English Français
Aidez maintenant !

Paysage culturel de Fertö / Neusiedlersee

Fertö / Neusiedlersee Cultural Landscape

The Fertö/Neusiedler Lake area has been the meeting place of different cultures for eight millennia. This is graphically demonstrated by its varied landscape, the result of an evolutionary symbiosis between human activity and the physical environment. The remarkable rural architecture of the villages surrounding the lake and several 18th- and 19th-century palaces adds to the area’s considerable cultural interest.

Paysage culturel de Fertö / Neusiedlersee

Carrefour culturel depuis huit millénaires comme en atteste la variété de son paysage, le paysage culturel de Fertö/Neusiedlersee est né d’un processus évolutif et symbiotique d’interaction entre l’homme et son environnement physique. La remarquable architecture rurale des villages du pourtour du lac et plusieurs palais datant des XVIIIe et XIXe siècles ajoutent au grand intérêt culturel de ce site.

المشهد الثقافي فيرتو/نيوزدليرسي

إنه ملتقى لثقافات متنوعة يرقى إلى ثمانية آلاف سنة كما يدل على ذلك تنوع مناظره، المشهد الثقافي فيرتو/ نيوزدليرسي، ولد بفعل سيرورة متطورة ومتناغمة للتفاعل بين الإنسان ومحيطه الطبيعي. وما الهندسة المعمارية للقرى المحيطة بالبحيرة والقصور التي ترقى إلى القرنين الثامن عشر والتاسع عشر إلا لتعطي قيمة ثقافية كبرى لهذا الموقع.

source: UNESCO/ERI

新锡德尔湖与费尔特湖地区文化景观

新锡德尔湖与费尔特湖地区八千年以来一直是多种文化的汇集地,其风格迥异的景观生动地体现了这一点,也是人类活动和自然环境相互作用的结果。湖区周围奇异的乡村建筑和几座18和19世纪的宫殿为该地区增添了浓厚的文化色彩。

source: UNESCO/ERI

Культурный ландшафт Фертё – Нойзидлер-Зе

Озерный район Фертё – Нойзидлер-Зе на протяжении 8 тыс. лет был местом соприкосновения различных культур. Это ярко проявляется в разнообразии местного ландшафта, сформировавшегося в результате длительного взаимодействия человека с природой. Культурная значимость этого района возрастает, благодаря замечательной сельской архитектуре деревень, расположенных вокруг озера, и наличию нескольких дворцов XVIII-XIX вв.

source: UNESCO/ERI

Paisaje cultural de Fertö/Neusiedlersee

Encrucijada distintas culturas durante ocho milenios como lo demuestra su variedad, el paisaje de la región del lago Fertí¶-Neusiedlersee es producto de un proceso evolutivo y simbiótico de interacción del ser humano y su entorno fí­sico. La excepcional arquitectura rural de las aldeas que bordean las riberas del lago y la majestuosidad de varios palacios de los siglos XVIII y XIX, aumentan el interés cultural de este sitio.

