English Français
Aidez maintenant !

Forêt impénétrable de Bwindi

Bwindi Impenetrable National Park

Located in south-western Uganda, at the junction of the plain and mountain forests, Bwindi Park covers 32,000 ha and is known for its exceptional biodiversity, with more than 160 species of trees and over 100 species of ferns. Many types of birds and butterflies can also be found there, as well as many endangered species, including the mountain gorilla.

Forêt impénétrable de Bwindi

Situé dans le sud-ouest de l'Ouganda, à la jonction des forêts de plaine et de montagne, le parc de Bwindi s'étend sur plus de 32 000 ha et présente une très riche biodiversité avec plus de 160 espèces d'arbres et plus de 100 espèces de fougères. Il abrite également de nombreuses espèces d'oiseaux et de papillons, ainsi que plusieurs espèces menacées, dont le gorille de montagne.

الغابة العذراء بويندي

يقع منتزه بويندي في جنوب غرب اوغاندا عند ملتقى غابات السهل والجبل. وهو يمتد على اكثر من 32000 هكتار ويوفر تنوعًا بيولوجيًا غنيًا جداً يتألف من اكثر من 160 نوعًا من الاشجار واكثر من 100 نوع من السرخسيات. كما يأوي أيضًا العديد من فصائل العصافير والفراشات، بالاضافة الى عدة فصائل مهددة منها غوريلا الجبل.

source: UNESCO/ERI

布恩迪难以穿越的国家公园

布恩迪国家公园位于乌干达的西南部,处于平原和山区森林的交汇处,占地32 000公顷,以生物的多样性而闻名,它拥有160多种树木和100多种蕨类植物,这里是多种的鸟类和蝴蝶的栖息地,还生活着许多濒危物种,包括山地猩猩。  

source: UNESCO/ERI

Национальный парк Бвинди-Импенитрейбл («Непроходимый лес Бвинди»)

Расположенный в юго-западной части Уганды в переходной зоне между равнинами и горными лесами, Бвинди-Импенитрейбл занимает площадь 32 тыс.га. Парк известен благодаря исключительно высокому биоразнообразию. Здесь произрастает более 160 видов деревьев и свыше 100 видов папоротников, обитает множество птиц и бабочек, отмечено много редких и исчезающих редких видов, включая горную гориллу.

source: UNESCO/ERI

Bosque impenetrable de Bwindi

Situado al sudoeste de Uganda, en el punto de convergencia de los bosques de planicie y de montaña, el parque de Bwindi tiene una superficie de 32.000 hectáreas y es reputado por su rica biodiversidad. Posee 160 especies de árboles y más de 100 clases de helechos, numerosos tipos de pájaros y mariposas, y varias especies animales en peligro de extinción como el gorila de montaña.

source: UNESCO/ERI

ブウィンディ原生国立公園

source: NFUAJ

Nationaal Park Bwindi Impenetrable

Bwindi ligt in het zuidwesten van Oeganda, op de kruising van de vlakte en de bergbossen. Het Nationale park beslaat 32.000 hectare en staat bekend om zijn uitzonderlijke biodiversiteit, met meer dan 160 soorten bomen en meer dan 100 soorten varens. Verder zijn er veel vogel- en vlindersoorten te vinden, evenals vele bedreigde soorten, waaronder de berggorilla. Het park is een model voor het land - en mogelijk ook voor de hele Oost-Afrikaanse regio - vanwege integratie van duurzaam beheer van hulpbronnen. Er is echter nog steeds behoefte aan een betere bescherming van primaten op lange termijn.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Forêt impénétrable de Bwindi © Ron Van Oers
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le parc national de la forêt impénétrable de Bwindi, qui s’étend sur 32 092 ha, est l’un des plus vastes sites d’Afrique de l’Est ayant encore une forêt de plaine afro-montagnarde qui pénètre jusqu’à l’intérieur de la ceinture de forêt montagnarde. Situé sur la frange orientale de la vallée du rift albertin et considéré comme un refuge du Pléistocène, le bien est un centre de biodiversité où se développe sans doute le plus grand nombre d’espèces d’arbres à une telle altitude en Afrique de l’Est. Il abrite aussi une faune d’une grande richesse parmi laquelle figure un certain nombre de papillons endémiques et un des plus riches assemblages de mammifères en Afrique. Hébergeant près de la moitié de la population mondiale de gorilles de montagne, le bien représente une ligne de front de la conservation en tant que forêt isolée d’une exceptionnelle richesse biologique entourée d’un paysage agricole qui alimente une des plus fortes densités de population rurale d’Afrique tropicale. Les bénéfices obtenus au plan local grâce au gorille de montagne et autres formes d’écotourisme sont éventuellement le seul espoir de conservation future de ce site unique.

