jump to the content

Centre historique (vieille ville) de Tallin

Historic Centre (Old Town) of Tallinn

The origins of Tallinn date back to the 13th century, when a castle was built there by the crusading knights of the Teutonic Order. It developed as a major centre of the Hanseatic League, and its wealth is demonstrated by the opulence of the public buildings (the churches in particular) and the domestic architecture of the merchants' houses, which have survived to a remarkable degree despite the ravages of fire and war in the intervening centuries.

Centre historique (vieille ville) de Tallin

Les origines de Tallin remontent au XIIIe siècle, lorsqu'un château fut édifié par les croisés de l'ordre Teutonique. La cité s'est développée pour devenir un poste clé de la Ligue hanséatique et sa prospérité s'est traduite par l'opulence des édifices publics (en particulier ses églises) et l'architecture domestique des maisons de marchands, remarquablement bien préservées malgré les ravages des incendies et des guerres au cours des siècles.

وسط مدينة تالين التاريخي (المدينة القديمة)

ترقى مدينة تالين إلى القرن الثالث عشر عندما شيّدت فرقة من الصليبيين قلعة حصينة هناك. ونمت المدينة وتطوّرت لتصبح شعلة العصبة التحالفيّة وترجم ازدهارها من خلال غنى المباني العامة (خصوصاً الكنائس) والهندسة المحليّة لمنازل التجّار والتي جرت المحافظة عليها أبلغ محافظة على الرغم من الحرائق والحروب التي اندلعت على مرّ القرون.

source: UNESCO/ERI

塔林历史中心(老城)

塔林的起源可追溯到13世纪,当时的条顿骑士团的十字军骑士们在这里建造了一个城堡, 后来,这里又发展成为汉斯同盟(Hanseatic League)的主要中心。在后来的几个世纪,这里屡遭战火,但许多建筑还是较为完好地保留了下来,公共建筑(特别是教堂)之豪华以及商店内部装璜之考究充分展示了当时这里的繁荣和富裕。

source: UNESCO/ERI

Исторический центр (Старый город) Таллинна

Старое эстонское укрепление на холме Тоомпеа, вокруг которого позже возник город Таллинн, было захвачено в XIII в. датчанами, но в дальнейшем оно перешло к Ливонскому Ордену. Город развивался как важный центр Ганзейского союза, и его благосостояние подтверждается богатством общественных зданий, особенно церквей, и жилой архитектурой купеческих домов, несмотря на пожары и войны минувших столетий сохранившиеся в весьма хорошем состоянии.

source: UNESCO/ERI

Centro histórico (ciudad vieja) de Tallin

Los orígenes de Tallin se remontan al siglo XIII, con la edificación de un castillo por los caballeros cruzados de la Orden Teutónica. Luego, la ciudad se fue desarrollando hasta convertirse en uno de los principales centros de la Liga Hanseática. Su prosperidad de esa época se patentizó en la opulencia de sus edificios públicos –en particular las iglesias– y la arquitectura de las mansiones de los mercaderes, muy bien conservadas a pesar de los estragos causados por los incendios y las guerras a lo largo de los siglos.

source: UNESCO/ERI

タリン歴史地区(旧市街)

source: NFUAJ

Historisch centrum (oude stad) van Tallinn

De oorsprong van Tallinn gaat terug tot de 13e eeuw, toen er een kasteel werd gebouwd door ridders van de Duitse Orde die op kruistocht waren. Het historische centrum van Tallinn is uitzonderlijk compleet en goed bewaard gebleven en een mooi voorbeeld van een middeleeuwse Noord-Europese handelsstad aan de kust van de Baltische Zee. De stad ontwikkelde zich als een belangrijk centrum van de Hanze tijdens de meest actieve periode van deze grote handelsorganisatie in de 13e tot de 16e eeuw. De rijkdom van Talinn uit zich in de weelderigheid van de openbare gebouwen (de kerken in het bijzonder) en de architectuur van de koopmanshuizen.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
© Fiona Starr
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le centre historique (vieille ville) de Tallinn est une ville commerçante médiévale d’Europe du Nord sur la côte de la mer Baltique exceptionnellement bien conservée et complète. La ville s’est développée comme un important centre  de la Ligue hanséatique entre le XIIIe et le XVIe siècles, c’est-à-dire à l’époque de la plus grande activité de cette vaste organisation commerciale.

La combinaison de la ville haute perchée sur la colline de calcaire et de la ville basse au pied de celle-ci, avec les nombreux clochers de ses églises, dessine une silhouette singulière qui se voit de loin, depuis la mer comme depuis l’intérieur des terres.