source: UNESCO/ERI

フェルテー湖/ノイジードラー湖の文化的景観

source: NFUAJ

Fertö / Neusiedlermeer-cultuurlandschap

Acht millennia lang was het landschap rond het Fertö-Neusiedlermeer de ontmoetingsplaats van verschillende culturen. Grafisch is dit te zien in het gevarieerde landschap, het resultaat van een evolutionaire symbiose van menselijke activiteit en de fysieke omgeving. De opmerkelijke, landelijke architectuur van de dorpen rond het meer en een aantal 18e en 19e-eeuwse paleizen draagt ​​bij aan het grote culturele belang van het gebied. Het meer ligt tussen de Alpen en de lage grondgebieden van Oostenrijk en Hongarije. In de 19e eeuw werd het meer afgesloten van het aangrenzende zoetwatermoeras en sinds 1912 zorgt een dam bij Hegykö ervoor dat er geen overstromingen kunnen plaatsvinden.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Paysage culturel de Fertö / Neusiedlersee
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le paysage culturel de Fertő/Neusiedlersee intègre le lac de steppe le plus occidental de la zone eurasiatique. C’est une zone de valeurs naturelles exceptionnelles et de paysages d’une grande diversité, nés et maintenus en l’état par la réunion en un même site de divers types de paysages. Il est situé au carrefour de différentes zones de faune et de flore et de zones humides, il se caractérise par la présence de montagnes subalpines, de collines subméditerranéennes, de lacs alcalins qui s’assèchent temporairement, de sols salins, de roseaux et de plaines côtières. Cette zone, une réserve de biosphère et une banque de ressources génétiques de grande valeur, rassemble une riche diversité de flore et de faune et a été harmonieusement façonnée au cours de huit millénaires par différents groupes humains et des populations diverses d’un point de vue ethnique. Les caractéristiques actuelles du paysage sont le résultat de formes d’occupation millénaire des terres fondées sur l’élevage et la viticulture ayant atteint des proportions inconnues dans les autres régions lacustres d’Europe. Cette interaction se manifeste également dans la continuité, sur plusieurs siècles, de ses traditions urbaines et architecturales et dans les diverses utilisations traditionnelles des terres et du lac. Le Lac Fertő/Neusiedlersee est entouré d’une première ceinture de seize villages et d’une ceinture extérieure de vingt autres villages.

Deux grandes périodes peuvent être distinguées : d’environ 6000 av. JC jusqu’à la création de l’état hongrois au 11e siècle de notre ère puis du 11e siècle jusqu’à l’époque contemporaine. Dès le 7e siècle av. JC, une occupation dense des rives du lac commence, avec des peuples de la période de Hallstatt (Premier Âge du fer) et se poursuit jusqu’aux périodes préhistoriques tardives et à l’époque romaine. Dans les champs de presque tous les villages autour du lac, on trouve des vestiges de villas romaines. Les bases du réseau actuel de villes et de villages sont apparues aux 12e et 13e siècles, leurs marchés ayant prospéré à partir de 1277. L’invasion tatare du milieu du 13e siècle épargna la région qui bénéficia d’un développement ininterrompu du Moyen Âge jusqu’à la conquête turque à la fin du 16e siècle. Au fil du temps, l’activité économique de base resta l’exportation d’animaux et de vin. Le centre historique de la ville franche médiévale de Rust, en particulier, prospéra grâce au commerce du vin. Rust est un exemple exceptionnel d’établissement humain représentatif de la région. La ville offre l’aspect architectural particulier d’une société et d’une culture dans lesquels les modes de vie des citadins et des ruraux forment un tout. L’édification de nouvelles fortifications au début du 16e siècle marqua le début d’une phase de construction, d’abord avec les fortifications, puis, du 17e et 19e siècle, avec l’édification et l’amélioration de maisons à usage d’habitation. La remarquable architecture rurale des villages autour du lac et plusieurs palais des 17e et 18e siècles ajoutent au très grand intérêt culturel de la région. Le palais de la ville de Nagycenk, le palais Fertőd, le palais Széchenyi et le palais Fertőd Esterházy constituent également d’éminents témoignages culturels.

En dépit du caractère transfrontalier du bien, situé sur les territoires de deux états, l’Autriche et la Hongrie, il constitue depuis des siècles une ensemble socioéconomique et culturel unique qui est exceptionnel à plusieurs titres, par son riche patrimoine archéologique qui résulte de plusieurs civilisations consécutives, par son nombre important de monuments historiques, reflets de sa diversité ethnique, mais également par les éléments de son riche patrimoine ethnographique, géologique et minier.

Critère (v) : Depuis huit millénaires, le Fertő/Neusiedlersee est le carrefour de différentes cultures comme en atteste son paysage varié, résultat d’un processus évolutif et symbiotique d’interaction entre l’homme et son environnement physique.

