English Français

Région de Laponie

Laponian Area

The Arctic Circle region of northern Sweden is the home of the Saami, or Lapp people. It is the largest area in the world (and one of the last) with an ancestral way of life based on the seasonal movement of livestock. Every summer, the Saami lead their huge herds of reindeer towards the mountains through a natural landscape hitherto preserved, but now threatened by the advent of motor vehicles. Historical and ongoing geological processes can be seen in the glacial moraines and changing water courses.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Région de Laponie

Dans cette région circumpolaire du nord de la Suède vivent les Saamis, ou Lapons. Elle constitue le plus vaste et l'un des derniers espaces où se pratique encore leur mode de vie ancestral fondé sur la transhumance. Chaque été, les Saamis conduisent leurs immenses troupeaux de rennes vers les montagnes dans un paysage naturel jusqu'ici préservé mais désormais menacé par l'arrivée des véhicules à moteur. Les moraines et grands cours d'eau glaciaires erratiques que l'on peut voir représentent des processus géologiques historiques et en cours.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

منطقة لابوني (لابلاند)

تشكل هذه المنطقة المحيطة بالقطب شمال السويد موطناً لشعوب السامي وهي المساحة الكبرى والأخيرة بين التي يمارس فيها هؤلاء القوم نمط حياتهم كما توارثوه من الأجداد والقائم على الانتجاع، حيث يعمدون كل صيف الى قيادة قطعان الرنات الكبيرة الى الجبال في منظر طبيعي لا يزال حياً ولكنه مهدد بالخطر نتنيجة وصول الآليات المزوّدة بالمحركات. اما الجرافات ومجاري المياه الجليدية التائهة الكبيرة التي يمكن مشاهدتها، فتعكس تطوراً جيولوجياً تاريخياً وحالياً.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

拉普人区域

瑞典北部北极圈地区是萨米人或拉普人的家园。这里是最大的也是最后一个人们按照祖传方式进行生活的地区,这种生活以牲畜周期性的迁移为基础。每年夏天,萨米人赶着他们的驯鹿群穿越自然风景区走向大山,这些风景区至今还保存着,如今却受到汽车的威胁。我们可以从冰碛和水流路线的改变中看到历史和现今的地质作用。

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Лапландия

Этот район северной Швеции, расположенный близ Полярного круга, населен народом саами, или лаппами. Это самая крупная (а также – практически последняя) область в мире, где еще сохранился традиционный кочевой уклад жизни этого народа, основанный на сезонной смене пастбищных угодий. Каждое лето лаппы гонят огромные стада северных оленей в горы, однако природным комплексам этих мест, долгое время остававшихся нетронутыми, в настоящее время угрожает появление автотранспорта. Здесь хорошо прослеживаются следы деятельности как древних, так и современных геологических процессов, которые нашли свое отражение в ледниковых моренах и замысловатой конфигурации речной сети.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Región de Laponia

Habitada por los saami, o lapones, la región circumpolar del norte de Suecia es la más vasta y una de las últimas del mundo en la que predomina todavía un modo de vida ancestral basado en la trashumancia estacional. Cada verano, los lapones conducen sus inmensos rebaños de renos hacia las montañas a través de un paisaje natural hasta hoy preservado, aunque amenazado por la llegada de los vehículos de motor. Las morrenas y los vastos y cambiantes cursos de agua glaciares de esta región son ilustrativos de procesos geológicos antiguos y contemporáneos.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

ラポニアン・エリア
スウェーデン北部の極北地帯には、伝統的なトナカイの遊牧を営むラップ人(サーメ人)が住んでいる。サーメ人はその一族であり、彼らの遊牧の場である森林と雄大な氷河地形を守るため、自然と文化の複合遺産に登録された。

source: NFUAJ

Laponia gebied

De poolcirkelregio van Noord-Zweden is het woongebied van de Sami, ook wel bekend onder de naam Lappen. Het is het grootste gebied ter wereld (en een van de laatste) met een voorouderlijke manier van leven op basis van de seizoensgebonden verplaatsing van vee. Elke zomer leiden de Sami hun zeer grote kuddes rendieren in de richting van de bergen door een natuurlandschap. Dit landschap wordt vandaag de dag bedreigd door de komst van motorvoertuigen. Het Laponia gebied getuigt van historische en altijd doorgaande geologische processen, te zien in de gletsjermorenen en veranderende waterlopen.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Region de Laponie, Suède © Vincent Ko Hon Chiu
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

