English Français

Cathédrale, Torre Civica et Piazza Grande, Modène

Cathedral, Torre Civica and Piazza Grande, Modena

The magnificent 12th-century cathedral at Modena, the work of two great artists (Lanfranco and Wiligelmus), is a supreme example of early Romanesque art. With its piazza and soaring tower, it testifies to the faith of its builders and the power of the Canossa dynasty who commissioned it.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Cathédrale, Torre Civica et Piazza Grande, Modène

La magnifique cathédrale du XIIe siècle de Modène, œuvre de deux grands artistes, Lanfranco et Wiligelmo, est un exemple suprême des débuts de l'art roman. Avec la place et la tour élancée qui lui sont associées, elle témoigne de la force de la foi de ses constructeurs et du pouvoir de la dynastie des Canossa, ses commanditaires.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

الكاتدرائية، تورّي تشيفيتشيا وبياتزا غراندي، مودينا

هذه الكاتدرائية الرائعة العائدة إلى القرن الثاني عشر في مودينا هي من صنع فنّانين كبيرين لانفرانكو وفيليجيلمو وتشكل مثلاً ساميًا لبدايات الفن الروماني. فبالباحة والبرج الممشوق المتصلين بها، تشهد هذه الكاتدرائية على قوة إيمان من بنوها وسلطة سلالة كانوسّا القيّمة على بنائها.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

摩德纳的大教堂、市民塔和大广场

位于摩德纳的宏伟的12世纪大教堂,是兰弗兰科(Lanfranco)和威利盖尔茨(Wiligelmus)这两位伟大艺术家的杰作,是早期罗马风格艺术的最杰出典范。这所大教堂和与之相配套的宏大广场以及耸入云霄的高塔一起,不但证实了建造者们对皇室的无限忠诚,而且还体现了命令建造这些建筑的卡诺萨王朝的非凡国力。

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Кафедральный собор, башня Торре-Чивика и площадь Пьяцца-Гранде в городе Модена

Великолепный собор XII в. в Модене работы двух больших художников (Ланфранко и Вильгельма) является наилучшим примером раннего романского искусства. Вместе с Соборной площадью и вздымающейся над ним башней собор символизирует твердую веру строителей и подтверждает могущество династии Каносса, которая заказала его строительство.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Catedral, torre cívica y gran plaza de Módena

Construida en el siglo XII por dos grandes artistas, Lanfranco y Wiligelmo, la magnífica catedral de Módena es una obra de arte suprema de los comienzos del arte románico. Junto con la plaza y la esbelta torre aledañas, este edificio atestigua el vigor de la fe que animó a sus constructores, así como el poder de la dinastía de los Canossa que ordenó su construcción.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

モデナの大聖堂、トッレ・チヴィカ及びグランデ広場
12世紀に建立のこの大聖堂は初期ゴシック建築、イタリア・ロマネスク建築の代表的な遺講。設計者のランフランコと正面の浮彫をになったヴィリジェルモの二人の偉大な芸術家の作品。付随する広場とそびえ立つ塔は、深い信仰とカノッサ家の権力を物語っている。

source: NFUAJ

Kathedraal, Torre Civica en Piazza Grande, Modena

De prachtige 12e-eeuwse kathedraal van Modena – het werk van twee grote kunstenaars (Lanfranco en Wiligelmo) – is een goed voorbeeld van vroegromaanse kunst. Het plein en de hoge toren getuigen van het geloof van de bouwers en de macht van de opdrachtgever: de Canossa dynastie. Het geheel is een meesterwerk van menselijke genialiteit, waarin een dialectische relatie tussen architectuur en beeldhouwkunst is bereikt binnen de Romaanse kunst. Het Modena complex vormt een bewijs van de culturele tradities uit de 12e eeuw en is een van de beste voorbeelden van een architectonisch complex waar religieuze en burgerlijke waarden zijn gecombineerd in een middeleeuwse stad.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Cathédrale, Torre Civica et Piazza Grande, Modène (Italie) © Yvon Fruneau
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

À Modène, la magnifique cathédrale et le vertigineux campanile (Torre Civica ou beffroi) constituent ensemble un exemple suprême de l’art roman primitif du 12e siècle d’une exceptionnelle qualité architecturale et sculpturale. Outre la cathédrale et la spectaculaire Torre Civica, également connue sous le nom de « Ghirlandina », le bien inclut la Piazza Grande sur laquelle donne l’Hôtel de ville, l’Archevêché ainsi qu’une partie des édifices canoniques et la sacristie au nord. Le bien dans son ensemble est relativement petit, couvrant une superficie de 1,2 ha entourée d’une zone tampon de 1,1 ha.

