English Français

Ferrare, ville de la Renaissance, et son delta du Pô

Ferrara, City of the Renaissance, and its Po Delta

Ferrara, which grew up around a ford over the River Po, became an intellectual and artistic centre that attracted the greatest minds of the Italian Renaissance in the 15th and 16th centuries. Here, Piero della Francesca, Jacopo Bellini and Andrea Mantegna decorated the palaces of the House of Este. The humanist concept of the 'ideal city' came to life here in the neighbourhoods built from 1492 onwards by Biagio Rossetti according to the new principles of perspective. The completion of this project marked the birth of modern town planning and influenced its subsequent development.

Ferrare, ville de la Renaissance, et son delta du Pô

Née autour d'un gué sur le Pô, Ferrare devint, aux XVe et XVIe siècles, un foyer intellectuel et artistique attirant les plus grands artistes et esprits de la Renaissance italienne. Piero della Francesca, Jacopo Bellini et Andrea Mantegna décorèrent les palais de la maison d'Este. Les conceptions humanistes de la ville idéale prirent corps ici dans les quartiers bâtis, à partir de 1492, par Biagio Rossetti selon les nouveaux principes de la perspective. Cette réalisation marqua la naissance de l'urbanisme moderne et son évolution ultérieure.

فيرّارا، مدينة النهضة، ودِلتا نهر البو فيها

نشأت فيرّارا حول معبر على نهر البو وأصبحت في القرنين الخامس عشر والسادس عشر معقلاً فكريًا وفنّيًا يجذب أكبر الفنانين والقيمين على النهضة الإيطالية. فـبييرو دِلاّ فرنشيسكا وجاكوبو بيلّيني وأندريا مانتينيا زيّنوا قصور لا ميزون ديستي. فالتصاميم الأنسانيّة للمدينة المثالية تجسّدت هنا في الأحياء المبنية منذ العام 1492 على يد بياجيو روسّيتّي حسب المبادئ الجديدة للرسم المنظوري. وقد طبع هذا الإنجاز نشوء التنظيم المُدني العصري وتطوره اللاحق.

source: UNESCO/ERI

文艺复兴城市费拉拉城以及波河三角洲

费拉拉是从波河浅滩上建立起来的,并逐渐成为意大利文化艺术中心。15、16世纪时它吸引了大批文艺复兴的才子巨匠。在这座城市里,皮耶罗·德拉·弗兰切斯卡(Piero della Francesca)、雅各布·贝利尼(Jacopo Bellini) 和曼泰尼亚 (Andrea Mantegna) 装饰了埃斯泰王朝的宫殿。人本主义观念下的“理想城市”也在这里成为现实:从1492年起,比亚焦·罗塞蒂(Biagio Rossetti) 根据远景规划的新原则在埃斯泰王朝的宫殿周围建造起了“理想城市”。这个规划的完成标志着现代化都市设计的诞生,并影响了其以后城市建筑的发展。

source: UNESCO/ERI

Город эпохи Возрождения Феррара и дельта реки По

Феррара, которая сложилась в месте переправы через реку По, стала интеллектуальным и художественным центром, привлекавшим в XV-XVI вв. лучшие умы итальянского Возрождения. Работы Пьеро делла Франческа, Якопо Беллини и Андреа Мантенья украсили дворцы династии д’Эстэ. Гуманистическая концепция «идеального города» воплотилась в жизнь в кварталах, застройку которых, начиная с 1492 г., вел Бьяджо Россетти на основе новых принципов построения перспективы. Завершение этого проекта ознаменовало рождение современного градостроительства и повлияло на его последующее развитие.

source: UNESCO/ERI

Ferrara, ciudad renacentista, y su delta del Po

Nacida junto a un vado del río Po, la ciudad de Ferrara llegó a ser en los siglos XV y XVI un importante foco de las artes y la vida intelectual, que atrajo a los más preclaros artistas e ingenios del Renacimiento italiano. Piero della Francesca, Jacopo Bellini y Andrea Mantegna decoraron los palacios de la familia gobernante de los Este. Fue en Ferrara donde se materializó la visión humanista de la ciudad ideal con los barrios construidos a partir de 1492 por Biagio Rossetti, que aplicó los nuevos principios de la perspectiva. La obra de Rosetti fue el punto de partida del urbanismo moderno y dejaría una honda impronta en su evolución posterior.

