English Français
Aidez maintenant !

Villa romaine du Casale

Villa Romana del Casale

Roman exploitation of the countryside is symbolized by the Villa Romana del Casale (in Sicily), the centre of the large estate upon which the rural economy of the Western Empire was based. The villa is one of the most luxurious of its kind. It is especially noteworthy for the richness and quality of the mosaics which decorate almost every room; they are the finest mosaics in situ anywhere in the Roman world.

Villa romaine du Casale

L'exploitation de la campagne à la période romaine est symbolisée par la villa, centre du grand domaine sur lequel était fondée l'économie rurale de l'empire d'Occident. Sous sa forme du IVe siècle, la villa romaine du Casale est l'un des exemples les plus luxueux de ce type de monument. Elle est particulièrement remarquable par la richesse et la qualité des mosaïques qui décorent presque chaque pièce, et qui sont les plus belles encore en place dans tout le monde romain.

فيلاّ كازالي الرومانية

تشكل الفيلاّ رمزًا لاستثمار الريف في الحقبة الرومانية وهي مركز الميدان الكبير الذي ارتكز عليه الاقتصاد الريفي لامبراطورية الغرب. فهذه الفيلاّ هي بشكلها العائد إلى القرن الرابع أحد الأمثلة الأكثر فخامة عن هذا النوع من النصب. وهي تتميّز بالغِنى والجودة في الفسيفساء التي تزيّن كل غرفة تقريبًا والتي تعتبَر الأجمْلَ حتى في العالم الروماني بأسره. 

source: UNESCO/ERI

卡萨尔的罗马别墅

位于西西里的卡萨尔罗马别墅是罗马大庄园的中心,西罗马帝国农村经济就依赖这些庄园。卡萨尔的罗马别墅是众多同类建筑中最奢华的一个。卡萨尔的镶嵌工艺水平和质量尤其值得关注,几乎装饰了每一个房间的马赛克,时至今日仍然是罗马世界的一朵瑰丽的奇葩。

source: UNESCO/ERI

Древнеримская вилла Дель-Казале (остров Сицилия)

Символом ведения хозяйства в сельской местности может служить древнеримская вилла Дель-Казале - центральная усадьба крупного поместья. Помещичье землевладение было основой сельского хозяйства в Западной Римской империи. Вилла представляет собой одно из самых роскошных владений подобного рода. Её главной достопримечательностью являются богатство и качество мозаик, которые украшают почти каждую комнату; эти мозаики являются превосходными образцами этого вида искусства, где-либо сохранившимися in-situ в древнеримском мире.

source: UNESCO/ERI

Villa romana de Casale

Centros de las vastas haciendas en las que se basaba la economía rural, las villas eran el símbolo por excelencia de la explotación agraria en el Imperio Romano de Occidente. Uno de los ejemplares más suntuosos de estas edificaciones es la villa de Casale (Sicilia), que ha conservado su configuración del siglo IV. Por su abundancia y calidad, los mosaicos que ornamentan casi todas las habitaciones son los más bellos de todo el orbe romano conservados in situ.

source: UNESCO/ERI

ヴィッラ・ロマーナ・デル・カサーレ

source: NFUAJ

Villa Romana del Casale

De Romeinse uitbuiting van het platteland wordt in het bijzonder gesymboliseerd door de Romeinse Villa del Casale op Sicilië, het centrum van een groot landgoed waarop de plattelandseconomie van het westerse Keizerrijk was gebaseerd. De villa is één van de meest luxueuze in zijn soort. Ontworpen in de traditie van de Romeinse villa, maar op een niveau van luxe waarvan binnen het Romeinse Rijk geen equivalent bestaat. Het uitgegraven gedeelte – ongeveer 4.000 vierkante meter – is slechts een deel van de volledige vestiging en kan worden onderverdeeld in vier zones, of groepen kamers, allemaal versierd met mozaïekvloeren van een superieure kwaliteit.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
© UNESCO
Justification d'inscription

Le Comité a décidé d'inscrire ce bien sur la base des critères (i), (ii) et (iii). La villa du Casale de Piazza Armerina est l'exemple suprême de la villa romaine luxueuse qui illustre graphiquement la structure socio-économique de son époque. Les mosaïques dont elle est décorée sont exceptionnelles tant par leur qualité artistique que par leur inventivité et leur étendue.

Description longue

La villa del Casale à Piazza Armerina offre le meilleur exemple de villa romaine luxueuse, et illustre parfaitement la structure économique et sociale qui était alors en vigueur. Ses mosaïques sont d'une qualité artistique, d'une originalité et d'une étendue tout à fait exceptionnelles.

Un édifice rural plus ancien, dont on pense sur la base de faibles indices qu'il s'agissait d'une ferme, existait sur le site sur lequel la villa fut construite à la fin de l'Empire romain. Son orientation était la même que celle des bains de la villa, et ses fondations ont été mises au jour sous différentes parties de l'édifice. L'existence de bains au cours de cette phase antérieure suggère qu'il s'agissait déjà de la résidence d'un riche fermier, ou de l'administrateur d'un riche propriétaire terrien. Deux portraits de l'époque flavienne (fin du Ier  siècle apr. J.-C.), découverts dans ces niveaux, pourraient être ceux de membres de la famille du propriétaire. La stratigraphie de cette maison montre qu'elle fut occupée depuis le Ier  siècle apr. J.-C. jusqu'à la période de la Tétrarchie, à la fin du IIIe  siècle. Elle paraît avoir été détruite par un tremblement de terre au cours de la première décennie du IVe  siècle, époque durant laquelle elle appartenait probablement à Marcus Aurelius Maximinianus, un Pannonien qui s'était élevé dans la hiérarchie militaire jusqu'à devenir général, et qui reçut le statut d'Augustus sous Dioclétien. Après la mort violente de Maximinianus, le domaine dut passer à son fils et homologue impérial Maxence, tué à la bataille du pont Milvius à Rome, en 312. La grandeur et la beauté des structures que reflètent les ruines de la villa invitent à penser qu'elle fut construite sinon sous les ordres d'un souverain romain, du moins d'un riche et puissant propriétaire terrien, entre 310 et 340. La villa, déjà très dégradée, fut occupée au cours de l'invasion arabe du IXe  siècle, et finalement détruite par le souverain normand de Sicile, Guillaume Ier le Mauvais, vers 1155.