Attribuée à l’architecte Lanfranco, la cathédrale fut commencée en 1099, remplaçant une basilique paléochrétienne, et abrite aujourd’hui la dépouille de San Geminiano, le saint patron de Modène (6e siècle). L’édifice est recouvert de pierres romaines antiques, ce qui lui confère la splendeur des temples de l’Antiquité. Les riches sculptures de Wiligelmo se retrouvent sur les murs extérieurs et les chapiteaux intérieurs. Le campanile, commencé au début du 12e siècle, est de mêmes style et matériaux. Structure de cinq étages au départ, il lui a été ajouté en 1319 une section octogonale et des décorations. La Piazza Grande, située le long de l’historique Via Emilia dans le centre médiéval, a été créée lors de la seconde moitié du 12e siècle.

La cathédrale et la Ghirlandina apparaissent comme un complexe cohérent en terme de critères physiques et structurels, la construction des deux édifices ayant occupé la ville de Modène pendant plus de deux siècles, de 1099 à 1319. La construction de la cathédrale de Modène en 1099 constitue un repère essentiel de l’histoire médiévale pour toute une série de raisons, dont deux d’importance particulière : la construction est un exemple typique et documenté du remploi de ruines antiques, une pratique commune au Moyen-Âge avant la remise en exploitation d’anciennes carrières au 12e siècle et surtout au 13e siècle. de plus, au tournant des 11e et 12e siècles, la cathédrale fut l’un des premiers édifices, et à coup sûr le plus important, où l’association d’un architecte (Lanfranco) et d’un sculpteur (Wiligelmo) a été célébrée par des inscriptions explicites, trouvées sur l’édifice même. Elle a également marqué le passage d’une conception de production artistique magnifiant la maîtrise d’ouvrage ou la fortune de son mécène à une conception plus moderne où le rôle du créateur est reconnu.

Par la suite, la présence documentée des Maîtres de Campione à Modène entre les dernières décennies du 12e siècle et le début du 13e siècle renseigne grandement sur la manière dont les travaux furent gérés sur un site de construction médiéval parfaitement organisé. L’art de la cathédrale et du campanile évoluèrent considérablement sous l’influence des Campionesi, immanquablement ouverts aux progrès et thèmes de l’école romane d’Émilie postérieure à Wiligelmo (notamment les cathédrales de Ferrare et Piacenza) et aux innovations de Benedetto Antelami, et montrent d’intéressantes ressemblances avec la sculpture contemporaine de Provence, en particulier les superbes façades de Saint-Gilles et d’Arles.

Critère (i) : l’oeuvre commune de Lanfranco et de Wiligelmo est un chef-d'oeuvre du génie créateur humain où s'impose une nouvelle dialectique des rapports entre architecture et sculpture dans l'art roman.

Critère (ii) : entre les 12e et 13e siècles, le complexe monumental fut l’un des principaux lieux d’élaboration d’un nouveau langage figuratif, destiné en grande partie à influencer le développement de l’art roman dans la plaine du Pô. Les grandes innovations de Wiligelmo allaient avoir une vaste influence sur la sculpture italienne du Haut Moyen-Âge. Sur le plan européen, les sculptures de la cathédrale de Modène constituent un témoignage privilégié quant à la compréhension du contexte culturel accompagnant la renaissance des structures de pierre monumentales. Très peu d’autres complexes monumentaux (à l’exception de Toulouse et de Moissac) peuvent prétendre à une telle importance dans ce domaine.

Critère (iii) : le complexe de Modène constitue un témoignage exceptionnel des traditions culturelles du 12e siècle dans la société urbaine de l’Italie septentrionale où l’organisation, le caractère religieux, les croyances et les valeurs se traduisent tous dans l’histoire de ses constructions.

Critère (iv) : le complexe monumental constitué par la cathédrale, le campanile et la place est un des plus beaux exemples de complexe architectural réunissant valeurs religieuses et civiles dans une ville chrétienne médiévale ; le développement urbain a été étroitement associé aux valeurs civiles, en particulier à travers les relations entre l’économie, la religion et la vie sociopolitique de la cité.

