English Français

Paysage culturel de Sintra

Cultural Landscape of Sintra

In the 19th century Sintra became the first centre of European Romantic architecture. Ferdinand II turned a ruined monastery into a castle where this new sensitivity was displayed in the use of Gothic, Egyptian, Moorish and Renaissance elements and in the creation of a park blending local and exotic species of trees. Other fine dwellings, built along the same lines in the surrounding serra , created a unique combination of parks and gardens which influenced the development of landscape architecture throughout Europe.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Paysage culturel de Sintra

Sintra devint, au XIXe siècle, le premier haut lieu de l'architecture romantique européenne. Ferdinand II y transforma les ruines d'un monastère en château où la nouvelle sensibilité s'exprima par l'utilisation d'éléments gothiques, égyptiens, maures et de la Renaissance, et par la création d'un parc mêlant essences locales et exotiques. D'autres résidences de prestige bâties sur le même modèle dans la serra alentour firent de ce site un ensemble unique de parcs et de jardins qui influença l'aménagement des paysages en Europe.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

المنظر الثقافي في سينترا

أصبحت سينترا في القرن التاسع عشر المحجة الأولى للهندسة المعمارية الرومنطيقية الأوروبية. وقد حوّل فردينان الثاني آثار أحد أديرتها الى قصر يتجلى فيه الحس المرهف الجديد في استعمال العناصر القوطية والمصرية والمورية وتلك الخاصة بعصر النهضة وفي إنشاء منتزه يحوي مزيجاً من الورود العطرية المحلية والغريبة. كما تم تشييد منازل أخرى رفيعة المستوى على النسق نفسه في الجبال المحيطة حوّلت هذا الموقع الى مجموعة فريدة من المنتزهات والحدائق التي أثرت في تصميم المناظر الطبيعية في أوروبا.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

辛特拉文化景观

辛特拉是19世纪第一块云集欧洲浪漫主义建筑的土地。费迪南德二世把被毁坏的教堂改建成了一座城堡,这一建筑集中了哥特式、埃及式、摩尔式和文艺复兴时期的建筑特点,同时在城堡的公园里把许多国外树种与本地树木混合栽种。该地还有许多其他精美的建筑,全都倚着周围的山脉而建,这些公园和庭院景致交相辉映,美不胜收,对整个欧洲的景观建筑设计发展产生了重大影响。

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Культурный ландшафт Синтры

В XIX в. Синтра стала первым центром европейского романтизма. Фердинанд I превратил разрушенный монастырь в замок, где это новое направление проявились в использовании элементов готики, египетского, мавританского стилей и Возрождения, а также в создании парка, сочетавшего местные и экзотические виды деревьев. Другие прекрасные здания, построенные в том же духе на прилегающих горных склонах, дополнили этот уникальный комплекс парков и садов, повлиявший на ландшафтную архитектуру всей Европы.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Paisaje cultural de Cintra

En el siglo XIX Cintra se convirtió en el primer centro importante de la arquitectura romántica europea. El rey Fernando II transformó en palacio un monasterio ruinoso, recurriendo a la utilización de elementos arquitectónicos góticos, egipcios, moriscos y renacentistas que expresaban la nueva sensibilidad estética de la época, y creó un parque en el que se mezclaban las especies vegetales locales con las exóticas. La construcción de otras residencias señoriales en la sierra circundante, inspiradas en este modelo, dotó a Cintra de un conjunto único de parques y jardines que ejerció una gran influencia en el arte paisajístico europeo.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

シントラの文化的景観
リスボンの北西約20kmに位置する古都。周囲の山を含め一帯には、モーロ人の城のほか、フェルディナンド二世がかつての修道院を改築し、ゴシック、エジプト、ムーア、ルネサンスの要素で装飾した宮殿がある。この地の庭園や公園はヨーロッパの景観設計の発展に大きな影響を与えた。

source: NFUAJ

Cultuurlandschap van Sintra

Het cultuurlandschap van de 'Serra' en de stad Sintra vertegenwoordigen een baanbrekende manier van het creëren van een Romantisch landschap. Hierdoor werd Sintra het eerste middelpunt van Europese Romantische landschapsarchitectuur in de 19e eeuw. Ferdinand II bouwde een vervallen klooster om tot een kasteel waar deze nieuwe gevoeligheid werd weergegeven in gotische, Egyptische, Moorse en Renaissance elementen en in het creëren van een park met een mengeling van lokale en exotische boomsoorten. Andere mooie woningen – gebouwd langs dezelfde lijnen van de omliggende Serra – schiepen een unieke combinatie van parken en tuinen die de landschapsarchitectuur in heel Europa hebben beïnvloed.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Paysage culturel de Sintra (Portugal) © Fiona Starr
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le paysage culturel de Sintra est situé dans la région centrale du Portugal, à l’extrême ouest de la péninsule ibérique et à quelques kilomètres de l’océan Atlantique. Ce paysage culturel est un mélange exceptionnel de sites naturels et culturels dans un cadre distinct. Vu de loin, il donne l’impression d’un paysage essentiellement naturel qui se détache de son environnement : une petite chaîne de montagnes granitiques recouvertes de forêts se dressant au-dessus d’un paysage rural vallonné. Vu de plus près, la Serra révèle des témoignages culturels éminemment riches qui s’étendent sur plusieurs siècles de l’histoire du Portugal.

