English Français
Aidez maintenant !

Peintures rupestres de la Sierra de San Francisco

Rock Paintings of the Sierra de San Francisco

From c. 100 B.C. to A.D. 1300, the Sierra de San Francisco (in the El Vizcaino reserve, in Baja California) was home to a people who have now disappeared but who left one of the most outstanding collections of rock paintings in the world. They are remarkably well-preserved because of the dry climate and the inaccessibility of the site. Showing human figures and many animal species and illustrating the relationship between humans and their environment, the paintings reveal a highly sophisticated culture. Their composition and size, as well as the precision of the outlines and the variety of colours, but especially the number of sites, make this an impressive testimony to a unique artistic tradition.

Peintures rupestres de la Sierra de San Francisco

Dans la réserve d'El Vizcaíno, en Basse-Californie, la Sierra de San Francisco a abrité, depuis 100 av. J.-C. jusqu'à 1300 apr. J.-C., un peuple aujourd'hui disparu, qui a laissé un des plus beaux et des plus importants ensembles de peintures rupestres du monde. Celles-ci, remarquablement conservées en raison du climat sec et des difficultés d'accès, représentent des êtres humains et de nombreuses espèces animales. Elles reflètent la relation entre l'homme et son environnement et constituent l'expression la plus raffinée de la culture de ce peuple. La composition et la dimension des peintures, ainsi que la précision des tracés et la variété des couleurs, mais surtout le nombre de sites, font de ce travail artistique un témoin exceptionnel d'une tradition unique.

الرسوم على الصخور في سييرا دي سان فرانسيسكو

في محمية ال فيسكايينو في ولاية باجا كاليفورنيا، حضنت سييرا دي سان فرانسيسكو منذ العام 100 ق.م. حتى العام 1300 م.، شعبًا اختفى اليوم لكنه ترك مجموعةً من أجمل الرسوم على الصخور وأهمها في العالم. وتتمّ المحافظة على هذه المجموعة خوفًا من المناخ الجاف وصعوبة الوصول اليها. وهي تمثل الكائنات البشرية وفصائل عديدة من الحيوانات. كما تعكس العلاقة بين الانسان وبيئته وتشكل التعابير الأكثر دقةً لثقافة هذا الشعب. ان تكوين هذه الرسوم وحجمها، بالاضافة إلى دقة الرسمات وتنوّع الالوان وبخاصة عدد المواقع، جعلت من هذا العمل الفني شاهداً فريدًا على هذا التقليد الفريد.

source: UNESCO/ERI

圣弗兰西斯科山脉岩画

大约在公元前100年到公元1300年间,曾有一个民族居住在位于下加利福尼亚半岛埃尔比斯开诺保护区内的圣弗兰西斯科山中,尽管这个民族现在已经消亡了,但他们却给我们留下了世界上最著名的岩画之一。由于当地气候干燥,而且地理位置几乎与世隔绝,所以这些岩画被完整地保留了下来。这些岩画上描绘着人类和许多种动物,展示了人类与环境的关系,这些作品显示出当时这个民族已经拥有了高度发达的文化。这些岩画的内容、大小、准确的轮廓和丰富的色彩,特别是岩画的数量,都使得该遗址成为这个独一无二传统的最好见证。

source: UNESCO/ERI

Наскальная живопись в горах Сьерра-де-Сан-Франсиско

В период с 100 г. до н.э. по 1300 г. н.э. горы Сьерра-де-Сан-Франсиско (в резервате Эль-Вискаино в Нижней Калифорнии) являлись районом расселения народа, который ныне уже исчез, но оставил одну из самых замечательных в мире коллекций наскальных росписей. Они удивительно хорошо сохранились благодаря сухому климату и недоступности этого места. Изображая фигуры людей и животных и отражая взаимоотношения человека с окружающей его средой, эти изображения принадлежат весьма развитой культуре. Их композиция и размеры, также как четкость линий и многообразие цветов, их обилие придают данному объекту особенную художественную ценность.

source: UNESCO/ERI

Pinturas rupestres de la Sierra de San Francisco

Situada en la reserva de El Vizcaíno (Baja California), la sierra de San Francisco fue entre el siglo I a.C. y el siglo XIV d.C. el lugar de asentamiento de un pueblo, hoy desaparecido, que nos ha legado uno de los conjuntos más notables de pinturas rupestres del mundo. Mantenidos en un admirable estado de conservación gracias a la sequedad del clima y el difícil acceso del sitio, estos conjuntos representan seres humanos y numerosas especies animales, así como la relación del hombre con su entorno. Exponentes de una cultura sumamente refinada, las pinturas constituyen por su composición, dimensiones, precisión de trazos, variedad de colores y, sobre todo, por su abundancia, un testimonio excepcional de una tradición artística única en su género.