La ville haute (Toompea), avec son château et sa cathédrale, est depuis toujours le centre administratif du pays, alors que la ville basse conserve, à un degré remarquable, le tissu urbain médiéval, avec son entrelacs de ruelles tortueuses qui ont souvent conservé leur nom médiéval et ses beaux bâtiments publiques et bâtiments bourgeois, y compris murailles de la cité, Hôtel de ville, pharmacie, églises, couvents, guildes de marchands et d’artisans, intérieur des maisons de marchands, tout cela remarquablement préservé. La répartition des parcelles construites n’a pratiquement pas changé depuis les XIIIe-XIVe siècles.

Ce qui prouve la valeur universelle exceptionnelle du centre historique (vieille ville) de Tallinn, c’est qu’il reste un exemple éminent, remarquablement bien préservé et complet, de ville commerçante médiévale d’Europe du Nord ayant parfaitement conservé les caractéristiques les plus marquantes propres à cette forme originale de communauté économique et sociale.

Critère (ii) : Le centre historique de Tallinn, un des avant-postes les plus éloignés et les plus puissants pour les activités colonisatrices de la Ligue hanséatique au nord-est de l’Europe entre le XIIIe et le XVIe siècles, a été un creuset où s’est formée, avant d’être exportée dans tout l’Europe du Nord, une culture internationale à la fois laïque et ecclésiastique, aboutissement d’échanges entre les ordres cistercien et dominicain, les chevaliers teutoniques et les traditions de la Ligue hanséatique.

Critère (iv) : Le plan de la ville et ses bâtiments illustrent de façon remarquable la coexistence d’un siège de seigneurs féodaux avec un centre de négoce hanséatique, abrités communément par un système de remparts et de fortifications.

Intégrité

Les limites de ce bien du patrimoine mondial et de sa zone tampon ont été modifiées en 2008 pour faire en sorte que son périmètre coïncide avec les limites de la zone de conservation de la vieille ville de Tallin, reconnue comme monument national en Estonie. En tant que bien du patrimoine mondial, le centre historique de Tallinn (dont la superficie est passée de 60 à 113 ha) comprend désormais la ville haute (Toompea), la ville basse à l’intérieur des murailles médiévales, ainsi que les fortifications historiques du XVIIe siècle qui entourent toute la vieille ville et un ensemble de structures, de paysages de rues et de points de vue essentiellement du XIXe siècle qui, de nos jours, forment une zone verte autour de la cité médiévale. Cette modification a permis d’inclure tous les éléments qui contribuent de façon primordiale à la valeur universelle exceptionnelle de ce bien tout en le rendant sensiblement plus complet et en améliorant grandement son intégrité.

La zone tampon est passée de 370 à 2.253 ha en 2008 également ; elle protège désormais de façon beaucoup plus complète l’environnement immédiat du bien. Elle s’étend maintenant jusqu’à la mer, offrant des points de vue depuis les péninsules de Viimsi et Kopli et permet de voir la ville à partir de 9 secteurs panoramiques et 5 couloirs visuels.

À ce jour, Tallinn a conservé sa silhouette caractéristique, qui se voit depuis la mer comme de l’intérieur des terres. Cette silhouette pourrait cependant être menacée si les plans de construction de hauts buildings étaient mis en œuvre à l’extérieur de la zone tampon.

Authenticité

Le site préserve dans une mesure remarquable la structure urbaine médiévale des parcelles, des rues et des places fixée au XIIIe siècle ainsi que le tissu urbain médiéval. Le réseau  des rues radiales, est bordé de nombreux édifices des XIVe-XVIe siècles. Dans leur longueur comme dans leur hauteur, les défenses de la ville ont conservé en grande partie leurs dimensions d’origine et s’élèvent par endroits à plus de 15 m.

Outre qu’elle offre un exemple de continuité architecturale, la vieille ville a conservé son rôle traditionnel de centre vivant, avec des fonctions domestiques, commerciales et religieuses, la ville haute étant encore le centre administratif du pays.

Cependant, de plus en plus de résidences historiques sont rénovées à des fins touristiques ou publiques, et doivent donc être mises aux normes en matière de sécurité et d’accessibilité.

L’environnement authentique de ce bien du patrimoine mondial comprend des bâtiments significatifs de la fin du XIXe siècle et du début du XXe, notamment des théâtres et des écoles, ainsi que, en périphérie, plusieurs quartiers d’exceptionnelles maisons de bois qui font partie intégrante du tissu urbain historique entourant la vieille ville de Tallinn.

