English Français
Aidez maintenant !

Centre historique de São Luís

Historic Centre of São Luís

The late 17th-century core of this historic town, founded by the French and occupied by the Dutch before coming under Portuguese rule, has preserved the original rectangular street plan in its entirety. Thanks to a period of economic stagnation in the early 20th century, an exceptional number of fine historic buildings have survived, making this an outstanding example of an Iberian colonial town.

Centre historique de São Luís

Le centre de cette ville historique datant de la fin du XVIIe siècle, fondée par les Français et occupée par les Hollandais avant de passer sous la domination des Portugais, a préservé l’ensemble d’origine de ses rues au quadrillage rectangulaire. En raison d’une période de stagnation économique au début du XXe siècle, un nombre important de bâtiments historiques de grande qualité ont été conservés, en faisant ainsi un exemple exceptionnel de ville coloniale ibérique.

وسط ساو لويس التاريخي

ترقى مدينة ساو لويس التاريخية إلى القرن السابع عشر، وقد أسسها الفرنسيون واحتلّها الهولنديون قبل أن يستعمرها البرتغاليون. وقد حافظ وسط هذه المدينة على التخطيط الأصلي لشوارعها على شكل مربّعات. ونظراً للجمود الإقتصادي الذي ساد في مطلع القرن العشرين، تمّ الحفاظ على عدد مهم من المباني التاريخية القيّمة، ما جعل من مدينة ساو لويس مثالاً إستثنائياً عن مدينة استعمارية برتغالية.

source: UNESCO/ERI

圣路易斯历史中心

圣路易斯城由法国人建立,后被荷兰人占领,最后由葡萄牙人统治。城中完整地保留着17世纪末期城市的垂直街道布局。由于20世纪初的经济停滞,使得该城许多极具历史价值的建筑得以保留,圣路易斯城成为了伊比利亚风格殖民地城镇的杰出典范。

source: UNESCO/ERI

Исторический центр города Сан-Луис

Сложившееся в XVII в. ядро этого исторического города, основанного французами, затем занятого голландцами и, наконец, перешедшего к португальцам, сохранило в целости первоначальную прямоугольную планировку. Вследствие экономического застоя в начале XX в., большая часть исторических зданий сохранилась до наших дней, что делает Сан-Луис выдающимся примером колониального города иберийского типа.

source: UNESCO/ERI

Centro histórico de Sao Luis

Fundada por los franceses y ocupada por los holandeses antes de caer bajo la dominación de los portugueses, esta histórica ciudad ha conservado su centro histórico del siglo XVII, caracterizado por el trazado rectangular de sus calles. Debido a su estancamiento económico a principios del siglo XX, Sao Luis ha conservado un gran número de edificios históricos de calidad excepcional que hacen de ella un ejemplo de ciudad colonial ibérica único en su género

