English Français
Aidez maintenant !

Sanctuaire de Jongmyo

Jongmyo Shrine

Jongmyo is the oldest and most authentic of the Confucian royal shrines to have been preserved. Dedicated to the forefathers of the Joseon dynasty (1392–1910), the shrine has existed in its present form since the 16th century and houses tablets bearing the teachings of members of the former royal family. Ritual ceremonies linking music, song and dance still take place there, perpetuating a tradition that goes back to the 14th century.

Sanctuaire de Jongmyo

Jongmyo, dédié aux ancêtres de la dynastie Joseon (1392-1910), est le plus ancien et le plus authentique des sanctuaires royaux confucéens conservés aujourd'hui. Son aspect actuel date du XVIe siècle. Il abrite des tablettes portant les enseignements des membres de l'ancienne famille royale. Des cérémonies rituelles associant musique, chant et danse s'y déroulent encore, perpétuant une tradition remontant au XIVe siècle.

ضريح غيونغ ميو

يعتبر ضريح غيونغ ميو الملكي الذي بني تكريماً لملوك شوزونوملكاتها (1392-1910) أقدم الأضرحة الملكية الكونفوشيوسية وأكثرها أصالة، علماً ان مظهره الحالي يعود الى القرن السادس عشر. وهو يحوي ألواحاً كتبت عليها تعاليم أعضاء الأسرة الملكية السابقة، أما الطقوس التي تجمع بين الموسيقى والغناء والرقص فلا تزال تمارس حتى اليوم تخليداً لتقليد يرتقي الى القرن الرابع عشر.

source: UNESCO/ERI

宗庙

宗庙是距今时间最远,而且保存原貌最好的儒家圣殿。宗庙是为了祭祀朝鲜王朝(1392-1910年)的先祖们而修建的,从16世纪起它就一直保持着现在我们所见到的样子。宗庙中还收藏着许多碑石,上面雕刻着古代教育皇家成员的教义。在祭祀仪式上有音乐、舞蹈、唱歌表演,这种源于14世纪的传统一直延续到今天。

source: UNESCO/ERI

Храм Чонмё

Чонмё – это старейший и наиболее сохранившийся королевский конфуцианский храм в Корее. Посвященный основателям династии Чосон (1392-1910 гг.), храм существует в его современном виде с начала XVI в. Здесь помещены дощечки, содержащие поучения членов бывшего королевского семейства. В храме всё ещё происходят ритуальные церемонии с музыкой, песнями и танцами, увековечивающие традицию, уходящую корнями в XIV в.

source: UNESCO/ERI

Santuario de Jongmyo

Dedicado a los antepasados de la dinastía Choson (1392-1910), Jongmyo es el más antiguo de los santuarios reales confucianos conservados hoy. También es el más auténtico, ya que ha preservado la misma configuración que tenía en el siglo XVI. Alberga tabletas en las que están inscritas las enseñanzas de los miembros de la familia real. Todavía se celebran en su recinto ceremonias rituales acompañadas de música, cantos y danzas, con lo cual se perpetúa una tradición que data del siglo XIV.

source: UNESCO/ERI

宗廟

source: NFUAJ

Jongmyo heiligdom

Jongmyo is het oudste en meest authentieke confucianistische koninklijke heiligdom dat bewaard is gebleven. Het heiligdom is opgedragen aan de voorvaderen van de Joseon dynastie (1392-1910) en bestaat sinds de 16e eeuw in zijn huidige vorm. Het huisvest tabletten met de leer van de voormalige koningen en koninginnen van de Joseon dynastie en bestaat uit een hoofdruimte, gebouwen, faciliteiten en constructies, die dienden om rituelen te kunnen uitvoeren. Het heiligdom is omgeven door een bos. De rituele ceremoniën – daterend uit de 14e eeuw – brengen muziek, zang en dans samen en worden nog steeds uitgevoerd op deze plek.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Sanctuaire de Jongmyo © CHA
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le sanctuaire de Jongmyo abrite les tablettes ancestrales des rois et reines de la dynastie Joseon. C’est un ensemble de bâtiments symbolique qui atteste la légitimité de l’ancienne famille royale. Le roi s’y rendait périodiquement pour participer à des rites ancestraux et faire des vœux pour la sécurité du peuple et de l’État. C’est le plus ancien et le plus authentique des sanctuaires royaux confucéens consacrés au culte des ancêtres. Il s’élève sur un plan unique en son genre, qui a été entièrement conservé. Construit à la fin du XIV siècle, il a été détruit au XVI siècle pendant l’invasion japonaise, puis reconstruit au début du XVII siècle ; certains bâtiments ont été agrandis par la suite.