Récemment encore, la survie des quartiers de maisons de bois était menacée du fait que, dans les années qui ont suivi l’indépendance, les droits de propriété étaient restés flous et que, de manière générale on ne s’intéressait guère à la qualité de vie que ces maisons offraient aux résidents. Comme on pouvait le constater, l’entretien était insuffisant et les conceptions en matière de modernisation et de réparation étaient inadéquates. Aujourd’hui, la situation a changé du tout au tout, et ces quartiers de maisons de bois sont très appréciés ; des mesures appropriées ont été prises pour en préserver l’authenticité.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

La zone de conservation de la vieille ville de Tallinn, créée en 1966 par le décret N°360 du Conseil des ministres de la République socialiste soviétique d’Estonie et confirmée en 1996 par le Ministère de la Culture de la République d’Estonie, fut la première zone de conservation instituée en URSS. Elle avait pour but de maintenir en l’état matériel et dans son intégrité l’ensemble d’un site bien conservé.

Plusieurs textes récents émanant du parlement ou des autorités locales viennent aussi compléter les dispositions de protection des valeurs de la vieille ville de Tallinn et en réglementer l’administration. Ce sont notamment les ordonnances relatives à la zone de conservation du patrimoine de la vieille ville (centre historique) de Tallinn fondées sur la loi de 2002 (amendée en 2011) relative à la conservation du patrimoine. Ces ordonnances, qui s’appliquent intégralement au bien inscrit après que ses limites ont été élargies en 2008 ainsi qu’à sa zone tampon, visent essentiellement la gestion des activités de préservation, de conservation, de planification et de construction dans la zone et les dispositions d’appui connexes en matière administrative. De façon plus spécifique, elles permettent de maintenir la structure, le volume bâti et la densité des parcelles historiques, ainsi que les structures et détails historiques de ce bien du Patrimoine mondial.

La loi révisée relative à la conservation du patrimoine vise à faire en sorte que les permis de réalisation de recherches et de projets ainsi que les dispositions autorisant des activités s’appliquent à toutes les structures au sein de ce bien du patrimoine mondial, et pas seulement aux monuments inscrits. De cette manière, avant que des travaux de construction ne puissent être entrepris sur le site inscrit, toutes les enquêtes historiques et archéologiques nécessaires doivent avoir été menées.

La responsabilité de la mise en œuvre de ces règlementations et ordonnances incombe à la fois au Bureau du patrimoine national et à la municipalité de Tallinn. La supervision d’ensemble est assurée par le Bureau du patrimoine national (au niveau de l’Etat), tandis que, au niveau municipal, c’est le Service du patrimoine culturel de Tallinn qui se charge de la mise en œuvre directe des ordonnances. Les experts du Groupe consultatif sur la conservation du patrimoine donnent des avis sur des questions et points spécifiques. Les décisions en matière de planification et de travaux de construction dans le site du patrimoine mondial sont prises par consensus entre le Bureau du patrimoine national et la municipalité de Tallinn.

Un Comité de gestion de la vieille ville de Tallinn a été constitué en 2010 pour renforcer la coopération et la coordination entre les organisations responsables, les ONG, la collectivité locale et d’autres parties prenantes. Il a également pour tâche d’approuver, améliorer et contrôler la mise en œuvre et la gestion du plan général de gestion du bien (qui doit être définitivement arrêté en décembre 2011). Ce dernier viendra remplacer le « Plan d’aménagement de la vieille ville de Tallinn 2008-2013 » promulgué le 28 août 2008 et sera centré sur la protection de la Valeur universelle exceptionnelle du bien.

Les dispositions actuelles en matière de gestion bénéficient de l’appui d’initiatives municipales (notamment avec la nomination, en 2010, d’un archéologue à plein temps au sein du Service du patrimoine culturel pour renforcer la surveillance archéologique lorsque de nouveaux travaux sont envisagés) et d’éléments d’orientation fournis par d’importantes rencontres internationales (par exemple, en mai 2002, la conférence sur le thème « Alternatives to historical reconstruction in UNESCO World Heritage Cities », dont la résolution finale expose un certain nombre de principes essentiels qui doivent inspirer le développement urbain à venir sur ce site inscrit).