La région de Laponie, située dans l’extrême nord de la Suède, est une magnifique étendue sauvage de hautes montagnes, de forêts primaires, de vastes marais, de beaux lacs et de systèmes fluviaux bien préservés. Elle contient des sites d’une beauté exceptionnelle comme les montagnes couvertes de neige de Sarek, les grands lacs alpins de Padjelanta/Badjelánnda et l’importante zone deltaïque de la vallée de la Rapa. Les processus géologiques, biologiques et écologiques en cours ont formé une variété d’habitats conservant une riche biodiversité, y compris de nombreuses espèces de faune et de flore typiques du nord de la région fennoscandienne.

Le peuple autochtone saami vit dans la partie septentrionale de la Norvège, de la Suède, de la Finlande et de la Russie, près du cercle arctique. L’été, dans la région de Laponie, les Saamis conduisent leurs troupeaux de rennes dans les montagnes à travers ce paysage. Ce type de paysage de transhumance pastorale était naguère chose commune dans l’hémisphère Nord. Cependant, ces coutumes ancestrales fondées sur le déplacement saisonnier des animaux d’élevage sont tombées en désuétude ou ont été abandonnées dans de nombreuses régions du globe, ce qui fait de la Laponie l’une des dernières régions survivantes de ce type, parmi les plus vastes et les mieux préservées.

Des vestiges archéologiques témoignent de l’arrivée des premiers habitants en Laponie il y a 6 000 à 7 000 ans. La région était probablement occupée vers la fin de la dernière glaciation (environ 10 000 ans BP), mais aucune preuve n’a été trouvée à cet égard. Les établissements humains étaient composés de nomades vivant de la chasse et de la cueillette, et dont le principal moyen de subsistance était le renne sauvage. On trouve les traces de leur occupation sous la forme d’âtres et de fondations de maisons. La domestication du renne a commencé il y a environ deux mille ans. Elle a connu une évolution progressive et ce n’est qu’aux XVIe et XVIIe siècles que la migration des Saamis avec des troupeaux de rennes a été pleinement établie en un cycle annuel.

Aujourd’hui, les Saamis passent l’été dans les montagnes, surtout dans la partie occidentale du bien près des grands lacs. Les groupes de familles occupent des cabanes qui ont remplacé les habitations traditionnelles. Il n’y a pas de campement d’été dans la partie orientale du bien ; là, les Saamis propriétaires de rennes habitent dans les villages et les municipalités des alentours.

Critère (iii) : La région de Laponie offre un témoignage exceptionnel de la tradition d’élevage des rennes et est l’un des derniers exemples, incontestablement le plus étendu et le mieux préservé d’une zone de transhumance, pratique autrefois très répandue en Europe du Nord et qui remonte aux premiers temps du développement économique et social de l’humanité.

Critère (v) : La région de Laponie est un exemple exceptionnel d’utilisation traditionnelle des terres, un paysage culturel qui illustre le mode de vie ancestral du peuple saami basé sur l’élevage saisonnier du renne.

Critère (vii) : Le bien présente une grande variété de phénomènes naturels d’une beauté exceptionnelle. Les montagnes couvertes de neige de Sarek et Sulidälbmá sont non seulement magnifiques à voir, mais sont encore un véritable ouvrage de référence pour la géomorphologie glaciaire. Les grands lacs alpins de Padjelanta avec en arrière-plan les montagnes à la frontière suédo-norvégienne sont d’une beauté remarquable. La grande vallée de la Rapa offre un contraste absolu avec les régions alpines. Il est intéressant de mentionner en particulier sa zone deltaïque très active, les falaises alentour et les escarpements rocheux qui retombent de façon abrupte dans le delta. L’existence de la culture saami, allant du traditionnel  kata de bouleau et de gazon au chalet contemporain, ajoute à la valeur esthétique du bien.

