English Français
Aidez maintenant !

Ensemble du palais de Changdeokgung

Changdeokgung Palace Complex

In the early 15th century, the King Taejong ordered the construction of a new palace at an auspicious site. A Bureau of Palace Construction was set up to create the complex, consisting of a number of official and residential buildings set in a garden that was cleverly adapted to the uneven topography of the 58-ha site. The result is an exceptional example of Far Eastern palace architecture and design, blending harmoniously with the surrounding landscape.

Ensemble du palais de Changdeokgung

Au début du XVe siècle, le roi Taejong a ordonné la construction d'un nouveau palais dans un lieu propice. Un office de construction du palais a été établi afin de créer cet ensemble constitué d'un certain nombre de bâtiments officiels et résidentiels édifiés dans un jardin minutieusement adapté à la topographie irrégulière du site, d'une superficie de 58 ha. Le résultat est un exemple exceptionnel de la conception extrême-orientale de l'architecture des palais, harmonieusement intégrée à son cadre naturel.

قصر تشانغ دوك

أمر الامبراطور تايجيونغ في مطلع القرن الخامس عشر بتشييد قصر جديد في مكان مؤات، فتمّ تأسيس مكتب لتشييد القصر بغية إنشاء مجموعة الأبنية الرسمية والسكنية هذه في حديقة مكيّفة بدقة مع الطوبوغرافيا غير المنتظمة التي تميّز الموقع الممتد على 58 هكتاراً. أما النتيجة فتتجلّى في نموذج رائع من اسلوب هندسة قصور الشرق الأقصى المندمجة بتناغم في إطارها البيئي.

source: UNESCO/ERI

昌德宫建筑群

公元15世纪早期,太宗皇帝下令在吉祥之地再修建一座新的宫殿,于是成立了修建宫殿的队伍来执行这项命令,新的宫殿占地58公顷,内有处理政务的宫殿和皇族的寝宫,整个宫殿完美地适应了当地的崎岖地形,与四周的自然环境和谐地融为一体,成为远东地区宫殿建筑设计的典范之作。

source: UNESCO/ERI

Дворцовый комплекс Чхандоккун

В начале XV в. император Тхэджон распорядился о постройке нового дворца в живописной местности. Специально организованное «Бюро по постройке дворца» создало целый комплекс общей площадью 58 га, тщательно вписав его в пересеченный рельеф, куда входило множество официальных и жилых построек, а также парк. В результате возник шедевр дальневосточной дворцовой архитектуры и дизайна, гармонично сочетающийся с окружающим природным ландшафтом.

source: UNESCO/ERI

Conjunto del palacio de Changdeokgung

A comienzos del siglo XV, el emperador T’aejong ordenó construir un nuevo palacio en un sitio para el que los augurios habían sido propicios. Se creó una oficina encargada de construir los edificios oficiales y residenciales del conjunto palacial, que se erigieron en un jardín adaptado con gran sabiduría a la topografía irregular del sitio de 58 hectáreas escogido. El resultado fue la creación de un ejemplar excepcional del diseño y la arquitectura palatina del Lejano Oriente, que se integra con armonía en el paisaje circundante.

source: UNESCO/ERI

昌徳宮

source: NFUAJ

Changdeokgung paleiscomplex

In het begin van de 15e eeuw gaf koning Taejong opdracht voor de bouw van een nieuw paleis op een gunstige plek. Om het complex te bouwen werd een Bureau voor Paleisconstructie opgericht. Het paleiscomplex bestaat uit officiële en residentiële gebouwen en ligt in een tuin die slim is aangepast aan het ongelijke reliëf van het 58 hectare grote gebied. Het resultaat is een uitzonderlijke voorbeeld van paleisarchitectuur en -ontwerp uit het Verre Oosten. Het paleis vormt een harmonieus geheel met het omringende beboste landschap. De tuin werd aangelegd met een reeks terrassen beplant met grasvelden, bloeiende bomen, bloemen, een lotusvijver en paviljoens.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Construit au XVe siècle sous la dynastie Joseon, l'ensemble du palais Changdeokgung occupe un site de 57,9 ha à Jongno-gu, au nord de Séoul, au pied du pic Ungbong du mont Baegaksan, la principale montagne tutélaire au titre de la géomancie.

