English Français
Aidez maintenant !

Hospice Cabañas, Guadalajara

Hospicio Cabañas, Guadalajara

The Hospicio Cabañas was built at the beginning of the 19th century to provide care and shelter for the disadvantaged – orphans, old people, the handicapped and chronic invalids. This remarkable complex, which incorporates several unusual features designed specifically to meet the needs of its occupants, was unique for its time. It is also notable for the harmonious relationship between the open and built spaces, the simplicity of its design, and its size. In the early 20th century, the chapel was decorated with a superb series of murals, now considered some of the masterpieces of Mexican art. They are the work of José Clemente Orozco, one of the greatest Mexican muralists of the period.

Hospice Cabañas, Guadalajara

Conçu comme institution de bienfaisance, l'Hospice Cabañas fut construit au début du XlXe siècle, pour aider les plus démunis : orphelins, vieillards, handicapés et invalides chroniques. Cet ensemble remarquable présente plusieurs caractéristiques originales, liées à ses fonctions d'œuvre charitable. Son dessin s'écarte des modèles suivis par les hôpitaux et les hospices de l'époque, ce qui le rend unique. L'harmonie atteinte entre les espaces ouverts et les espaces construits, la simplicité de son dessin ainsi que ses dimensions font de lui un ensemble exceptionnel. Au début du XXe siècle, sa chapelle a été décorée d'un ensemble de superbes peintures, considérées comme l'un des chefs-d'œuvre de la peinture murale mexicaine, faites par José Clemente Orozco, l'un des grands muralistes mexicains de cette période.

مأوى كابانياس في غوادالاخارا

اعتُبر مأوى كابانياس مؤسسة إحسان بعد ان تمّ انشاؤه في بداية القرن التاسع عشر لمساعدة الاكثر عوزًا: الايتام والعجزة والمعوّقين والعاجزين بشكلٍ دائم. وتقدّم هذه المجموعة الفريدة مميزاتٍ عديدةً ترتبط بوظائف عمل الاحسان الذي تقوم به. فمخطّطها يبتعد عن النماذج المتّبعة في مستشفيات ذلك العصر ومآويه، ممّا يجعلها فريدة. فالتناغم المحقَّق بين المساحات المفتوحة والمساحات التي بُني عليها، وبساطة مخطّطها بالاضافة الى أحجامها جعلت منها مجموعةً استثنائيّةً. وفي بداية القرن العشرين، زيّنت كنيستها برسوماتٍ رائعةٍ تُعتبر من منحوتات الرسم الجدراني المكسيكي التي قام بها خوسيه كليمنتي اوروزكو وهو من أهمّ رسامي الجدران المكسيكيين في تلك الفترة.

source: UNESCO/ERI

瓜达拉哈拉的卡瓦尼亚斯救济所

19世纪初期,在瓜达拉哈拉修建起了卡瓦尼亚斯救济所,用来照顾和庇护那些生活有困难的人们,如孤儿、老人、残疾人以及慢性病患者。这个救济所在当时是绝无仅有的一个,它的设计包含了许多特殊的考虑,以满足那些生活困难人群的特殊要求。这个救济所还因为室内外空间的和谐、简约的设计和它的规模而举世闻名。在20世纪初期,这里的小教堂内装饰有许多精美的壁画,很多现在被认为是墨西哥艺术中的杰作,它们出自当时最著名的墨西哥壁画画家何塞·克莱门蒂·奥罗斯科之手。

source: UNESCO/ERI

Госпиталь Кабаньяс в городе Гвадалахара

Госпиталь «Осписио-Кабаньяс» был построен в начале XIX в. для предоставления ухода и крова обездоленным людям – сиротам, старикам, инвалидовам и хронически больным. Этот замечательный комплекс, который имеет несколько характерных особенностей, был спроектирован с учетом потребностей его обитателей и являлся уникальным для своего времени. Он также примечателен гармоничным сочетанием открытых и застроенных пространств, простотой дизайна, а также своими размерами. В начале XX в. местная часовня была украшена великолепным циклом стенных росписей, которые ныне расцениваются как шедевры мексиканского искусства. Это работы Хосе Клементе Ороско, одного из крупнейших мексиканских художников-монументалистов того времени.