Critère (vii) : En tant que site clé pour la biodiversité du continent, la richesse des espèces présentes sur ce site, reconnue également au titre du critère (x) ci-dessous, peut être considéré comme un phénomène naturel éminemment remarquable.

Critère (x) :De par ses habitats diversifiés répartis entre 1 160 m à 2 706 m d’altitude, son emplacement à l’intersection des zones écologiques du rift albertin, du bassin du Congo et de l’Afrique de l’Est, et son rôle probable de refuge du Pléistocène, Bwindi est le site le plus important d’Ouganda pour les espèces en raison d’une exceptionnelle diversité qui comprend de nombreux endémismes propres au rift albertin. Cette forêt apparaît comme la seule survivance d’une très vaste couverture forestière qui s’étendait jadis dans une grande partie de l’Ouganda occidental, du Rwanda, du Burundi et de l’est de la République démocratique du Congo (RDC). Le bien possède la plus grande diversité d’espèces d’arbres (plus de 200 espèces dont 10 endémiques) et de fougères (quelque 104 espèces) d’Afrique de l’Est, et est sans doute la plus importante forêt africaine pour les papillons de forêt de montagne avec 202 espèces (84 % de la totalité du pays), dont huit endémismes albertins. La forêt est particulièrement remarquable en tant qu’habitat de près de la moitié de la population de gorilles de montagne (environ 340) fortement menacée. Avec plus de 347 espèces d’oiseaux de forêt répertoriées dans le parc,sur les 78 espèces d’oiseaux de forêt montagnarde de la région du rift albertin au moins 70 sont présentes dans la forêt, et 22 des 36 endémismes. De manière générale, Bwindi abrite de nombreuses espèces menacées au plan mondial, tels les grands mammifères : le gorille de montagne, le chimpanzé, le cercopithèque de L’Hoest et l’éléphant d’Afrique ; des oiseaux, comme l’eurylaime de Grauer, la bouscarle de Grauer, Eremomela turneri, le gobe-mouche de Chapin et Cryptospiza shelleyi ; et des papillons, notamment le machaon géant d’Afrique et Papilio leucotaenia.

Intégrité

Le bien est un oasis forestier situé dans l’une des zones rurales les plus densément peuplées du pays avec plus de 350 personnes au km2. Cela veut dire qu’il n’y a aucune possibilité d’aménager une zone tampon en bordure de forêt en dehors des 4 km2 donnés par les communautés à l’extrémité sud du parc afin de sauvegarder le site. Il est reconnu que la dimension du site est réduite et que le tracé de ses limites n’est pas idéal, car la proportion de la zone de délimitation est élevée et la surface du parc/contact de la population exige une gestion intensive. Il y a plusieurs corridors étroits entre les différents secteurs qui vont créer des difficultés pour le déplacement des animaux sauvages. Du fait des troubles humains et de l’éclaircissement de la végétation, il n’y a pas grand chose à faire pour élargir la zone autour de ces constrictions.

Le périmètre du parc est clairement délimité par des plantations d’arbres et des poteaux en ciment qui servent de marqueurs dans les secteurs où les cours d’eau ne constituent pas  de démarcation. Cette délimitation clairement indiquée a pratiquement mis fin à l’empiètement des communautés locales, bien qu’avec l’accroissement de la population, l’empiètement agricole reste une menace potentielle. Toutefois, les programmes de participation communautaire ont permis aux communautés voisines de tirer divers profits de l’écotourisme et de l’usage réglementé des ressources végétales qui contribuent largement à améliorer leurs moyens de subsistance. Il n’y a aucune activité commerciale à l’intérieur du bien autre que l’écotourisme. Bwindi partage une frontière commune avec la petite forêt protégée (environ 900 ha) de Sarambwe en RDC où s’introduisent parfois les gorilles et d’autres espèces. Cela amène une possibilité de dispersion de population et de flux génétique, et un moyen de collaboration internationale à la conservation de la flore et de la faune endémiques et menacées de la région.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Géré par l’Uganda Wildlife Authority (UWA, UWA a remplacé Uganda National Parks (UNP) qui était l’autorité de gestion du bien lors de la désignation), Bwindi est protégé selon les dispositions de diverses lois nationales (La Constitution (1995), Uganda Wildlife Act Cap 200 de 2000, National Environment Act (2000), Local Government Act (1997), Land Act (1998), Forest and Tree Planting Act 2003 et Uganda Wildlife Policy (1999) : toutes ces lois n’étaient pas en vigueur au moment de l’inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial. Toutefois, l’Uganda National Parks Act (1952) et le Game Act étaient déjà en place pour soutenir sa création) et conventions internationales (La Convention sur la diversité biologique 1992 (CDB), la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), la Convention de Ramsar de 1971 et la Convention du patrimoine mondial de 1972). Le site dispose d’un plan de gestion approuvé et est extrêmement respecté et soutenu par les communautés locales comme un lieu de conservation. Le bien reçoit une aide substantielle d’un certain nombre d’ONG locales et internationales. Le parc a un institut de recherche permanent installé sur place, qui est engagé dans la recherche et le contrôle continu de l’intégrité du site. Ces facteurs ainsi qu’un soutien politique important donnent une assurance pour la protection et la conservation du bien à long terme. La gestion du site a mis au point des programmes d’écotourisme qui apportent une source de revenu à la communauté locale, raison majeure de son soutien. Le parc est un modèle pour l’intégration d’une gestion durable des ressources locales dans le pays, voire dans la région de l’Afrique de l’Est. Toutefois, il y a encore des besoins importants à long terme pour renforcer la protection des primates étant donné la nouvelle tendance du trafic de bébés gorilles de montagne et de chimpanzés. Comme le gorille de montagne est si étroitement lié aux humains, il est aussi menacé par la transmission des maladies humaines qui résulte des activités touristiques. L’UWA surveille de près ces éléments et travaille avec les acteurs concernés et les ONG afin de juguler ces menaces. L’amélioration permanente de la conservation est exigée dans la législation en vigueur et le suivi.

