English Français
Aidez maintenant !

Cathédrale de Roskilde

Roskilde Cathedral

Built in the 12th and 13th centuries, this was Scandinavia's first Gothic cathedral to be built of brick and it encouraged the spread of this style throughout northern Europe. It has been the mausoleum of the Danish royal family since the 15th century. Porches and side chapels were added up to the end of the 19th century. Thus it provides a clear overview of the development of European religious architecture.

Cathédrale de Roskilde

Élevée aux XIIe et XIIIe siècles, c'est la première cathédrale gothique scandinave construite en brique. Elle fut à l'origine de la diffusion de ce style dans toute l'Europe du Nord. Mausolée de la famille royale du Danemark depuis le XVe siècle, elle fut enrichie jusqu'à la fin du XIXe siècle de porches et de chapelles latérales. Elle offre ainsi aujourd'hui un résumé manifeste de l'évolution de l'architecture religieuse européenne.

كاتدرائية روزكيلد

شُيّدت الكاتدرائيّة بين القرنين الثاني والثالث عشر وهي أوّل كاتدرائيّة قوطيّة اسكاندينافيّة بُنيت من حجر القرميد. وكانت سابقة أدّت إلى انتشار هذا الطراز المعماري في أوروبا الشماليّة قاطبةً. وبما أنها كانت ضريح العائلة الملكيّة في الدانمارك منذ القرن الخامس عشر، بنيت فيها حتّى نهاية القرن التاسع عشر الشرفات والمصليات الجانبيّة. وهي تختصر اليوم تطوّر الهندسة المعماريّة الدينيّة الأوروبيّة.

source: UNESCO/ERI

罗斯基勒大教堂

这座教堂建于12和13世纪,是斯堪的纳维亚第一座砖砌的哥特式大教堂,也推动了此类建筑风格在北欧的传播。自15世纪起大教堂便成为丹麦皇家陵寝。其走廊和侧面的小礼拜堂是19世纪末才增建的,因而整个教堂清晰地展现了欧洲宗教建筑的发展历程。

source: UNESCO/ERI

Кафедральный собор в городе Роскилле

Построенный в XII-XIII вв., этот возведенный из кирпича первый готический кафедральный собор в Скандинавии послужил примером для распространения этого стиля по всей Северной Европе. С XV в. собор стал усыпальницей датского королевского семейства. В конце XIX в. к зданию собора были пристроены портики и боковые часовни. Все эти строения иллюстрируют ход развития европейской религиозной архитектуры.

source: UNESCO/ERI

Catedral de Roskilde

Levantada entre los siglos XII y XIII, Roskilde fue la primera catedral gótica de Escandinavia enteramente construida con ladrillo y su estilo arquitectónico se difundió posteriormente por todo el norte de Europa. Desde el siglo XV se convirtió en mausoleo de la familia real danesa y hasta finales del siglo XIX se le fueron añadiendo diversos porches y capillas laterales. Su edificio actual sintetiza claramente la evolución de la arquitectura religiosa europea a lo largo de ocho siglos.

source: UNESCO/ERI

ロスキレ大聖堂

source: NFUAJ

Kathedraal van Roskilde

De Kathedraal van Roskilde werd in de 12e en 13e eeuw gebouwd en was de eerste gotische kathedraal van Scandinavië gebouwd van baksteen. Dit moedigde de verspreiding van deze bouwstijl aan in heel Noord-Europa. De kathedraal is het mausoleum van de Deense koninklijke familie sinds de 15e eeuw. Portieken en zijkapellen werden toegevoegd tot aan de 19e eeuw, waardoor het gebouw een overzicht geeft van de ontwikkeling van de Europese religieuze architectuur. De kathedraal is altijd in gebruik geweest en heeft daardoor de nodige renovaties gekend. In de laat 19e eeuw werd het hele gebouw gerestaureerd en tussen 2006 en 2009 het dak en de torenspitsen.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Cathédrale de Roskilde en août © UNESCO
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

La cathédrale de Roskilde, sur l'île de Sjælland, est une vaste basilique en brique à vaisseaux, de style gothique, dotée de deux flèches et d'une galerie intérieure semi-circulaire. Située au sommet d'une petite colline dominant le fjord de Roskilde, la cathédrale est un monument très célèbre. Autour, dans son environnement, on discerne toujours la structure de la ville médiévale où subsistent certains bâtiments du Moyen Âge et plusieurs belles maisons des XVIIe et XVIIIe siècles.

