jump to the content

Shirakami-Sanchi

Shirakami-Sanchi

Situated in the mountains of northern Honshu, this trackless site includes the last virgin remains of the cool-temperate forest of Siebold's beech trees that once covered the hills and mountain slopes of northern Japan. The black bear, the serow and 87 species of birds can be found in this forest.

Shirakami-Sanchi

Dans les montagnes du nord de Honshu, le site, dépourvu de routes et de sentiers, a conservé les derniers peuplements vierges de forêts tempérées froides de hêtres de Siebold qui couvraient jadis les pentes des montagnes au nord du Japon. Ses forêts abritent l'ours noir, le serow et 87 espèces d'oiseaux.

شيراكامي-سانشي

في الجبال التي تقع في شمال هونشو، حافظ هذا الموقع الخالي من الطرقات والدروب الضيّقة، على مجموعة النباتات الجديدة التي تتواجد في الغابات المُعتدلة الباردة من أشجار الزان التي يعود أصلها الى سيبولد والتي كانت تُغطّي قديمًا منحدرات الجبال في شمال اليابان. كما تأوي غاباتها الدب الاسود والسيرو و87 نوعًا من العصافير.

source: UNESCO/ERI

白神山地

白神山地位于北本州的群山中,该地区人迹罕至,保留了最后一个未被开发的寒带西博尔德毛榉树森林遗迹,西博尔德毛榉树曾经分布很广,几乎覆盖日本北部的所有丘陵和山坡。白神山地森林中还生活着黑熊、鬣羚和87种鸟类。

source: UNESCO/ERI

Горы Сираками

Горная труднодоступная местность на севере острова Хонсю включает последние уцелевшие участки девственных буковых лесов умеренно-холодного климата, которые некогда покрывали горные склоны и холмы северной Японии. В этих лесах обитают черный медведь, горный козел серау и 87 видов птиц.

source: UNESCO/ERI

Shirakami-Sanchi

Desprovisto de caminos y senderos, este sitio emplazado en las montañas del norte de Honshu conserva los últimos vestigios del bosque virgen de zona templada, poblado de hayas de Siebold, que cubría antaño las laderas montañosas del norte del Japón. El sitio alberga especies animales como el oso negro, la gamuza denominada serow y 87 clases de pájaros.

source: UNESCO/ERI

白神山地

source: NFUAJ

Shirakami-Sanchi

Dit gematigd-koele woud ligt in de bergen van Noord-Honshu. Het bevat de laatste restanten van de eerste Siebold beukenbomen die ooit de heuvels en berghellingen in het noorden van Japan bedekten. In het gebied zijn de zwarte beer, de serow en 87 soorten vogels te vinden. Er komen meer dan 500 plantensoorten voor in het Shirakami woud. Velen hiervan zijn kenmerkend voor Japan. Het beukenbos is totaal niet verstoord. Het gebied is een wildernis zonder toegangswegen voor de mens. Rondom het gebied ligt een bufferzone van 6.800 hectare waar ook niet gejaagd mag worden.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
© Evergreen
Valeur universelle exceptionnelle

 Brève synthèse

Le site du patrimoine mondial de Shirakami-Sanchi est une étendue sauvage couvrant un tiers de la chaîne de montagnes de Shirakami, qui comporte la plus grande  forêt vierge de hêtres restante en Asie du sud-est. Le bien est situé le long de la mer du Japon dans le nord de Honshu à une altitude variant de 100 à 1.243 m dessus du niveau de la mer. C’est le vestige de forêts tempérées froides de hêtres qui couvraient les collines et les pentes des montagnes du Nord du Japon depuishuit à douze mille ans.

Les forêts de hêtres (Fagus) sont réparties en Amérique du Nord, en Europe, et en Asie de l’est. Considérées comme ayant leur origine dans la végétation circumpolaire d’avant la dernière phase glaciaire, les forêts de hêtres se sont déplacées de la région circumpolaire vers le sud pendant  la dernière phase glaciaire, mais dans de nombreux endroits, les aires montagneuses qui s'étendaient  d'est en ouest ont bloqué ce déplacement et la végétation s’est appauvrie. Cependant, au Japon, la végétation s’est retirée dans le sud du Japon en maintenant la diversité d’origine de la région circumpolaire et a recolonisé après la plus récente phase glaciaire. La forêt de hêtre de Shirakami-Sanchi est une forêt climacique qui s’est constituée de cette manière et a conservé différents éléments de la Géo-Flore Arcto-Tertiaire.