Intégrité

Le bien inscrit, situé sur la frontière entre l’Autriche et la Hongrie, ne se caractérise pas uniquement par sa diversité, il a également conservé, tant dans ses aspects naturels que culturels, son paysage, ses spécificités socioéconomiques et culturelles ainsi que des formes propres d’utilisation des terres, la pratique multiséculaire de la viticulture et de l’élevage ainsi que les caractéristiques spécifiques de l’architecture des villes et villages et de ses structures d’occupation des terres. L’intégrité du bien est fondée sur des caractéristiques géologiques, hydrologiques, géomorphologiques, climatiques, écologiques, ainsi que des caractéristiques historiques régionales et culturelles.

Le paysage de Fertő/Neusiedlersee bénéficie de conditions naturelles et climatiques qui l’ont rendu propice à la production agricole et à l’élevage depuis des milliers d’années. L’eau, les roselières, les prés salés, les lacs alcalins et leurs vestiges, les collines bordant la rive ouest du lac, plantées de forêts et couronnées de vignobles, présentent non seulement des caractéristiques naturelles et géographiques mais rappellent également des siècles d’utilisation traditionnelle, faisant de la région un exemple unique de communauté humaine vivant en harmonie avec la nature. Parmi tous les lacs salés du monde, la zone du Fertő/Neusiedlersee est unique du point de vue de la relation organique, plurielle, ancienne et cependant toujours d’actualité entre l’homme et son milieu, typique du lac et de sa société. L’aspect traditionnel, en partie rural, de l’architecture des villages autour du lac, la structure de ces villages, l’unité des bâtiments disposés de façon homogène autour des places et le long des rues, et plusieurs palais des 18e et 19e siècles qui s’inscrivent dans leur cadre paysager, sont les éléments caractéristiques, façonnés par l’homme, du paysage culturel. La culture de la vigne, la production vinicole et l’exploitation des roseaux, des activités séculaires, contribuent à pérenniser l’occupation des terres et l’utilisation de matériaux de construction traditionnels.

Une grande partie de la valeur de la région réside dans les qualités inchangées de son mode de vie, dans la sauvegarde de l’architecture locale et dans un paysage modelé sur une exploitation traditionnelle et durable d’une variété limitée de ressources. Bien que le tourisme constitue à la fois un changement et en cela un catalyseur, l’aménagement qui l’accompagne et l’insertion dans le paysage de constructions modernes intrusives devront être contrôlés. La conservation de ces particularités et les conditions d’intégrité impliqueront l’élaboration et la mise en application d’orientations et de réglementations de zonage destinées à garantir l’impossibilité de tout nouvel aménagement dans un espace non bâti et le respect de la forme et de l’envergure des bâtiments traditionnels.

Authenticité

Le paysage dans son ensemble ainsi que l’échelle, la structure interne et l’architecture rurale des villes et des villages témoignent d’un usage agricole des terres et d’un mode de vie paysan qui n’ont connu aucune interruption depuis l’époque médiévale. L’agencement et le mode d’occupation de plusieurs villages actuels remontent à l’époque romaine ou à des périodes encore plus anciennes. Les bâtiments, les murs d’enceinte et les vues ont été préservés dans de nombreux lieux, il en va de même pour la proportion de zones bâties. L’authenticité est également soutenue par l’utilisation pérenne de matériaux de construction d’origine locale (calcaire, roseaux et bois). Divers modes de propriété se reflètent dans la remarquable architecture rurale des très petits villages et dans les palais Fertőd Esterhazy et Nagycenk Széchenyi qui sont d’exceptionnels exemples d’architecture de l’aristocratie foncière des 18e et 19e siècles. Les carrières de calcaire de Leitha, près du lac, exploitées depuis l’époque romaine jusqu’au milieu du 20e siècle, ont fourni la pierre de construction des villes de Sopron et de Vienne ainsi que de localités voisines.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien est une zone de protection naturelle et de paysage depuis 1977, et cette zone de protection a été classée « réserve au titre de la convention de Ramsar » en 1983. Le Fertő/Neusiedlersee est également une réserve de biosphère MAB (Man and Biosphere). En Autriche, le Parc national Neusiedler See/Seewinkel (créé en 1993) fait partie de la zone Ramsar. L’extrémité sud (en Hongrie) du bien est une zone de protection du paysage depuis 1977 et est devenue le Parc national Fertő/Hanság en 1991 ; en outre, certaines zones du bien font également partie du réseau Natura 2000. Le bien culturel, notamment les monuments exceptionnels, groupes de bâtiments et objets, est protégé en Autriche par la Loi autrichienne sur la protection des monuments de 1923 (modifiée par la suite à plusieurs reprises) et en Hongrie par la Loi de 2001/LXIV sur la protection du patrimoine culturel. La totalité des centres historiques de la ville franche de Rust (Autriche) et de Fertőrákos (Hongrie) est classée « zone historique de protection ». En Autriche, la nature est protégée au niveau provincial.

