jump to the content

Haut Svaneti

Upper Svaneti

Preserved by its long isolation, the Upper Svaneti region of the Caucasus is an exceptional example of mountain scenery with medieval-type villages and tower-houses. The village of Chazhashi still has more than 200 of these very unusual houses, which were used both as dwellings and as defence posts against the invaders who plagued the region.

Haut Svaneti

Préservée par un long isolement, la région du Haut Svaneti, dans le Caucase, offre l'image exceptionnelle d'un paysage de montagne aux villages d'apparence médiévale, toujours dominés par leurs tours-maisons. Le village de Chazhashi compte encore plus de deux cents de ces constructions très originales destinées en même temps à l'habitation et à la défense contre les envahisseurs qui menaçaient la région.

منطقة سفانيتي العليا

تعكس منطقة سفانيتي العليا، في القوقاز، والتي تمّ الحفاظ عليها بفضل عزلة طويلة، صورةً استثنائية لصورة جبل لا تزال فيه القرى على أشكالها خلال القرون الوسطى، ولا تزال البيوت-الأبراج فيها تسيطر على هندستها. قرية شزهاشي مثلا، تضمّ أكثر من مائتين من هذه الإنشاءات التي تتّسم بغاية من الابتكار والمخصّصة في آن للسكن وللدفاع ضد الغزاة الذين كانوا يهددون المنطقة.

source: UNESCO/ERI

上斯瓦涅季

高加索的上斯瓦涅季是一处有典型中世纪村落和塔状房屋的山地景区,由于长期与世隔绝而得以保存。恰扎西村庄(village of Chazhashi)至今还有200处这种房屋保持原貌,这些房屋既是当时人们的住所,也是防御当时该地区入侵者的哨所。

source: UNESCO/ERI

Верхняя Сванетия

Этот район Кавказа, сохранившийся благодаря своему изолированному местоположению , демонстрирует уникальное сочетание высокогорного пейзажа и деревень, сберегших свой средневековый облик. В местных селениях сохранилось множество необычных строений – это каменные дома-башни, которые использовались одновременно как жилье и как сторожевые посты для защиты от частых вторжений.

source: UNESCO/ERI

Alto Svaneti

Preservada gracias a su prolongado aislamiento, la región caucasiana del Alto Svaneti posee un paisaje de montaña excepcional y numerosas aldeas características de la Edad Media con casas fuertes provistas de torres. La aldea de Chazhashi cuenta todavía con más de doscientas de estas edificaciones originales, destinadas a servir de viviendas y de fuertes para defenderse contra los invasores que amenazaban la región.

source: UNESCO/ERI

アッパー・スヴァネティ

source: NFUAJ

Boven-Svaneti

De Boven-Svaneti regio van de Kaukasus is intact gebleven door langdurige isolatie. Het is een uitzonderlijk voorbeeld van een berglandschap met middeleeuwse dorpen en torenhuizen. Het dorp Chazhashi heeft nog steeds meer dan 200 van deze ongewone huizen, die werden gebruikt als woningen en als verdedigingsposten tegen de indringers die de regio lastigvielen. Het karakteristieke landschap van Boven-Svaneti wordt gevormd door kleine dorpjes op berghellingen, in een natuurlijke omgeving van kloven en alpine valleien, tegen een achtergrond van met sneeuw bedekte bergen. Het meest opvallende kenmerk hierbij is de overvloed aan torens in het gebied.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Vue générale © National Commission of Georgia for UNESCO
Justification d'inscription

Le Comité a décidé d'inscrire le bien proposé sur la base des critères culturels (iv) et (v), considérant que la région du Haut Svaneti constitue un paysage exceptionnel qui a su garder dans une étonnante proportion son apparence médiévale, remarquable par la distribution, la forme et l'architecture de ses villages.

Description longue

Le haut Svaneti est un paysage exceptionnel qui a remarquablement conservé son apparence médiévale ; ses différents habitats présentent une répartition, une forme et une architecture tout à fait uniques.

La plus ancienne référence au Svaneti se trouve dans l'œuvre de Strabon (66 av. J.-C.-24 apr. J.-C.), alors que cette région avait déjà une histoire ancienne et avait atteint un niveau culturel élevé. À partir du IVe  siècle apr. J.-C., c'était un État vassal du royaume de Lazika. Au cours du VIIIe  siècle, le royaume d'Abkhazie fut institué en Géorgie occidentale, mais il fut à son tour englobé dans le royaume uni de Géorgie, finalement consolidé par David III le Constructeur (1089-1125). Un fort mouvement se développa alors en faveur de l'indépendance des Svans, et les seigneurs féodaux choisirent souvent de se ranger aux côtés de forces opposées à l'État géorgien. Cela n'empêcha pas la croissance politique et économique de la Géorgie, qui s'étendit à la plus grande partie de la région située entre les mers Noire et Caspienne sous Georges II et sa fille Thamar, au cours des siècles suivants. Cette phase fut aussi celle d'un épanouissement culturel dont le Svaneti, célèbre pour ses écoles de métallurgie, de peinture, de sculpture sur bois et d'architecture, fut l'un des principaux centres. L'Église, qui était alors également riche et puissante, tira parti de ces talents : beaucoup d'églises du haut Svaneti remontent à cette période. Bien qu'elle n'ait pas été affectée par la catastrophique invasion mongole, la région s'est trouvée petit à petit isolée, ce dont son économie et sa culture pâtirent entre le XVe et le XVIIIe  siècle. Une partie du Svaneti fut écrasée par la princesse Dadeshkeliani au cours du XVe  siècle, mais le peuple du haut Svaneti réussit à préserver son indépendance à l'intérieur des terres, dans le cours supérieur de l'Inguri, avec Mestia comme capitale, jusqu'à l'arrivée des Russes au XIXe  siècle.