Édifiée vers 1170, la structure originelle de la cathédrale était de style roman mais le plan a été modifié au milieu de la construction, sous l'influence du style gothique qui venait de faire son apparition en France. Au cours des siècles qui suivirent, des chapelles, porches et autres structures ont été ajoutés, chacun dans le style architectural de leur époque. La cathédrale est donc un condensé de l'histoire de l'architecture européenne dans un même édifice.

Comme on le constate dans la plupart des monuments de cette époque, la taille et la couleur des briques des murs extérieurs varient. Les murs intérieurs étaient nus à l'origine, mis à part les voûtes et les intrados des arcs qui étaient enduits. Plus tard, l'intérieur a été totalement recouvert de stuc poli jaune-gris et la majorité des riches peintures murales originales ont disparu.

Les monuments royaux de la cathédrale commémorent un ensemble exceptionnel de sépultures royales du Xe siècle à nos jours. À seulement une exception près, tous les rois et reines danois sont enterrés dans la cathédrale et leurs tombes montrent l'évolution de l'art funéraire monumental.

La cathédrale de Roskilde est un exemple exceptionnel des premières utilisations de la brique dans de grands édifices religieux d'Europe du Nord. En raison de l'ajout successif de chapelles et de porches destinés à commémorer la royauté danoise depuis le XVIe siècle, c'est aussi un exemple exceptionnel de l'évolution des styles architecturaux européens dans un même édifice.

Critère (ii) : La cathédrale de Roskilde est un exemple exceptionnel des premiers grands monuments ecclésiastiques construits en briques en Europe du Nord et elle a exercé une profonde influence dans toute la région sur la diffusion de la brique pour ce type d'édifice.

Critère (iv) : À la fois par sa forme et son environnement, la cathédrale de Roskilde est un exemple exceptionnel de cathédrale du Nord de l'Europe, particulièrement remarquable par la succession des styles architecturaux utilisés dans les chapelles et porches ancillaires ajoutés au cours des siècles pendant lesquels la cathédrale a servi de mausolée à la famille royale de Danemark.

Intégrité

La cathédrale et toutes les chapelles plus tardives font partie du bien. Un extension de la zone tampon est prévue et mettra en exergue les relations entre le monument et son environnement, ce qui renforcera par là-même son intégrité générale. Dans l'ensemble, cette association permettra de protéger tous les éléments significatifs afin de pouvoir exprimer totalement la valeur de la cathédrale dans son cadre.

Authenticité

Comme un grand nombre de bâtiments religieux qui ont été continuellement utilisés depuis leur construction, la cathédrale de Roskilde a fait l'objet de nombreux changements. Des chapelles antérieures ont été démolies pour permettre la construction de chapelles funéraires royales, et des incendies périodiques ont conduit à des restaurations et des reconstructions souvent accompagnées de modifications stylistiques notables. La plus importante restauration - entreprise par le roi Christian IVe au début du XVIIe siècle pour remédier à la dilapidation qui suivit la Réforme - a apporté des changements significatifs.

À la fin du XIXe siècle, la totalité du bâtiment a été restaurée. Les travaux ont été dirigés par le très compétent bedeau d'alors, en collaboration avec d'éminents architectes et historiens d'art de l'époque. De nouveaux travaux de rénovation du toit et des flèches ont eu lieu entre 2006 et 2009. Des travaux de restauration des chapelles sont effectués en permanence, dans un profond respect du projet architectural et des matériaux d'origine. L'importante documentation sur les travaux de restauration est conservée aux Archives de la Cathédrale, et aux Archives du Musée National.

Depuis le XVIe siècle, la cathédrale sert de mausolée à la famille royale du Danemark, les dernières funérailles ayant eu lieu en 2000.

Besoins en matière de protection et de gestion

La cathédrale est protégée par la Loi consolidée sur les églises et cimetières de 1992. Toute modification de cette loi doit être approuvée par les autorités diocésaines après consultation du Musée National et de l'Inspecteur royal des Monuments publics classés.

