English Français
Aidez maintenant !

Palais et jardins de Schönbrunn

Palace and Gardens of Schönbrunn

From the 18th century to 1918, Schönbrunn was the residence of the Habsburg emperors. It was designed by the architects Johann Bernhard Fischer von Erlach and Nicolaus Pacassi and is full of outstanding examples of decorative art. Together with its gardens, the site of the world’s first zoo in 1752, it is a remarkable Baroque ensemble and a perfect example of Gesamtkunstwerk

.

Palais et jardins de Schönbrunn

Résidence impériale des Habsbourg du XVIIIe siècle à 1918, l’œuvre des architectes Johann Bernhard Fischer von Erlach et Nicola Pacassi recèle quantité de chefs-d’œuvre des arts décoratifs. Elle constitue, avec ses jardins, où fut ouvert en 1752 le premier parc zoologique au monde, un exceptionnel ensemble baroque et un parfait exemple de Gesamtkunstwerk

.

قصر شونبران وحدائقه

إنها المقر الإمبراطوري لعائلة هابسبورغ من القرن الثامن عشر حتى 1918 وهو تحفة المهندسين جوهان برنهارد فيش فون إرلاش ونيكولا باكاسي. يجمع القصر عدداً كبيراً من التحف الفنية التزيينية. كما أنه يشكّل بحدائقه التي ضمّت أول حديقة حيوانية في العالم في العام 1752 مجمّعاً باروكياً استنائياً ومثالاً تاماً عن للجيسامثونستورك.

source: UNESCO/ERI

申布伦宫殿和花园

从18世纪到1918年,申布伦宫殿一直是哈布斯堡王朝(Habsburg)君主的住所,由建筑师约翰·本哈德·菲舍尔·冯·埃尔拉赫(Johann Bernhard Fischer von Erlach)和尼古拉斯·帕卡西(Nicolaus Pacassi)设计建造,到处都有极其精美的装饰艺术品。和花园一起的,还有建于1752年的世界上第一个动物园,包括一系列风格奇异的巴洛克式建筑以及各类艺术典范。

source: UNESCO/ERI

Дворец и парки Шёнбрунн (Вена)

С XVIII в. по 1918 г. Шёнбрунн был резиденцией императоров династии Габсбургов. Он был построен архитекторами Иоганном Бернхардом Фишер фон Эрлах и Николаусом Пакасси и содержит множество выдающихся образцов декоративного искусства. Вместе с парком и первым в мире зоологическим садом (1752 г.) Шёнбрунн является замечательным ансамблем в стиле барокко и прекрасным примером комплексного объекта искусства (того, что на немецком языке обозначается термином – гезамткунстверк).

source: UNESCO/ERI

Palacio y jardines de Schönbrunn

Residencia imperial de la dinastía de los Habsburgo desde el siglo XVIII hasta 1918, el palacio de Schönbrunn, construido por los arquitectos Johann Bernhard Fischer von Erlach y Nicola Pacassi, alberga un gran cúmulo de obras maestras de las artes decorativas. Con sus jardines –donde se instaló el primer parque zoológico del mundo en 1752– forma un conjunto barroco de excepcional calidad y constituye un acabado ejemplo de “Gesamtkunstwerk” (obra de arte total).

source: UNESCO/ERI

シェーンブルン宮殿と庭園群

source: NFUAJ

Paleis en tuinen van Schönbrunn

Vanaf de 18e eeuw tot 1918 was Schönbrunn de residentie van de Habsburgse keizers. Het paleis werd ontworpen door de architecten Johann Bernhard Fischer von Erlach en Nicolaus Pacassi en heeft prachtige voorbeelden van decoratieve kunst. In de tuinen van Schönbrunn ontstond in 1752 's werelds eerste dierentuin. Het is onmogelijk om de tuinen te scheiden van het paleis; ze vormen namelijk een organische uitbreiding daarvan. Om deze reden zijn paleis en tuin een perfect voorbeeld van een zogenoemd 'Gesamtkunstwerk'; een meesterlijke mix van meerdere kunstvormen die samen één geheel vormen. In dit geval een opmerkelijk Barok geheel.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Palais et jardins de Schönbrunn © OUR PLACE
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le Palais de Schönbrunn et ses jardins est un site exceptionnel car il constitue l'un des ensembles baroques de son genre les plus imposants et les mieux conservés d'Europe. Il représente en outre un symbole matériel éloquent de la puissance et de l'influence de la maison de Habsbourg sur une longue période de l'histoire européenne, de la fin du XVIIe siècle au début du XXe siècle.