Reflétant l'environnement spécifique fortement enneigé de l'arrière-pays le long de la mer du Japon, une condition climatique rare dans le monde, Shirakami-Sanchi est une forêt mono spécifique de hêtres Fagus crenata, une espèce endémique au Japon. Une communauté unique de plantes avec une flore diversifiée, y compris des sous-bois dominés par des Sasa kurilensis sempervirents , sert aussi d’habitat à des espèces d'oiseaux rares comme le pic noir (Dryocopus martius) et à des grands mammifères tels que le saro japonais (Capricornis crispus) et l’ours noir japonais (Ursus thibetanus japonicas), qui a besoin d’ un environnement de forêt diversifiée, y compris des forêts anciennes. Comme toutes ces espèces, et d’autres, interagissent en tant qu’éléments fonctionnels de l'écosystème, le bien conserve un écosystème complet de forêt de hêtres climacique stable.

 

Critère (ix) : Shirakami-Sanchi est dominée par le hêtre accompagné d'une végétation diversifiée qui a échappé à la simplification au cours des étapes  glaciaires de la terre en déplaçant son aire de répartition vers le sud, ce qui a eu pour résultat une forêt sauvage de climax pratiquement intacte et vierge. Le bien couvre environ un tiers de la chaîne de montagnes de Shirakami et comprend un dédale de sommets et de pentes raides. L’état sauvage non perturbé de la région est sauvage et rare en Asie de l’est et aucune autre aire protégée au Japon ne contient une aussi grande forêt de hêtres non modifiée comme ça trouve dans le bien. L'étendue de cette forêt vierge sans développement extérieur est la caractéristique de ce bien qu’il distingue dans un Japon densément peuplé, habité depuis longtemps, et dans toute l'Asie.

Le bien est le dernier et le plus remarquable vestige  de forêts tempérées froides de hêtres qui recouvraient le nord du Japon. Espèce dominante dans les forêts tempérées froides de l'hémisphère Nord, le hêtre de Siebold (Fagus crenata) consitue la  canopée mono spécifique et la forêt contient les principales espèces de l'écosystème y compris le pic noir (Dryocopus martius), le saro japonais (Capricornis crispus), l’ours noir japonais (Ursus thibetanus japonicas), le macaque japonais (Macaca fuscata) et le bambou nain (Sasa kurilensis). L'écosystème forestier reflète l'histoire des changements climatiques mondiaux et l'environnement fortement enneigé, est un exemple exceptionnel des processus en cours dans le développement et la succession des communautés de plantes ainsi que des groupes d'animaux qui en dépendent. Le bien est donc très important pour les études sur l'écologie terrestre des zones tempérées froides, particulièrement sur les processus de l'écosystème de forêt eurasienne de hêtres, et pour la surveillance à long terme des changements climatiques et de la végétation.

 

Intégrité

Shirakami-Sanchi contient une grande forêt de hêtres vierge et non fragmentée. Des forêts de haute futaie plantées d'arbres, comme le cèdre du Japon, ont remplacé beaucoup de forêts de hêtres dans le nord du Japon, alors que dans les limites du bien les forêts de hêtres non modifiées sont réparties de manière dense et continue. La région est en grande partie une zone sauvage sans chemin d’accès ou structures  artificielles. Le bien inclut tous les éléments nécessaires au maintien du  fonctionnement de l'écosystème forestier de hêtres et la superficie du bien, d’un total de 16.971 ha, est d'une taille suffisante pour assurer l’existence à long terme des forêts de hêtres et son écosystème.

Grâce à une protection légale stricte, presque aucun abattage de hêtres n'a été effectué dans le bien, en raison du manque d'accès à la partie centrale et du relief escarpé du site. En plus, les activités touristiques sont également restreintes principalement aux  zones proches des limites ou aux  environs du bien. En  conséquence, le bien préserve cette vaste étendue de forêt vierge avec peu d'intervention humaine.

 

Eléments requis en matière de protection et de gestion

La gestion des aires protégées au Japon implique un certain nombre de ministères et d’agences, ainsi que  les préfectures concernées. Cela se traduit par un système de gestion complexe, mais qui fonctionne bien, avec des liens forts, communication et coopération. L'ensemble du bien de Shirakami-Sanchi fait partie des forêts nationales qui appartiennent au gouvernement et sont gérées par lui. Le bien est couvert par la législation de trois organismes gouvernementaux ; le ministère de l'Environnement,  l'agence Forestière et  l'agence des Affaires culturelles, qui se partagent la responsabilité de la gestion avec les deux préfectures de Aomori et d’Akita.

Le bien  comprend un certain nombre d’aires protégées : la zone de Conservation naturelle de Shirakami-Sanchi en vertu de la Loi de Conservation de Nature (1972), plusieurs parcs naturels en vertu de la Loi sur les parcs naturels (1957) dont le parc  quasi-national de Tsugaru, l’aire de protection de la vie sauvage de Shirakami-Sanchi qui relève de la Loi de protection de la faune et de la gestion de la chasse (2002) et la réserve de l’écosystème  forestier de Shirakami-Sanchi qui relève de la Loi sur l'Administration et la gestion des forêts nationales (1951). Chacune de ces désignations s'inscrit dans le système de gouvernemental de protection de l'environnement naturel au Japon et implique des réglementations strictes concernant le développement et d’autres activités.