source: UNESCO/ERI

フェッラーラ:ルネサンス期の市街とポー川デルタ地帯
イタリア北部のエミーリア・ロマーニャ州の都市。ポー川下流に14世紀頃からエステ家の所領として発展し、フィレンツェが衰えた15~16世紀の後期ルネサンス期には文学・芸術の中心地として発展した。ピエロ・デラ・フランチェスカ、ヤコポ・ベッリーニ、マンテーニャが装飾したカサ・デ・エステなどがある。

source: NFUAJ

Ferrara, stad van de Renaissance en de Po delta

Ferrara is ontstaan rondom een doorwaadbare plaats van de rivier de Po. Het werd een intellectueel en artistiek centrum, dat de sleutelfiguren van de Italiaanse Renaissance aantrok gedurende de 15e en 16e eeuw. In de stad liggen de paleizen van het Huis van Este, gedecoreerd door Piero della Francesca, Jacopo Bellini en Andrea Mantegna. Het humanistische concept van de 'ideale stad' kwam hier tot leven in de wijken die vanaf 1492 werden gebouwd door Biagio Rossetti volgens de nieuwe principes van perspectief. De voltooiing van dit project markeerde de geboorte van de moderne stedenbouw en beïnvloedde de latere ontwikkeling ervan.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Ferrare, ville de la Renaissance, et son delta du Pô
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Ferrare, ville de la Renaissance, et son delta du Pô, situés dans la région d’Émilie-Romagne en Italie, forment un remarquable paysage culturel. La zone comprend le centre urbain de Ferrare et les terres agricoles adjacentes dans l’ancien vaste delta du Pô. Le bien inscrit s’étend jusqu’à la ceinture de murs défensifs qui entourèrent d’abord le centre historique de Ferrare au XIIe siècle. Au fil des temps, les murs d’enceinte de la ville moyenâgeuse furent étendus pour s’adapter à la croissance de la ville et, aujourd’hui, les murs englobent la cité médiévale, la cathédrale Saint-Georges et le château d’Este. Une série de projets d’aménagement urbain furent mis en œuvre du XIVe au XVIe siècle, par lesquels Ferrare devint la première ville de la  Renaissance à se développer en utilisant un plan d’urbanisme complexe. Dans ce plan, le réseau de rues et de murs était étroitement lié aux palais, aux églises et aux jardins, considérés comme des parties d’un schéma général qui privilégiait le tracé harmonieux des perspectives urbaines plutôt qu’il ne soulignait la beauté des bâtiments individuels. Le plus connu de ces projets, l’Addizione Erculea conçue par Biagio Rossetti à la fin du XVe siècle, fut l’un des premiers plans d’urbanisme basés sur l’idée de perspective – c’est-à-dire créant un équilibre entre les principes humanistes concernant la forme et le volume en architecture et un espace ouvert, les besoins d’une ville et les traditions locales.

Le delta du Pô, situé dans la vallée de ce fleuve, a été occupé pendant des millénaires. Du XIVe au XVIe siècle, la famille d’Este qui régnait à cette époque réalisa de vastes projets de mise en valeur des terres et de construction, qui établirent un lien caractéristique distinctif entre cette zone et Ferrare, siège de la famille d’Este. Les transformations apportées pendant la Renaissance à la campagne entourant Ferrare concernèrent : le drainage d’immenses bandes de terres marécageuses, la création de castalderie (propriétés), l’ouverture de nouvelles voies d’eau et de rues, faisant partie d’un plan général d’aménagement urbain et de la construction d’un réseau de résidences nobles appelées les delizie estensi. Ces travaux aboutirent à la formation d’un nouveau tissu de production agricole et à la construction de résidences ducales, en tant que signe politique de munificence. Ces résidences étaient conçues pour transmettre l’image de la cour au-delà des limites de ville et formaient encore partie d’un processus d’intégration et de continuité entre la ville et la campagne environnante. La forme originale du paysage de la Renaissance dans le delta du Pô est toujours reconnaissable dans le plan de la région au XXIe siècle.  

