English Français

Centre historique de Naples

Historic Centre of Naples

From the Neapolis founded by Greek settlers in 470 B.C. to the city of today, Naples has retained the imprint of the successive cultures that emerged in Europe and the Mediterranean basin. This makes it a unique site, with a wealth of outstanding monuments such as the Church of Santa Chiara and the Castel Nuovo.

Centre historique de Naples

De la Neapolis fondée par des colons grecs en 470 av. J.-C. à la ville d'aujourd'hui, Naples a su conserver l'empreinte des cultures apparues tour à tour dans le bassin méditerranéen et en Europe. Cela en fait un site unique aux remarquables monuments tels que l'église Santa Chiara ou le Castel Nuovo, pour n'en nommer que deux.

الوسط التاريخي لنابولي

من "نيابوليس" التي أسسها مستوطِنون يونانيون في العام 470 ق.م. إلى المدينة كما هي اليوم، تمكنت نابولي من المحافظة على أثر الثقافات التي ظهرت الواحدة تلو الأخرى في الحوض المتوسطي وفي أوروبا. ما يجعل منها موقعًا فريدًا بنصبه المذهلة مثل كنيسة القديسة كلارا أو الكاستِل نووفو وغيرهما الكثير.

source: UNESCO/ERI

那不勒斯历史中心

那不勒斯是公元前470年由希腊移民创建的,从那时至今,它接纳和保留了不断出现在地中海盆地和欧洲的文化印记。这使得那不勒斯成为一个独特的城市。它拥有一系列出色的建筑,如桑塔基亚拉教堂及诺沃城堡。

source: UNESCO/ERI

Исторический центр Неаполя

От Неаполиса, основанного греческими колонистами в 470 г. до н.э., и до города сегодняшних дней, Неаполь сохранил следы следующих друг за другом культур, которые возникали в Европе и Средиземноморье. Именно это определяет уникальность данного места с выдающимися памятниками, такими как церковь Санта-Кьяра и замок-крепость Кастель-Нуово.

source: UNESCO/ERI

Centro histórico de Nápoles

Nápoles ha conservado la impronta de las sucesivas culturas de la cuenca del Mediterráneo y de Europa, desde la época de la colonia griega de Neápolis, fundada al año 470 a.C., hasta los tiempos modernos. De ahí que su centro histórico sea un sitio excepcional dotado de notables monumentos como la iglesia de Santa Clara o el Castel Nuovo, entre otros muchos más.

source: UNESCO/ERI

ナポリ歴史地区
イタリア南部・カンパニア州の州都。紀元前5世紀にギリシャ人の植民都市として建設されて以来、ローマ・アラブ・ノルマンなど地中海世界に興亡したさまざまな文明の影響を受け、特異な混淆文化がつくりあげられてきた。14世紀のゴシック様式のサンタ・キアーラ教会、13~14世紀のヌオーヴォ城などが、今に残る代表的な歴史的建造物がある。

source: NFUAJ

Historisch centrum van Napels

Vanaf de stichting als Neapolis door de Grieken in 470 voor Christus tot aan vandaag de dag, heeft Napels het stempel behouden van de opeenvolgende culturen die ontstonden in Europa en het Middellandse Zeegebied. Dit maakt het een unieke plek met een schat aan opmerkelijke monumenten, zoals de kerk van Santa Chiara en het Castel Nuovo. Napels is één van de oudste steden in Europa, waarvan de hedendaagse stedelijke structuur de elementen heeft behouden van haar lange en bewogen geschiedenis. Het stratenpatroon, de schat aan historische gebouwen en de situering aan de baai van Napels maken de stad van uitzonderlijke waarde zonder weerga.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Centre historique de Naples © Our Place World Heritage collection
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Située dans le sud de l’Italie, Naples est une grande ville portuaire dans le centre de l’ancienne région méditerranéenne. Ses origines remontent à la fondation de Parthenope ou Palaepolis au IXe siècle av. J.-C., par la suite rétablie sous le nom de Neapolis (ville nouvelle) en 470 av. J.-C. C’est par conséquent l’une des plus anciennes villes d’Europe, dont le tissu urbain actuel conserve certains éléments remarquables de son histoire, longue et riche en péripéties, telle qu’elle se manifeste dans le tracé de ses rues, la profusion de ses parcs et monuments historiques, la continuité de nombre de ses fonctions sociales et urbaines, sa situation exceptionnelle sur la baie de Naples et la continuité de sa stratification historique.