Description longue
[Uniquement en anglais]

Bwindi, in the Kigezi Highlands of south-west Uganda, adjacent to the border of the Democratic Republic of the Congo, is characterized by steep hills and narrow valleys with a general incline from the north and west to the south-western corner. The park constitutes an important water catchment area serving the surrounding densely populated agricultural land and is one of the few large expanses of forest in East Africa where lowland and montane vegetation communities meet. Three major tributaries of the lshasha River drain into Lake Edward to the north, and the Ndego, Kanyamwabo and Shongi rivers flow southwards towards Lake Mutanda.

In geological terms, the area is associated with upwarping of the western rift valley and its underlying rocks are phyllites and shales, with some quartz, quartzite and granite outcrops. The soils are mainly humic red loams. Due to the steepness of the slopes, the soils are very susceptible to erosion in areas where trees are cleared. Combined with its probable role as a Pleistocene refuge, the forest hosts an extremely high biodiversity.

Bwindi is the most diverse forest in East Africa for tree species (more than 163) and ferns (more than 104), as well as other taxa. A further 16 species have only a very restricted distribution in south-west Uganda, and one species, Lovoa swynnertonii , is globally threatened. The forest gets the name 'impenetrable' from the dense cover of herbs, vines and shrubs inhabiting the valley floor. Bwindi has one of the richest fauna communities in East Africa, including over 214 species of forest bird, 7 species of diurnal primate, 120 species of mammals and 202 species of butterfly. Highly significant is the presence of almost half of the world's population of mountain gorillas. Bwindi is also an important locality for the conservation of Afromontane fauna, in particular those endemic to the mountains of the western rift valley. Overall, Bwindi contains nine globally threatened species: mountain gorilla, common chimpanzee, l'Hoest's monkey Cercopithecus l'hoesti , endangered species of African elephant, African green broadbill, Grauer's rush warbler, Chaplin's flycatcher, African giant swallowtail and cream-banded swallowtail. Buffalo were poached to extinction in the late 1960s, as were leopard more recently.

No archaeological sites are known inside the park, although the wider Kigeti region may have been occupied from as early as 37,000 years ago. The earliest evidence of forest clearance dates back 4,800 years, most likely due to the presence of the Batwa (hunter-gatherer) people manipulating vegetation with fire. This is the earliest evidence for cultivation anywhere in tropical Africa.

Bwindi lies in one of the country's most densely populated rural areas in different locations around the forest. Approximately 10,000 families belonging to the Bachiga, Bafumbira and Barwanda (all Bantu) peoples cultivate the land immediately surrounding the park. Commercial logging has never taken place in Bwindi due to the rugged terrain.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique
[Uniquement en anglais]

In 1932, what are now the northern and southern sectors of the forest were gazetted as Kasatora and Kayonza Crown Forest Reserves respectively, covering a total area of 20,700ha. Later, in 1948, the two reserves were combined and extended into the Impenetrable Central Crown Forest Reserve covering 29,800ha (Forest Act, 1947, amended 1964). Two local forest reserves were then incorporated into the central reserve in 1961, increasing the gazetted area to 32,080ha. In the same year, the entire reserve was gazetted an animal sanctuary (Game Preservation and Control Act, 1959, amended 1964) in an effort to grant additional protection for the mountain gorillas. Bwindi was finally upgraded to a national park in 1991 (Statutory Instrument No.3, 1992, National Parks Act, 19521, along with the creation of two other mountain national parks in Uganda: Rwenzori Mountains and Mgahinga Gorilla. This final change was accompanied by incorporation of the 1,OOOha Mbwa tract.

Source : évaluation des Organisations consultatives