L’histoire de Ferrare, ville de la Renaissance, est étroitement liée à la famille d’Este et à leur règne. La ville avait été un centre médiéval important, une ville libre avec ses propres lois et sa propre monnaie, mais ce fût seulement sous la famille d’Este qu’elle allait devenir une capitale de renommée internationale d’une grande importance pour les arts, l’économie, l’idéologie et la religion. La cour s’épanouit dans la splendeur et, durant deux siècles, fut l’égale de villes comme Florence et Venise ou d’autres grandes cours européennes de France ou d’Espagne.

Des artistes comme Piero della Francesca, Mantegna et Michel-Ange fréquentèrent la cour de la maison d’Este et y travaillèrent. Avec le large soutien de ces artistes, la famille d’Este créa le premier exemple de studiolo et leur cabinet de collection d’art devint un modèle aussi bien pour la famille des Médicis que pour le pape. 

Critère (ii): Les évolutions de l’urbanisme exprimées dans la Ferrare de la Renaissance eurent une influence profonde sur la technique de conception de la ville et sur la conservation planifiée dans les siècles qui suivirent. L’école d’architecture de Ferrare (Biagio Rossetti, Girolamo da Carpi, Giambattista Aleotti, etc.) exporta des vues et éléments de la conception des villes, comme des murs et des forteresses, qui furent intégrés dans la planification d’autres villes italiennes et européennes.

Critère (iii): Les résidences des ducs d’Este dans le delta du Pô illustrent d’une manière exceptionnelle l’influence de la culture de la Renaissance sur le paysage naturel.

Critère (iv): La ville historique de Ferrare est un exemple exceptionnel d’urbanisme de la période de la Renaissance, où le plan et les formes bâties à cette époque sont encore visibles et où le tissu urbain est virtuellement intact.

Critère (v): Le delta du Pô est un paysage culturel planifié exceptionnel qui conserve de manière remarquable sa forme originale.

Critère (vi): Pendant les deux siècles fondateurs de la Renaissance, la brillante cour de la famille d’Este attira des artistes, des poètes et des philosophes de premier plan et devint un centre important pour le développement et l’application pratique du « nouvel humanisme » en Italie. 

Intégrité

Le bien inscrit de 46 712 ha, avec sa zone tampon de 117 649 ha, comprend tous les éléments nécessaires pour comprendre le paysage culturel de la Renaissance à Ferrare et dans le delta du Pô, qui soutient sa valeur universelle exceptionnelle. Le caractère intact du bien se reflète dans le plan de la ville de Ferrare datant de l’époque de la Renaissance et dans les changements et modifications apportés au paysage agricole environnant. Le caractère complet de la Ferrare du temps de la Renaissance s’exprime par la présence de ses murs médiévaux, des formes créées par les projets d’urbanisme du XIVe au XVIe siècle, des édifices subsistants (essentiellement d’origine), et du plan de la ville, bien préservé et aisément compréhensible par les visiteurs. Le paysage plus large du bien du patrimoine mondial est tout à fait évident dans les delizie restants, qui montrent les projets de transformation des terres entrepris durant le règne de la famille d’Este. 

Le paysage culturel de la Renaissance à Ferrare et dans le Delta du Pô forme donc un tout historique. Toutefois, des méthodes de culture en mutation et des priorités économiques, de même que l’introduction de nouvelles infrastructures, sont des sujets d’inquiétude qu’il faudra traiter d’une manière holistique afin de maintenir les conditions d’intégrité. 

Authenticité

Ferrare, ville de la Renaissance, et son delta du Pô constituent un paysage culturel qui est exceptionnellement bien préservé et authentique dans sa forme et sa conception, ses matériaux, son environnement, son esprit et son expression. Par l’originalité de son tissu urbain, avec les éléments de sa conception et de son plan de la Renaissance, Ferrare est clairement reconnaissable comme une ville de cette époque. Certains delizie sont authentiques par rapport à l’environnement d’origine de de grande ferme et dans un excellent état, par suite de travaux de restauration menés depuis 1970. Les relations des éléments de la Renaissance avec des bras du Pô (Po di Ferrara, Primaro, Volàno, Sandalo) sont facilement reconnaissables et l’ancien cours de ces rivières et cours d’eau sont clairement visibles aujourd’hui. Malgré une longue histoire de détérioration ayant affecté le bien, Ferrare conserve une véracité et une crédibilité en ce qui concerne l’expression de sa valeur universelle exceptionnelle. 