source: UNESCO/ERI

サンフランシスコ山地の岩絵群

source: NFUAJ

Rotsschilderingen van de Sierra de San Francisco

De Sierra de San Francisco ligt in het El Vizcaino reservaat op Baja California. Van 100 voor tot 1300 na Christus was dit gebied de thuisbasis van een volk dat nu verdwenen is, maar wel een van de meest opmerkelijke verzamelingen rotsschilderingen ter wereld heeft nagelaten. De rotskunst is opmerkelijk goed bewaard gebleven dankzij het droge klimaat en de ontoegankelijkheid van het gebied. Ze getuigen van een hoogontwikkelde cultuur en tonen menselijke figuren, diersoorten in hun omgeving en de manier waarop men omging met de natuur. De rotsschilderingen zijn uniek en artistiek vanwege hun compositie en grootte, de precisie van de schetsen en de verscheidenheid van kleuren.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Peintures rupestres de la Sierra de San Francisco © Netzai
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

La partie centrale de la péninsule de Basse Californie est la région du Mexique qui concentre l'un des ensembles les plus extraordinaires de l'art rupestre du pays, les Peintures rupestres de la Sierra de San Francisco. La région est isolée et a maintenu les peuples autochtones relativement à l’abri des influences continentales, ce qui a permis le développement d'un complexe culturel local. L'une des caractéristiques les plus importantes de la préhistoire péninsulaire est la production de masse d’art rupestre depuis l'Antiquité et le développement d’une tradition d'art rupestre intitulée « la grande peinture murale ».

La Sierra de San Francisco est la chaîne de montagnes qui abrite la plus forte concentration d’œuvres d’art rupestre préhistorique de grande peinture murale les mieux préservées et les plus spectaculaires du monde. Des centaines d’abris rocheux  et des panneaux parfois immenses,  avec des centaines, voire des milliers de motifs peints de couleurs vives, s’y trouvent dans un bon état de conservation. Le style est essentiellement réaliste et dominé par des représentations d’êtres  humains  et d’espèces de faune marine  et terrestre, peints en rouge, noir, blanc et jaune, qui illustrent la relation entre les humains et leur environnement et révèlent une culture très sophistiquée. Les peintures se trouvent à la fois sur les murs et sur les plafonds des abris rocheux nichés dans les versants de ravins difficiles d'accès. Les peintures de la région de San Francisco sont divisées en quatre groupes principaux - Guadalupe, Santa Teresa, San Gregorio et Cerritos. Les sites les plus importants sont Cueva del Batequì, Cueva de la Navidad, Cerro de Santa Marta, Cueva de la Soledad, Cueva de las Flechas et Grutas del Brinco.
Le paysage de la région est un autre trait remarquable, qui doit être appréhendé comme le vaste espace physique dans lequel, à travers l'art rupestre, se sont exprimés les premiers habitants chasseurs-cueilleurs qui y ont vécu  du Pléistocène terminal (10.000 ans av. J.-C.) jusqu'à l'arrivée des missionnaires jésuites à la fin du XVIIe siècle. Les traditions culturelles, dont les racines remontent au XVIIIe siècle, se sont maintenues et la Sierra a une importante valeur sociale dans le rôle que joue la culture dans la préservation des liens traditionnels entre les communautés de montagne, les Californiens du Sud et les Mexicains en général.

Critère (i): Les peintures rupestres  de la Sierra de San Francisco, région de Basse Californie, sont parmi les plus remarquables concentrations d’art préhistorique du monde; elles sont aussi un étonnant  exemple de très belles manifestations d’expression culturelle humain. 

Critère (iii): L’ensemble de la Sierra de San Francisco est une illustration d’un groupe culturel qui a vécu dans les conditions climatiques rudes de la péninsule de Basse Californie puis qui a rapidement disparu après avoir été en contact avec les colons européens, et ce pour diverses raisons. 

Intégrité

Les Peintures rupestres de la Sierra de San Francisco couvrent  une superficie de 183.956 ha, où plus de 400 sites ont été répertoriés, les plus importants d'entre eux, plus de 250, se trouvant dans la réserve, près de San Francisco et Mulege. Le bien inscrit présente un ensemble d'art rupestre remarquable qui justifie sa valeur universelle exceptionnelle. Les sites sont restés quasiment intacts  et en très bon état de conservation. L'intégrité des sites de peintures rupestres et de leurs abords est largement dû aux difficultés d’accès de  la zone et à la faible densité de population dans la région.
Authenticité