Naples fut l’une des principales villes de la Grande Grèce, jouant un rôle prépondérant dans la transmission de la culture grecque à la société romaine. Elle devint aussi un centre culturel majeur de la République romaine, civitas foederata. Des tronçons du mur d’enceinte de la ville grecque, fouillés après le Seconde Guerre mondiale, et les vestiges fouillés du théâtre, des cimetières et des catacombes romains témoignent de cette histoire. Au VIe siècle de notre ère, Naples fut conquise par l’Empire byzantin, devenant un duché autonome, puis fut associée aux Normands, aux Souabes et au Royaume de Sicile. Témoins de cette période, les églises de San Gennaro extra moenia, San Giorgio Maggiore et San Giovanni Maggiore, comportant des éléments d’architecture survivants des IVe et Ve siècles, la chapelle de Santa Restituta à l’intérieur de la cathédrale datant du XIVe siècle et le Castel dell'Ovo, un des plus importants témoignages de l’époque normande, bien qu’il ait été transformé par la suite à de nombreuses reprises.

Avec la dynastie angevine (1265-1442), Naples devint le symbole vivant du prestige, de la dignité et de la puissance de la dynastie. La ville absorba les faubourgs et les villages environnants. Les rois angevins furent à l’origine d’une relation d'influence avec l’art et l'architecture occidentaux, en particulier le gothique français qui s’imposa et s’intégra aux éléments antérieurs d’influence grecque et arabe. Les couvents de Santa Chiara et San Lorenzo Maggiore et les églises Donna Regina et de I’lncoronata, San Lorenzo Maggiore, San Domenico Maggiore et la nouvelles cathédrale datent de cette période.

Entre le XVe et le XVIIe siècle, Naples fut gouvernée par les Aragonais, qui remodelèrent les défenses et le réseau viaire et construisirent le Castel Nuovo, essentiellement dans le style toscan, et en firent un des grands centres de leur empire. La période de domination espagnole est marquée par la construction du palais royal en 1600 sur un des côtés de l’imposante Piazza del Plebiscito, l’institution caritative Monte dei Poveri Vergognosi, le couvent Sant'Agostino degli Scalzi et le collège jésuite Capodimonte.

A partir de 1734, sous le règne des Bourbons, Naples devint, au côté de Paris et de Londres, l’une des grandes capitales de l’Europe. Le patrimoine architectural de la ville hérité de cette période fut d’une grande influence, et s’exprime en particulier dans la décoration intérieure des palais royaux et des palais de la noblesse qui faisaient partie du système territorial s’étendant au-delà de la ville proprement dite. D’importants palais du XVIIIe siècle comprennent le grand palais Albergo dei Poveri, le musée national d’archéologie, la Certosa de Suor Orsola Benincasa sur la colline de San Martino et la Villa Pignatelli.

Les parties composant le bien en série sont le Centre historique de Naples ; le district de la Villa Manzo ; Santa Maria della Consolazione ; Marechiaro ; le district de Casale ; le district de Santo Strato ; et la Villa Emma. 

Critère (ii) : La situation exceptionnelle de la ville sur la baie de Naples lui donne une valeur universelle exceptionnelle qui a eu une profonde influence dans une grande partie de l’Europe et au-delà. Naples a exercé une grande influence sur le reste de l’Europe depuis l’Antiquité, en tant que centre majeur de la Grande Grèce et de la République romaine. Son rôle en tant que l’un des centres culturels les plus influents de la région méditerranéenne fut confirmé au Moyen Âge et de nouveau du XVIe au XVIIIe siècle, étant une des principales capitales européennes et exerçant une grande influence dans de nombreux domaines culturels, liés en particulier à l’art et l’architecture.

Critère (iv) : Naples est une des plus anciennes villes d’Europe, dont le tissu urbain actuel conserve les éléments de sa longue histoire riche en péripéties. Le tracé rectangulaire quadrillé des rues de l’ancienne ville grecque Neapolis est encore perceptible et constitue effectivement aujourd’hui la base du tissu urbain actuel du centre historique de Naples, un des plus grands ports de Méditerranée. À partir du Moyen Âge et jusqu’au XVIIIe siècle, Naples fut un centre inégalé en matière d’art et d’architecture, s’exprimant dans ses anciens forts, ses ensembles royaux, tels que le palais royal construit en 1600 et les palais et les églises construits par les familles aristocratiques.

