English Français

Parc national de l'Ichkeul

Ichkeul National Park

The Ichkeul lake and wetland are a major stopover point for hundreds of thousands of migrating birds, such as ducks, geese, storks and pink flamingoes, who come to feed and nest there. Ichkeul is the last remaining lake in a chain that once extended across North Africa.

Parc national de l'Ichkeul

Le lac et les zones humides de l'Ichkeul constituent un relais indispensable pour des centaines de milliers d'oiseaux migrateurs – canards, oies, cigognes, flamants roses, etc. – qui viennent s'y nourrir et y nicher. Le lac est l'ultime vestige d'une chaîne de lacs qui s'étendait jadis à travers l'Afrique du Nord.

محمية إشكل الوطنية

تشكّل بحيرة إشكل ومناطقها الرطبة استراحة ضرورية لمئات ملايين الطيور المهاجرة – من بطّ وأوز ولقالق ونحام زهري وغيرها من الطيور التي تأتي للحصول على الغذاء والسكن. وتشكل الحظيرة الأثر الأخير لسلسلة من البحيرات امتدت قديماً عبر افريقيا الشمالية.

source: UNESCO/ERI

伊其克乌尔国家公园

伊其克乌尔湖和沼泽是上万种候鸟迁徙的主要中转站。鸭子、鹅、鹳、火烈鸟等鸟类都在此觅食筑巢。在贯穿整个北非的湖泊链条中,伊其克乌尔湖是现存的最后一个湖泊。

source: UNESCO/ERI

Национальный парк Ишкёль

Мелководное соленое озеро Ишкёль вместе с окружающими его водно-болотными угодьями – это важное место остановки для сотен тысяч перелетных птиц, таких как утки, гуси, аисты и розовый фламинго, которые здесь кормятся и гнездятся. Ишкёль является последним уцелевшим звеном в цепи озер, некогда простиравшихся по всему северу Африки.

source: UNESCO/ERI

Parque Nacional de Ichkeul

El lago y los humedales de Ichkeul son un punto de escala importante para cientos de miles de aves migratorias –patos, gansos, cigüeñas, flamencos rosados, etc.– que acuden a sus parajes para alimentarse y anidar. El lago de este parque es el último vestigio de la cadena lacustre que se extendía antaño por todo el norte de África.

source: UNESCO/ERI

イシュケル国立公園

source: NFUAJ

Nationaal park Ichkeul

Het Ichkeul meer is het laatste overgebleven zoetwatermeer in een keten die zich ooit uitstrekte over Noord-Afrika. In het park neemt de concentratie van het zoutgehalte toe door de instroom van zeewater. De Ichkeul-wateren bereiken het grootste zoutgehalte van juli tot oktober, door de eerste regen in de herfst wordt vervolgens weer zoet water aangevoerd. Het Ichkeul meer en de omliggende moerassen zijn een belangrijke tussenstop voor honderdduizenden trekvogels zoals eenden, ganzen, ooievaars en roze flamingo’s, die er komen om te fourageren en broeden. Het park beschikt over een rijke flora en fauna, met meer dan 200 diersoorten en meer dan 500 plantensoorten.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Parc national de l'Ichkeul (Tunisie) © UNESCO
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le lac Ichkeul est le dernier grand lac d'eau douce d'une chaîne qui s'étendait autrefois le long de l'Afrique du Nord. Caractérisé par un fonctionnement hydrologique très particulier basé sur une double alternance saisonnière de niveaux d'eau et de salinité, le lac et les marais qui l'entourent constituent un relais indispensable pour des centaines de milliers d'oiseaux migrateurs qui viennent hiverner à l'Ichkeul.

Critère (x) : Le Parc National de l'Ichkeul contient des habitats naturels importants en tant que site d'hivernage essentiel des oiseaux du paléarctique occidental. Chaque hiver, le bien accueille une densité exceptionnelle d'oiseaux d'eau avec des effectifs pouvant atteindre certaines années plus de 300.000 canards, oies et foulques présents au même moment. Parmi ces oiseaux, trois espèces dont la protection est d'intérêt mondial sont présentes : l'érismature à tête blanche (Oxyura leucocephala), le fuligule nyroca (Aythya nyroca) et la sarcelle marbrée (Marmaronetta angustirostris). De par la diversité de ses habitats, le bien abrite une faune et une flore très riches et diversifiées avec plus de 200 espèces animales et plus de 500 espèces végétales. 

Intégrité 

Les limites du bien englobent les trois types d'habitats caractéristiques du site, à savoir le jebel Ichkeul, le lac et les marais attenants et incluant également les processus du fonctionnement hydrologique naturel du système lac-marais et les processus biologiques et écologiques qui y sont associés. La construction proposée de trois barrages sur les cours d'eau qui alimentent la zone humide constitue une menace potentielle pour l'intégrité du bien. Si ces projets venaient à se réaliser, il serait fondamental que la salinité existante du lac soit maintenue.

Besoins en matière de protection et de gestion

Le bien bénéficie d'une protection juridique stricte et d'un plan de gestion. Le fonctionnement écologique du système lac-marais est fortement contrôlé par les apports d'eau douce de l'amont et les échanges avec l'eau de mer en aval, eux-mêmes soumis à la forte variabilité naturelle intra- et inter-annuelle, caractéristique des climats méditerranéens. La gestion hydrique du système lac-marais est donc un élément primordial dans la gestion du bien. En 1996, le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril à cause des effets négatifs sur l'écosystème d'eau douce, suite à la construction des barrages. Le bien fut retiré de la Liste en péril en 2006, suite à l'amélioration de la situation, et la restauration de l'écosystème est en bonne voie.  Les soucis essentiels consistent à gérer le bien de manière à contrôler l'impact sur l'écosystème des hivers moins pluvieux, à contrôler l'effet sur l'Ichkeul de l'accroissement de la demande d'eau en Tunisie en général, à restaurer complètement les marais et la ceinture de roseaux et, surtout, à reconstituer l'effectif d'oiseaux d'eau hivernants. La mise en œuvre d'un suivi scientifique régulier des principaux paramètres biotiques et abiotiques indicateurs de l'état de conservation des écosystèmes, et l'utilisation d'un modèle mathématique de prévision de leurs besoins en eau, sont essentiels pour compléter les dispositifs mis en place et aboutir à l'utilisation optimale de la ressource en eau en vue de la conservation des écosystèmes.