English Français
Aidez maintenant !

Monts Rwenzori

Rwenzori Mountains National Park

The Rwenzori Mountains National Park covers nearly 100,000 ha in western Uganda and comprises the main part of the Rwenzori mountain chain, which includes Africa's third highest peak (Mount Margherita: 5,109 m). The region's glaciers, waterfalls and lakes make it one of Africa's most beautiful alpine areas. The park has many natural habitats of endangered species and a rich and unusual flora comprising, among other species, the giant heather.

Monts Rwenzori

Couvrant près de 100 000 ha dans l'ouest de l'Ouganda, le parc comprend la majeure partie de la chaîne des Rwenzori, qui culmine à 5 109 m avec le mont Margherita, troisième sommet d'Afrique. C'est une région d'une grande beauté dont les glaciers, les cascades et les lacs offrent un cadre alpin sans égal en Afrique. Le parc contient d'importants habitats naturels d'espèces menacées et une flore particulière riche de nombreuses espèces, dont les bruyères géantes.

جبال رونزوري

يتضمن المنتزه الذي يغطي 100.000 هكتار في غرب اوغندا، المنطقة الاكبر من سلسلة جبال رونزوري التي تلتقي على علو 5109 م مع جبل مارغاريتا وهو ثالث أعلى قمة في أفريقيا. وتعتبر هذه المنطقة من أجمل المناطق حيث توفر جبال الجليد والشلالات والبحيرات إطارًا لا مثيل له في افريقيا. ويحتوي المنتزه على مساكنَ طبيعيّة مهمّة لفصائل مهدَّدة ولتشكيلة نباتات خاصة وغنية مؤلّفة من فصائل عديدة بينها الخلنج العملاق.

source: UNESCO/ERI

鲁文佐里山国家公园

鲁文佐里山国家公园位于乌干达西部,面积10万公顷,由鲁文索瑞山脉的主干构成,包括非洲的第三高峰(玛格丽塔峰,高5109米)。该地区的冰川、瀑布和湖泊使它成为非洲最美丽的山区之一。这一公园是许多濒危物种的自然栖息地,园中生长着许多珍稀植物,包括巨型石南花。

source: UNESCO/ERI

Национальный парк Рувензори-Маунтинс

Занимая территорию почти в 100 тыс. га на западе Уганды, этот парк включает значительную часть горного массива Рувензори. Здесь находится третья по высоте вершина Африки – Маргерита (5109 м). Благодаря наличию горных ледников, водопадов и озер, этот парк считается одним из самых живописных высокогорных районов на всем континенте. Парк дает убежище многим исчезающим видам, а его флора очень специфична, и включает, среди прочих видов, гигантский древовидный вереск.

source: UNESCO/ERI

Parque Nacional de los Montes Rwenzori

Situado en el oeste de Uganda, este parque de 100.000 hectáreas abarca la mayor parte del macizo montañoso de Rwenzori, que culmina a 5.109 metros de altura en la cumbre del pico Margarita, la tercera cima de África. Es un sitio de gran belleza, con glaciares, cascadas y lagos que forman un paisaje alpino sin parangón en el continente africano. El parque posee numerosos hábitats naturales donde viven animales en peligro de extinción, así como una flora rica y rara compuesta por múltiples especies, entre las que destaca el brezo gigante.

source: UNESCO/ERI

ルウェンゾリ山地国立公園

source: NFUAJ

Nationaal park Rwenzori Mountains

Het Nationaal Park Rwenzori Mountains beslaat bijna 100.000 hectare in het westen van Oeganda en omvat het grootste deel van de Rwenzori-bergketen. Deze keten bevat de op twee na hoogste berg van Afrika: Mount Margherita van 5.109 meter hoog. De gletsjers, watervallen en meren maken deze plek tot een van de mooiste berggebieden van Afrika. Het nationale park herbergt vele habitats van bedreigde diersoorten en kent een rijke en bijzondere flora. Zo zijn er 89 soorten vogels en 15 soorten vlinders. Een recente studie naar ongewervelde levensvormen vermeldt 60 soorten in de bergzone, waarvan er 25 nieuw waren voor de wetenschap.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
© Kim S. Gjerstad
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le parc national des Monts Rwenzori offre des vues spectaculaires de glaciers et de sommets enneigés à quelques kilomètres de l’équateur, où il jouxte le parc national des Virunga dans la République démocratique du Congo (RDC). Abritant le troisième sommet d’Afrique qui culmine à 5 109 m après le Kilimandjaro et le mont Kenya, le parc entretient une zone alpine beaucoup plus étendue que ces deux autres hauts reliefs, couvrant une superficie de 99 600 ha dont 70 % au-dessus de 2 500 mètres. Les Monts Rwenzori possèdent les sources les plus élevées et les plus permanentes du Nil, et constituent un bassin versant vital. La multitude de rapides, de magnifiques cascades et la végétation stratifiée confèrent au bien une beauté et un aspect exceptionnellement pittoresque. Les Rwenzori sont bien connus pour leur flore alpine unique qui comprend de nombreuses espèces endémiques du rift albertin dans les zones de plus haute altitude où se développent les bruyères géantes, le séneçon et les lobelias. Le parc fournit également aux communautés locales une diversité de ressources naturelles et constitue un important patrimoine culturel.