Éléments requis en matière de protection et de gestion

La protection et la gestion de Ferrare, ville de la Renaissance et son delta du Pô, exigent la coopération d’institutions publiques à différents niveaux du gouvernement : national, régional, provincial et municipal.

Le bien est protégé en vertu de la législation nationale sur le patrimoine culturel : le « Codice dei Beni Culturali e del Paesaggio » (décret législatif 42/2004). Des bureaux locaux du « Ministero per i Beni e le Attività culturali » (gestion et surveillance régionales) assurent le suivi pour garantir la conformité avec la législation nationale.

Au niveau régional, il existe trois systèmes de planification spécifiques ; le plan du paysage régional (PTPR) établit des règlements concernant l’identité historico-culturelle d’emplacements et du paysage environnant. Le plan du parc du delta du Pô vise à protéger les zones d’importance naturelle. Le plan territorial provincial (PTCP) identifie les synergies et actions nécessaires pour développer des activités économiques traditionnelles et le tourisme sous des formes qui protègent le caractère de l’environnement et de la campagne. Le plan englobe la vaste étendue qui constitue la zone du bien inscrit et sa zone tampon.

De plus, la municipalité de Ferrare dispose d’un outil d’urbanisme approuvé qui classe l’ensemble de la ville historique intra-muros en tant que zone d’intérêt culturel et consolide son degré élevé de protection, qui est instauré depuis 1975. Il existe plusieurs programmes visant des objectifs spécifiques qui traitent de la conservation des murs de la Renaissance des espaces ouverts, à l’intérieur et à l’extérieur des murs de la ville.

La gestion du bien est coordonnée par un Comité directeur du site agissant à plusieurs niveaux du gouvernement. Ce Comité est responsable de la préparation et de la mise en œuvre du plan de gestion annuel. Un objectif important du plan de gestion consiste à sensibiliser davantage le public, en particulier des résidents et des travailleurs locaux, en ce qui concerne l’étendue du bien et son importance exceptionnelle. 

Le soutien de la valeur universelle exceptionnelle du bien et le maintien de ses conditions d’authenticité et d’intégrité dans le temps exigeront la création de liens améliorés et une gestion coordonnée entre le paysage urbain de Ferrare et le paysage rural du réseau de delizie, l’amélioration du régime réglementaire régional pour utiliser efficacement le contrôle, transformer la zone et développer l’infrastructure, ainsi qu’une sensibilisation locale accrue aux valeurs patrimoniales des biens et des opportunités d’apprécier le patrimoine de cette zone et la définition de politiques claires pour la réutilisation adaptive de biens historiques qui ont été abandonnés ou détériorés. Des ressources suffisantes pour des interventions doivent également être attribuées afin de remédier aux dégâts considérables des séismes de mai 2012, ayant particulièrement affecté les murs de la ville, le château d’Este, la cathédrale médiévale, la Rocca (bastion) de Stellata et plusieurs édifices historiques.

Description longue

Ferrare est une remarquable ville de la Renaissance dont l'urbanisme s'est conservé en grande partie intact. Les progrès acquis dans ce domaine, tels qu'ils s'y manifestent, ont exercé une influence profonde sur la planification urbaine au cours des siècles suivants. La cour brillante de la famille d'Este y a rassemblé une constellation d'artistes, de poètes et de philosophes au cours des deux siècles décisifs de la Renaissance. Le delta du Pô, pour sa part, est un paysage culturel extraordinaire, qui a remarquablement conservé sa physionomie d'origine.