source: UNESCO/ERI

Hospicio Cabañas de Guadalajara

Este hospicio se creó a principios del siglo XIX para dispensar cuidados y ofrecer asilo a toda suerte de desamparados, ya fuesen huérfanos, ancianos, discapacitados o inválidos. El conjunto arquitectónico es único en su género porque, a diferencia de los centros análogos de su época, presenta una serie de elementos absolutamente originales, especialmente concebidos para satisfacer las necesidades de los asilados. Son especialmente notables la sencillez de su trazado y sus dimensiones, así como la armonía lograda entre los edificios y los espacios al aire libre. A comienzos del siglo XX, la capilla fue ornamentada con un conjunto de frescos soberbios debidos al pincel de José Clemente Orozco, uno de los grandes muralistas mexicanos de la época. Estas pinturas se consideran hoy en día una gran obra maestra del arte mejicano.

source: UNESCO/ERI

グアダラハラのオスピシオ・カバーニャス

source: NFUAJ

Hospicio Cabañas, Guadalajara

Het Hospicio Cabañas werd aan het begin van de 19e eeuw gebouwd om zorg en onderdak te bieden aan de minder bedeelden; wezen, ouderen, gehandicapten en chronisch zieken. Dit opmerkelijke complex was uniek voor zijn tijd omdat het een aantal ongewone kenmerken heeft die speciaal ontworpen zijn om aan de behoeften van de bewoners te voldoen. Het gebouw is ook bijzonder vanwege de harmonieuze relatie tussen de open en gebouwde ruimtes, de eenvoud van het ontwerp en z'n omvang. Begin 20e eeuw werd de kapel versierd met prachtige muurschilderingen, die nu beschouwd worden als meesterwerken van Mexicaanse kunst.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Hospice Cabañas, Guadalajara © Fabienkhan
Valeur universelle exceptionnelle

Brief Synthesis

Situé à Guadalajara, dans la région centrale de l'ouest du Mexique, l’Hospice Cabañas fut fondé au début du 20e siècle, pour aider les plus démunis : orphelins, vieillards, handicapés et invalides chroniques. L’architecte Manuel Tolsá a conçu un complexe principalement néoclassique à une échelle monumentale, qui  couvre 2,34 hectares. Malgré sa taille, le caractère unique de l'hospice est principalement dû  à la simplicité de sa conception, notamment ses dimensions, et à l'harmonie entre les bâtiments et les espaces extérieurs. L’ensemble est conçu selon un plan rectangulaire de 164 mètres sur 145 mètres et comporte un complexe de bâtiments de plain-pied disposés autour d'une série de vingt-trois cours dont la taille et les caractéristiques varient.

Le fondateur de l'hospice, l’évêque Cabañas, a souhaité que sa conception réponde à ses besoins sociaux et économiques, grâce à  une solution   exceptionnelle qui allie subtilité et humanité.  L'échelle de plain-pied, les passages couverts entre les bâtiments et les arcades qui traversent la plupart des cours sont conçus pour le confort des résidents en leur permettant de se déplacer librement. La lumière et l'air fournis par les espaces ouverts étaient destinés à favoriser la guérison. En outre, l'un des objectifs de l'évêque Cabañas était de former les résidents grâce à l'apprentissage d'un métier. Par exemple, les couloirs de l'hospice ont fourni un espace pour installer  l'un des premiers ateliers d’imprimerie de Guadalajara et, tout au long du 19e siècle, d’innombrables textes y ont été publiés.

Seule exception à la hauteur uniforme de 7,5 mètres, l’axe central avec la chapelle et la cuisine. La cuisine est surmontée  d'un dôme en forme de soucoupe  et d’une petite lanterne. C’est cependant la chapelle  qui est la caractéristique visuelle principale de l'hospice, avec son imposante coupole qui atteint  32,5 mètres.

A la fin des années 1930, la chapelle  a été décorée d'un ensemble de 57 superbes fresques peintes par José Clemente Orozco, l'un des grands muralistes mexicains de cette période. Ces œuvres sont considérées comme un chef-d'œuvre de l'art mexicain et illustrent à la fois la culture espagnole et indigène du Mexique avec les dieux, les sacrifices et les temples. L’œuvre centrale se trouve dans le dôme de la chapelle avec la peinture murale, El Hombre de Fuego, (l’Homme de feu), qui représente la soumission de l'homme  à la  machine.

À l'heure actuelle, l'hospice est le siège de l'Institut Culturel Cabañas. Une zone tampon de 18 îlots urbains couvrant 37,26 hectares entoure le complexe, délimitée par Federacion Street, au nord,  Mina, Javier au  sud, et Mariano Jiménez à l'est et Independencia Calzada à l’ouest.