Critère (vii) : Les Monts Rwenzori sont les mythiques « Monts de la Lune », donnant l’image de montagnes enveloppées dans les brumes de ce massif accidenté qui culmine à près de 4 000 mètres au-dessus de la vallée du rift albertin, ce qui les rend visibles à très grande distance. Ces monts offrent un paysage unique et immaculé d’une végétation alpine dont les spécimens les plus remarquables sont les lobelias, les séneçons et autres bruyères géantes qui leur valent le qualificatif de « gros gibier botanique de l’Afrique ». Le panorama spectaculaire de pics enneigés, de glaciers, de vallées triangulaires, de rapides avec de magnifiques cascades, de lacs aux eaux claires et d’une flore unique contribue à la beauté naturelle exceptionnelle du site.

Critère (x) :En raison de leur gradient altitudinal, d’une température presque constante, du degré élevé d’humidité et d’ensoleillement, les Rwenzori possèdent la flore montagnarde la plus riche d’Afrique. On y trouve une exceptionnelle diversité d’espèces, dont beaucoup sont endémiques du rift albertin et d’une apparence étonnante. La végétation a été classée en cinq zones distinctes, largement définies selon leur altitude et leur aspect. Les zones de haute altitude, couvertes de bruyères et de landes afro-alpines, s’étendent à 3 500 m d’altitude jusqu’aux champs de neige et représentent les types de végétation les plus rares du continent africain. On y trouve notamment des bruyères géantes, des séneçons, des lobelias et autres espèces endémiques. Pour ce qui est de la faune, les Monts Rwenzori ont été déclarés ‘Zone importante pour la conservation des oiseaux’ avec 217 espèces d’oiseaux répertoriées à ce jour, nombre qui devrait augmenter d’autant que le parc bénéficie d’une surveillance accrue. La forêt montagnarde héberge aussi des espèces menacées comme l’éléphant de forêt d’Afrique, le chimpanzé oriental et le singe de L’Hoest. Le céphalophe à front noir ou ‘duiker’ rouge est une petite antilope de forêt menacée des Rwenzori,  considérée comme une sous-espèce très localisée, voire distincte, semble se limiter au parc.

Intégrité

Les problèmes auxquels est confronté le parc sont : l’utilisation qu’en fait la communauté (collecte de bambou), le développement du tourisme, la croissance démographique et les pratiques agricoles. Même si on relève un faible empiètement agricole grâce à la délimitation précise des frontières du parc, l’insécurité causée par les rebelles insurgés ces dernières années a affecté la gestion du site et encouragé les activités illégales, raison pour laquelle le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril de 1999 à 2004. L’augmentation de la population vivant autour du bien ajoute une pression sur les ressources forestières, bien que l’importance culturelle que les communautés locales attachent au parc ainsi que les avantages résultant de l’écotourisme et la réglementation de l’usage des ressources végétales sont conçues pour juguler cette menace. Les fonctions de bassin versant du fait que les limites du parc sont restées intactes ont renforcé sa capacité à servir de point principal d’approvisionnement en eau à usage domestique et industriel pour la région. L’intégrité du bien se trouve renforcée de par sa contiguïté avec le parc national desVirunga en RDC qui donne une possibilité en termes de flux génétiques et de zones tampons.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Le Parc national des Monts Rwenzori est géré par l’Uganda Wildlife Authority (UWA, UWA a succédé à Uganda National Parks (UNP) qui était l’organe de gestion lors de l’inscription du bien au patrimoine mondial) selon les dispositions prévues dans les lois nationales (Constitution (1995), Uganda Wildlife Act (2000), National Environment Management Act (2000), Forest & Tree planting Act (2003), Local Government Act (1987), Land Act (1989) et les conventions internationales (Convention sur la diversité biologique, 1992 (CDB), Convention sur le commerce international  des espèces de faune et de flore sauvages menaces d’extinction (CITES), Convention de Ramsar (1971) et Convention du patrimoine mondial (1972).Il a été classé en 1991 en vertu de l’instrument statutaire numéro 3 en 1992 et de la loi de 1952 sur les Parcs nationaux. Il est considéré comme un modèle d’intégration des valeurs culturelles dans le cadre de la gestion des aires protégées en tant qu’approche novatrice en matière de gestion des ressources, le premier du genre en Afrique.  Cela a amené les communautés locales à collaborer aux initiatives de gestion des ressources. Compte tenu de son importance en tant que centre de biodiversité du rift albertin, plusieurs ONG locales et internationales ont apporté leur soutien à la gestion et la conservation du bien. Un plan de gestion global guide les opérations menées sur le terrain. Les principales menaces à contenir sont : l’abattage illégal des arbres, la fonte des neiges due au réchauffement de la planète, la pression démographique adjacente au bien et le traitement des déchets qui résulte des activités touristiques. L’UWA s’efforce de réduire ces menaces à travers la protection des ressources, l’éducation de la communauté en matière de conservation, la recherche et le suivi régulier des équipes de rangers, l’écotourisme et les initiatives transfrontalières avec la RDC. Le maintien à long terme de l’intégrité du bien sera réalisé grâce au financement durable, au suivi écologique, à la collaboration continue avec les acteurs clés etàlacoopération régionale.