Changdeokgung est un exemple exceptionnel de bâtiments officiels et résidentiels intégrés dans leur cadre naturel et harmonisés avec cet environnement. L'ensemble a été construit à l'origine pour faire office de palais secondaire par rapport à celui de Gyeongbokgung et il s'en distingue par ses buts et sa disposition au sein de la capitale. Situé au pied d'une chaîne de montagnes, il a été conçu pour épouser la topographie en conformité avec les principes du pungsu : les structures du palais ont été placées au sud et on a aménagé au nord un vaste jardin sur l'arrière, appelé Biwon ou jardin secret. L'adaptation au terrain distingue Changdeokgung des palais conventionnels. 

Les bâtiments officiels et résidentiels qui composent l'ensemble ont été conçus selon les principes traditionnels d'organisation des palais. Les bâtiments et les structures comprennent trois portes et trois cours (une cour administrative, une cour de la résidence royale et une cour des audiences officielles) et la zone résidentielle à l'arrière  de la zone administrative est agencée selon les principes du « sammun samjo (三門三朝) » et du « jeonjo huchim (前朝後寢) ». Les bâtiments sont construits en bois sur des plateformes de pierre et beaucoup présentent des toits en tuile à arêtier dotés de gouttières à encorbellement et supports multiples et de sculptures ornementales.

Le jardin a été aménagé en terrasses plantées de pelouses, d'arbres à fleurs et de fleurs et abrite un bassin de lotus et des pavillons dressés contre un arrière-plan boisé. Il recèle plus de 56 000 spécimens de diverses espèces d'arbres et de plantes, dont des noyers, des chênes blancs, des zelkovas, des pruniers, des érables, des noisetiers, des charmes, des ifs, des gingkos et des pins.

Changdeokgung a fait office de palais secondaire par rapport à Gyeongbokgung pendant deux cents ans mais il a été le premier reconstruit après l'incendie des deux palais survenu lors de l'invasion japonaise de la fin du XVIe siècle, et il a dès lors servi de siège à la dynastie pendant deux cent cinquante ans. Ce bien a eu une grande influence sur le développement de l'architecture, de la conception des jardins et des  paysages et des arts apparentés en Corée pendant de nombreux siècles. Il témoigne de valeurs architecturales sophistiquées, en harmonie avec un magnifique environnement.

 

Critère (ii) : Changdeokgung a eu une grande influence sur le développement de l'architecture, de la conception des jardins et des paysages et des arts apparentés en Corée pendant de nombreux siècles.

 

Critère (iii) : Changdeokgung illustre les principes traditionnels du pungsu et du confucianisme par son architecture et son paysage La sélection du site et l'emplacement du palais obéissent aux principes du pungsu, tandis que les bâtiments ont été agencés sur les plans fonctionnel et symbolique selon l'idéologie confucéenne, une combinaison qui traduit la conception du monde idiosyncratique de la dynastie Joseon. 

 

Critère (iv) : Changdeokgung est un exemple exceptionnel d'architecture palatiale et d'art des jardins extrême-orientaux. L'ensemble est remarquable par l'intégration de ses bâtiments à leur cadre naturel et leur harmonisation avec cet environnement, l'adaptation à la topographie et le respect de la couverture d'arbres d'origine.

 

Intégrité

Changdeokgung présente tous les éléments fondamentaux de l'architecture palatiale coréenne, et l'organisation de l'espace, l'aménagement des bâtiments, les jardins et le paysage forestier montagneux à l'arrière du palais s'y conforment aux principes et aux protocoles confucéens. Les éléments du palais sont tous restés intacts : Oejo, la cour royale de la dynastie, Chijo, les quartiers administratifs du palais, Chimjo, la résidence de la famille royale, et le jardin destiné aux loisirs du roi. Le bien inclut l'intégralité de l'ensemble architectural et de son environnement naturel.

L'incendie constitue la principale menace pour l'intégrité physique des bâtiments. Les  structures de bois ont été détruites par des incendies à plusieurs reprises au cours de leur histoire.

 

Authenticité

Les bâtiments de l'ensemble du palais de Changdeokgung, détruits à plusieurs reprises par des incendies, ont fait l'objet de reconstructions successives et des additions y ont été apportées au cours des siècles suivant leur construction. Cependant, si on en juge à l'aune des critères et des pratiques en usage en Asie, l'ensemble présente un haut degré d'authenticité. Les bâtiments et les éléments naturels du jardin situé à l'arrière ont conservé leur forme originelle, qui date généralement de la fin de la dynastie Joseon, et leur relation avec le terrain et le paysage naturels. Des travaux ont été entrepris très récemment pour corriger les changements apportés lors de l'occupation japonaise au début du XX siècle. Ils sont exécutés en faisant appel à des méthodes et des matériaux traditionnels et se fondent sur des découvertes et des travaux de recherche historiques.