source: UNESCO/ERI

サン・ルイス歴史地区

source: NFUAJ

Historisch centrum van São Luís

De stad São Luis do Maranhão werd eind 17e eeuw opgericht door de Fransen, is bezet geweest door de Nederlanders en viel uiteindelijk in Portugese handen. De stad heeft zijn originele rechthoekige stratenplan tot op heden in zijn totaliteit behouden. Er zijn meer dan 4.000 gebouwen in het centrum van de stad, die in drie categorieën te verdelen zijn: herenhuizen, huizen met meerdere verdiepingen en kleine huizen. Dankzij een periode van economische stagnatie aan het begin van de 20e eeuw, is er een uitzonderlijk aantal in goede staat bewaard gebleven. Hierdoor geldt São Luís als een goed voorbeeld van een Iberische koloniale stad.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
São Luis - Rua Portugal © M & G Therin-Weise
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Situé au bout de l’éminence formée par le confluent des fleuves Bacanga et Anil, au nord-ouest de l'île de São Luís, le centre historique de São Luís do Maranhão est caractérisé par son quadrillage urbain rectangulaire de rues bordées de bâtiments résidentiels de différentes hauteurs, la plupart avec des toits de tuiles, des corniches ornementales, des baies décorées hautes et étroites et des balcons avec des balustrades en fer forgé ou en fonte. Ils datent du plan de 1615 élaboré par l'ingénieur en chef portugais de l’Etat du Brésil, après la conquête du fort qui avait été construit sur le site par les Français en 1612. Harmonieusement étendu aux XVIIIe, XIXe et XXe siècles, le centre historique est un remarquable exemple de ville coloniale portugaise adaptée aux conditions climatiques de l'Amérique équatoriale, avec son architecture portugaise traditionnelle adaptée pour inclure des trumeaux surélevés et des  vérandas munies de volets intérieurs en bois. La singularité des techniques de construction employées se manifeste dans l'élégance du travail  traditionnel portugais des azulejos utilisés à la fois pour l'isolation et  la décoration; dans l'utilisation modulée des espaces vides et occupés renforcés par des maçonneries de pierre; et dans le contraste entre la riche ornementation des façades surplombant les rues et les porches qui ouvrent largement sur des patios intérieurs, bordée par une série continue de fenêtres à jalousie, de grilles et de frontons.

Critère (iii): Le centre historique de São Luís est un témoignage exceptionnel de la civilisation coloniale portugaise.

Critère (iv): Le centre historique de São Luís est un exemple exceptionnel de ville coloniale portugaise adaptée aux conditions climatiques de l'Amérique du Sud équatoriale.

Critère (v): Le centre historique de São Luís est un exemple exceptionnel de ville coloniale qui a conservé son tissu urbain harmonieusement intégré à son environnement naturel, à un degré exceptionnel.

Intégrité

Le tissu urbain du centre historique de São Luís est resté intact, avec des éléments qui remontent à la fondation et au développement de la ville. Alors que São Luís s’est étendue en raison de son statut de ville vivante et de son rôle spécifique de capitale de l'Etat du Maranhão jusqu'à la fin du XIXe siècle, elle  n'a pas perdu l'essentiel de ses origines, qui se traduit dans la préservation du centre historique et du quadrillage rectangulaire architectural et urbain complexe du XVIIe siècle.  Ces éléments illustrent l'importance de la ville pour  l’occupation du territoire de la région. Le Centre historique est cependant extrêmement vulnérable à l'abandon et à la négligence, et des mesures sont prises pour remédier à ce problème, qui se pose malgré les initiatives de réhabilitation urbaine visant à restaurer le patrimoine architectural et à améliorer  la valeur du paysage de la région.

Authenticité

Les couches successives du centre historique de São Luís, depuis la création du site d'origine au XVIe siècle, dont  témoignent les fortifications françaises,  la croissance de la ville portugaise au XVIIe siècle, sa période  de splendeur au XVIIIe  siècle comme capitale de Grão Pará, et son ascension en tant que métropole commerciale aristocratique homogène au XIXe siècle, restent visibles dans les éléments structurels du centre historique. Le degré d’authenticité des matériaux et de la substance des bâtiments, le tracé et le quadrillage des rues, et des espaces urbains, est élevé  et respecté par les organismes officiels ainsi que par les habitants. Les traditions, les usages et les coutumes directement liées à l'identité culturelle brésilienne sont maintenus.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

La gestion urbaine du Centre historique de São Luís est effectuée à trois niveaux de gouvernement: fédéral, étatique, et par les politiques municipales régissant la préservation des biens du patrimoine historique local.

Comme suite à l'inscription de la ville sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 1997, la demande de mesures publiques visant à préserver le site et l'intérêt des institutions gouvernementales pour sensibiliser le public sur la question ont augmenté notablement.  À cette fin, le gouvernement municipal de São Luís a commencé à élaborer les instruments nécessaires à la sauvegarde du patrimoine de la ville, en établissant, en 1998, la Coordination du patrimoine culturel (Coordenação do Patrimônio Cultural).