Description longue
[Uniquement en anglais]

Covering an area of 99,600 ha, 70% of which exceeds an altitude of 2,500 m, the Rwenzori mountains comprise an extremely steep and rugged mountain range which includes three mountains: Albert, Alexandra and Africa's third highest peak, Margherita (5,109 m). The highest reaches of the mountains are covered by snow fields and glaciers which provide a permanent source of water for the surrounding areas. In the east, the park is contiguous with the Part National des Virunga in the Democratic Republic of the Congo.

The mountains consist of ancient rocks which were extruded from the surrounding plains during the formation of the western rift valley. These Precambrian rocks have produced soils of low fertility, except on parts of the northern ridge where volcanic ash from the Fort Portal plateau was deposited.

The Rwenzori are well known for their unusual flora, which includes many species endemic to the Albertine Rift in the higher-altitude zones. Most significant are the giant heathers, ground-sells, ericas and lobelias of the tree heath and alpine zones. Vegetation depends largely on altitude, with five major zones being distinguishable: a broken montane forest zone occurs below 2,400m; a bamboo forest zone occurs (in pure stands in many places) up to an altitude of 3,000 m; a tree heath vegetation zone of giant heathers, frequently over 10m in height, extends up to 3,800m at the same altitude, although on better soils, a tangled undergrowth punctuated by a mixture of small trees predominates; and an Afro-alpine moorland zone upwards to 4,400m.

The park contains 89 species of bird, 4 species of diurnal primate, and 15 species of butterfly. Although none of these are unique to the Rwenzori, many are endemic to the Albertine Rift region, and a high level of subspecific endemism occurs, including the Rwenzori colobus monkey, hyrax and leopard. A recent study of invertebrate life forms listed 60 species in the alpine zone, 25 of which were new to science. This is indicative of a much more extensive fauna waiting to be discovered. Although low in number, the following globally threatened animals still occur in the Rwenzori: elephant, common chimpanzee and I'Hoests monkey.

The Rwenzori Mountains are the homelands of the Bakonjo and Baamba peoples. The Bakonjo are a Bantu-speaking people who have lived on the mountain for many generations, and whose culture is adapted to the steep slopes and climate of Rwenzori.

In 1910, the colonially imposed political boundary between the Democratic Republic of the Congo and Uganda divided the Bakonjo, Baamba and the related Banande people of the Congolese sector, who have never fitted comfortably into this artificial division. The Rwenzori area is home to some 300,000 Bakonjo people. No people currently live within the park, although cultivation is evident in many places up to its border. Traditional uses of forest resources were permitted under the former Forest Reserve designation, including the extraction of building materials, fibres, firewood and medicinal plants. These activities have mainly been carried out on a sustainable basis, and new agreements have been made respecting these harvesting rights. Illegal hunting of small game no longer continues, possibly due to a decline in animal populations. In the 1960s coffee, mountaineering and the Kalimbe mine brought prosperity and improved health services and infrastructure to the region. However, apart from agriculture, the park is the main source of income for the local communities.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique
[Uniquement en anglais]

All terrain above 2,200m (7,OOOft) was gazetted as a forest reserve in 1941 (Forest Act, 1947 ammended 19641, although from the outset there were calls for it to be gazetted as a national park. This occurred in 1991 (Statutory Instrument No.3, 1992, National Parks Act, 1952) along with the creation of two other mountain national parks in Uganda: Bwindi Impenetrable and Mgahinga Gorilla.

Source : évaluation des Organisations consultatives