Critère (i) : L'Hospice Cabañas est un complexe architectural unique conçu pour répondre aux besoins sociaux et économiques de logement des malades, des personnes âgées, des jeunes  et des nécessiteux, auxquels il apporte une solution exceptionnelle et infiniment subtile et humaine. Les fresques de José Clemente Orozco sont considérées comme des chefs d’œuvre de l'art mexicain.

Critère (ii): L’ensemble de fresques dans la chapelle de l'hospice, en particulier l'allégorie, El Hombre de Fuego, (L’homme de feu) est considéré comme l'un des chefs-d'œuvre de la peinture murale siècle du XXe et a eu une profonde influence culturelle au-delà du continent américain.

Critère (iii): L’hospice Cabañas est  un bâtiment unique dédié au bienêtre public  et illustre l'esprit humanitaire exceptionnel de son fondateur et concepteur, l'évêque Juan Ruiz Cabañas.

Critère (iv): L'Hospice Cabañas est une réalisation remarquable du célèbre architecte Manuel Tolsá, construit principalement dans le style néo-classique, qui apporte une solution architecturale radicalement différente de la conception classique de son époque. La limitation des édifices à un seul étage pour faciliter les déplacements des patients, l’utilisation de larges espaces ouverts conférant air et luminosité dans un but thérapeutique, l’aménagement de larges passages éclairés et ventilés naturellement entre les différents  bâtiments, dont l'échelle, couvrant 2,34 hectares, était à l’époque, et est encore aujourd'hui  considérée comme monumentale.

Intégrité

Le plan original de l'architecte Manuel Tolsá  est resté intact puisque le bien  comprend l’ensemble entier des bâtiments de 2,34 hectares destinés à abriter l'Hospice Cabañas. À l'exception du potager, qui a été divisé en quarante parcelles et traversé par deux routes dans les années 1850, il n’y a eu presque aucun ajout ultérieur. Au moment de l'inscription, un plan de gestion était préparé qui comprenait une zone tampon de 37,26 hectares entourant l’ensemble de bâtiments.

Le bien se trouve dans une zone à risque  sismique et des mesures de renforcement des bâtiments ont été entreprises pour protéger en particulier les colonnes et les œuvres d'art de la chapelle. 

Authenticité

L'authenticité de l'ensemble de l'Hospice Cabañas est élevée. Bien que n'étant plus un hospice, son utilisation actuelle comme siège de l'Institut Culturel Cabañas  n’a nécessité que  des modifications minimes. Ces modifications ont porté sur la suppression de  murs pour créer une grande salle de conférence ou théâtre pouvant accueillir 199 personnes. Depuis 1996, des travaux ont été menés à bien pour supprimer les changements apportés au début du XXe siècle à l'aile des cuisines

Quelques interventions récentes utilisant  des techniques et des matériaux modernes,  indispensables  à la préservation de l'ensemble, ont été effectuées après des études approfondies. Un exemple de ces travaux est le renforcement de la structure du toit avec le remplacement des poutres d'origine par une structure métallique. En outre, les colonnes qui soutiennent la coupole de la chapelle ont également été renforcées compte tenu du risque  sismique dans la région. La stabilisation des peintures murales a été nécessaire car l’enduit avait tendance  à se détacher des murs. .

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien est actuellement propriété de l'État de Jalisco et géré par l'Institut Culturel Cabañas. Il est protégé en tant que monument historique en vertu de Loi fédérale de 1972 sur les monuments et les zones historiques, archéologiques  et artistiques  qui impose des contrôles stricts sur les interventions. La responsabilité technique de la conservation et de la restauration incombe  au  Ministère de la Culture et  au Gouvernement de Jalisco avec l'appui technique de l'Institut national d'anthropologie et d'histoire (INAH) et de l'Institut national des Beaux-Arts (INBA), qui font partie du Conseil national pour la culture et les arts (CNCA) du Ministère de l'Éducation.

