English Français
Aidez maintenant !

Paphos

Paphos

Paphos has been inhabited since the Neolithic period. It was a centre of the cult of Aphrodite and of pre-Hellenic fertility deities. Aphrodite's legendary birthplace was on this island, where her temple was erected by the Myceneans in the 12th century B.C. The remains of villas, palaces, theatres, fortresses and tombs mean that the site is of exceptional architectural and historic value. The mosaics of Nea Paphos are among the most beautiful in the world.

Paphos

Habité depuis les temps néolithiques, le site de Paphos fut un lieu de culte des divinités préhelléniques de la fertilité, puis d'Aphrodite elle-même, née selon la légende à Paphos. Le temple de la déesse, de construction mycénienne, remonte au XIIe siècle av. J.-C. Les vestiges de villas, palais, théâtres, forteresses et tombeaux confèrent au site un intérêt architectural et historique exceptionnel. Les mosaïques de Nea Paphos sont parmi les plus belles du monde.

بافوس

بدأ السكن في موقع بافوس منذ العصر الحجري وهو موقع عبادة آلهة الخصب في الحقبة ما قبل الإغريقيّة ومن ثمّ الإلهة أفروديت التي ولدت في بافوس بحسب الأسطورة. ويرقى معبد الإلهة المشيّد على النسق الميسيني إلى القرن الثاني عشر ق.م. وتمنح بقايا البيوت والقصور والمسارح والحصون والمقابر للموقع أهميّةً هندسيّةً وتاريخيّةً استثنائيّة. وتعدّ فسيفساء نيا بافوس من بين الأجمل في العالم.

source: UNESCO/ERI

帕福斯

帕福斯自新石器时代就有人类居住,是一个崇拜阿芙罗狄蒂(Aphrodite)和前希腊生育诸神的中心。传说阿芙罗狄蒂就诞生在这个岛上。公元前12世纪迈锡尼人在这里为她建造了庙宇。这里的别墅、宫殿、剧院、要塞和墓地遗迹都表明这个遗址具有非凡的建筑和历史价值。新帕福斯的马赛克图案是世界上最美丽的图案之一。

source: UNESCO/ERI

Древний город Пафос

Пафос обитаем со времен неолита. Он был центром поклонения Афродите и догреческим божествам плодородия. Согласно легенде, Афродита родилась на этом острове, где в XII в. до н.э. микенцы возвели в её честь храм. Развалины вилл, дворцов, театров, крепостей и гробниц придают этому объекту особую архитектурную и историческую ценность. Мозаики Неа-Пафоса – одни из самых удивительных в мире.

source: UNESCO/ERI

Pafos

Habitado desde el Neolítico, el sitio de Pafos fue un lugar de culto a las deidades de la fertilidad en la época prehelénica. Luego, este culto sería reemplazado por el de Afrodita, nacida aquí según la mitología griega. El templo de esta diosa es una construcción micénica que data del siglo XII a.C. Los vestigios de villas, palacios, teatros, fortalezas y tumbas confieren a este sitio un excepcional valor arquitectónico e histórico. Los mosaicos de Nea Paphos figuran entre los más bellos del mundo.

source: UNESCO/ERI

パフォス

source: NFUAJ

Paphos

Paphos wordt bewoond sinds de neolithische periode. Het was een centrum van de cultus van Aphrodite en pre-Helleense goden van de vruchtbaarheid. De legendarische geboorteplaats van Aphrodite was op dit eiland, waar haar tempel in de 12e eeuw voor Christus werd opgericht door de Mycenen. De overblijfselen van villa’s, paleizen, theaters, forten en tombes laten zien dat het gebied van uitzonderlijke architectonische en historische waarde is. De mozaïeken van Nea Paphos behoren tot de mooiste van de wereld. Er zijn opgravingen gedaan van spectaculaire 3e tot 5e-eeuwse mozaïeken van de Huizen van Dionysus, Orpheus en Aion, en de Villa van Theseus.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Paphos © Mario Santana
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Paphos, situé dans le district de Paphos, à l’ouest de Chypre, est un bien archéologique en série constitué de trois composantes réparties sur deux sites : la ville de Kato Paphos (site I) et le village de Kouklia (site II). À Kato Paphos se trouvent les vestiges de l’ancienne Nea Paphos (la ville sacrée d’Aphrodite) et, plus au nord, ceux de la nécropole de Kato Paphos connue sous le nom de « Tafoi ton Vasileon » (les tombes des rois). Dans le village de Kouklia se trouvent les vestiges du Temple d’Aphrodite (le sanctuaire d’Aphrodite) et de Palaeopaphos (l’ancienne Paphos). Remontant à la haute Antiquité et étroitement et directement liés au culte et à la légende d’Aphrodite (Vénus), qui sous l’influence de la poésie d’Homère est devenue l’idéal de la beauté et de l’amour et a inspiré des écrivains, des poètes et des artistes à travers l’histoire de l’humanité, ces deux sites peuvent effectivement être considérés comme étant de valeur universelle exceptionnelle.