De toutes les grandes villes italiennes, Ferrare est la seule dont le plan d'origine ne dérive pas d'une ville romaine antérieure. Elle ne s'est pas développée à partir d'un espace central, mais selon des axes linéaires, le long des rives du Pô, avec des rues longitudinales et de nombreux carrefours autour desquels était organisée la ville médiévale. Le trait le plus caractéristique de l'histoire urbaine de Ferrare est que la ville s'y est développée à partir du XIVe  siècle et, pour la première fois en Europe, sur la base de principes de planification qui sont encore appliqués aujourd'hui dans toutes les villes modernes. Ce type de développement y est connu sous le nom d'addizione  ; la troisième phase, mise en œuvre en 1492, a fait de Ferrare la seule ville planifiée de la Renaissance à avoir été achevée.

Le réseau viaire et le mur d'enceinte sont étroitement liés à des palais, à des églises et à des jardins. Tout au long du XVIe  siècle, la ville fut planifiée dans l'idée d'en faire une future capitale. Cette évolution cessa au XVIIe  siècle sous l'administration pontificale, qui mit fin à tout développement pendant près de trois siècles. Le plan de la ville mis en œuvre en 1492 doubla sa superficie, avec une expansion limitée au sud du château. Cette expansion se complétait d'un nouveau système défensif de conception très moderne, formé d'éléments appartenant à différentes extensions réalisées au cours des siècles précédents (remparts, donjons, tours semi-circulaires, bastions, barbacanes, etc.). Ces aménagements changèrent radicalement la physionomie de la ville : on y traça alors de nouvelles rues, et de nouveaux édifices y furent construits selon un style différent.

Le monument le plus important de la période médiévale est la cathédrale San Giorgio, du XIIe  siècle. Sa façade est l'œuvre du maître maçon et sculpteur Niccolò, qui y travailla dans la première moitié de ce siècle, sous l'influence de Benedetto Antelami ; la construction du campanile commença en 1451 sur un dessin attribué à Leon Battista Alberti. Face à la cathédrale, le palazzo Comunale, du XIIIe  siècle, fut la première résidence de la famille d'Este, non loin de laquelle fut édifié, à la fin du XIVe  siècle, le castello di San Michele ou castello Estense. Cette forteresse imposante, dotée de quatre tours, fut construite en 1385 par l'architecte de la Cour Bartolomeo da Novara, au lendemain d'une violente insurrection populaire. Les travaux s'y poursuivirent jusqu'en 1570 avec la création d'une résidence aristocratique dotée de vastes salles destinées à recevoir la Cour et embellie de fresques, de balcons en marbre et de loggias.

Le palazzo Schifanoia, construit en 1385, fut remodelé une première fois en 1465-1467 pour Borso d'Este par l'architecte Piero Benvenuti degli Ordini, assisté par le jeune Biagio Rossetti qui devint seul responsable du chantier en 1493. Le palais présente une longue façade de brique avec un portail de marbre portant les armes du commanditaire, dû à Ercole de' Roberti. Mais c'est le décor de ses salles, et notamment celui de la salle des Mois, qui illustre le mieux la culture humaniste de Ferrare.

L'intersection des rues provenant du château (corso Ercole Primo) et de l'axe principal de l'adjonction d'Ercole Primo (corso Rossetti, corso Porta Mare) qui reliait entre elles deux des portes de la ville est l'un des éléments les plus importants du plan urbain de 1492. Cet axe central, qui réunit les villes médiévale, Renaissance et moderne, est scandé par quatre palais : le palazzo Prosperi-Sacrati, le palazzo Bevilacqua, le palazzo Turchi-Di Bagno et le palazzo dei Diamanti. La construction de ce dernier, commencée en 1492 pour Sigismondo d'Este, ne fut achevée qu'en 1565 ; le bossage régulier qui couvre toute sa façade lui confère un aspect unique.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Le territoire de Ferrare était autrefois parcouru par le réseau hydrographique instable du Pô et de ses méandres. Au 12ème siècle, le lit du fleuve qui traversait la ville se déplaça à quelques kilomètres au nord laissant la place à un cours d'eau modeste qui disparut totalement au 17ème siècle.

Ferrare naquit autour d'un gué sur les rives du Pô, le long de la voie romaine qui menait à Padoue. L'évêque de Voghenza transféra sur la rive droite du fleuve le siège de son évêché menacé par les Huns. Pour assurer sa protection, les exarques de Ravenne édifièrent un fort sur la rive opposée au Sème Siècle. Un port fluvial se développa le long des deux rives autour du fort et de l'évêché.