Les futures stratégies de gestion devront appuyer les efforts pour renforces les dispositions en faveur de l’authenticité et de l’intégrité. Les stratégies de gestion doivent s’efforcer de trouver un équilibre entre l’utilisation du site par ses résidents et les autres utilisations privées ou publiques qui en sont faites et qui risquent de nuire à l’authenticité des structures concernées. La menace à l’intégrité que représente la construction de hauts buildings à l’extérieur de la zone tampon a été partiellement traitée dans le plan thématique intitulé « Cadre de référence pour la construction de bâtiments élevés à Tallinn » (que le Conseil municipal de Tallinn a adopté en 2008), qui contribue à la protection de la silhouette d’ensemble de la ville ainsi que des points de vue et couloirs visuels. Cependant, pour que le Plan thématique serve utilement à préserver sur le plan visuel l’intégrité de ce bien du patrimoine mondial, il faudra s’employer à renforcer le consensus entre toutes les parties concernées quant aux moyens efficaces à mettre en œuvre pour appliquer le plan in situ dans tous les secteurs identifiés comme offrant des points de vue sur la ville.

Description longue

Tallinn est un remarquable exemple, du fait de son authenticité et de son excellente conservation, de ville commerciale du nord de l'Europe dans le courant du Moyen Âge. Elle a conservé au plus haut degré les caractéristiques principales de cette forme unique d'économie et de société.

Les recherches ont montré qu'il existait dès les Xe -XIe  siècles un fort construit sur le plateau calcaire de Toompea, qui dominait un comptoir commercial et un port sur la route viking menant à Constantinople. Avec l'expansion du commerce baltique, le site, connu à l'époque sous le nom de Lyndanise (Reval en allemand, Kolyvan en russe), fut occupé en 1219 par les troupes de Waldemar II de Danemark qui fortifia ultérieurement Toompea et y construisit la première église.

Après être passée sous juridiction pontificale en 1226-1227, la ville fut divisée en deux zones : la forteresse (castrum ) et la ville inférieure (suburbium ). En 1230, l'ordre des Croisés invita deux cents marchands allemands de Gotland à s'installer à Tallinn où ils s'établirent autour d'une nouvelle église consacrée à saint Nicolas, près des comptoirs commerciaux estoniens, scandinaves et russes. En 1248, Tallinn adopta le statut de Lübeck, et devint membre de la Ligue hanséatique de plein droit en 1285. Sa prospérité se traduisit par une croissance rapide dans le courant du XIVe  siècle : en 1310 commencèrent les travaux de construction du puissant mur d'enceinte à l'intérieur duquel l'urbanisme de la ville était formé de rues en étoile, conformément à la tradition balte. La ville fut vendue, avec tout le territoire du nord de l'Estonie, à l'Ordre livonien qui fit reconstruire le château de Toompea. Celui-ci devint alors l'une des plus puissantes forteresses de toute cette région.

La chute de Visby, en 1361, contribua à accroître notablement l'importance de Tallinn. Au cours du XVe  siècle, la ville se transforma profondément : on bâtit alors un nouvel hôtel de ville et d'autres édifices publics, et l'on reconstruisit en pierre les maisons en bois des marchands. Tallinn fut annexé par la Suède en 1561, et ce sont des architectes suédois qui se chargèrent de la reconstruction de Toompea après un incendie désastreux, en 1684, et ajoutèrent un groupe de bastions aux fortifications. En 1710, la ville ouvrit ses portes aux troupes du tsar Pierre Ier  ; la phase de stagnation commerciale et culturelle qui s'ensuivit, pendant un demi-siècle, s'acheva lorsque son rôle comme centre administratif provincial fut reconnu, avec le château pour siège central. La ville fut lourdement bombardée en 1944 : l'église Saint-Nicolas et ses environs subirent alors d'importants dommages.

Le trait le plus caractéristique du site est la colline de calcaire de Toompea. Sa partie occidentale est occupée par le château, dont la tour connue sous le nom de « grand Hermann », deux bastions et d'imposantes murailles sont conservés à l'ouest, au nord et à l'est. À l'intérieur de l'enceinte, la cathédrale, gothique au départ, a été agrandie et reconstruite à de nombreuses reprises depuis le Moyen Âge.

La ville basse conserve, à un degré remarquable, sa physionomie urbaine médiévale avec son réseau de petites rues tortueuses dont certaines ont gardé leur nom médiéval, ainsi que de beaux édifices publics ou bourgeois. La répartition des lots d'habitation est, dans ses grandes lignes, restée la même depuis les XIIIe -XIVe  siècles.

La place de l'hôtel de ville (1371-1404) est entourée de maisons bourgeoises exceptionnellement bien conservées. Ce sont des édifices en pierre présentant un pignon élevé, dont le rez-de-chaussée était occupé par des pièces d'habitation et les étages supérieurs par des greniers ou des entrepôts ; beaucoup d'entre eux ont conservé leurs poutres d'ancrage en saillie. La maison de la Grande Guilde (1410) est un magnifique exemple de gothique du Nord, avec ses délicats plafonds voûtés et ses colonnes richement décorées.