La région montagneuse du haut Svaneti occupe le cours supérieur du bassin de l'Inguri, entre les montagnes du Caucase et celles du Svaneti. Son paysage caractéristique consiste en petits villages dominés par leurs clochers d'églises et situés sur les pentes des montagnes, avec un environnement naturel de gorges et de vallées alpines sur un arrière-plan de montagnes couvertes de neige. Le trait le plus caractéristique des habitats est l'abondance des tours, notamment à Mestia et dans les villages de frontière, comme Ushguli et Latali. Ces tours ont habituellement de trois à cinq étages, et l'épaisseur de leurs murs décroît progressivement vers le haut, si bien qu'elles ont un profil élancé, légèrement pyramidal. Les maisons sont normalement construites sur deux niveaux ; le rez-de-chaussée forme une seule salle avec un foyer ouvert et un emplacement pour les hommes comme pour les animaux, isolés les uns des autres par une cloison en bois, souvent richement décorée. Un couloir latéral assurait l'isolation thermique de l'édifice. L'étage supérieur était utilisé par les hommes durant l'été, et servait aussi à ranger le fourrage et les outils. À ce niveau, une porte donnait accès à la tour qui était également reliée au corridor qui protégeait l'entrée.

Beaucoup de ces maisons-tours ont disparu, ou tombent aujourd'hui en ruine. Toutefois, le village de Chazhashi a été bien conservé, comme une réserve musée. Plus de 200 tours et de 400 maisons y ont été préservées. Le village se trouve au confluent de la rivière Noire et de l'Inguri, à un emplacement facile à défendre. Il est protégé par deux châteaux situés l'un plus haut, l'autre en contrebas. Le château inférieur possède une petite église connue sous le nom de Lashkdash ; une autre église, celle de Matskhvar, s'élève sur une colline voisine, et présente des peintures murales. Les maisons sont construites en blocs de pierre de dimensions irrégulières, avec parfois des applications d'ardoise locale insérée dans le mortier de chaux. Les églises du haut Svaneti sont généralement très petites et ne présentent pas de décor sculpté à l'extérieur. En revanche, leur intérieur est riche en peintures murales, portes sculptées, croix processionnelles ou d'autel et manuscrits enluminés. Elles ont été construites entre le IXe et le XVIIe  siècle, avec un apogée entre le Xe et le XIIe  siècle.

Son environnement naturel remarquable et l'unité de son architecture et de son paysage confèrent à cette région un intérêt qui lui est tout à fait propre. La richesse des arts monumentaux ou mineurs (travail du métal, illustration de manuscrits, textiles et broderie, sculpture sur bois, peinture d'icônes, anciennes formes de folklore musical et oral, architecture vernaculaire) est d'une importance extraordinaire pour l'histoire de l'art de la Géorgie et du Caucase. La peinture murale monumentale du Svaneti est essentielle pour comprendre les origines et le développement de l'art géorgien et chrétien oriental.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Les premières références au Svaneti se trouvent dans les oeuvres de Strabon (66 avant J.C. - 24 après J.C.) alors que cette région existait depuis plusieurs générations et qu'elle avait déjà acquis un niveau de culture élevé. A partir du 4ème siècle après J.C., elle était vassale du royaume de Lazika. Quand Lazika devint chrétienne en 523, les Svans firent de même mais les croyances et les rites païens subsistèrent.

Au Sème siècle, le royaume d'Abkhazie s'installa en Géorgie occidentale et fixa sa capitale à Kutaïssi ; il sera absorbé par le royaume de Géorgie unifiée, consolidé par David II le Constructeur (1089-1125). Un très fon mouvement en faveur de l'indépendance des Svans se développa et ses seigneurs féodaux choisirent souvent le camp des forces opposées à l'Etat Géorgien. Tout ceci ne ralentit pas la croissance politique et économique de la Géorgie qui, sous le règne de Georges II et plus tard de sa fille Thamar, s'étendit bientôt de la mer Noire à la mer Caspienne. Cette expansion territoriale s'accompagna d'un épanouissement culturel dont le Svaneti fut l'un des centres les plus actifs avec de très célèbres écoles de ferronnerie, de peinture, de sculpture en bois et d'architecture. Ces talents furent utilisés par l'Eglise qui était à cette époque riche et puissante. La majorité des églises du Svaneti datent de cette époque.

Bien que le Svaneti ne fut pas affecté par la terrible invasion des Mongols, la région se trouva de plus en plus isolée et de ce fait, son économie et sa culture déclinèrent entre le 15ème et le 18ème siècles. Une partie du Svaneti fut écrasée par la princesse Dadeshkeliani au 15ème siècle mais plus vers l'intérieur, vers l'amont de la rivière Inguri, les peuples du Haut Svaneti préservèrent leur indépendance avec Mestia comme capitale jusqu'à l'arrivée des Russes au 19ème siècle.

Source : évaluation des Organisations consultatives