Le pape confia la juridiction de la cité à Tebaldo de Canossa au 10ème siècle et construisit le Castel Tebaldo sur la rive gauche du fleuve, à l'ouest du fort byzantin. La ville s'étendit entre ces deux pôles, le long d'une rue parallèle au fleuve (via delle Volte et via Ripagrande actuelles).

A l'aube du 12ème siècle, la ville était en pleine expansion et l'axe commercial fut déplacé au nord, le long d'une nouvelle artère (via Garibaldi, via Mazzini actuelles), une ancienne ligne de défenses à laquelle s'adossèrent de nouveaux faubourgs.

Au 12ème siècle, le système de développement bipolaire de la ville fut abandonné au profit d'un centre unique dont la cathédrale devint le pivot. Le noyau du pouvoir communal (palais communal, tour des Lions qui précéda le château et quartiers des classes dirigeantes) se dessine autour de ce monument, relié au fleuve par un réseau de rues perpendiculaires. Guglielmo II degli Adelardi organisa les défenses au nord de la ville, une levée de terre protégée par un fossé et 18 tours, alors qu'au sud le fleuve continue d'assurer une défense naturelle. La ville se développera sur les deux rives du fleuve jusqu'à l'arrivée au pouvoir de la maison d'Este.

Cette maison fit son apparition dans le gouvernement communal de Ferrare dès la fin du 12ème siècle mais il fallut attendre un siècle pour qu'elle devienne l'arbitre de la destinée de la ville. En 1332, le pape lui accorda l'investiture de Ferrare qui devint un marquisat puis un duché que la maison conserva jusqu'en 1598. Avec la maison d'Este, Ferrare gagna sa place auprès des états, grands et moyens d'Italie.

Niccolo Il d'Este parvint à consolider les institutions de sa seigneurie dont il fit une véritable principauté. Il porta une attention particulière aux questions d'urbanisme et engagea en 1386 la première d'une série d'extensions de la ville, ou "addizione" qui suivront le même schéma. 11 agrandit le territoire de la ville en repoussant les murs d'enceinte vers le nord. 11 organisa cet espace libre qui devint un quartier en traçant un axe routier longitudinal sur lequel vinrent se greffer des rues perpendiculaires qui assurent le lien avec le réseau existant. Niccolo II invita ses fidèles partisans à venir s'installer dans ce nouveau quartier ou se concentra l'élite de la ville.

Niccolo III d'Este (1393-1441) mena une politique habile dans une période difficile de l'histoire des principautés italiennes au début du 15ème siècle. 11 accueillit les papes Jean XXIII, Martin v et le concile œcuménique de 1438. L'arrivée à la cour de l'humaniste véronais, Guarino Guarini, assura à Ferrare un prestige certain. Guarini fut chargé de l'éducation du jeune Leonello appelé à succéder à Niccolo 111 (1441-1450). La nouvelle impulsion qu'il donna à l'Université, fondée en 1391, attira de nombreux hommes de lettres et savants qui donnèrent forme à la culture ferraraise de la Renaissance.

sorso d'Este (1450-1471), frère cadet de Leonello, modernisa la structure administrative de l'Etat, fut nommé duc de Modène et de Reggio par l'empereur et emboîta le pas de Leonello en matière de culture. 11 renouvella l'expérience de Niccolo 11 en organisant la deuxième "addizione" (1450l, sur le modèle de la précédente et il réserva ce quartier au sud-est de la ville aux commerçants.

Hercule 1er (1433-1505) rompit la longue alliance de Ferrare avec la République de Venise et se rapprocha de la France. sa femme, Eléonore d'Aragon et leurs filles, Isabelle et Béatrice, eurent un rôle important dans la vie politique du duché et dans ses relations avec Naples et les principautés voisines de Mantoue et de Milan. En 1492, Hercule Ier entreprit l"addizione" la plus importante et la plus célèbre de Ferrare pour se protéger de Venise. L'architecte Biagio Rossetti assisté de Pellegrini Prisciani fut chargé du projet. En collaboration avec Alessandro Biondo, il étendit les murs d'enceinte au nord de la ville dont la superficie fut doublée. sur ce vaste territoire il appliqua un plan d'urbanisme déjà éprouvé dans les précédentes extensions. Mais pour la première fois en Italie, Biagio Rossetti appliqua la perspective à la définition de l'espace urbain. L'artère principale du plan qui reliait le château aux villas et parcs au nord continua d'être une route privée des princes, le long de laquelle leurs fidèles partisans devaient construire leurs palais.