Paphos, qui est habitée depuis l’époque néolithique, fut le centre du culte à Aphrodite et à des divinités préhelléniques de fertilité. Selon la légende, le lieu de naissance d’Aphrodite était l’île de Chypre, où un temple lui fut érigé par les Mycéniens au 12e siècle av. J.-C., et continua d’être utilisé jusqu’à l’époque romaine. Le site est une vaste zone archéologique avec des vestiges de villas, de palais, de théâtres, de forteresses et de tombes. Ces éléments illustrent l’exceptionnelle valeur architecturale et historique de Paphos et contribuent grandement à notre compréhension de l’architecture, des modes de vie et de la pensée antiques. Les sols des villas sont richement décorés de mosaïques qui comptent parmi les plus belles au monde. Celles-ci constituent un album enluminé de la mythologie grecque ancienne, avec des représentations de dieux, de déesses et de héros grecs ainsi que des scènes de la vie quotidienne.

Critère (iii) : Depuis le Néolithique (6e millénaire av. J.-C.), Chypre a été un lieu de culte dédié à des divinités préhelléniques de fertilité. Un grand nombre de vestiges archéologiques présentés remontent à la haute Antiquité ; le temple d’Aphrodite lui-même date du 12e siècle av. J.-C. et témoigne d’un des plus anciens établissements mycéniens. Les mosaïques de Nea Paphos sont extrêmement rares et sont considérées parmi les plus beaux spécimens du monde entier ; elles sont datées entre les périodes hellénistique et byzantine. Une des clés de notre connaissance de l’architecture ancienne, les vestiges architecturaux des villas, palais, théâtres, forteresses, et tombeaux, au péristyle taillé dans la pierre, de Paphos sont d’une valeur historique exceptionnelle.

Critère (vi) : L’importance religieuse et culturelle du culte à Vénus, une déesse locale de la fertilité de Paphos qui fut partout reconnue et célébrée comme un symbole de l’amour et de la beauté, contribue à la valeur universelle exceptionnelle du bien.

Intégrité

Tous les éléments nécessaires à l’expression de la valeur universelle exceptionnelle de Paphos sont situés au sein des limites du bien en série, d’une superficie de 291 ha, notamment les vestiges des villas, palais, théâtres, forteresses et de la nécropole creusée dans la roche et connue sous le nom de « Tombe des rois », ainsi que les mosaïques. Il n’y a pas de zone tampon, bien que la Loi nationale sur les antiquités prévoit des « zones contrôlées » aux alentours des sites archéologiques. Le bien ne pâtit pas outre mesure des effets négatifs du développement et/ou de la négligence. Les pressions exercées par le développement aux alentours du bien, qui menacent de modifier le paysage et le cadre, sont contrôlées dans le cadre d’une coopération avec d’autres services gouvernementaux et les autorités locales.

L’intégrité du bien repose sur les actions menées par l’État partie afin de préserver l’état d’origine des ruines. Les travaux de conservation qui ont été entrepris visent à assurer la sécurité de la structure des ruines tout en respectant les matériaux d’origine et leur valeur esthétique sans affecter l’intégrité du bien. Une attention toute particulière est accordée à la conservation des sols en mosaïque, qui ont bénéficié d’un projet de conservation mené avec l’Institut de conservation Getty et qui s’est achevé en 2004. Un vaste programme de conservation des sols en mosaïque a été lancé en 2011 par le Département des antiquités afin d’assurer leur protection. Le but est la poursuite des efforts déjà entrepris afin d’assurer une protection scientifique des vestiges archéologiques et de s’opposer vivement à toute pression exercée par le développement aux alentours du bien.

Authenticité

Paphos est authentique en termes de situation et de cadre, de forme et de conception, et de matériaux et de substance. Les principaux éléments du bien, tels que les vestiges archéologiques liés au culte à Aphrodite, les mosaïques rares et les vestiges d’architectures civile, militaire et funéraire conservent un haut degré d’authenticité en ce qui concerne le tissu bâti.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le site de Paphos est protégé par les dispositions prévues dans la Loi sur les antiquités nationales, qui s’avère d’une grande efficacité, et par les traités internationaux signés par la République de Chypre. Conformément aux termes de la Loi sur les antiquités, les monuments anciens relèvent soit d’un Premier inventaire, pour les monuments appartenant au gouvernement, soit d’un Deuxième inventaire pour ceux appartenant à des propriétaires privés. Paphos, à la fois la ville de Kato Paphos et le village de Kouklia, est en grande partie propriété de l’Etat, grâce à la politique du Département des antiquités qui vise à acquérir progressivement les terrains des sites archéologiques et leurs environs. Les monuments anciens inscrits au Deuxième inventaire sont progressivement acquis selon les dispositions du chapitre 8 de la Loi sur les antiquités. En outre, la Loi prévoit l’établissement de « zones contrôlées » aux environs des sites afin de contrôler la hauteur et le style architectural de tout projet de construction. De telles zones sont établies tant pour la ville de Kato Paphos que pour le village de Kouklia. Paphos bénéficie du statut de « protection renforcée » depuis novembre 2010, statut accordé par le Comité de l’UNESCO pour la protection des biens culturels en cas de conflits armés.