 

 

Élémentsrequisenmatièredeprotectionetdegestion

La totalité de l'ensemble du palais de Changdeokgung, y compris les bâtiments individuels et les plantations, a été classée patrimoine culturel national en application de la loi sur la protection du patrimoine culturel. De plus, un certain nombre des bâtiments de l'ensemble ont été classés Trésor national ou Trésor (hall Injeongjon, porte Injeongmun, hall Seonjeongjeon, hall Huijeongdang, hall Daejojeon, ancien temple de Seonwonjeon et porte Donhwamun) ou Monuments naturels (le genévrier chinois et le prunier Actinidia arguta). Ce classement impose un contrôle strict sur toute modification éventuelle du bien.

Une zone de 100 m autour de l'ensemble du palais de Changdeokgung a été classée zone de protection de l'environnement culturel historique en application de la loi sur la  protection du patrimoine culturel. Toute construction ou modification prévue dans cette zone doit faire l'objet d'une autorisation de l'Administration du patrimoine culturel par l'intermédiaire du bureau du district de Jongno-gu. Le jardin situé à l'arrière du palais a été classé zone de conservation de paysage écologique en application de la loi sur la conservation de l'environnement naturel.

Au niveau national, l'Administration du patrimoine culturel est chargée d'élaborer et de faire appliquer des mesures de protection et de gestion et d'allouer des ressources financières à la conservation de Changdeokgung. Le bureau de gestion de Changdeokgung, qui emploie une quarantaine de personnes, est responsable de la gestion quotidienne de l'ensemble. Les sites font l'objet d'une surveillance quotidienne et d'une inspection détaillée par des spécialistes tous les 3 à 4 ans.

La zone située autour de Changdeokgung est gérée en coopération par les Divisions de l'urbanisme, du transport et du patrimoine culturel au sein du gouvernement municipal de Séoul. Le plan  directeur du paysage de la ville de Séoul et le plan d'urbanisme des zones situées autour de Changdeokgung, qui sont périodiquement révisés et mis à jour, fournissent un cadre pour la gestion et la planification des travaux dans la zone tampon.

La conservation est assurée par des spécialistes de la conservation du patrimoine culturel ayant passé les examens nationaux de certification dans leur domaine d'expertise. L'Administration du patrimoine culturel applique depuis 2009 le plan de mise en œuvre d'un système de sécurité intégré pour les cinq palais et Jongmyo, en prévision des accidents et/ou des catastrophes qui pourraient porter atteinte à l'intégrité du bien.

Description longue
[Uniquement en anglais]

Changdeokgung Palace had a great influence on the development of Korean architecture, garden and landscape planning, and related arts, for many centuries. It reflects sophisticated architectural values, harmonized with beautiful surroundings. The palace compound is an outstanding example of Far Eastern palace architecture and garden design, exceptional for the way in which the buildings are integrated into and harmonized with the natural setting, adapting to the topography and retaining indigenous tree cover.

In the early years of the Joseon dynasty in Korea, the capital moved many times between Gaeseong and Hanyang (present-day Seoul). In 1405 the King Taejong (1400-18), moved the capital back to Hanyang. Considering the existing Gyeongbokgung Palace to be inauspicious, he ordered a new palace to be built, which he named Changdeokgung (Palace of Illustrious Virtue). This palace occupies an irregular rectangle of 57.9 ha, north of Seoul at the foot of Mount Eungbongsan, the main geomantic guardian mountain.

A Bureau of Palace Construction was set up to create the complex, consisting of a number of official and residential buildings, carried out to traditional design principles. These included the palace in front, the market behind, three gates and three courts (administrative court, royal residence court and official audience court). The compound was divided into two parts: the main palace buildings and the Biwon (royal secret garden). The main buildings (throne hall, hall of government affairs, and royal residences) were completed in 1405, and other major elements were added in the succeeding seven years.

The compound was extended to the north-west in 1462. In 1592, during the Japanese invasion of Korea, the palace was burned down, along with many of the important structures in Hanyang. The ruler, Seonjo, began reconstruction in 1607, and this work was completed in 1610, when it again became the seat of government and the royal residence, a role that it was to play for 258 years. It underwent some vicissitudes during that period, but reconstruction was always faithful to the original design.