Les conflits de Ferrare avec Venise se poursuivirent sous Alphonse 1er (1476-1534) auxquels s'ajoutèrent les litiges avec le pape Jules 11 qui voulait gouverner directement les états de l'Eglise. 11 révisa le système de fortifications devenu obsolète avec l'introduction de l'artillerie. Les relations avec la papauté se compliquèrent sous Alphonse 11 dont la mère, Renée de France, protégeait les calvinistes persécutés. A partir de 1557, il commença à introduire les principes du système bastionné dans les fortifications de la ville. A la mort d'Alphonse 11 (1597l, la maison d'Este quitta Ferrare pour Modène. Le pape Clément VIII reprit possession de la ville (1598) qui devint une province éloignée des Etats de l'Eglise. La situation économique de la ville s'aggravait, les eaux assiégeaient périodiquement les murs et les campagnes s'appauvrissaient. Néanmoins, une forteresse pentagonale fut construite en 1608 au sud-ouest de la ville mais elle sera démantelée après 1860.

La tentative de relancer l'économie de Ferrare au 18ème siècle en créant un canal sur le Po et un nouveau port n'eut pas les effets escomptés. En 1796, les Français occupèrent la ville qui fut intégrée à la République Cisalpine. Au 19ème siècle, Ferrare fut de nouveau occupée par les Français puis par les Autrichiens. Lorsqu'elle fut réunie au royaume d'Italie (1859l, de grandes opérations de bonification des terres marécageuses débutèrent, les portes de la ville furent élargies et elle reçut de nouvelles infrastructures (chemin de fer, hôpitaux, etc.). Les dégâts provoqués par les bombardements au cours de la deuxième guerre mondiale furent limités.

Aux 15ème-16ème siècles, la cour de la maison d'Este devint un des pnnc1paux centres du développement et de l'application pratique de la pensée du nouvel humanisme en Italie. Dès la fin de la seigneurie de Niccolo III (1393-1441), elle devint un véritable centre artistique où les plus grands artistes furent appelés à orner les palais et villas ("delizie") de la maison d'Este dans la ville même et dans les environs. Elle attira des artistes tels que Piero della Francesca (1499), Jacopo Bellini (1441l, Mantegna (1ll49l ou Rogier van der Weyden qui y apporta la technique flamande (1449). Cosme Tura (1430-1495) dont le style fut développé par Francesco del Cossa et Ercole de' Roberti, fonda l'école ferraraise de peinture.


Ferrare accueillit aussi de grands humanistes comme Pietro Bembo (1470-1547) qui dédia Gli Asolani à Lucrèce Borgia, l'épouse d'Alphonse 1er mais aussi des poètes comme Boiardo (1441-1494), l'Arioste (1474-1533) ou le Tasse (1544-1595), créateurs d'un nouveau genre poétique en Italie, l'épopée et la commedia dell'arte. Les rêves poétiques de l'Arioste se concrétisèrent dans le développement du concept du Jardin italien de la Renaissance. Le "Barco", réserve de chasse de la maison d'Este au nord de la ville, divisé en plusieurs secteurs suivant leur fonction (jardin zoologique, "giardino dei semplici" ancêtre du Jardin botanique) servira lui aussi de modèle à la Villa d'Este à Tivoli ou à la Villa Taranto sur le lac Majeur.

L'université fondée en 1391 fut le lieu d'importants progrès de la sciences. Copernic (1473), Paracelse (1493-1541) et d'autres illustres scientifiques y étudièrent ou y enseignèrent.

Source : évaluation des Organisations consultatives
Notes
  • Au moment de l'extension du bien, les critères culturels (iii) et (v) ont également été appliqués.