La gestion du bien est placée sous le contrôle direct du Conservateur des monuments anciens et du Directeur du Département des antiquités. Le Responsable du district archéologique de Paphos est en charge du contrôle du bien, sous la tutelle du Conservateur des monuments anciens. Le bien dispose d’un financement suffisant, accordé par le Département des antiquités sur le budget annuel de l’Etat. Un Schéma directeur pour Kato Paphos (site I) est mis en œuvre depuis 1991 ; la seconde phase de ce schéma directeur, qui prévoit la création d’abris pour les sols en mosaïque, est en cours. Un Schéma directeur pour Palaeopaphos (site II) a également été élaboré, sa mise en œuvre progressive est en cours. L’élaboration d’un plan de gestion pour Paphos qui embrassent tous les besoins du bien en matière de conservation, de promotion et de protection est l’un des objectifs définis par le Département des antiquités pour tous les biens du patrimoine mondial à Chypre.

La conservation dans la durée de la valeur universelle exceptionnelle du bien nécessitera l’achèvement, l’adoption et la mise en œuvre d’un plan de gestion pour Paphos qui vise à la conservation, la promotion et la préservation pour les générations futures des valeurs uniques du bien. Cela permettra de renforcer les efforts déjà entrepris dans le cadre de la législation nationale afin de réduire au minimum les risques d’empiétement et d’empêcher la construction de bâtiments inadaptés dans ce secteur très apprécié des touristes.

Description longue

Paphos est un site d'un intérêt universel exceptionnel du fait de ses origines extrêmement anciennes, intimement liées au culte et à la légende d'Aphrodite (Vénus), qui devint l'idéal par excellence de la beauté et de l'amour, inspirant écrivains, poètes et artistes. Dès le néolithique, dont nous avons conservé de nombreux témoignages archéologiques, on honorait à Chypre des divinités de la fertilité. Le temple d'Aphrodite est l'un des plus anciens de l'île et les mosaïques de Nea Paphos sont d'un type tout à fait rare, et comptent parmi les plus belles du monde méditerranéen. Les vestiges architecturaux de villas, de palais, de théâtres, de forteresses ainsi que les tombes à péristyle creusées dans le tuf présentent un intérêt considérable ; ce sont des jalons importants dans notre connaissance de l'architecture antique.

Petra tou Romiou, ou le Rocher d'Aphrodite, est une roche qui se trouve à l'emplacement de la naissance de la déesse. C'était un lieu de pèlerinage pour tout le monde hellénique. Les fouilles ont mis au jour de magnifiques mosaïques des IIIe-Ve siècles, dans les maisons de Dionysos, d'Orphée et d'Aion ; la villa de Thésée, enfouie pendant seize siècles, est remarquablement conservée. Les mosaïques des villas de ces aristocrates sont considérées comme les plus belles de la partie orientale de la Méditerranée. La plupart d'entre elles figurent des scènes de la mythologie grecque.

Non loin de là se trouve le pilier de pierre auquel, selon la tradition, saint Paul fut lié et battu pour avoir prêché le christianisme. Le monastère de la Chrysorrogiatissa, fondé au XIIe siècle, est dédié à Notre-Dame des Pommes d'Or. À proximité, le monastère d'Agios Neofytos renferme certaines des plus belles fresques et icônes byzantines, ainsi qu'un intéressant musée byzantin.

Les tombes des rois, à Kato Paphos, sont des aménagements monumentaux creusés dans la roche ; certaines sont décorées de piliers doriques. Réparties sur une aire très vaste, ces impressionnantes tombes rupestres remontent au IVe siècle av. J.-C. Ce sont celles de personnages de haut rang, et non de rois, mais leur magnificence a valu son nom au lieu.

Palaipaphos (la vieille Paphos), l'un des centres de pèlerinage les plus connus du monde ancien, fut autrefois la cité-royaume de Chypre. C'est là que se trouvait le célèbre sanctuaire d'Aphrodite, dont les plus anciens témoignages remontent au XIIe siècle av. J.-C. C'est le plus important d'une série de sanctuaires semblables disséminés dans toute l'île. Sa prospérité prit fin aux IIIe-IVe siècles. Les amphores et les coupes cultuelles qui y ont été retrouvées, et dont beaucoup sont exposées aujourd'hui au musée de Chypre à Lefkosia, figurent des prêtresses revêtues de magnifiques costumes, ainsi que des scènes érotiques situées dans les jardins sacrés qui entouraient autrefois le temple.

Un fort byzantin, construit à l'origine pour protéger le port, a été reconstruit par les Lusignan au XIIIe siècle. Démantelé par les Byzantins en 1570, il a été reconstruit par les Ottomans après qu'ils eurent pris l'île au XVIe siècle.

Source : UNESCO/CLT/WHC