En 2003, le gouvernement local a créé le Centre de gestion du centre historique (Núcleo Gestor do Centro Histórico) par le décret-loi 25441 pour servir de cadre aux agences publiques compétentes (municipales, étatiques et fédérales), aux parties prenantes de la société civile, et aux institutions privées, afin d‘intégrer  les mesures municipales et de tirer parti des liens et des partenariats forgés entre les différents niveaux administratifs et de gestion; d’organiser les actions des services publics dans le centre historique; de prendre des mesures pour régler les problèmes immédiats qui se posent dans la zone; de proposer des activités et des projets visant à stimuler l'activité économique locale et assurer la durabilité des modes de production et de consommation dans le site historique, entre autres initiatives.

Dans le cadre de cet effort, la Fondation municipale du patrimoine historique (Fundação Municipal do Patrimônio Histórico - FUMPH) a été créé en 2005 dans le but d’appliquer la planification opérationnelle et de mettre en œuvre les politiques municipales pour le patrimoine historique, ainsi que des initiatives politiques locales visant à préserver et à protéger le patrimoine culturel de la ville, comme le prescrit la Loi fondamentale de São Luís.

En 2008, le Centre de gestion du centre historique (Núcleo Gestor do Centro Histórico) a été supprimé en raison de l’absence de politique de  coordination efficace entre les différentes sphères de gouvernement. Pendant qu’il fonctionnait il avait cependant fourni une expérience concrète de collaboration entre les trois niveaux de gouvernement.

Les règlements d'administration et de gestion urbaine applicables visant à la préservation du site du patrimoine culturel comprennent le Plan directeur municipal de São Luís (Plano Diretor do Municipio de São Luís - 2006), qui intègre la protection du site au processus de planification et d’occupation du territoire comme partie de la municipalité.

D’autres ordonnances municipales incitent à la préservation et à l'entretien des propriétés dans le centre-ville et, notamment la Loi 3836 du 21 Juin 1999, qui exempte d’impôts fonciers et de taxes locales (Imposto sobre a  Propriedade Predial e Territoriale Urbana - IPTU) les propriétés bien entretenues et préservées. D’autres instruments réglementaires ont été adoptés pour résoudre le problème de l’abandon des propriétés et de leur entretien insuffisant, dont la Loi 4478/2005, qui traite de l’abandon des biens dans les articles 1275 et 1276 du Code civil brésilien (Código Civil Brasileiro).

Dans le cadre des efforts visant à renforcer la réglementation spécifique applicable, les instruments suivants doivent encore être mis à jour et adaptés: la loi sur le zonage (Lei de Zoneamento), l’ordonnance  sur l’utilisation et l'occupation des sols urbains (Uso e Ocupação do Solo Urbano - 1992), et le code de construction urbaine  (Código de Posturas - 1968).

Au-delà de ces initiatives, il reste nécessaire de prévoir une provision supplémentaire dans le cadre de la réglementation municipale spécifique régissant le Centre historique pour standardiser les procédures d'intervention dans les bâtiments et espaces publics situés dans la zone protégée, et faciliter la coordination entre les agents publics responsables. En outre, le processus d'exode de la population, provoqué par la relocalisation des fonctions traditionnelles et  l’utilisation d'autres quartiers de la ville, a conduit à l'abandon progressif et la sous-utilisation des bâtiments, ce qui a exacerbé le problème de l'occupation irrégulière et les risques qui en découlent. Ce problème difficile a été abordé sur deux fronts: d'une part, par un examen des directives urbaines municipales applicables, en vue d'augmenter l'attractivité de la région comme espace urbain fonctionnel; d’autre part, par la promotion d'initiatives visant à restreindre l’exode et l'abandon de la population - y compris le Programme de revitalisation du Centre historique de São Luís (Programa de Revitalização do Centro Histórico de São Luís - PROCIDADES - ) de l’IADB et la municipalité de São Luís (en cours de négociation); le Programme national de développement du tourisme (Programa Nacional de Desenvolvimento do Turismo - PRODETUR) – du gouvernement de l'Etat de Maranhão (en cours de négociation); et le Programme d'accélération de la croissance des villes historiques (Programa de Aceleração do Crescimento das Cidades Históricas - PAC Cidades Históricas) (en cours de négociation) - un effort qui englobe une diversité d'actions visant à protéger et à préserver le centre historique, tel que convenu entre l’IPHAN et les gouvernements de l’ Etat et la municipalité dans le cadre des plans d'action 2010-2013 et des accords de préservation du patrimoine culturel en vigueur (Acordos de Preservação do Patrimônio Cultural).