La propriété foncière est complexe : dans la partie autrichienne du bien, moins de 1% appartient à l’état, la plus grande partie est détenue par des propriétaires privés et des communautés. Dans la partie hongroise, dans le Parc national Fertő/Hanság, l’état est propriétaire de 86% des terres, les autres propriétaires sont les gouvernements locaux, l’Église et des particuliers.

Un plan de zonage détaillé de la partie autrichienne du bien a déjà été approuvé. Un plan de gestion conjoint pour tout le bien a été élaboré et sa mise en œuvre est soutenue par le Forum conjoint de gestion. Le plan a un statut consultatif, il a un rôle d’orientation et d’influence mais sa mise en œuvre n’est pas obligatoire. Les fonctions de contrôle et de suivi sont également exercées au moyen de la participation démocratique et de processus de prise de décision par la population. Afin de conserver les bien culturels de chaque coté de la frontière, les responsabilités sont partagées aux niveaux fédéral, provincial et local. Dans la partie hongroise, l’examen du plan de gestion, fondé sur la Loi sur le patrimoine mondial, établira des réglementations détaillées qui pourront prévoir des dispositions en matière de zonage. Le Jury régional de planification architecturale pour le patrimoine mondial apporte son aide à la réalisation d’aménagements de grande qualité adaptés aux valeurs du bien. L’Association du conseil hongrois du patrimoine mondial Fertőtáj est l’entité en charge de la gestion de la partie hongroise du bien du patrimoine mondial. En Autriche, les effets conjugués de la Loi sur la protection des monuments et de la réglementation sur la réhabilitation des villages dans un contexte touristique encouragent le choix d’un tourisme durable. L’un des défis à relever pour la gestion du bien consiste à développer de façon équilibrée et durable le bien transfrontalier en harmonisant les plans de gestion. Les tâches à mener à court terme sont, entre autres, de protéger les principales vues du bien, en tenant compte de la visibilité à longue distance en l’absence de reliefs du paysage, et de faire face aux pressions exercées par l’aménagement (bâtiments de grande hauteur, éoliennes, etc.) dans le cadre général du bien. Les outils nécessaires afin de mener à bien ces tâches sont des règlementations en matière de planification et l’intervention des Jurys de planification du patrimoine mondial. Parmi les tâches à mener à moyen terme, il convient de conserver les formes traditionnelles d’utilisation des terres et de créer des activités adaptées aux exigences de l’époque actuelle : on pourra ainsi sauvegarder la structure, la spécificité architecturale et l’étendue des villes et villages tout en augmentant la capacité de l’économie locale à retenir les populations sur place. L’un des moyens d’atteindre cet objectif est le tourisme durable qui doit être envisagé comme un moyen de sauvegarde des valeurs du patrimoine. Un autre défi à relever consiste à atténuer l’impact du changement climatique sur l’environnement, tant bâti que naturel (p. ex. l’amplitude extrême des variations du niveau des eaux du lac Fertő/Neusiedlersee).

Description longue

Le lac de Fertö-Neusiedler et ses environs offrent un exemple remarquable d'occupation humaine traditionnelle et d'un usage du territoire représentatif d'une culture déterminée. La physionomie actuelle du paysage est le résultat de son occupation millénaire, fondée sur l'élevage et la viticulture à une échelle qui ne se rencontre dans aucune autre aire lacustre européenne. Le centre historique de la ville libre médiévale de Rust est un exemple remarquable d'occupation humaine traditionnelle de cette zone. La ville présente les caractéristiques architecturales spécifiques d'une société et d'une culture au sein de laquelle les styles de vie des citadins et des paysans formaient un tout. Le lac de Fertö-Neusiedler a constitué un point de rencontre pour différentes cultures au cours de huit millénaires, ce que montre clairement son paysage diversifié, qui est le résultat d'un processus d'évolution et de symbiose résultant de l'interaction entre l'homme et son environnement physique.