Vers 1840, Ferdinand II transforma un monastère en ruines en un château arborant des éléments gothiques, égyptiens, maures et Renaissance. Il entoura le palais d’un grand parc romantique, unique en son genre, planté d’arbres rares et exotiques, décoré de fontaines, de cours d’eau, d’une série d’étangs, de chaumières, de chapelles et de ruines reconstituées, et traversé de petits chemins magiques. Il restaura également les forêts de la Serra, faisant planter des milliers d’arbres qui vinrent s’ajouter aux chênes et aux pins parasols d’origine, contribuant à créer le caractère romantique du paysage culturel de Sintra.

Le Palais royal est incontestablement l’élément architectural dominant de Sintra. Il est situé au centre de la ville, vraisemblablement à l’emplacement de l’ancien alcazar maure. Ses bâtiments datent du début du XVe et du début du XVIe siècles. L’une des principales caractéristiques du Palais est sa façade en carreau (azulejos, carreaux de terre cuite décorée et émaillée), qui manifestent la plus fine technique mudéjar de toute la péninsule ibérique. L’intérieur contient des décorations peintes et en céramique et d’autres éléments caractéristiques des styles mudéjar et gothique manuélin tardif.

Le Palais de Pena, perché sur un sommet de la Serra, est un ouvrage purement romantique, conçu par l’architecte portugais Possidónio da Silva. La transformation par Ferdinand II du monastère médiéval, qui avait été abandonné après qu’il fut réduit à l’état de ruines par le tremblement de terre de 1755, est éclectique de par l’utilisation d’éléments égyptiens, maures, gothiques et Renaissance, qui font de lui une pure expression du mouvement romantique. Le palais du XIXe siècle a intégré l’église, le cloître et le réfectoire datant du monastère du XVIe siècle richement décoré d’azulejos.

Le Palais de Monserrate a été conçu pour Sir Francis Cook par le célèbre architecte anglais James Knowles fils. Il est un autre exemple de l’éclectisme du milieu du XIXe siècle, qui s’est organisé autour des ruines d’un bâtiment plus ancien, lui aussi détruit par le tremblement de terre de 1755. Il associe le néo-gothique et un nombre important d’éléments empruntés à l’architecture de l’Inde. Monserrate est réputé pour ses jardins que l’on doit en grande partie à Thomas Gargill. Une analyse scrupuleuse des zones micro-climatiques du terrain a permis la plantation de plus de 3 000 espèces exotiques venues du monde entier.

Quinta da Penha Verde, la plus ancienne structure du site, a été construite par le capitaine et vice-roi portugais João de Castro au XVIe siècle et agrandie par ses successeurs. L’ensemble est assez austère mais reste harmonieux, avec une série de chapelles datant des XVIe et XVIIIe siècles.

Le Palais de Ribafrias, avec sa chapelle, est au centre de la ville ; il a été construit en 1514 par le grand chambellan royal, Gaspar Gonçalves. Ses lignes d’origine, relativement sévères, ont été adoucies par des modifications ultérieures, avec par exemple les fenêtres manuélines et pombalines qui ornent sa façade.

Le Château des Maures, perché sur un sommet de la Serra, est peut-être d’origine wisigothe ; il a certainement été utilisé au IXe siècle pendant l’occupation maure. Il a finalement été abandonné au moment de la Reconquête. Il est désormais en ruines ; ce qu’il reste de sa barbacane, de sa vigie et de ses murs illustre clairement les problèmes posés par la construction d’une forteresse au sommet d’un piton rocheux.

Les autres bâtiments de cet ensemble sont le Palais de Seteais (fin XVIIIe-début XIXe siècle), la Quinta de Regaleira (fin XVIIe siècle) et l’Hôtel de Ville (début du XXe siècle).