La plupart des bâtiments situés dans le cadre dépassant la zone tampon entourant la cathédrale sont protégés par la Loi sur la préservation des bâtiments. Toute modification de cette loi doit être approuvée par l'Agence du Patrimoine du Danemark.

Le Plan d'urbanisme régit les abords immédiats de la cathédrale en établissant des contrôles publics sur certains éléments comme les nouveaux immeubles, la circulation, l'éclairage, la signalisation et le pavage.

Pour renforcer la protection du cadre du bien, le Conseil municipal de Roskilde, en concertation avec l'Agence du Patrimoine du Danemark, prévoit une extension de la zone tampon et compte intégrer au Plan d'urbanisme une protection des perspectives visuelles.

La cathédrale de Roskilde doit revoir son plan de gestion en tant que bien du patrimoine mondial en 2010.

Description longue

La cathédrale de Roskilde est le plus ancien édifice ecclésiastique construit en brique au nord de l'Europe, et a exercé une influence importante sur le développement de cette technique de construction dans toute cette région. En plan comme en élévation, elle offre un remarquable exemple de cathédrale du nord de l'Europe, notamment en raison de la succession des styles architecturaux appliqués aux chapelles latérales et aux porches ajoutés au fil des siècles durant lesquels elle a servi de mausolée à la famille royale.

Le premier édifice ecclésiastique du site était une église en bois construite autour de 980 par le roi Harald Dent-Bleue. Elle fut remplacée plus tard par deux édifices en travertin construits respectivement en 1030 et en 1080. Vers le milieu du XIIe  siècle, la construction en brique fut introduite au Danemark par des artisans venus de Lombardie et l'évêque Absalon décida, vers 1170, de reconstruire sa cathédrale en recourant à ce nouveau matériau ; après sa mort, en 1191, son successeur, l'évêque Peter Suneson, poursuivit les travaux. La construction débuta en style roman ; toutefois, après que la moitié orientale eut été réalisée, le plan fut modifié sous l'influence du gothique. Le transept fut déplacé alors vers l'arrière et les tours prévues pour le chœur installées à l'extrémité ouest. Les travaux étaient pratiquement terminés vers 1275, à l'exception de la tour nord, qui ne fut terminée qu'à la fin du XIVe  siècle.

La cathédrale de Roskilde est une basilique à nefs de style gothique dotée d'un déambulatoire semi-circulaire. L'édifice est pour l'essentiel construit en brique, avec inclusion rare de grosses pierres à l'intérieur. Extérieurement, les murs reposent sur un socle formé de deux assises de blocs de granit ; l'intérieur présente une plinthe creuse chanfreinée faite du même matériau. Les traces d'un renforcement formé de poutres équarries en chêne confirment la date ancienne de l'édifice qui remonte manifestement à une époque où ses constructeurs ne maîtrisaient pas encore totalement les possibilités offertes par le nouveau matériau. À l'intérieur, les murs étaient nus à l'exception des voûtes et du sommet des arcades, qui étaient stuqués. La plus grande partie des riches peintures murales d'origine a disparu.

Le porche d'Oluf Mortensen, du nom de l'évêque du milieu du XVe  siècle qui le commandita, est l'un des plus beaux exemples d'architecture danoise en brique de style gothique ; stylistiquement, il se rattache à l'architecture en brique gothique du nord de l'Allemagne. Il présente notamment un élégant pignon de toiture et une partie inférieure de la façade du pignon asymétrique mais très bien équilibrée. Les briques utilisées en parement présentent une remarquable polychromie, qui témoigne de la maîtrise atteinte par les artisans qui les fabriquaient.

Au cours des siècles suivants, chapelles, porches et autres structures, qui dissimulent en partie la construction d'origine, furent édifiés autour de la cathédrale, d'abord par des évêques et des nobles, et plus tard par des membres de la famille royale : le chapitre, agrandi peu à peu du début du XIIe  siècle jusqu'à la fin du XVe  siècle, les chapelles Saint-André (1387) et Sainte-Brigitte (fin du XVe  siècle). Les rois y ajoutèrent la chapelle des Rois-Mages (Christian Ier  : 1460), la chapelle de Christian IV (début du XVIIe  siècle, à l'emplacement de deux chapelles antérieures) et la chapelle de Frédéric V (1772, en style néoclassique). Deux chapelles royales ont été construites au cours du XXe  siècle : celle de Christian IX (1924), et une chapelle construite un peu à l'écart (1985).