Il est impossible de séparer les jardins du palais, dont ils constituent une extension organique : c'est un excellent exemple de Gesamtkunstwerk, fusion magistrale de nombreuses formes artistiques.

Petit pavillon de chasse devenu résidence d'été des Habsbourg, Schönbrunn a été reconstruit après sa destruction totale au cours de la dernière attaque turque en 1683. Au cours de la reconstruction, le projet fut développé pour devenir une résidence d'été impériale de la cour. À ce titre, il représente l'ascension et la splendeur de l'empire des Habsbourg. À l'apogée du pouvoir des Habsbourg au début du XVIIIe siècle, lorsque la Vienne impériale, à l'exemple des Turcs, témoigna de son ascendant retrouvé dans des exemples spectaculaires du nouvel art baroque, Schönbrunn devint l'un des plus importants projets de construction résidentielle de la capitale.

Les vastes jardins baroques et leurs constructions (Gloriette, « ruines romaines » et autres) et la statuaire attestent la dimension et les fonctions impériales du palais. L'intention d'origine, lors de leur conception au XVIIIe siècle, fut à la fois de glorifier la maison de Habsbourg et de rendre hommage à la nature. L'Orangerie, à l'est du corps de bâtiment principal du palais, est la plus longue du monde avec ses 186 m de long. La grande serre à palmiers est une structure métallique impressionnante de 114 m de long, divisée en trois parties, édifiée en 1880 grâce à des techniques mises au point en Angleterre.

Critère (i) : Le Palais et les jardins de Schönbrunn sont un exemple particulièrement bien préservé d'ensemble résidentiel princier baroque, qui constitue un exemple exceptionnel de Gesamtkunstwerk, fusion magistrale de nombreuses formes artistiques.

Critère (iv) : Le Palais et les jardins de Schönbrunn sont exceptionnels car ils conservent la trace des modifications effectuées au cours de plusieurs siècles, qui illustrent de façon très vivante les goûts, les intérêts et les aspirations d'une succession de monarques de la maison de Habsbourg.

Intégrité

Hormis quelques modifications mineures effectuées au XIXe siècle, le bien comprend tous les éléments du Palais et des jardins de Schönbrunn. La taille de ce bien lui permet de présenter une représentation complète des caractéristiques d'un palais impérial. Aucun des attributs du bien n'est menacé. L'intégrité visuelle du bien est néanmoins vulnérable aux aménagements de grande hauteur réalisés à Vienne.

Authenticité

Le bâtiment d'origine a été considérablement étendu et modifié depuis sa construction, pour satisfaire les goûts et les exigences des empereurs successifs. Aucune modification importante n'a affecté les structures depuis les travaux des façades commandés par François Ier au début du XIXe siècle. Le mobilier et la décoration des appartements impériaux, le théâtre, la chapelle et d'autres éléments importants sont entièrement authentiques. Le dessin du parc baroque est également quasiment inchangé et les techniques traditionnelles du XVIIIe siècle sont toujours utilisées pour l'émondage des arbres et la taille des buissons. Schönbrunn n'a pas changé, semble-t-il, depuis 1918, lorsqu'il est devenu propriété de la République d'Autriche. Il est depuis fidèlement conservé en l'état, que ce soit en matière de conception originale et de décoration, ou de restauration à l'identique après les dégâts causés pendant la guerre. L'ensemble du Palais et des jardins peut être considéré comme un exemple exceptionnel de Gesamtkunstwerk en raison de la parfaite conservation de l'originalité de son architecture, de la conception et de l'ameublement du palais, ainsi que du maintien de la relation spatiale et visuelle entre les bâtiments et le parc.

Besoins en matière de protection et de gestion

Les bâtiments et jardins sont la propriété de la République d'Autriche. Depuis le 1er octobre 1992, le bien est géré par le Schloss Schönbrunn Kultur- und Betriebsgesellschaft mbH (Ltd), entreprise d'État. L'entretien des jardins est confié au Service fédéral des Jardins (Bundesgärten).