Le couvent de la Trinité de l’Arrabalde a été fondé en 1374 par un groupe de moines du couvent de la Trinité de Lisbonne dans une vallée paisible de la Serra. L’ermitage primitif a été remplacé en 1400 par un monastère et reconstruit un siècle plus tard. Le séisme de 1755 l’endommagea sévèrement et il dut être en grande partie reconstruit. Le petit cloître date de 1570 et l’église remonte en grande partie à la fin du XVIIIe siècle. Il a conservé la tranquillité qui avait attiré la première communauté monastique en ces lieux.

L’église Santa Maria représente avec ses trois nefs la transition entre le roman et le gothique au milieu du XIIe siècle. La façade et la tour ont été édifiées en 1757.

Les autres églises de la ville sont celles des paroisses São Martinho et São Miguel qui sont en grande partie postérieures à 1755 et, dans l’enceinte du Château des Maures, la première église de la paroisse São Pedro de Canaferrim (XIIe siècle) et l’église de Nossa Senhora da Misericórdia (XVIIe-XVIIIe siècles).

Les travaux du Parc de Pena ont été commencés par Ferdinand II vers 1840. De nombreuses espèces ont été apportées d’Amérique du Nord, d’Asie et de Nouvelle-Zélande. Le parc dans son ensemble couvre 210 ha, y compris la Tapada do Mocho et le Château des Maures. Il est ceinturé d’un mur en pierres. La partie la plus haute est couverte de forêts de chênes, de cyprès et de pins, alors qu’à proximité du château s’étendent des jardins classiques avec des parterres et quelques remarquables spécimens de Taxus boccata et de Sequoia sempervirens. Les éléments les plus extraordinaires de ce parc sont le jardin des camélias, le « jardin anglais » avec ses spécimens uniques de cycas, et le jardin de la Feiteira de la Condesa et ses étonnantes variétés dendrologiques.

Le Parc de Monserrate couvre 50 ha sur les versants nord de la Serra. Les travaux de reconstruction du palais, réalisés par William Beckford à la fin du XVIIIe siècle, ont compris la création d’un jardin paysager. Lorsqu’il a repris le domaine, Sir Francis Cook a fait appel à James Burt pour la conception de divers sites des jardins exotiques. Les jardins dessinés sont entourés d’une forêt de chênes semi-naturelle.

D’autres résidences de prestige ont été construites sur le même modèle dans la Serra de Sintra (que l’on appelle également Monte da Lua, la Montagne de la Lune).

Les monuments majeurs, comme le Château de Pena, le Château des Maures, l’église de São Pedro, Penha Verde, la Cruz Alta et le Palais de Seteais, qui ont déjà été restaurés, ont une authentique raison d’être. Ils interagissent les uns avec les autres et avec le paysage, offrant des vues surprenantes qui diffèrent selon les angles.

En dépit de la construction de magnifiques résidences royales de style romantique en Europe aux XIXe et XXe siècles, Sintra fait figure d’œuvre pionnière du romantisme européen, car elle associe une incroyable variété d’espèces botaniques et une grande diversité de monuments et de constructions représentant une longue période historique. Sintra est devenu le premier centre de l’architecture romantique européenne.

Ce paysage culturel est un ensemble extraordinaire de parcs, jardins, palais, maisons de campagne, monastères et châteaux, formant une architecture qui s’harmonise avec l’opulente végétation exotique pour créer des micro paysages d’une beauté exotique et luxuriante, comme le cyprès mexicain, les acacias et les eucalyptus australiens, ainsi que des pins. Ce mélange de styles exotiques transforme le paysage en un monde foisonnant qui réserve des surprises à chaque détour du chemin, promenant le visiteur d’une découverte à l’autre. Sa singularité et sa richesse botanique présentées avec une extrême précision dans un environnement enchanteur font de ce paysage une perle rare. Ce syncrétisme entre la nature et les monuments anciens, les villas et quintas et les monastères et chalets a influencé l’évolution de l’aménagement des paysages dans toute l’Europe.

Le bien du patrimoine mondial s’étend sur 946 ha et est entouré d’une zone tampon de 3641 ha.

Critère (ii) : Au XIXe siècle, Sintra devint le premier centre de l’architecture romantique européenne et cette sensibilité nouvelle se manifesta par l’utilisation d’éléments gothiques, égyptiens, maures et renaissance et par la création de parcs mêlant essences indigènes et exotiques. Ferdinand II (1836-1885) fit ainsi évoluer le romantisme vers une forme magnifique et unique en son genre dans le monde méditerranéen.