L'édifice, qui mérite le titre de palais, plutôt que celui de villa, a été dessiné dans la tradition de la villa romaine, mais à une échelle et à un niveau de luxe sans aucun parallèle connu dans tout l'Empire romain. L'aire fouillée, qui ne représente qu'une partie de l'extension totale du complexe, couvre environ 4 000 m2 , et peut être subdivisée en quatre zones ou groupes de salles, toutes décorées de sols de mosaïque d'une qualité exceptionnelle.

La villa est construite sur une série de terrasses. La première est l'entrée monumentale, qui donne dans une cour sur laquelle ouvre le complexe balnéaire. La palestre ovale mène dans un grandiose frigidarium octogonal (pièce froide) à partir duquel on accède, par le tepidarium (pièce chaude), à trois caldaria (bains chauds). On trouve ensuite l'impressionnant péristyle principal dont le centre est occupé par une fontaine monumentale, et sur lequel ouvrent différentes salles ; l'un de ses côtés présente un petit sanctuaire absidé. Le troisième groupe se trouve au sud, autour du péristyle elliptique. Le vaste triclinium présente des absides sur trois de ses côtés, et il est décoré de scènes mythologiques qui représentent notamment les Travaux d'Hercule. Le quatrième groupe de salles se trouve à l'est du péristyle principal, autour du long corridor qui présente la grande scène de chasse.

Ce secteur monumental renferme l'une des mosaïques les plus belles et les plus justement célèbres, qui représente la capture des animaux sauvages en Afrique, avec le maître et ses assistants dirigeant les opérations au centre. Ce groupe de pièces inclut aussi la basilique, une vaste salle de réception pavée en marbre, et non en mosaïque. La plupart des petites salles privées de cette partie du complexe renferment des sols de mosaïque qui figurent des activités domestiques plus paisibles. Célèbre entre tous est le groupe de jeunes femmes portant des vêtements remarquablement semblables à nos bikinis modernes, occupées à faire du sport. Ces mosaïques font la gloire de la villa del Casale. Remontant à la phase la plus avancée de l'art de la mosaïque, elles sont probablement l'œuvre d'artistes venus du nord de l'Afrique, à en juger par la qualité du travail et par les scènes figurées. On pense, pour des raisons stylistiques, que deux maîtres mosaïstes ont travaillé dans la villa, l'un selon un style plus classique, surtout intéressé par les scènes mythologiques, tandis que l'autre appliquait une approche plus réaliste à la représentation de scènes de la vie contemporaine. Nombreux sont les thèmes représentés : mythologie, chasse, flore et faune, scènes domestiques, parmi bien d'autres. Les colonnes et les murs de la villa étaient également décorés de stucs peints, à l'intérieur comme à l'extérieur, comme l'attestent les nombreux éléments qui nous sont parvenus.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Un peuplement rural antérieur, dont, malgré le peu de preuves, on pensait généralement qu'il s'agissait d'une ferme, existait sur le site de construction de la villa de la fin de la période romaine. Son orientation était la même que celle des thermes de la villa et ses fondations ont été découvertes sous certaines parties de la villa.

L'existence de thermes à la période la plus ancienne du site suggère qu'il s'agit de la résidence d'un riche occupant ou de l'administrateur d'un propriétaire terrien fortuné. Deux portraits, datant de la période des Flaviens (fin du 1er siècle après J.-C.), représentent peut-être les membres de la famille du propriétaire. La stratigraphie de cette antique demeure révèle une chronologie s'étendant du 1er siècle après J.-C. à la Tétrarchie de la fin du 3ème siècle après J.-C. Cette période est un moment obscur de l'histoire sicilienne, alors que le système traditionnel de latifundia faisant appel à la main d'oeuvre esclave subit de considérables transformations.

Certains signes indiquent que la première maison a été détruite par un tremblement de terre au cours de la première décennie du 4ème siècle, époque à laquelle elle était probablement la propriété de Maximien, pannonien issu des rangs de l'armée romaine pour devenir général et être enfin élevé à la dignité d'Augustus par Dioclétien. Lors de la mort violente de Maximien en 310, elle aurait été transmise à son fils et homologue impérial, Maxence, qui perdra la vie en 312 de la main de Constantin le Grand pendant la bataille du pont Milvius, à Rome.

La grandeur et le faste de la nouvelle structure érigée sur les ruines de l'antique maison de campagne suggère sa construction sur l'ordre sinon de l'un de ces souverains romains, du moins d'un riche et puissant propriétaire terrien, entre 310 et 340. Malgré sa dégradation grandissante, elle reste habitée jusqu'à l'invasion arabe du 9ème siècle. Il semble que sa destruction définitive soit l'oeuvre du souverain normand de Sicile, Guillaume 1 le Mauvais, vers l'an 1155.

Source : évaluation des Organisations consultatives