Le sanctuaire de Jongmyo et son terrain occupent un site de forme ovale de 19,4 hectares. Les bâtiments sont situés dans des vallées et entourés de collines basses, ainsi que d’éléments artificiels, bâtis sur le site pour y renforcer l’équilibre des éléments naturels suivant les principes traditionnels du pungsu. Les deux principaux éléments du complexe de Jongmyo sont : le sanctuaire principal, le Jeongjeon ; et un sanctuaire auxiliaire, le Yeongnyeongjeon (Pavillon de la Paix éternelle). Les autres éléments sont : le Mangmyoru (pavillon de bois où le roi se recueillait devant la mémoire de ses ancêtres royaux) ; le Gongmingdang (sanctuaire dédié au roi Gongming de la dynastie Goryeo, construit par le roi Taejo de la dynastie Joseon) ; le Hyangdaecheong (pavillon où sont conservés les objets rituels) ; et le Jaegung (bâtiment comprenant une salle centrale et deux ailes, où le roi et les autres participants attendaient avant la cérémonie). L’architecture de Jongmyo est rigoureusement conforme à la doctrine confucéenne du culte des ancêtres et parfaitement adaptée au rituel des cérémonies confucéennes, supervisées strictement par les rois. Le sanctuaire a conservé sa forme originelle, qui date de la dynastie Joseon.

Les rites traditionnels du culte des ancêtres (les Jongmyo Jerye) sont encore pratiqués, de même que la musique et les danses rituelles qui les accompagnent. Tout ce qui concerne la construction et la gestion du sanctuaire de Jongmyo ainsi que les Jongmyo Jerye, a été minutieusement consigné dans les protocoles royaux de la dynastie Joseon.

 

Critère (iv) : Le sanctuaire de Jongmyo est un exemple remarquable de sanctuaire royal confucéen consacré au culte des ancêtres royaux, resté à peu près intact depuis le XVI siècle. Il présente une importance d’autant plus grande qu’un élément important du patrimoine immatériel s’y maintient sous la forme de pratiques et de formes rituelles.

 

Intégrité

Le sanctuaire de Jongmyo comprend un espace rituel principal, des bâtiments et des équipements principaux, ainsi que des constructions et des installations auxiliaires qui jouent un rôle dans l’organisation des rituels ; il est entouré d’une forêt. Le complexe de bâtiments et d’éléments paysagers fait entièrement partie du bien ; il est lui-même entouré par une zone-tampon.

Les bâtiments sont de façon générale en bon état de conservation. Le risque d’incendie est le principal danger qui menace les constructions de bois de Jongmyo.

Au-delà de la zone-tampon qui protège le bien culturel, la ville se développe et se modernise rapidement. La construction de tours dans ces quartiers pourrait avoir un impact négatif sur la visibilité du sanctuaire au sein de Jongmyo.

Le Rituel royal ancestral et la Musique rituelle de Jongmyo sont encore pratiqués chaque année. Ils ont été désignés comme « éléments importants du patrimoine culturel immatériel ». La préservation de la musique, des danses et des rites est assurée par le Centre national du gugak et la Société pour la sauvegarde des Jongmyo Jerye.

 

Authenticité

Le sanctuaire de Jongmyo présente un degré d’authenticité élevé puisqu’il a conservé à la fois son apparence physique et ses pratiques rituelles traditionnelles. Le plan du site et l’architecture du sanctuaire ont gardé leur forme originelle ; la musique et les danses rituelles ancestrales se sont transmises jusqu’à nos jours et sont encore pratiquées périodiquement.