Le bien est protégé au niveau fédéral et provincial. Les zones qui entourent le bien ont été classées zones de protection et délimitent également la zone tampon. La Ville de Vienne contrôle ces abords par des réglementations de zonage et d'urbanisme. Il reste cependant à s'assurer en permanence que la ligne des toits et les perspectives visuelles depuis le bien ne sont pas compromises par des bâtiments de grande hauteur aux environs.

La gestion professionnelle quotidienne du bien s'effectue à partir d'un budget, de personnel et de plans d'investissement ayant fait l'objet d'un accord. Conformément aux demandes du Bureau fédéral de Protection des Monuments et de la Ville de Vienne, ces plans sont établis et mis en œuvre par des spécialistes employés par l'État fédéral. La « Schönbrunn Akademie » propose également des programmes de formation sur la gestion du patrimoine et des sujets techniques précis.

Les budgets de fonctionnement sont financés par des recettes perçues par l'entreprise chargée de la gestion, avec le soutien de l'État fédéral. Dans la zone tampon, des fonds sont mis à disposition par la Ville de Vienne.

Description longue

Le domaine de Katterburg, le site de l'actuel palais de Schonbrunn, fut cédé au milieu du l6ème siècle par le monastère de Klostemeuburg à l'empereur Maximilien II, qui le transforma en pavillon de chasse et installa une ménagerie. Les bâtiments furent terriblement endommages par le sac de Vienne par les Hongrois en 1605 ; ce n'est qu' en 1622 qu' ils furent restaures par l' empereur Ferdinand II. A sa mort en 1637, le domaine de Katterburg échut en héritage à sa veuve, Eléonore de Gonzague. Le nom fut change en Schonbrunn (La Belle Fontaine) en 1642 lorsqu'un nouveau château de plaisance fut érigé sur trois niveaux à coté de 1'ancien bâtiment.


En 1683, Vienne fut assiégée par les Turcs, qui furent finalement écrasés, mais non sans avoir eu le temps de causer de terribles ravages aux environs de la ville, y compris à Schonbrunn. Pendant la grande reconstruction qui suivit le siège, l'empereur Léopold Ier commanda a l'architecte Johann Bernhard Fischer von Erlach, qui avait été formé en Italie, un nouvel édifice destiné à être la résidence de son héritier, l'archiduc Joseph. L'architecte semble avoir préparé son premier projet dans 1'unique but de montrer ses capacités. En cela il réussit pleinement : son projet fut très admire et lui assura de nombreuses autres commandes.


Le mariage de Léopold en 1699 entraina la modification du second projet, de manière à rehausser son statut. La construction commença en 1696 et Fischer von Erlach supervisa personnellement les travaux. Le corps principal fut achevée et habitable en 1700, mais les travaux furent interrompus par le déclenchement de la guerre de Succession d'Espagne en 1701 puis par le décès soudain de l'empereur Joseph Ier en 1711. Le bâtiment inachevé devint la résidence de l'impératrice douairière Amalia Wilhelmine.


Lorsqu'elle accéda au trône impérial en 1740, Marie-Thérèse choisit Schonbrunn comme résidence permanente, et une nouvelle vie commença pour le palais. Des réparations urgentes furent effectuées sur les bâtiments détériorés en 1742-43, suivies par des changements structurels majeurs qui furent réalisées en trois phases: 1743-49, 1753-63 et 1764-80. La majeure partie des travaux des deux premières phases furent réalises selon les plans et sous la direction de l'architecte Nicola Pacassi, qui devait devenir, comme Fischer von Erlach, architecte de la cour royale et impériale. La troisième phase concerna l'embellissement des jardins (la Gloriette, le fontaine de Neptune, la "ruine romaine", l'obelisque), qui fut l'œuvre de Johann Ferdinand Hetzendorf von Hohenberg.