Critère (viii) : La région désignée contient tous les processus liés à l’activité glaciaire tels que les vallées en U, les moraines, les pentes d’éboulis, les drumlins, la présence de grands erratiques et de cours d’eau glaciaires à débit rapide. Elle présente d’excellents exemples d’action de la glace et du gel dans un milieu de toundra avec la formation de polygones et une zone de palses qui s’amoncèlent et retombent de façon spectaculaire. Les rivières glaciaires qui prennent naissance dans les champs de neige continuent leur percée à travers le lit rocheux. De vastes régions dénudées illustrent le phénomène d’érosion. Le bien atteste aussi de la présence d’êtres humains dans ces écosystèmes il y a 7 000 ans.

Critère (ix) : Le vaste complexe tourbeux de Sjávnja/Sjaunja est le plus étendu d’Europe en dehors de la Russie. Cette région est quasiment impénétrable pour l’homme sauf en hiver. La région de Laponie a une forêt vierge de conifères pouvant remonter jusqu’à 700 ans. La succession naturelle s’y poursuit sans perturbation.

Intégrité

Le bien qui appartient presqu’entièrement à l’État et bénéficie d’une protection juridique, forme une entité cohérente si l’on fait abstraction d’une bande étroite qui a exclu une rivière et un système lacustre du parc national de Stora Sjöfallet en vue d’un projet de développement hydroélectrique et de la création du lac artificiel de Stora Lulevatten. Ce système hydroélectrique (à l’extérieur du bien) ne fait l’objet d’aucun projet d’expansion et n’est pas considéré comme une menace pour l’intégrité du bien. Le seul équipement hydroélectrique à l’intérieur du bien est à beaucoup plus petite échelle avec une simple structure de contrôle et un lac artificiel près de Vietas, dans le secteur oriental de Stora Sjöfallet. Aucun projet d’expansion n’est prévu dans cette unité de faible envergure. D’autre part, une discussion est en cours sur l’installation d’éoliennes juste en dehors de la région de Laponie, qui pourraient avoir un impact visuel sur l’intégrité du bien.

À certains égards, la pratique d’élevage de rennes s’est adaptée aux techniques modernes, mais elle n’en demeure pas moins le principal moyen de subsistance dans cette région. Le facteur primordial pour l’intégrité de la région est l’impact de l’élevage du renne qui, en vertu de la législation suédoise, est un droit garanti au peuple saami. Les Saamis conservent leurs droits coutumiers relatifs au pâturage, à l’abattage des arbres, à la pêche et à la chasse, ainsi qu’à l’introduction de chiens dans les aires protégées.

La possibilité de créer un bien transfrontalier auquel s’ajouterait le paysage du fjord voisin de Tysfjord/Hellemo en Norvège (ajoutant ainsi une connexion maritime et des caractéristiques importantes à plus faible altitude) a été discutée. Les autorités norvégiennes chargées de la conservation étudient actuellement la possibilité de constituer un parc national de la région en question.

Authenticité

L’authenticité du bien s’exprime et perdure à travers la pratique continue des Saamis concernant l’élevage du renne et le déplacement saisonnier des troupeaux vers les pâturages de montagnes en été. L’existence et le développement de l’élevage de troupeaux de rennes est une condition indispensable à la survie de la culture saami.

L’authenticité du paysage proprement dit et le processus économique général de la transhumance et du pâturage saisonnier des rennes sont largement maintenus. L’usage de moyens de transport motorisés par les pasteurs saamis est cependant un phénomène plus récent. On peut estimer qu’il s’agit là simplement d’une application des progrès de la technique à un cadre traditionnel, mais cela a véritablement un impact potentiellement néfaste et irréversible sur le milieu naturel et nécessite d’être traité grâce à des mesures de gestion.