La chapelle des Rois-Mages, avec ses deux étages, a été terminée vers 1463 ; elle était à l'origine construite en brique vernissée, mais très peu de leur couverte s'est conservée. Le second étage, connu sous le nom de « salle des Chevaliers », renferme différentes sculptures importantes. Toutefois, son principal intérêt réside dans son riche cycle de peintures murales de la fin du Moyen Âge qui couvre entièrement murs et voûtes. La chapelle de Christian IV, dessinée comme chapelle funéraire pour le roi, fut la première addition postmédiévale apportée à la cathédrale. Elle est construite en style de la Renaissance hollandaise.

La chapelle de Frédéric V présente une salle centrale cruciforme reliée par une construction transversale à la nef sud de la cathédrale. La plus grande partie du mobilier médiéval de l'édifice a disparu lors de la Réforme, et presque tout le reste fut dispersé au cours d'une vente désastreuse, en 1806. Parmi ce qui subsiste, on note en particulier le retable, un chef-d'œuvre de l'art religieux hollandais datable vers 1560 ; ce triptyque, probablement fabriqué à Anvers, illustre des scènes de la vie du Christ. Les stalles des chanoines, de 1420, présentent une importance considérable du fait des peintures uniques qui les décorent

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

La première structure religieuse sur ce site fut une église en bois construite aux alentours de 980 par le roi Harald-Dent-Bleue. Celle-ci fut remplacée successivement par deux structures en travertin édifiées respectivement en 1030 et 1080.

Au milieu du 12ème siècle, les premières briques furent fabriquées au Danemark par des artisans venus de Lombardie. L'évêque Absalon décida vers 1170 de reconstruire sa cathédrale en utilisant ce matériau. Les travaux de construction se poursuivirent après la mort de l'évêque Absalon en 1191 sous la direction de son successeur Peder Suneson. La structure d'origine était de style roman et s'inspirait des églises d'Europe occidentale contemporaines, lieux de pèlerinages avec leurs trois vaisseaux. cependant, quand la première moitié du côté du levant fut construite, sous l'influence du style gothique qui venait de faire son apparition en France, le plan fut changé. Le transept fut repoussé vers l'arrière et les tours prévues au-dessus du chœur furent supprimées et déplacées à l'ouest. L'inspiration de ce plan gothique des premiers temps venait des cathédrales de Picardie et d'lie de France telles Noyon, sens, Laon, Arras, Tournai et Notre-Dame de Paris. Les travaux furent pratiquement terminés en 1275, exception faite de la tour nord Qui ne fut finie qu'à la fin du 14ème siècle.

Au cours des siècles qui suivirent, les chapelles, porches et autres structures furent construites aux alentours de la cathédrale à la demande tout d'abord de certains évêques et de quelques nobles et plus tard de la famille royale, et cachèrent partiellement la structure d'origine. Parmi ces constructions, la salle capitulaire qui fut agrandie régulièrement entre le 13ème et le 1Sème siècles, la chapelle Saint-André (1387), la chapelle Sainte-Brigitte (fin du 15ème siècle). Au nombre des ajouts de la famille royale de Danemark, on trouve la chapelle des Rois Mages (Christian 1er- 1460), la chapelle de Christian IV (début au 17ème siècle en remplacement de deux chapelles antérieures) et la chapelle de Frédéric V (1772 de style néo-classique). Deux chapelles royales supplémentaires furent édifiées au 20ème siècle : la chapelle de Christian IX (1924) et celle au "New Royal Ground" construite en 1985 un peu à l'écart.

Après la Réforme, la cathédrale cessa d'être entretenue. Dans les années 1630, Christian IV commença les travaux de restauration ; il fit ajouter des flèches au sommet des tours et modifia radicalement la conception au toit. Depuis lors, l'église n'a pas cessé d'être entretenue et elle fit l'Objet d'un important programme de restauration dans la seconde moitié au 19ème siècle.

Source : évaluation des Organisations consultatives