 Intégrité

Le bien du patrimoine mondial du Centre historique de Naples comprend tous les éléments qui contribuent à justifier sa valeur universelle exceptionnelle. Ceux-ci comprennent le centre historique tel qu’il s’inscrit à l’intérieur des murs d’enceinte aragonais, ainsi que des éléments importants datant du XVIIIe siècle, notamment d’importants palais ainsi que des édifices remplissant des fonctions gouvernementales, résidentielles, universitaires, de santé et d’hygiène, des arts et de l’artisanat. Ces édifices et ces fonctions représentent toutes les périodes significatives de l’histoire de Naples et sont en bon état de conservation. L’importante relation historique de la ville avec la mer est maintenue par la préservation de vestiges archéologiques de l’époque romaine le long de la côte et la réhabilitation de petits ports de bateaux trouvés entre Castel Nuovo et le cap Posillipo.

Une modification mineure des limites a été approuvée par le Comité du patrimoine mondial en 2011. Celle-ci agrandissait la composante « Centre historique de Naples » et réunissait et agrandissait les composantes « District de Casale » et « District de Santo Strato » afin d’inclure une zone archéologique protégées et non développée. Le bien est vulnérable en raison du manque d’entretien du tissu urbain non monumental. Le cadre du bien est intact et n’est pas menacé par le développement. 

Authenticité

Le plan de la ville possède un haut degré d’authenticité, et a conservé d’importants témoignages de la ville gréco-romaine et du plan en damier des quartiers espagnols du XVIe siècle. La typologie des édifices publics et privés est bien conservée dans le cadre du plan actuel de la ville, ainsi que dans les caractéristiques spatiale, volumétrique et décorative. Il existe une remarquable continuité dans l’utilisation des matériaux, tous d’origine locale, et les caractéristiques matérielles et visuelles particulières, telles que le tuf jaune, le marbre blanc et le piperno gris. Les techniques mises au point pour l’utilisation de ces matériaux survivent dans une large mesure et sont utilisées dans les projets de restauration et de conservation. 

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le plan général urbain de 1972 (décret ministériel n° 1829, 31 mars 1972) identifiait la zone protégée du centre historique, où toute intervention devait être approuvée par la Soprintendenza concernée. Le plan directeur confirmait les exigences du plan précédent en étendant le champ du centre-ville défini. Les dispositions de la loi n° 47 du 28 février 1985 sur les « normes relatives au plan d’urbanisme, à l’activité de contrôle de la construction, aux sanctions, au rétablissement et à la rénovation en cas de travaux abusifs » sont applicables dans la zone concernée et fixent les règles concernant les hauteurs de construction et les espacements. Un grand nombre de bâtiments de la ville relèvent de la loi n° 1089 du 1er juin 1939, l’élément central de la législation italienne relative à la protection du patrimoine. Ces règles furent ensuite rassemblées dans le code du patrimoine et du paysage culturel D.Lgs n° 42/2004.

Cela signifie pour ces bâtiments qu’il existe une mesure de sauvegarde qui assure que toute activité sur le site doit être autorisée par la Soprintendenza concernée (Bureau annexe du ministère du Patrimoine et des Affaires culturelles), qui peut émettre un refus pour des raisons de conservation, autoriser des interventions en imposant des limites ou n’autoriser que des interventions qui ne portent pas préjudice aux ressources en question.

D’autres lois et règlements, nationaux et régionaux, relatifs au contrôle de planification et au patrimoine sont aussi applicables au centre historique de Naples. Les agences nationales responsables sont le ministère de l’Environnement et du Patrimoine culturel, le Conseil régional de Campanie, le Conseil provincial de Naples et le Conseil municipal de Naples. La gestion du bien du patrimoine mondial est prise en charge par un Bureau de la municipalité qui a été créé pour la valorisation du centre historique de Naples. Le Bureau est responsable du plan de gestion pour le bien du patrimoine mondial qui oriente sa sauvegarde et sa protection tout en s’assurant que Naples reste une ville vivante et dynamique. Le plan sera régulièrement contrôlé afin de s’assurer de son efficacité et sera actualisé tous les 6 à 10 ans. L’objectif du plan de gestion est de sauvegarder le patrimoine culturel et de conserver le tissu urbain stratifié, de soutenir les productions culturelles et les relations socio-économiques traditionnelles ainsi que la qualité de vie, de maintenir les usages mixtes, d’améliorer la sécurité et l’hygiène et d’augmenter le niveau de compréhension et de connaissance du public concernant les ressources patrimoniales. L’objectif est aussi d’intégrer le bien dans le système territorial étendu à la baie de Naples, Capri, Sorrente, Herculanum et Pompéi, dans le contexte du tourisme culturel de la région.