Les bâtiments de la culture saami sont la preuve évidente de la présence permanente d’activités d’élevage de rennes dans la région, depuis les goahte, habitations traditionnelles en bois de bouleau et mottes de gazon jusqu’aux huttes contemporaines.

Les vestiges archéologiques que contient le site attestent de l’utilisation humaine du paysage il y a environ 6 000-7 000 ans et apportent de nombreuses traces du passage de la chasse au renne à l’élevage des troupeaux de rennes à travers toute la région. La plupart sont en bon état, mais seul un tiers du bien a fait l’objet de relevés archéologiques systématiques, dont seulement 300 restes ont été documentés et peuvent être surveillés pour le statut et les dommages. Il est indispensable que les zones restantes soient examinées pour évaluer le degré de préservation des autres vestiges archéologiques et identifier les mesures de conservation et de gestion appropriées.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

L’État possède 99 % du bien composé de quatre parcs nationaux et de deux réserves naturelles. Le statut juridique des aires protégées et les régimes de gestion visent à imposer un niveau de protection rigoureux de la nature sauvage tout en garantissant les droits des peuples autochtones. Les autres régions sont en partie protégées par le code de l’environnement et la loi sur l’environnement historique (1988:950). Les vestiges archéologiques et les sites culturels reliés aux Saamis sont rigoureusement protégés conformément aux dispositions de la loi sur l’environnement historique (1988:950). L’importance du complexe tourbeux de Sjávnja a été reconnue par sa désignation de site Ramsar. Le droit coutumier et la loi sur l’élevage du renne protègent le droit du peuple saami à pratiquer l’élevage de troupeaux de rennes dans le bien et leurs droits traditionnels relatifs au pâturage, à l’abattage des arbres, à la pêche et à la chasse.

C’est au Conseil du patrimoine national suédois qu’incombe la responsabilité globale de la mise en œuvre du patrimoine mondial, tandis que l’Agence suédoise pour la protection de l’environnement (ASPE) est responsable du patrimoine naturel. Depuis 2011 « l’Association Laponiatjuottjudus », composée de représentants de toutes les parties concernées (qui ont adopté une déclaration commune des valeurs de la région de Laponie) est juridiquement responsable de la gestion commune du bien. Cette association à but non lucratif, située au niveau local, avec une majorité saami, comprend deux municipalités, neuf communautés saamis (à travers Mijà Ednam, ce qui signifie « notre terre » en saami), le Conseil d’administration du comté de Norrbotten (CAC) et l’ASPE. Créé pour faire en sorte que les Saamis soient impliqués dans la prise de décision à tous les stades de la planification et de la mise en œuvre de la gestion, le consensus doit être obtenu dans toutes les grandes décisions. Un cadre réglementaire tenant compte du développement local et du plan de gestion de toute la région a été établi. Dans le cadre du processus, les parties ont adopté de nouvelles réglementations qui ne limitent plus les droits d’élevage de rennes. L’infrastructure, y compris le centre d’accueil des visiteurs à Stora Sjöfallet/Stuor Muorkke qui contribue à la présentation du bien, est en place.  

La conservation de la biodiversité dans le bien comporte des études sur des espèces emblématiques telles qu’une étude de la population de faucons gerfauts menacée dans les régions montagneuses de Laponie, et des relevés annuels de reproduction de faucons pèlerins et de pygargues à queue blanche. Des inventaires de grands prédateurs (tels l’ours brun, le glouton, le lynx et l’aigle royal) sont réalisés en coopération avec les villages saamis de la région et le CAC. Les densités de population de petits mammifères dans diverses parties de la Laponie sont contrôlées deux fois par an et un programme de surveillance environnementale a été lancé pour les plantes alpines rares dans la zone lapone de Padjelanta/Badjelánnda.