The main gate (Donhwamun) is a two-storey structure, built in 1406 and reconstructed in 1607 after destruction by fire. The first of the three functional sectors of the palace (administrative court) is entered through the impressive single-storey Injeongmun gate, in the same style as Donhwamun. It gives access to a courtyard whose dominant feature is the majestic throne hall (Injeongjeon). It was destroyed twice by fire, in 1592 and 1803. Set on a double terrace, it is a two-storey structure supported on four huge columns. The elaborate throne in the main hall is placed on a dais beneath a carved ceiling screen. The roof ridge is decorated with carvings of guardian animals, such as eagles and dragons. The main stairway leading to the hall is ornamented with statues of mythical guardian animals. To the east of the Injeongjeon Hall is the simple blue-tiled Seonjeongjeon Hall, used by the king for everyday business. Next to it is the Huigyeongdang Hall, another modest building, which contained the king's bedchamber and sleeping quarters for his staff.

The Daejojeon Hall nearby was for the use of the queen. The garden was landscaped with a series of terraces planted with lawns, flowering trees, flowers, a lotus pool, and pavilions set against a wooded background. There are over 26,000 specimens of 100 indigenous trees in the garden. To these should be added 23,000 planted specimens of 15 imported species, including yew, stone pine, white pine, gingko and Chinese junipers.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Au cours des premières années de la dynastie coréenne Choson, la capitale est fréquemment déplacée entre Gaeseong et Hanyang (actuelle Séoul). Conformément à la volonté de son père, Chongjong, troisième souverain de la dynastie Taejong (1400-1418), rétablit la capitale à Hanyang en 1405. Considérant le palais existant de Kyongbokkung comme étant de mauvais augure, il ordonne la construction d'un nouveau palais qu'il baptise Ch'angdokkung (Palais de l'illustre Vertu). Un office de construction du palais est créé afin de superviser les travaux, lesquels sont exécutés selon les principes conceptuels traditionnels, notamment le chonjo hushi («palais devant, marché derrière») et le sammun samjo («trois portes, trois cours»). Les trois cours sont le Ch'ijo (cour administrative), le Yonjo (cour de la résidence royale) et l'Oejo (cour des audiences officielles). L'ensemble est divisé en deux parties : les bâtiments principaux du palais et le Piwon (jardin secret royal). Le jardin est orné de pelouses, d'arbres, de fleurs et d'un bassin de lotus alors que des pavillons se dressent contre un arrière-plan boisé.

Les principaux bâtiments (salle du trône, salle des affaires du gouvernement et résidences royales) sont achevés en 1405. L'ensemble étant considéré trop exigu, d'autres éléments de grande importance viennent s'y ajouter au cours des sept années suivantes. Son extension nord-ouest date de 1462.

Lors de l'invasion japonaise de 1592, le palais est incendié, de même que nombre d'autres importantes structures de Hanyang. A l'issue des sept années de guerres, le palais de Ch' angdokktmg est en ruines. Sonjo, le souverain de l'époque, lance sa reconstruction en 1607. Les travaux sont achevés en 1610 pendant le règne de Kwanghaegun, son successeur. Le palais redevient alors le siège du gouvernement et la résidence royale, rôle qui restera le sien durant 258 années au cours desquelles il connaîtra certaines vicissitudes (invasion Qing de 1636, occupation de l'île de Kanghwa par une flotte française en 1866 et représailles armées des Etats-Unis en 1871) principalement sous la forme d'incendies. Malgré cela, la reconstruction restera toujours fidèle à la conception originelle.

L'ensemble s'enrichit de certains ajouts au cours des siècles suivants. En 1828, le roi Stmjo fait construire une villa de style aristocratique, à laquelle le roi Honjon adjoint une petite résidence royale isolée, connue sous le nom de Naksonjae («Retraite de Joie et de Bonté») en 1846. Le dernier édifice ajouté est le Nouveau Temple de Sonwonjon, construit en 1921 afin d'abriter les portraits des ancêtres de la lignée royale. Initialement contigu à l'Injongjon (salle du trône), il est déplacé vers un lieu de moindre importance, l'angle nord-est de l'ensemble, pendant l'occupation japonaise.

Source : évaluation des Organisations consultatives