L’ensemble  abrite actuellement  l’Institut culturel Cabañas et le Patrimoine culturel de l'humanité. Le fonctionnement actuel du bâtiment  nécessite un  plan de gestion afin de renforcer, d’appuyer et de consolider les rôles et les responsabilités de l'organisation. L’Institut joue un  rôle en tant que musée d'art contemporain, avec deux expositions temporaires et permanentes, ainsi que des salles d'exposition pour les œuvres du maître José Clemente Orozco. Les  peintures murales et le bâtiment lui-même doivent respecter les conditions d’un  musée, en conformité avec les exigences techniques de sécurité et de   conservation des collections, sans affecter leur statut de patrimoine.

Un plan de développement urbain (1997-98) protège le bien inscrit de la région environnante. Ce document définit la zone tampon qui comprend 18 blocs et une partie de la Plaza Tapatia couvrant une superficie de 37,26 hectares.

Description longue
[Uniquement en anglais]

Hospicio Cabañas is a unique architectural complex, designed to respond to social and economic requirements for housing the sick, aged, young and needy, which provides an outstanding solution of great subtlety and humanity. Orozco's murals in the chapel represent in part the most symbolic and characteristic elements of the indigenous culture of Mexico (gods, sacrifices, temples) and for the rest those of Spanish culture (kings, monks, churches). The central feature represents the submission of humans to machines, culminating in the masterpiece Man of Fire .

A sequence of droughts, floods and severe frosts created much poverty and misery in the town, which was founded in 1542. Around 1791 the Bishop of Guadalajara ordered the building of a hospital for the most destitute people, together with a group of lodgings for the workers and an orphanage. This project was taken up by his successor, Juan Ruiz de Cabañas, when he arrived in Guadalajara in December 1796. He requested the authorization of the Spanish Crown to create a Casa de la Misericordia to house the homeless, old people and orphans of the town.

Royal approval was given on 5 September 1803 to build a Casa de Expósitos (orphanage), which would also accept aged men and women, handicapped people and chronic invalids, along with their families, orphans or children of parents incapable of feeding them, as well as poor pilgrims. In Mexico City Bishop Cabañas had met Manuel Tolsá, an architect and sculptor from Valencia who had made some notable contributions to the architecture of Mexico. Tolsá accepted a commission to design the proposed Hospicio, but entrusted supervision of its execution to his pupil, José Gutierrez, who carried out most of the work between 1805 and 1810 (with the exception of the chapel).

The War of Independence interrupted the work, and the uncompleted buildings were used as a barracks and stables, first by the insurgents and then by the Royalist forces, until Mexico secured its independence from Spain in 1821. The Hospicio was not inaugurated until 1829. It was to become a barracks once again in 1858. When the military departed, the management of the Hospicio passed to the Sisters of Charity, and it was agreed that all the orphans would in future bear the name Cabañas. In 1872 it housed more than 500 people. However, with the expulsion of the sisters in 1872 economic aid was cut off and the number of orphans was halved by 1880. This unhappy situation was rectified by the action of the governor in 1883.

The growth of the Mexican Muralist movement was a demonstration of national cohesion and identity following the 1910-20 revolution. In the 1930s the Government of Jalisco invited José Clemente Orozco to execute a number of works in public buildings in Guadalajara, where he worked between 1936 and 1939. His murals in the chapel of the Hospicio Cabañas, representing the multi-ethnic character of Mexican society and the allegory of the Man of Fire , are among his finest works. In the 1980s the Government of Jalisco located its newly created Cabañas Cultural Institute in the Hospicio, to house schools of art and crafts, exhibition rooms, and areas for theatre, music and dance.

The entire complex is laid out on a rectangular plan: all the buildings, which are, except the chapel and the kitchen, single-storey, are ranged round 23 courtyards. The great majority of these are arcaded on at least two sides. The architectural solution adopted by Tolsá for the Hospicio is unique: its roots are to be found in ensembles such as the Monastery of El Escorial in Spain or the Hôtel des Invalides in Paris.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Guadalajara est fondée en 1542, sur la rive gauche d'un fleuve traversant une large vallée. Deux établissements indigènes proches sont ensuite intégrés à ce qui deviendra la capitale de la Province de Nova Galicia et le siège d'un évêché.

Une succession de sécheresses. d'inondations et de grands gels génèrent une pauvreté et une misère importantes en ville. Vers 1791, l'évêque de Guadalajara, Fray Antonio Alcalde, ordonne la construction d'un hôpital pour les plus démunis, de logements pour les ouvriers et d'un orphelinat. Ce projet est repris par son successeur, Juan Ruiz de Cabanas, lorsqu'il arrive à Guadalajara en décembre 1796. Il demande à la couronne d'Espagne l'autorisation de créer une Casa de la Misericordia destinée à loger les sans-abri, les personnes âgées et les orphelins de la ville. Dans sa lettre au roi, il écrit que le site choisi, à l'extérieur de la ville, est sain et en altitude, et bénéficie d'une excellente alimentation en eau.