Le lac se trouve entre les Alpes, distantes de 70 km, et des plaines situées dans deux pays, l'Autriche et la Hongrie. Le lac lui-même est dans un état de sédimentation avancé, avec de vastes étendues de roseaux. Il est demeuré durant 500 ans à l'intérieur d'un régime actif de distribution des eaux, mais la canalisation du Hanság, au XIXe  siècle, l'a coupé de son approvisionnement en eau douce. Depuis 1912, la réalisation d'un barrage circulaire se terminant à Hegykö, au sud, a mis fin à toute possibilité d'inondation.

On peut distinguer deux grandes périodes dans l'histoire de cette région : de 6000 av. J.-C. jusqu'à la création de l'État hongrois au XIe  siècle apr. J.-C. ; la période suivante, jusqu'à nos jours. Le site se trouve dans une région qui est demeurée hongroise du Xe  siècle jusqu'à la Première Guerre mondiale. La rive du lac commença à être peuplée de manière stable à partir du VIIe  siècle av. J.-C., d'abord par des membres de la culture de Hallstatt, au premier âge du fer, puis jusqu'à la fin de la protohistoire et à l'époque romaine. Presque tous les villages situés autour du lac ont conservé, dans les champs qui les entourent, des vestiges de villas romaines. La base du réseau actuel de villes et de villages s'est constituée aux XIIe et XIIIe  siècles, et leurs marchés ont connu une période florissante à partir de 1277, lorsqu'ils firent l'objet de nombreuses exemptions fiscales.

La région sortit indemne de l'invasion tatare du milieu du XIIIe  siècle, et connut un développement ininterrompu au cours de toute la période médiévale, jusqu'à la conquête turque de la fin du XVIe  siècle. La base de l'économie régionale était alors l'exportation d'animaux et de vin. Rust était particulièrement renommé pour ce dernier commerce. La reconstruction de sa fortification au début du XVIe  siècle, en réponse à la menace croissante de l'Empire ottoman, marqua le début d'une phase d'occupation de cette zone d'abord centrée sur les fortifications, puis se portant, entre le XVIIe et le XIXe  siècle, sur l'édification et la restauration de maisons privées. L'architecture rurale remarquable des villages entourant le lac, ainsi que différents palais des XVIIIe et XIXe  siècles ajoutent à l'intérêt culturel considérable de cette zone. Le palais municipal Nagycenk et le palais Fertöd sont compris dans des parties séparées de l'aire centrale et de la zone tampon.

Le palais Széchenyi, à l'extrémité méridionale du lac, est formé d'un ensemble d'édifices séparés au centre d'un large parc, construit à l'origine au milieu du XVIIIe  siècle à l'emplacement d'un manoir antérieur. Il prit une partie de son aspect actuel autour de 1800. Le palais du Jardin baroque a été conçu au XVIIe  siècle, mais son jardin paysager de style britannique remonte à la fin du XVIIIe  siècle.

Entre 1769 et 1790 c'est au palais Fertöd Esterházy que furent interprétées pour la première fois les compositions de Joseph Haydn. Construit sur le modèle de Versailles, c'était le plus important palais du XVIIIe  siècle en Hongrie. Le plan du palais, du jardin et du parc a été dessiné en tenant compte de lignes géométriques qui s'étendaient jusqu'au nouveau village d'Esterháza. Hors du palais, le complexe comportait des bâtiments publics, des locaux industriels et des quartiers résidentiels. Le palais lui-même a été construit selon un plan carré aux angles internes arrondis. Un énorme jardin baroque à la française, qui a fait l'objet de différentes modifications, occupe sa partie sud ; son dessin actuel est, pour l'essentiel, celui de 1762.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

On distingue deux grandes périodes historiques, la première allant de 6000 ans av. J.-C. jusqu'à la fondation de l'État hongrois au XIe siècle et la seconde du XIe siècle à nos jours. Le bien proposé se trouve dans une région qui fut un territoire hongrois du Xe siècle jusqu'à la Première Guerre mondiale.