Description longue

Le centre historique de São Luis do Maranhão offre un remarquable exemple de ville coloniale portugaise qui a su s'adapter, de manière exceptionnelle, aux conditions climatiques équatoriales de l'Amérique du Sud, et préserver une physionomie urbaine harmonieusement intégrée à son site naturel.

Le centre de cette ville historique de la fin du XVIIe  siècle, fondée par les Français en 1612 et occupée par les Hollandais avant de passer sous la domination des Portugais, a préservé le dessin d'origine de ses rues au quadrillage rectangulaire. En raison d'une période de stagnation économique au début du XXe  siècle, un nombre important de bâtiments historiques d'un grand intérêt ont été conservés, ce qui en fait un exemple exceptionnel de ville coloniale ibérique. Deux constructions modernes sans intérêt, seulement, perturbent son paysage.

Les constructions de la ville s'organisent en fonction d'un quadrillage rectangulaire de rues implanté au XVIIe  siècle. Les maisons privées sont construites autour de cours, et leurs plus remarquables exemples présentent des toits de tuiles, des façades revêtues d'azulejos portugais ou peintes, des corniches ornementales, des baies décorées, hautes et étroites, et des balcons en fer forgé ou en fonte ; les étages sont en pierre apparente. Compte tenu du climat tropical de la ville, elles comportent intérieurement des parties surélevées, et des vérandas fermées. Le centre historique comporte quelque 4 000 édifices, qui peuvent être répartis en trois catégories.

Les somptueux manoirs construits par les riches classes moyennes du XVIIIe  siècle ont pour traits communs des encadrements de portes et de fenêtres en pierre apparente, souvent embellis par des éléments décoratifs classiques, des frontons triangulaires, des balcons curvilignes, des façades de marbre et des grilles en fer forgé. L'intérieur présente un vestibule pavé en marbre ou en galets de rivière. Un escalier principal mène aux étages supérieurs où vivait la famille, le rez-de-chaussée étant réservé aux véhicules et aux services.

Les maisons à plusieurs étages, dont certaines en comportent jusqu'à quatre, sont pour la plupart revêtues de marbre. En harmonie avec les fenêtres, les façades présentent des balcons et d'élégantes balustrades en fonte.

Le troisième groupe, celui des petites maisons, se divise à son tour en « habitations complètes », avec à une extrémité un portail central flanqué de deux fenêtres, et les maisons à simple porte et fenêtre ; elles peuvent comporter un ou deux étages. Malgré leur aspect modeste, beaucoup d'entre elles présentent des façades décorées d'azulejos .

En plus des maisons privées, qui forment la partie la plus importante du groupe d'édifices historiques de la ville, il existe aussi un grand nombre de bâtiments publics des XIXe et XXe  siècles, pour la plupart de style néoclassique.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

En 1612, dans le cadre de la politique de création d'une « France équinoxiale » au Brésil, deux lieutenants du roi de France Louis XIII, au service de Marie de Médicis, reçoivent l'ordre d'établir une colonie dans cette région. C'est ainsi que Daniel de la Touche, seigneur de La Ravardière et son associé François de Razi.ly, seigneur de Razi.ly et Aunelles, construisent un fort sur le site abandonné de la « Capitania de Maranhâo », sur l'île de Trindade, connue des indiens Tupinambas sous le nom d 'Upaon-açu. Selon les historiens, un village hispano-portugais nommé Nossa Senhora de Nazaré y existait depuis 1531. En l'honneur du roi de France, le nouveau fort est baptisé fort Saint-Louis.

