 avant J.-C.), des chasseurs-cueilleurs s'installent à Chypre de façon très provisoire et ne tardent pas à abandonner l'île. L'occupation humaine devient permanente à l'époque proto-néolithique acéramique (avant l'apparition de la poterie) débutant vers 7000 avant J.- C., date de la fondation du site de Choirokoitia par des peuples en provenance d'Anatolie ou du Levant sur un promontoire dominant la rivière Maroni. Des fermiers sédentaires y cultivent des céréales et y élèvent moutons, chèvres et porcs amenés des terres intérieures d'Asie Mineure.

Pour des raisons encore inexpliquées, Choirokoitia et d'autres sites proto-néolithiques acéramiques sont brusquement abandonnés au milieu du sixième millénaire avant J.-C. et ne seront repeuplés qu'un millier d'années plus tard, à l'époque néolithique céramique. Si le site conserve de cette période peu de traces d'occupation sous forme de vestiges d'édifices, la découverte de nouvelles formes de flore et de faune ainsi que d'une poterie typique permettent de supposer que les nouveaux habitants appartenaient à un groupe de nouveaux immigrants. Toutefois, leur mode de vie était toujours fondé sur l'agriculture et l'élevage d'animaux domestiques. Le site est finalement abandonné au début du quatrième millénaire avant J.C.

Source : évaluation des Organisations consultatives