Critère (iv) : Le paysage est un exemple exceptionnel du romantisme européen du fait de l’empreinte culturelle apportée aux versants nord de la Serra, qui gardent intactes les traces des différentes cultures qui les ont occupées, avec leur flore et leur faune respectives. L’atmosphère romantique s’est encore renforcée avec le temps, et les souvenirs de la période victorienne ainsi que les allusions exotiques sont toujours très présentes et peuvent être facilement décelées dans le paysage. Les villas et quintas, dont les jardins et les parcs couvrent la majeure partie du bien, correspondent à un « paysage clairement défini, conçu et créé intentionnellement par l’homme » avec l’intention de mettre en place un paysage.

Critère (v) : Le paysage culturel, avec sa végétation indigène et exotique – comme les cyprès mexicains, les acacias et eucalyptus australiens, et les pins, riche de crêtes et d’arêtes granitiques, abrite des vestiges archéologiques, des palais et des parcs, ainsi que le centre historique de Sintra et d’autres belles demeures, construites dans le même esprit dans la Serra environnante ; l’ensemble forme un paysage organique en constante évolution, entretenu par de minutieux projets de restauration et de préservation. Cette combinaison unique de parcs et de jardins a transformé le paysage en un monde foisonnant, qui réserve des surprises à chaque détour du chemin, promenant le visiteur d’une découverte à l’autre, et qui a influencé l’évolution de l’aménagement des paysages dans toute l’Europe.

Intégrité

L’état de conservation des bâtiments historiques ouverts au public est excellent grâce à des opérations de maintenance et de réhabilitation appropriées et à la conduite d’études architecturales.

Sur le plan culturel, le caractère unique de Sintra réside dans le fait que, même s’il existe en Europe de magnifiques résidences royales de style romantique datant des XIXe et XXe siècles, ce bien est un prototype du romantisme européen, alliant richesse botanique et diversité de monuments et bâtiments sur une longue période de l’histoire. Tous les éléments nécessaires pour exprimer la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du paysage culturel de Sintra sont inclus dans les 946 ha du bien.

Authenticité

Malgré les transformations que le paysage de Sintra a connues au XXe siècle, la plupart de ses bâtiments, ainsi que ses jardins et ses parcs, ont conservé leur authenticité structurelle. L’adaptation aux temps modernes n’a pas compromis l’authenticité du paysage culturel. Le dessin original peut être deviné dans les parcs les plus importants tels que Pena et Monserrate et dans certains jardins plus petits. Les monuments majeurs, comme le Palais de Pena, le Château des Maures, le Palais de Sintra, l’église de São Pedro, Penha Verde, la Cruz Alta, le Domaine de Regaleira et le Palais de Seteais, interagissent les uns avec les autres et avec le paysage ; ils ont été restaurés mais conservent leur authenticité. De même, les bâtiments agricoles encore en activité présentent un état satisfaisant, car ils n’ont subi que des changements insignifiants qui ne mettent pas en péril l’authenticité de l’ensemble. L’atmosphère romantique qui s’est renforcée au fil du temps et les réminiscences de la période victorienne, ainsi que les allusions exotiques, sont toujours très présentes et peuvent être facilement décelées dans le paysage.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le paysage culturel de Sintra fait partie du Parc national naturel de Sintra-Cascais et est protégé par la législation nationale depuis 1994. On trouve dans son périmètre de nombreux bâtiments classés monuments nationaux – le plus haut niveau de protection juridique – ou des bâtiments d’intérêt public, qui sont tous protégés par la législation portugaise spécifique introduite par le ministère de la Culture. L’ensemble du bien du patrimoine mondial est également classé Monument national. Parques de Sintra Monte da Lua S.A. (PSML) est le gestionnaire responsable du bien du patrimoine mondial et de certaines parties de la zone tampon. Il représente un certain nombre des parties concernées, telles que la Direction générale du patrimoine culturel, l’Agence portugaise de tourisme, la Municipalité de Sintra et l’Institut pour la conservation de la nature. Ses experts techniques sont chargés de la réhabilitation du patrimoine. Au cours des cinq dernières années, ce groupement a créé de nouvelles installations culturelles comme le Musée des sciences et réhabilité plus de cent bâtiments dans le centre historique de Sintra. Les derniers travaux de restauration ont eu lieu au Palais de Monserrate et au Chalet da Condessa d’Edla. Un personnel professionnel qualifié assure la préservation des espèces existantes. Les zones forestières sont nettoyées chaque année afin d’éviter les incendies pendant la saison chaude. Le PSML est chargé de la surveillance et du nettoyage réguliers de la forêt, de la reconstruction des murs, de la vigilance incendie, de la mise en valeur des parcs et jardins, et des activités promotionnelles destinées à la population locale. Le groupement encourage les activités éducatives ; il enregistre l’augmentation du nombre des visiteurs, les recettes et le contrôle des risques, et limite les impacts négatifs de la spéculation urbaine.

Activités (1)