Les successeurs immédiats de Marie-Thérèse, Joseph II et Léopold II, montrèrent peu d'intérêt pour Schonbrunn, qui devint cependant la résidence d'été de François 1er (1792-1835), et François-Joseph (1848-1916) passa une grande partie de sa vie dans ces lieux. Ce dernier entreprit la restauration du vieux décor rococo et certaines autres modifications. L'histoire de 1'architecture du palais prit fin en 1870 et il n'y eut plus de changements notables depuis lors.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Schönbrunn est un exemple remarquable, et particulièrement bien conservé, de complexe résidentiel princier de style baroque. Son palais et ses jardins présentent également l'intérêt exceptionnel de témoigner de modifications qui illustrent clairement, au cours de plusieurs siècles, les changements intervenus dans les goûts, les intérêts et les aspirations des souverains de la dynastie des Habsbourg.

Au XVIe  siècle, Schönbrunn était le siège d'un pavillon de chasse et d'une résidence d'été de la famille des Habsbourg. Après sa destruction complète au cours de la dernière invasion turque, en 1683, le palais fut reconstruit en 1695. L'empereur Léopold Ier commandita à l'origine un château d'agrément pour le grand-duc Joseph, l'héritier au trône, mais les événements survenus au sein de la dynastie, durant sa construction, portèrent à le transformer en résidence impériale d'été, et à l'agrandir en conséquence. Il conserva cette fonction jusqu'à la fin de l'Empire austro-hongrois.

À l'exception de quelques adjonctions apportées au XIXe  siècle, le palais et ses jardins prirent leur physionomie actuelle au XVIIIe  siècle. Le complexe architectural présente de remarquables intérieurs remontant à cette époque ; les anciens appartements de l'empereur François-Joseph, dans l'aile occidentale, ont été transformés au XIXe  siècle avec un mobilier qui présente, lui aussi, un intérêt historique réel.

Schönbrunn a été dessiné par les architectes Johann Bernhard Fischer von Erlach et Nicolaus Pacassi, et regorge d'exemples importants d'art décoratif. Avec ses jardins, le site du premier parc zoologique du monde, créé en 1752, est un remarquable ensemble baroque, et un exemple accompli de Gesamtkunstwerk .

La partie principale du palais, dans son aspect actuel, est pour une bonne part l'œuvre de Pacassi, bien qu'elle conserve le plan d'ensemble dessiné par Fischer von Erlach. L'accès au piano nobile se fait, à partir de la cour, par un escalier monumental donnant sur la grande galerie, une salle impressionnante par ses proportions, richement décorée de stucs et dont le plafond porte des fresques qui célèbrent l'Empire des Habsbourg.

Derrière cette salle, la petite galerie est flanquée de deux petites pièces, la chambre chinoise ronde et la chambre chinoise ovale, toutes deux décorées de panneaux laqués peints en noir et or, et regorgeant de meubles et de céramiques japonaises. La chambre du carrousel donne accès, depuis la grande galerie, au hall des cérémonies, connu en particulier pour une série de peintures monumentales qui figurent des événements survenus au cours du long règne de Marie-Thérèse.

L'une des salles les plus impressionnantes de l'aile orientale est le somptueux salon Vieux-Laque, avec ses panneaux de laque orientaux d'une valeur inestimable et son mobilier surabondamment décoré ; les murs de la salle Napoléon sont revêtus de gigantesques tapisseries de Bruxelles ; la salle des porcelaines est une petite pièce dont le wainscoting; le lambrissage sculpté de manière décorative est peint en bleu et en blanc, et décorée de 213 croquis de Franz Stephan de Lorraine, le mari de l'impératrice Marie-Thérèse, et de ses enfants. Les salles de l'aile occidentale sont moins décorées et étaient utilisées à des fins domestiques par les membres de la famille impériale.

Les vastes jardins baroques et les constructions qui s'y trouvent témoignent de la dimension impériale et des fonctions de ce palais. La cour donne accès à la chapelle et au théâtre. L'orangerie, à l'est du corps principal du palais, est la plus longue au monde ; construite au milieu du XVIIIe siècle, elle ne servit pas seulement à assouvir la passion de Marie-Thérèse pour la culture des plantes exotiques, mais aussi pour des fêtes et des spectacles. La grande palmeraie, avec son impressionnante construction en fer, qui applique une technologie développée en Angleterre, est divisée en trois sections. Le jardin zoologique de Schönbrunn, fondé par Franz Stephan de Lorraine en 1752, occupe une partie du parc.

Source : évaluation des Organisations consultatives