Les Français reçoivent un bon accueil de la part des 27 tribus habitant l'île. ils n'y restent cependant que deux ans : le portugais Jerônomo de Albuquerque les en chasse en 1615 suite à la bataille de Guaxenduba. Cependant, moins de trois décennies plus tard, Maranhâo attire une nouvelle fois une puissance coloniale européenne. Les émissaires de Maurice de Nassau des Pays-Bas s'emparent de la ville en 1641, pour la dominer jusqu'en 1643, date à laquelle la population locale relève la tête. Un mouvement de résistance est organisé par Muniz Barreto, un dignitaire local. Ce dernier sera tué pendant la lutte contre l'envahisseur néerlandais mais son successeur, Teixeira de Melo, tient la ville jusqu'au retour des Portugais.

Dès 1615, alors que les Français sont chassés, Francisco Frias de Mesquita, ingénieur en chef de l'Etat du Brésil, se rend à Sâo Luis afin d'élaborer les plans des nouvelles défenses de la ville libérée. n prépare également un plan d'urbanisation qui servira de base à son expansion et à son développement. Contrastant avec l'agencement médiéval de ruelles étroites et sinueuses appliqué par les Portugais à Rio de Janeiro, Recife et Olinda, ce plan repose sur la régularité géométrique (probablement le premier exemple du genre au Brésil). ll servira de base à l'expansion de ce qui sera la capitale de Maranhâo du début du 17ème siècle à la fin du 19ème siècle.

A la fin du 17ème siècle, Sâo Luis compte une population de quelque dix mille habitants, chiffre porté à dix-sept mille un siècle plus tard. Suite aux mesures prises par le marquis de Pombal, premier ministre du roi José 1er, l'économie de la ville subit une profonde mutation au cours de cette période. La plus importante est l'introduction du commerce des esclaves noirs et la création en 1755 de la Companhia Gerai de Comércio do Grâo Para e- do Maranhâo. Sâo Luis et Alcântara, les principaux ports de commerce de la région, sont intégrés au système international d'échanges commerciaux et exportent le riz, le coton ainsi que d'autres produits régionaux. La prospérité qui s'ensuit conduit à l'épanouissement culturel des deux villes.

Au fur et à mesure que Sâo Luis se développe au cours des 18ème et 19ème siècles, les maisons anciennes de pisé et de paille font place à de robustes structures de pierres et mortier finies, à l'aide de chaùx, d'huile de poisson, de bois et de marbre en provenance du Portugal. Des éléments adaptés à l'humidité du climat tropical telles les vérandas de bois font leur apparition. L'utilisation d'azulejos pour la décoration extérieure devient l'une des caractéristiques les plus marquantes de l'architecture de Sâo Luis.

Sâo Luis est la première ville de cette région du Brésil à avoir installé un réseau de tramways, une régie des eaux et de l'électricité, l'éclairage des rues au gaz et le téléphone. Sa prospérité est accrue par l'établissement de plusieurs entreprises textiles, ce dont témoignent les imposants bâtiments qu'elles ont laissés derrière elles.

Au 20ème siècle, Sâo Luis connaît cependant une longue période de stagnation économique. L'expansion s'interrompt totalement dans les années 1920. A cette époque, la ville n'est constituée que du centre historique actuel de Sâo Luis. En réalité, cette stagnation a joué un rôle primordial dans la conservation des structures et des caractéristiques historiques de la ville.

Source : évaluation des Organisations consultatives