English Français

Crespi d'Adda

Crespi d'Adda

Crespi d'Adda in Capriate San Gervasio in Lombardy is an outstanding example of the 19th- and early 20th-century 'company towns' built in Europe and North America by enlightened industrialists to meet the workers' needs. The site is still remarkably intact and is partly used for industrial purposes, although changing economic and social conditions now threaten its survival.

Crespi d'Adda

Crespi d'Adda, à Capriate San Gervasio en Lombardie, est un exemple exceptionnel de ces « villages ouvriers » des XIXe et XXe siècles en Europe et aux États-Unis. Ils ont été construits par des industriels éclairés désireux de répondre aux besoins de leurs ouvriers. Le site est resté remarquablement intact et a partiellement conservé son usage industriel mais l'évolution des conditions économiques et sociales constitue une menace pour sa survie.

كريسبي دادا

يشكل موقع كريسبي دادا في كابرياتي سان جيرفازيو في لومبارديا مثلاً مميزًا عن تلك "القرى العمالية" في القرنين التاسع عشر والعشرين في أوروبا وفي الولايات المتحدة الأميركية. وقد بناها صناعيون منوَّرون راغبون في الاستجابة إلى حاجات عمالهم. وظلّ الموقع سليمًا بشكل مذهل وحافظ جزئيًا على جدواه الصناعية لكن تطور الظروف الاقتصادية والاجتماعية يشكل تهديدًا لبقائه.

source: UNESCO/ERI

阿达的克里斯匹

阿达的克里斯匹位于意大利伦巴底地区的卡普里亚特·圣·赫瓦西奥城(Capriate San Gervasio)。克里斯匹是19世纪和20世纪初欧洲和北美“公司城” (company towns)的著名典范,是那些有知识的工业家们为满足工人们的需要而修建的。尽管受到现代社会经济和社会环境的变化的威胁,这些场所仍然保存完好,并部分用于工业。

source: UNESCO/ERI

Фабричный поселок Креспи-д`Адда

Креспи-д`Адда в Каприате-Сан-Джервазио в Ломбардии является ярким примером фабричных поселков XIX - начала XX вв., строившихся просвещенными предпринимателями в Европе и Северной Америке для расселения рабочих. Поселок сохранился до наших дней и частично используется в целях продолжения производства, однако изменившиеся социально-экономические условия представляют ныне угрозу его сохранности.

source: UNESCO/ERI

Crespi d’Adda

Situada en Capriate San Gervasio (Lombardía), la localidad de Crespi d'Adda es un ejemplo excepcional de los “poblados obreros” construidos en los siglos XIX y XX en Europa y los Estados Unidos por industriales filantrópicos deseosos de satisfacer las necesidades de sus obreros. El sitio se ha conservado intacto y las actividades industriales se mantienen en parte, aunque la evolución de la situación socioeconómica supone una amenaza para su supervivencia.

source: UNESCO/ERI

クレスピ・ダッダ
イタリア北西部・ロンパルディア州にある街。19~20世紀初頭のヨーロッパや北アメリカで、労働者の要求にこたえるために産業資本家が建設した「company town」のひとつ。当時の様相をよくとどめ、一部では現在も産業利用されているが、経済的・社会的環境の変化によって、存続が脅かされている。

source: NFUAJ

Crespi d'Adda

Crespi d'Adda in Lombardije is een goed voorbeeld van een 19e en vroeg 20e-eeuws bedrijfsdorp. Deze werden gebouwd in Europa en Noord-Amerika door verlichte industriëlen, om te voldoen aan de behoeften van hun arbeiders. De plek is intact en wordt gedeeltelijk gebruikt voor industriële doeleinden, hoewel haar voortbestaan momenteel wordt bedreigd door veranderende economische en sociale omstandigheden. De eerste bedrijfsdorpen werden gebouwd in België, Frankrijk, Duitsland en het Verenigd Koninkrijk om de grote personeelsaantallen van fabrieken te huisvesten. Pas na de oprichting van de nationale markt (na politieke eenwording) werden dergelijke dorpen opgericht in Italië. Crespi d’Adda is hiervan het meest kenmerkende en complete voorbeeld.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Crespi d'Adda (Italie) © Valerio Li Vigni
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

La cité ouvrière de Crespi d’Adda est située dans la région italienne de Lombardie, à l’extrême pointe sud de l’île Bergamasque, nichée entre les fleuves Adda et Brembo et au pied des Alpes. Le village fut fondé par Cristoforo Benigno Crespi pour loger les ouvriers de son usine textile, et sa forme définitive est due à son fils, Silvio Benigno Crespi, qui avait étudié le fonctionnement des filatures de coton allemandes et anglaises. Il développa la cité pour offrir des maisons confortables et des services aux ouvriers afin de stabiliser la main-d’œuvre et éviter les conflits sociaux. La ville est restée dans le giron d’une seule entreprise jusque dans les années 1970, après quoi de nombreux édifices, en particulier des maisons, ont été vendues à des propriétaires privés. L’activité industrielle a décru de manière importante entraînant une dépopulation.