Les murs renferment différentes églises médiévales. L'église restaurée Saint-Nicolas (Niguliste) et celle de Saint-Olaf (Oleviste) présentent toutes deux un plan basilical typique, avec une voûte élevée et une géométrie précise caractéristiques de l'école de Tallinn. Deux ensembles monastiques sont conservés à l'intérieur des murs : le complexe dominicain de Sainte-Catherine, et le couvent cistercien de Saint-Michel, qui occupent une position caractéristique, à l'écart du principal noyau urbain.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Les recherches archéologiques ont révélé l'existence, depuis les 10ème et 11ème siècles, d'un fort situé sur le plateau calcaire de Toompea, avec à ses pieds un centre de négoce et un port situé sur la route des Vikings à destination de Miklagàrd (Constantinople). Avec le développement du commerce dans la zone de la Baltique, le village alors connu sous le nom de « Lyndanise »(« Reval »>) en allemand, « Kolyvan » en russe) subit en 1219 l'occupation des troupes de Valdemar II du Danemark, souverain qui renforcera les fortifications autour de Toompea et construira la première église.

Apres être tombée sous la juridiction papale directe en 1226-1227, la cite est cédée d l'Ordre des Croises des << Frères de l'Epée » (réuni plus tard à l'Ordre teutonique) qui divise la colonie en deux parties : la forteresse (castrum) et la ville basse (suburbum). En 1230, cet Ordre invite deux cents marchands germaniques du Gothland à venir s'établir à Tallinn. Le groupe s'installe alors autour d'une nouvelle église dédiée à Saint-Nicolas, à proximité des comptoirs commerciaux estoniens, scandinaves et russes. Il est rapidement suivi par les ordres des Dominicains et des Cisterciens qui fondent respectivement les monastères de Sainte-Catherine et de Saint-Michel.

En 1248, Tallinn adopte le statut de Lübeck, devenant membre à part entière de la ligue hanséatique en 1285 : il s'agit alors d'un poste-clé sur la route commerciale séparant les pays baltes de la Russie intérieure. Au 14ème siècle, sa rapide expansion traduit sa prospérité : des travaux commencent en 1310 sur l'imposant rempart de la ville, ceinturant un site dispose suivant la structure commerciale typique des pays baltes, avec des rues en étoile. En 1345, la ville est vendue à l'Ordre teutonique, en même temps que le territoire du nord de l'Estonie. Les chevaliers teutoniques la revendent aussitôt à l'Ordre Livonien, lequel se charge de la reconstruction du château de Toompea qui sera l'un des plus résistants de la région.

Lorsque Visby tombe en 1361, l'importance de Tallin s'accroit considérablement, en même temps que Riga. Le 15eme siècle va servir de cadre à la transformation de la cité, avec la construction d'un nouvel hôtel de ville et d'autres édifices publics, ainsi que la reconstruction, en pierres, des maisons des marchands précédemment faites de bois.
Malgré le déclin de la ligue hanséatique à partir du 15ème siècle, Tallin conserve son rôle commercial et la cité ne cesse de s'embellir grâce à de splendides édifices publics et privés bâtis suivant le courant architectural de l'époque. En 1561, la Suède annexe la ville et des architectes suédois sont charges de reconstruire le site de Toompea (détruit en 1684 par un terrible incendie) et d'ajouter aux fortifications un système de bastions.

En 1710, capitulant devant les troupes du tsar Pierre 1er, la ville s'engage dans un demi-siècle de stagnation commerciale et culturelle. Cette période se termine lorsque la ville se voit confirmée dans son rôle de centre administratif provincial et le château devient son siège. Tallin perdure dans ce rôle et voit l'ajout d'un nombre relativement restreint de structures nouvelles (mais quelques-unes de très grande importance cependant) jusqu'au début du 20ème siècle.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Tallin subit l'occupation allemande au terme d'une courte période d'indépendance estonienne entre 1918 et 1940, et subit de très nombreux bombardements en 1944. L'église Saint-Nicolas et le secteur qui l'entoure sont gravement endommagés, voire détruits. L'église sera soigneusement reconstruite et abrite à présent un musée ceint d'un espace ouvert. Bien qu'étant de style « stalinien », les édifices proches de l'église respectent l'échelle et les proportions du reste de la ville historique.

Source : évaluation des Organisations consultatives