Les Peintures rupestres de la Sierra de San Francisco sont entièrement authentiques. Les projets limités de recherche et de conservation ont été minimes et n'ont pas affecté les matériaux, les formes et largement peu perturbé les sites.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Les Peintures rupestres de la Sierra de San Francisco sont protégés par la Loi fédérale de 1972 sur les monuments et zones artistiques, historiques et archéologiques et leur conservation est assurée par l'Institut national d'anthropologie et d'histoire (INAH). En outre, le bien est entièrement situé dans la Réserve de biosphère de Vizcaino, ce qui lui garantit une protection supplémentaire. Le plan de gestion est en vigueur depuis 1994 et s'est avéré une stratégie efficace pour l’administration des ressources culturelles du bien. Ce plan met l'accent sur l'importance de définir la signification de ce patrimoine, de sorte que toutes les stratégies de gestion  visent au maintien des valeurs qui en font l’importance. Une autre caractéristique clé  est l'implication totale de tous les groupes qui ont un intérêt dans la zone concernée. Le plan de gestion met l'accent sur des questions telles que l'atténuation de l'impact des visiteurs sur les sites, le contrôle et la surveillance de l'accès. Certaines mesures ont porté sur l'installation d'infrastructures provisoires dans sept des sites de peintures rupestres les plus visités et la définition de voies d'accès autorisées, de zones ouvertes au public ou restreintes, et de quatre niveaux d'accès pour les touristes. Ce système permet aux visiteurs de découvrir un large éventail de sites et en même temps de protéger la majorité de ceux qui sont très bien conservés. Ainsi, les sites les plus populaires sont restés ouverts dans le cadre du présent plan de gestion. Certaines menaces demeurent qui doivent être prises en compte, comme celles engendrées par  des projets de construction de routes dans la zone protégée qui mettraient en péril l'intégrité et l’équilibre entre le paysage et les sites d'art rupestre.

Les objectifs de gestion à  moyen et à  long terme incluent  l'obtention d'une protection juridique supplémentaire par le biais de la déclaration présidentielle de la zone; la création de  postes de garde permanents pour améliorer la surveillance, le renforcement  de la structure administrative et technique de l’Unité d’information de la Sierra de San Francisco, située dans la ville de San Ignacio, le renforcement des capacités des gardiens et des guides et l'amélioration d’infrastructures à faible impact.

Description longue
[Uniquement en anglais]

The Sierra de San Francisco region contains the most important concentration of pre-Hispanic rock art in the Baja California peninsula. It is of exceptional quality at both the national and the international scale, for its high quality, its extent, the variety and originality of human and animal representations, its remarkable colours, and its excellent state of preservation.

The prehistoric rock art of the region was first reported by the Jesuit Francisco Javier Clavijero in a publication in Rome in 1789. Further studies were carried out by the Dutch scholar ten Kate in 1874 and the French scholar Diguet (1889-1905). In the present century investigations have been carried out by Georges Enguerrand, Barbro Dahlgren, Stanley Gardner, Harry Crosby and Javier Romero. Some 400 sites have so far been registered, the most important of them within the reserve, near San Francisco and Mulege, over 250 in all.

The most highly developed pre-Hispanic group in the region was that of the Guachimis, whose territory extended from San Javier and La Purisima in the south of the reserve to the extreme northern end of the Baja California peninsula. Little is known about this group, apart from the fact that they came from further north.

The paintings are found on both the walls and roofs of rock shelters in the sides of ravines that are difficult of access. Those in the San Francisco area are divided into four main groups - Guadalupe, Santa Teresa, San Gregorio and Cerritos. The most important sites are Cueva del Batequì, Cueva de la Navidad, Cerro de Santa Marta, Cueva de la Soledad, Cueva de las Flechas and Grutas del Brinco.

The motifs are very varied, and include people (men, women and children) and many animal species, including rabbit, puma, lynx, deer, wild goat/sheep, whale, turtle, tuna, sardine, octopus, eagle and pelican; there are also abstract elements of various forms. The frequent depiction of weapons, in association with both human and animal figures, testifies to hunting and warfare. The range of colours covers the entire spectrum, as do the representational techniques used (flat colour, silhouette, shading, etc.). This rock art has been the subject of detailed analysis in recent years, resulting in important insights being gained into the social and religious organization of the prehistoric peoples of the area as well as their dietary habits. Obsidian dating of associated objects from excavated deposits shows them to vary in age from 1100 BC to AD 1300, and close analogies have been observed between this corpus of rock art and that from the south-west of the modern United States.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

L'art rupestre préhistorique de la Sierra de San Francisco a été signalé la première fois par le jésuite Francisco Javier Clavijero dans une publication adressée à Rome en 1789. Des études plus approfondies ont été entreprises par l'érudit néerlandais Ten Kate en 1874 et par le français Diguet (1889-1905). Les recherches menées au cours de notre siècle sont 1 'oeuvre de Georges Enguerrand, Barbro Dahlgren, Stanley Gardner, Harry Crosby et Javier Ramera. Quelques 400 sites ont été répertoriés par 1' Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH). Le plus grand nombre d'entre eux (250) sont situés dans les limites de la réserve près de San Francisco et Mulege.

Les Guatchimis constituaient le groupe préhispanique le plus développé dans la région ; leur territoire s'étendait de San Javier et la Purisima au Sud de la réserve jusqu'à l'extrême nord de la péninsule de Basse Californie. Il existe peu d'informations sur ce groupe, si ce n'est qu•ils étaient venus du nord.

Source : évaluation des Organisations consultatives