Description longue

Naples est l'une des plus anciennes villes d'Europe. Elle a su conserver de nombreux éléments de son histoire longue et riche en péripéties : son réseau viaire, l'importance de ses monuments historiques appartenant à de nombreuses périodes et sa position sur la baie de Naples lui confèrent une valeur universelle tout à fait spécifique, qui explique l'influence considérable qu'elle a exercée sur beaucoup de villes d'Europe, ou d'ailleurs.

Une grande partie de son intérêt réside dans son urbanisme, qui résulte de vingt-cinq siècles de croissance ininterrompue. Peu de vestiges de la ville grecque sont conservés, mais d'importantes découvertes archéologiques y ont été faites à la faveur des fouilles réalisées depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale ; trois tronçons du mur d'enceinte de cette période sont conservés au nord-ouest. Les vestiges romains sont plus importants, avec notamment le grand théâtre, les nécropoles et les catacombes. Le réseau viaire des plus anciennes parties de la ville doit énormément à ses origines classiques.

La période qui suivit la chute de l'Empire romain d'Occident vit la construction des premières églises importantes, comme celles de San Gennaro extra moenia , de San Giorgio Maggiore et de San Giovanni Maggiore, qui ont conservé des éléments de leur architecture des IVe et Ve  siècles. La chapelle de Santa Restituta, à l'intérieur de la cathédrale du XIVe  siècle, est considérée comme la première basilique chrétienne de Naples. Le Castel dell'Ovo est l'un des vestiges les plus importants de l'époque normande. Construit comme un monastère fortifié sur le site présumé de la villa de Lucullus, il fut considérablement remodelé à différentes occasions ; sa physionomie actuelle remonte à la fin du XVIIe  siècle.

Au cours de la période normanno-souabe, la ville demeura pour l'essentiel à l'intérieur de son enceinte d'époque classique. Elle ne commença véritablement à se développer et à absorber ses faubourgs et les villages environnants qu'avec l'arrivée des rois angevins. L'influence de l'architecture et de l'art occidentaux commença alors à s'affirmer : le gothique français envahit l'architecture religieuse et domestique. L'époque angevine vit la construction de monuments sacrés - la nouvelle cathédrale, les églises de San Lorenzo Maggiore, de San Domenico Maggiore, de Santa Chiara - et d'édifices publics - le Castel Nuovo, le Castel Capuano et le palais du prince de Tarente. C'est du sud de la France que s'exercèrent alors les influences les plus importantes : Naples conserve beaucoup d'exemples d'une architecture gothique provençale raffinée.

L'avènement de la dynastie aragonaise se traduisit par de nombreuses constructions ou reconstructions. Les murs de la ville furent restaurés et retracés de manière plus rationnelle. Le patrimoine napolitain de la Renaissance est dû, pour l'essentiel, à des architectes italiens, ainsi qu'à quelques catalans. Le palais San Severino, aujourd'hui démoli, était l'un des plus importants édifices de cette période à laquelle remontent un grand nombre d'églises importantes (Santa Caterina a Formiello et complexe de Monteoliveto). Les premières années du XVIe  siècle marquent le début de deux siècles de domination espagnole, avec un nouveau renforcement de l'enceinte, notamment au cours des deux décennies durant lesquelles Pedro de Toledo fut vice-roi de la ville ; la politique de planification urbaine que celui-ci entreprit s'insérait dans un programme global de réorganisation de la société. Le palais royal, construit en 1600, occupe un des côtés de l'imposante piazza del Plebiscito. C'est au cours de cette époque que furent construits des complexes religieux comme l'institution caritative du Monte dei Poveri Vergognosi, le couvent de Sant'Agostino degli Scalzi et le collège jésuite de Capodimonte.

Les faubourgs continuèrent à s'étendre, avec leurs propres grands édifices sacrés ou profanes. Dans la ville, comme à l'extérieur, les différents quartiers se spécialisèrent en fonction de la nationalité de leurs habitants, de leur niveau social et de leurs activités. Le port se développa également aux XVIIe et XVIIIe  siècles, de manière à répondre aux besoins croissants de la ville. Des changements plus radicaux dans le plan de la ville se produisirent au XIXe  siècle, notamment avec la création de la piazza Mercato sous le règne de Ferdinand IV, après l'incendie d'un quartier de baraques en bois.