Reconstruit au XVII siècle, le sanctuaire de Jongmyo s’est ensuite agrandi deux fois pour accueillir des ancêtres toujours plus nombreux. Comme la plupart des bâtiments en bois dans la tradition architecturale de l’Asie de l’Est, ceux du sanctuaire ont fait l’objet de plusieurs restaurations impliquant chaque fois le démantèlement et la reconstruction du bâtiment. On s’est cependant scrupuleusement attaché à employer chaque fois le même type de matériaux et les mêmes techniques : les bâtiments de Jongmyo sont « authentiques » dans ce sens particulier.

 

Éléments requis en matière de protection et de gestion       

La totalité de l’ensemble du sanctuaire de Jongmyo et deux bâtiments, le Jeongjeon et le Yeongnyeongjeon, ont été désignés comme « éléments du patrimoine culturel désignés par l’État » dans le cadre de la Loi sur la protection du patrimoine culturel, qui restreint les possibilités de modifier le bien culturel.

La zone qui s’étend dans un rayon de 100 mètres autour des limites du sanctuaire de Jongmyo est protégée par la Loi sur la protection du patrimoine culturel et par la réglementation du district de Jongno en tant que « zone de protection de l’environnement culturel historique » ; et toutes les constructions dans cette zone sont soumises à autorisation.

Le Rituel royal ancestral de Jongmyo et la Musique rituelle qui l’accompagne ont été désignés par l’État comme « éléments importants du patrimoine culturel immatériel ». La Société pour la sauvegarde des Jongmyo Jerye, que l’Administration du patrimoine culturel a désignée comme responsable principal du rituel dans le cadre de la Loi sur la protection du patrimoine culturel, reçoit des subventions et une assistance pour sauvegarder le Rituel.

Au niveau national, il incombe à l’Administration du patrimoine culturel de mettre en place et d’appliquer des politiques destinées à protéger le sanctuaire de Jongmyo, et d’affecter des ressources financières à sa conservation. L’Office de gestion du sanctuaire de Jongmyo, qui compte environ 25 employés, s’occupe de la gestion quotidienne du site. Celui-ci fait l’objet d’inspections de routine, ainsi que d’inspections approfondies menées par des spécialistes, tous les trois ou quatre ans.

Le territoire autour de Jongmyo est administré conjointement par les Divisions de l’urbanisme, des transports et du patrimoine culturel  de la municipalité métropolitaine de Séoul. La municipalité révise périodiquement le Plan de base d’aménagement des paysages urbains et le Plan de zonage applicable aux quartiers qui entourent Jongmyo, et préconise l’adoption de politiques de gestion systématiques et des projets de travaux.

Les travaux de conservation à Jongmyo sont effectués par des spécialistes de la conservation du patrimoine culturel qui ont passé les examens du Certificat national dans leurs domaines d’expertise respectifs. L’Administration du patrimoine culturel applique depuis 2009 le Plan d’établissement du Système de sécurité intégré pour les cinq palais et Jongmyo en vue des accidents et/ou des catastrophes qui pourraient endommager le patrimoine culturel.

Le public n’a accès au secteur du sanctuaire que dans le cadre de visites guidées ; l’intérieur des bâtiments lui est interdit. 

Description longue
[Uniquement en anglais]

The Jongmyo Shrine is an outstanding example of the Confucian royal ancestral shrine, which has survived relatively intact since the 16th century, the importance of which is enhanced by the persistence of an important element of the intangible cultural heritage in the form of traditional ritual practices and forms.
Jongmyo is the royal ancestral shrine of the Joseon dynasty (1392-1910). Taejo, founder of the kingdom, transferred the seat of government to Hanyang (present-day Seoul) in 1394 and ordered the building of Jongmyo. The spirit tablets of four generations of Taejos ancestors were moved there from Gaeseong. Subsequently additional buildings were added to receive the spirit tablets of later Joseon kings, bringing the total of rooms in the former to 16 in Yeongnyeongjeon and 35 rooms in Jongmyo, respectively.