Le paysage a commencé à se développer à partir du VIe millénaire avant notre ère, avec l'installation des premières communautés néolithiques dans une série de grands villages permanents dont les vestiges d'une série d'entre eux sont encore visibles le long de la rive sud du lac. Les liens culturels et commerciaux avec les régions voisines sont caractéristiques d'une période plus tardive du Néolithique. Des éléments caractéristiques particuliers permettent d'identifier une phase au début du IVe millénaire au cours de laquelle différents sites ont été occupés par des groupes sédentaires vivant de l'élevage. La métallurgie fut introduite vers 2000 av. J.-C.. Tout au long du IIe millénaire, la région partagea avec le reste de l'Europe ce qui semble avoir été une ère de prospérité, dont l'une des manifestations fut le commerce de l'ambre. La route de l'ambre qui reliait la Baltique à l'Adriatique passait à proximité du lac.

À partir du VIIe siècle av. J.-C., une occupation dense des rives du lac commence avec des peuples de la période de Hallstatt (âge du fer) et se poursuit jusqu'aux périodes préhistoriques tardives et à l'époque romaine. Pratiquement tous les villages bordant le lac conservent dans leurs champs des vestiges de villas romaines. À Fertörákos, deux de ces villas jouxtent un temple mithriaque du IIIe siècle apr. J.-C., ouvert aux visiteurs. L'hégémonie romaine s'éteint à la fin du IVe siècle apr. J.-C., sous le coup de la première d'une longue série d'invasions. Commence alors une période d'instabilité très complexe au cours de laquelle des peuples se succédèrent jusqu'à l'installation de l'empire des Avars au IXe siècle. Les Hongrois occupèrent le bassin des Carpates et devinrent les seigneurs de la région du lac vers l'an 900 de notre ère.

Un nouvel État et un nouveau système d'administration furent mis en place au XIe siècle. Sopron, établissement aux origines préhistoriques puis romaines, devint le siège du bailli et le centre du comté du même nom. La formation du réseau des villes et villages d'aujourd'hui remonte aux XIIe et XIIIe siècles, leurs marchés ayant prospéré à partir de 1277, date à laquelle ils furent exonérés de nombreuses taxes. La migration des colons allemands débuta au XIIIe siècle et se poursuivit tout au long du Moyen Âge. Au milieu du XIIIe siècle, l'invasion Tatare épargna cette région qui bénéficia d'un développement ininterrompu du Moyen Âge jusqu'à la conquête turque à la fin du XVIe siècle. La région vivait de l'exportation des vins et des animaux d'élevage.

La ville de Rust en particulier prospéra grâce au commerce du vin. Avec l'élévation de nouvelles fortifications au début du XVIe siècle, en réponse à la menace ottomane, commença une période de construction qui se poursuivit du XVIIe au XIXe siècle par l'édification et l'amélioration des maisons et des édifices à usage d'habitation. L'abolition du servage après 1848 et la situation politique d'après 1867 favorisèrent le développement et le renouveau de l'activité de construction. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les événements les plus marquants pour la région furent la construction des chemins de fer et l'achèvement des ouvrages hydrauliques.

La frontière austro-hongroise fut créée après la Première Guerre mondiale et coupa la région en deux. Cette division ne devint effective entre les deux pays qu'à la fermeture du rideau de fer entre le monde communiste et le reste de l'Europe après la Seconde Guerre mondiale. Ce fut à Fertörákos, « le lieu où fut ouverte la première brèche dans le mur de Berlin, » que les participants à un pique-nique paneuropéen découpèrent les barbelés et rouvrirent la frontière qui traverse encore le lac.

Source : évaluation des Organisations consultatives
Activités (1)