Une grande opération de planification et de réhabilitation fut entreprise au lendemain de l'unification de 1860. Les quartiers qui s'étaient dégradés furent alors nettoyés, ce qui entraîna la destruction de nombreux édifices plus anciens et le tracé de nouvelles rues qui recoupèrent le réseau antérieur.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Naples Qui signifie nouvelle ville(Neapolis>. fut fondée en 470 avant J.-c., à proximité de Partenope, port cuméen du 7ème siècle avant J.-c. (ce port devait devenir Palepolis- ou vieille ville, quand il fusionna avec Naples). après la bataille au cours de laquelle les forces alliées de Cumes et de Syracuse battirent les Etrusques leur faisant oublier leur ambition de dominer sur la mer Tyrrhénienne. La ville établie suivant un quadrillage régulier fut entourée de murs et les bâtiments publics y étaient élégants. La ville entretint de bonnes relations avec Athènes à qui elle fournissait des céréales provenant de ses terres fertiles de l'intérieur. Fidèle alliée de Rome au cours des guerres samnites, Naples devint satellite de Rome à la fin du 4ème siècle avant J.-c. tout en sachant préserver ses étroites relations linguistiques et culturelles avec la Grèce.

Des fouilles récentes ont beaucoup appris sur l'histoire de ra ville. Au cours de la période impériale, elle se développa vers le sud et vers l'est. Les séismes de 62 et 79 de notre ère provoquèrent d'énormes dégâts mais la ville fut rapidement reconstruite et retrouva son importance. Toutefois, la fin du 3ème siècle vit un certain déclin illustré par l'abandon de certaines parties de la ville. Aux 4ème et Sème siècles, des réparations furent réalisées sur les défenses. Pendant la première moitié du 6ème siècle, Belisaire, général de Justinien ramena Naples dans l'orbite byzantine où elle resta jusqu'à ra domination normande de 1139-1140. Tout d'abord, dépendance de Ravenne, la ville devint autonome à partir de 763 quand Etienne devint duc. Les liens culturels entre Naples et Ravenne apparaissent dans l'architecture et la décoration de nombreuses églises et monastères de cette période. La ville elle-même garda ses dimensions mais fit l'objet de reconstructions considérables.

Quand les clés de la ville furent remises au Normand Roger II, roi de Sicile, on assista au début d'une période difficile pour ce royaume du sud de l'Italie qui devait changer de nom et de maison royale à plusieurs reprises jusqu'• en 1860. Un mariage donna Naples à la famille Souabe des Hohenstaufen en 1189. Le plus célèbre de ses membres, Frédéric Il, fonda une université à Naples en 1224 qui compta parmi ses étudiants saint Thomas d'Aquin. La menace que représentaient les Hohenstaufen pour la papauté fit de Charles d'Anjou, frère de Saint Louis, le roi de Sicile en 126S. Il déplaça la capitale vers Palerme mais Naples prospéra et se développa pendant les deux siècles de pouvoir angevin. Naples fut alors un grand centre administratif et un port et elle fut enrichie de superbes trésors artistiques et architecturaux dont les couvents de santa Chiara et de San Lorenzo Maggiore et les églises Donnaregina et de l'lncoronata.

En 1442, la crise de la dynastie angevine permit l'accession au trône d'Alphonse I, roi d'Aragon, à qui Naples doit un grand nombre d'édifices, parmi lesquels le Castel Nuovo, construit en grande partie en style toscan ainsi qu'une nouvelle disposition des rues et des défenses. Après une brève période sous domination française (1498- 1S03), Naples devint une province de l'empire espagnol dirigée par un vice-roi. Ce fut une époque de grande misère pour la plus grande partie du sud de l'Italie, y compris pour Naples même si quelques améliorations furent apportées à la ville en particulier par le vice-roi Pedro Alvarez de Toledo (1532-33).

Le traité de Vienne en 1738 reconnut Charles Il, fils de Philippe d'Espagne, comme roi de Naples et de Sicile : Naples devint une fois encore la capitale d'un royaume autonome. Tout comme le reste de l'Italie, Naples devint française pendant l'ère napoléonienne et bénéficia alors de quelques ambitieux projets urbains. Avec le retour des Bourbons en France en 181S, Ferdinand IV prit le nom et le titre de Ferdinand 1er, roi des Deux-Siciles. La dynastie des Bourbons ne fut interrompu que par l'armée de Garibaldi en 1860.

Source : évaluation des Organisations consultatives