Jongmyo is situated in valleys and surrounded by low hills, artificial additions created to reinforce the balance of natural elements on the site as defined in traditional geomancy. Jongmyo is composed of three sets of buildings centred on Hyangdaecheong, a single building, on the main shrine, and the Hall of Eternal Peace, an auxiliary shrine. The main features are as follows: Changyeopmun (the main gate), built from thick wooden planks; Mangmyoru, a wooden structure with a tiled roof where the king waited before the ancestral rituals; Gongmingdang, the shrine to the Goryeo King, built by the Joseon King Taejo; Hyangdaecheong, the storage building for ritual utensils; Jaesil, a main hall and two wings, where participants waited for the rites to take place.

Jongmyo Jeongjeon is surrounded by rectangular walls with gates to the south, east and west. The rectangular inner court platform is floored with rough granite slabs. Three sets of steps ascend the front of the stone base and there are smaller sets of steps at the far ends on either side. Jeongjeon itself is a wooden structure, both the left and the right flanking chambers. The two wings jut out into the woldae. It is divided into several rooms, with the open corridors in front and the 19 inner shrine rooms, separated by wooden doors. The shrine rooms are divided into cubicles, for the 49 spirit tablets lodged there, and antechambers, which are in turn separated by screens. The gabled roof is supported by simple wooden brackets. The main entrance is reserved for the spirits and no one is allowed to pass through it. The east gate is used by the king and the smaller west gate by the musical performers.

Chilsadang houses seven deities, including the gods of palace gates, kitchens, roads, halls and rooms, entrances and exits, and those who die of epidemic diseases; Gongsindang houses the spirit tablets of 83 loyal subjects of the Joseon kings. Jonsacheong is where the ritual utensils and offerings used in the rites are prepared; Subokbang is the ground-keeper's residence, when the food offered during the rituals is examined.

Yeongnyeongjeon is the building in which the spirit tablets of kings not recognized worthy of being honoured indefinitely were lodged when they were removed after a set time from Jeongjeon. It is situated in a rectangular compound entered by three gates. It is built on a rectangular platform, paved with thin slabs of granite. The building has two side wings flanking the main chamber, different in size. Wooden brackets at the tops of the round pillars support the eaves of the gabled roof.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Chongmyo est le sanctuaire royal ancestral de la dynastie: Choson (1392-!91 0). T'aejo. le fondateur du royaume de Choson trqnsferra le siège de son gouvernement à Hanyang (aujourd'hui Séoul) en aout 1394 et nomma Ch'oe Won, directeur de son administration gouvernementale, pour commencer la construction de Chongmyo, en décembre de cette même année. Il fut terminé dix mois plus tard et fut nommé T'aemyo. Les tablettes des enseignements de quatre générations d'ancêtres de T'aejo furent amenées de Kaesong.

Pendant la première année du règne de Joseon (1419), un bâtiment auxiliaire, Yongnyongjon, fut construit à l'ouest de T'aejo pour recevoir les tablettes des enseignements du second roi Choson, Chongjong. En 1547, quatre chambres sanctuaires furent ajoutées à cette structure en raison du manque de place.

Tous les bâtiments furent détruits par le feu en mai 1592 au cours des invasions d'Hideyoshi. Le roi Sonjo prit les tablettes de Clwngmyo avec lui quand il s'enfuit devant les Japonais, mais le sanctuaire fut détruit. La restauration fut terminée en 1608, pour son retour dans la capitale.

De nouvelles pièces furent ajourées à Yongnyongjon en 1667 et à Chougjon en 1778 et à nouveau en 1836, portant le nombre total de pièces à huit pour le premier et à dix-neuf pour le second. Des adjonctions postérieures portèrent le nombre de pièces à seize pour Yongnyongjon et à trente-cinq pour Chongjon.

Chongmyo Cherye, les cérémonies commémoratives qui se déroulent chaque année à Chongjon, constituent également une tradition très ancienne et de grande signification en termes de culture intangible. Ces cérémonies associent la musique, le chant et la danse : elles doivent leur origine à la musique de cour importée de Chine par le roi T'aejo à la fin du 14ème siècle.

Source : évaluation des Organisations consultatives