Intégrité

Au fil du temps, le complexe monumental de Modène a conservé les attributs historiques, sociaux et artistiques qui définissent sa valeur universelle exceptionnelle. Les travaux réalisés au fil des siècles sur ce monumental complexe du patrimoine mondial ont toujours eu pour vocation de garder fonctionnels les édifices tout en préservant de façon fondamentale les proportions des espaces et des volumes, prolongeant la vie de l’ensemble sans altérer sa physionomie ni ses fonctions.

Le complexe est demeuré relativement intact, avec la cathédrale, le campanile et les édifices en rapport avec l’église situés autour de la Piazza Grande. Des modifications mineures ont été apportées, dont le remplacement de huit métopes du toit par des copies, les originaux étant désormais conservés dans un musée.

Les menaces qui pèsent sur le bien sont essentiellement liées aux risques de séisme, une ligne de faille courant d’est en ouest au sud du Pô. Après le tremblement de terre de 1996, des interventions de restauration ont été réalisées sur le complexe. Les récentes secousses sismiques survenues en Émilie (mai 2012) n’ont donc causé aucun dégât majeur aux édifices inscrits, seules des fissures mineures étant apparues sur la cathédrale. D’autres menaces ont été identifiées en rapport avec la pollution environnementale, l’impact d’une ligne de trolleybus passant devant la cathédrale et des activités culturelles et commerciales inappropriées sur la Piazza Grande.

Authenticité

Le complexe monumental désigné est indéniablement authentique en ce qui concerne les plan, forme, matériaux et fonction.

Bien que la cathédrale ait subi un certain nombre de rénovations au fil du temps, elle conserve sa fonction originale et le complexe monumental est indéniablement authentique en ce qui concerne son plan et sa forme. Son historique de préservation confirme également son authenticité. En matière de restauration et de conservation, la cathédrale de Modène constitue un cas exemplaire, comme le montre son histoire séculaire d’interventions et d’initiatives, mettant en exergue un chapitre important dans l’histoire de la conservation du patrimoine italien. Les dégâts causés par les bombardements de la Deuxième Guerre mondiale ont entraîné une « restauration conservatrice » immédiatement au sortir de la guerre. Si la restauration de la crypte dans les années 1950 a signifié le retrait d’éléments de la Haute Renaissance en faveur de la restauration du style roman original, cette approche a été abandonnée dans les projets ultérieurs. Les interventions de restauration visant à traiter les problèmes de détérioration des murs de pierre à la fin des années 1970 et au début des années 1980 ont été fondées sur de vastes recherches et investigations.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le système de gestion de la cathédrale, de la Torre Civica et de la Piazza Grande de Modène repose sur une législation et des politiques s’appliquant aux niveaux national, régional et local et incombe à la Curie épiscopale du diocèse de Modène, entité religieuse qui gère les biens locaux de l’Église. La ville de Modène et les Directions régionales du ministère des Affaires culturelles, du Patrimoine et du Tourisme sont chargées de la protection et de la préservation du bien.

Le bien est situé dans le centre de la ville de Modène qui, en vertu de l’actuelle initiative d’aménagement urbain prise au niveau municipal, fait l’objet de mesures générales de protection, préservation et restrictions d’utilisation. Ce plan d’aménagement urbain inclut le périmètre du bien du patrimoine mondial avec sa zone tampon, et le document règlementaire d’application reconnaît le plan de gestion comme plan de mise en œuvre pour la préservation et la gestion du site. Selon l’outil d’aménagement urbain de Modène, tous travaux autorisés sur le complexe monumental doivent rigoureusement être planifiés et supervisés aux fins de garantir la préservation de sa valeur universelle exceptionnelle. De plus, l’intégralité du centre ville est soumis à des restrictions de préservation archéologique préventive.

En 2005, un comité directeur a été mis en place, réunissant les propriétaires du bien (la Basilica Metropolitana di Modena en lien avec la Curie épiscopale du diocèse de Modène), la ville de Modène, les organes de contrôle et la province de Modène. Le comité est chargé de rédiger le plan de gestion et d’en suivre la mise en œuvre et les mises à jour appropriées.