Les activités de développement sont limitées dans l'ensemble du bien par la désignation comme réserve d’écosystème forestier où la forêt vierge est préservée de toute production de bois et est laissée à l’évolution naturelle sans intervention humaine. Dans les principales zones du bien, il est interdit de collecter des espèces végétales dans la Zone de Protection de la faune et de Conservation naturelle et  dans la zone de protection spéciale du parc quasi-national. En 2004, le bien et ses environs ont été désignés Zone de Protection de  faune nationale de Shirakami-Sanchi, et la chasse n'est pas autorisée sur les espèces d'animaux et d'oiseaux qui y vivent, comme l’ours noir japonais (Ursus thibetanus japonicas),  le saro japonais (Capricornis crispus), l'aigle royal (japonica de chrysaetos Aquila), l’aigle de montagne (Spizaetus nipalensis orientalis) et le pic noir (Dryocopus martius). Ils sont également couverts par divers règlements de protection. En ce qui concerne les espèces de poissons, toutes les rivières dans le site sont désignées comme Zone d’interdiction de pêche. En plus des désignations d’aires protégées,  certaines espèces bénéficient d’une protection légale.  Par exemple, le saro japonais est désigné  Monument naturel extraordinaire, tandis que l'aigle royal, l’aigle de montagne et le pic noir sont désignés Espèces nationales menacées de la faune et de la flore sauvage et/ou Monuments naturels.

Les autorités qui gèrent ces systèmes de protection, le ministère de l'environnement,  l'agence Forestière et  l'agence des Affaires culturelles, ont élaboré conjointement en 1995 le plan de gestion du site du patrimoine mondial de Shirakami-Sanchi de faciliter la bonne gestion à plusieurs niveaux de ces aires protégées et de ces espèces, et le bien est géré en tant qu’entité sur la base de ce plan.

Les bureaux locaux des ministères concernés et les autorités préfectorales impliqués dans la gestion du bien ont mis en place en 1995 le comité de Liaison du site du patrimoine mondial de Shirakami-Sanchi pour promouvoir la gestion de la conservation du bien en collaboration et en coopération avec la communauté locale. Le comité de Liaison coordonne la gestion du bien, y compris le partage de l'information, la  sensibilisation et les instructions aux visiteurs, ainsi que la maintenance des installations. Depuis  AF2012, les municipalités concernées participent également au comité de Liaison. Le  conseil scientifique du site du patrimoine mondial de Shirakami-Sanchi, composé de scientifiques expérimentés, a été mis en place par le comité de Liaison en 2010 et le conseil scientifique promeut une gestion adaptative de la conservation du bien et veille à ce que les décisions de gestion soient prises sur la base des connaissances scientifiques disponibles les plus récentes.

Description longue
[Uniquement en anglais]

Situated in the mountains of northern Honshu, the area includes the last remaining virgin stand of Siebold's beech forest, the typical Japanese climax temperate forest. The area covers about one-third of the Shirakami Mountains which are a heavily dissected range with summits rising to just over 1,200 m.

The Shirakami Mountains extend over 450 km2 and comprise a maze of steep sided hills with summits. The mountains were rapidly uplifted during the Quaternary, causing faulting which has resulted in a dynamic landscape with numerous mass movements. More than 50% of the area comprises deep valleys with steep slopes. Many streams have their sources within the area and it is an important water catchment area.

More than 500 plant species have been identified from Shirakami. This figure is not particularly high compared with other mountainous areas in Japan, but does include many plant species characteristic of the country, and many species generally seen in its alpine and subalpine zones.

All mammals found in northern Honshu exist in the area, other than two species whose existence is restricted by heavy snowfall. The 87 bird species currently identified from the area include Golden eagle, which has limited breeding record and is endangered in Japan. Three nesting pairs of Black Woodpecker, also endangered are found in the core zone. Hodgson's hawk eagle, has also been recorded in the site as well as Japanese serow. Japanese black bear is common. Seven species of reptile and nine amphibians have been recorded. The insect fauna is particularly rich, with 2,212 recorded species.

The beech forest is virtually entirely undisturbed; the area is a wilderness with no access trails or man-made facilities. Occasional use by bear hunters occurs but other wildlife is fully protected. A 6,800 ha buffer zone surrounds the property within which no extractive activities are allowed.

Special hunting techniques and faith ceremonies, by a group of hunters, known as 'Matagi', surround bear hunting in the region.

Source : UNESCO/CLT/WHC