Achevée à la fin des années 1920, la ville offrait aux employés un niveau de vie élevé, avec le logement dans des résidences multifamiliales (chacune avec son jardin) et des services collectifs bien en avance sur leur temps. La ville est disposée selon un plan géométrique régulier, divisée en deux par la rue principale qui commence à Capriate. Les bâtiments de l’usine et les bureaux étaient situés d’un côté de cette rue, sur la rive gauche du fleuve Adda, et le village lui-même de l’autre côté de la rue selon un plan rectangulaire de rues alignées sur trois rangs. Les maisons se différentient les unes des autres par leur style, offrant un paysage urbain agréablement varié, une diversité correspondant au rôle de leurs occupants dans l’usine.

Les ouvriers bénéficient d’autres avantages en plus du logement, entre autres des toilettes et des bains publics, une clinique, une coopérative alimentaire, une école, un petit théâtre, un centre de sport, un presbytère, un dispensaire, une usine hydroélectrique pour fournir l’électricité et d’autres services collectifs. Certains édifices présentaient une valeur symbolique plus marquée, comme l’église et le château (la résidence des Crespi), un nouvel ensemble de bureaux et des maisons pour les dirigeants de l’usine, situées au sud de celles des ouvriers.

Crespi d’Adda est un exemple exceptionnel du phénomène du ‘village ouvrier’ du XIXe et du début du XXe siècle que l’on trouve en Europe et en Amérique du Nord, qui fut une expression de la philosophie dominante des industriels éclairés dans les rapports qu’ils souhaitaient établir avec leur personnel.

 

Critère (iv) : Crespi d’Adda est un remarquable exemple du phénomène de ‘village ouvrier’ en Europe et dans le nord de l’Amérique au cours du XIXe siècle et au début du XXe siècle et témoigne de la philosophie dominante des industriels éclairés dans les rapports qu’ils souhaitaient établir avec leur personnel.

Critère (v) : Crespi d’Adda est un exemple rare de ‘cité ouvrière’ du fait que sa structure architecturale et urbaine est intacte, ayant survécu aux inévitables mutations économiques et sociales.

 

Intégrité

Crespi d’Adda a conservé une grande partie de son intégrité, car tous les éléments de la ville industrielle demeurent bien préservés, à savoir les usines, les logements et les services. Cela est dû essentiellement au fait que la production industrielle s’est poursuivie jusqu’en 2004, de sorte que les bâtiments privés, publics et industriels sont demeurés intact et n’ont pas été démolis ou modifiés outre mesure. Par ailleurs, cette situation a permis de conserver la relation entre les éléments constitutifs du bien.

Bien que le village demeure intact, les conditions économiques et sociales ont changé, avec notamment une diminution de la population, et constituent une menace potentielle sur la survivance du site. Cette menace pourrait être contenue et atténuée par des changements positifs récents sur le plan démographique et socio-économique.

Authenticité

L’implantation isolée et confinée de Crespi d’Adda dans une vallée fluviale explique en partie sa remarquable authenticité par rapport à d’autres villages ouvriers en Italie et en Europe où des changements et des modifications ont été apportés par leurs propriétaires en raison de la proximité de grandes villes et en réponse aux changements des conditions économiques et des structures sociales.

Le village a conservé tous les éléments d’origine du village ouvrier. L’authenticité de la forme et de la conception se voit dans le plan des rues et la disposition des bâtiments. Les édifices publics, privés et industriels sont intacts et n’ont pas été démolis ou modifiés outre mesure. Toutefois, certains changements se sont produits tels que la modification des couleurs des maisons d’habitation, de couleur blanche à l’origine, avec des briques rouges en encadrement les fenêtres. En outre, les modifications des pratiques industrielles ont entraîné le changement d’usage de nombreux bâtiments.

 

Eléments requis en matière de protection et de gestionLe bien est géré par la municipalité de Capriate San Gervasio, certaines responsabilités incombant au Consorzio Parco Regionale Adda Nord qui bénéficie de différents niveaux de protection : national, régional et local. Au niveau national, la ville est placée sous la protection du décret-loi 42/2004, Code du paysage et du patrimoine culturel, qui le désigne en tant que ‘centre urbain de caractère historique et d’importance environnementale’. Cette législation impose un certain nombre d’obligations aux propriétaires. Dans le centre historique et le paysage environnant, chaque intervention donne lieu à une demande de permis qui est accordé ou non par l’autorité concernée (par exemple une région peut déléguer ses pouvoirs à une municipalité), afin de garantir la compatibilité du projet avec les critères de conservation. Au niveau municipal, la protection est assurée grâce aux restrictions ou interdictions imposées aux développements ou aux changements inappropriés.

Des mesures complémentaires s’appliquent aux bâtiments les plus importants de l’ensemble, tels que le tombeau de la famille Crespi et tous les biens publics et les biens de l’église catholique romaine. Crespi d’Adda est également soumis à un instrument de la planification urbaine (schéma directeur d’urbanisme). Ce plan réglemente les décisions concernant les méthodes d’intervention relatives au patrimoine environnemental et architectural, sur la base d’études et d’analyses historiques.

Le bien dans son ensemble est resté la propriété d’une entreprise jusqu’à la fin des années 1970. Aujourd’hui, la propriété des divers biens est répartie entre la ville, l’église (église catholique romaine – paroisse de Bergame) et des propriétaires individuels ou privés. Le propriétaire des bâtiments d’usine a indiqué son intention de relocaliser une activité dans l’usine, probablement liée au secteur des services et, en même temps, d’améliorer les activités touristiques et culturelles du village.