Le 5 septembre 1803, l'assentiment royal autorise la création d'une Casa de Expositos (orphelinat) qui accueillerait également les personnes âgées ou handicapées, les invalides chroniques accompagnés de leurs familles, ainsi que les orphelins des deux sexes ou les enfants de personnes incapables de subvenir à leurs besoins (âgés de moins de dix ans), ainsi que les pèlerins démunis.

A Mexico. alors qu'il s'apprête à prendre ses fonctions à Guadalajara, l'évêque Cabanas fait la connaissance de Manuel Toisa, architecte et sculpteur originaire de Valence, qui avait contribué de façon importante à l'architecture de Mexico, notamment à celle de la cathédrale (restructuration du dôme, achèvement des tours et des façades). Toisa accepte une commission pour la conception de 1 'hospice, mais confie la supervision des travaux à son élève. José Gutierrez, qui effectuera la plus grande partie des travaux entre 1805 et 1810, à l'exception de la chapelle.

Mais la guerre d'indépendance vient interrompre les travaux et les édifices inachevés font office de casernes et d'écuries, d'abord à l'usage des insurgés, puis à celui des forces royalistes, jusqu'en 1821. année où le Mexique obtiendra son indépendance visà- vis de l'Espagne. En 1823, la mort de Cabanas est durement ressentie par la population locale ; le gouverneur de l'Etat fait pression sur l'Eglise pour achever la construction de l'établissement. Les travaux reprennent en 1828 et l'hospice est inauguré 1' année suivante.

Durant la période agitée qui suit, l'hospice est de nouveau utilisé à des fins militaires pendant les années 1830, avant de reprendre rapidement ses fonctions d'origine. Des travaux sont engagés pour reconstruire le dôme de la chapelle, endommagé lors d'un violent orage en 1842.

En 1853, avec la promulgation de la loi sur l'expropriation des biens de l'Eglise, l'évêque de l'époque divise l'immense potager en quatre lots traversés par deux routes. Toutefois, grâce à la générosité de bienfaiteurs privés, l'institution ne connaît aucune difficulté financière durant cette période.

En 1858, elle retrouve son rôle de caserne. Au départ des militaires, l'évêque délègue la gestion de l'hospice aux soeurs de la Charité, ce qui donne lieu à une nouvelle cérémonie inaugurale au cours de laquelle il est convenu que tous les orphelins porteraient à l'avenir le nom de Cabaii.as. Ainsi débute la période la plus importante de l'histoire de l'hospice. En 1872, il abrite plus de cinq cents personnes. Cependant, suite à l'expulsion des soeurs la même année, l'aide économique est suspendue et le nombre d'orphelins réduit de moitié dès 1880. En 1883, le gouverneur intervient pour mettre fin à cette situation déplorable. Le nombre d'occupants entame alors une progression régulière : 442 personnes en 1887, puis 672 en 1910.

Après la révolution, qui dure de 1910 à 1920, l'essor du mouvement muraliste mexicain illustre la cohésion et l'identité nationales. Dans les années 1930, le gouvernement de Jalisco invite l'un de ses exposants les plus éminents, José Clemente Orozco, à effectuer divers travaux dans des édifices publics de Guadalajara, ce qu'il fait de 1936 à 1939. Ses fresques murales de la chapelle de l'hospice Cabaii.as, représentant le caractère multi-ethnique de la société mexicaine et l'allégorie de l'Homme de feu, comptent parmi ses oeuvres les plus remarquables.

En 1980, le gouvernement de Jalisco décide d'installer l'Institut culturel Cabaii.as nouvellement créé dans les locaux de l'hospice : il comprendra des écoles d'art et d'artisanat, des salles d'exposition ainsi que des salles réservées au théâtre, à la musique et à la danse. Un centre de documentation et le bureau du Secrétariat culturel d'Etat ont été ajoutés plus récemment. Le gouvernement de l'Etat et l'Institut national d'anthropologie et d'histoire proposent également d'installer une école de restauration dans l'enceinte de l'hospice.

Source : évaluation des Organisations consultatives