English Français
Aidez maintenant !

Himeji-jo

Himeji-jo

Himeji-jo is the finest surviving example of early 17th-century Japanese castle architecture, comprising 83 buildings with highly developed systems of defence and ingenious protection devices dating from the beginning of the Shogun period. It is a masterpiece of construction in wood, combining function with aesthetic appeal, both in its elegant appearance unified by the white plastered earthen walls and in the subtlety of the relationships between the building masses and the multiple roof layers.

Himeji-jo

Himeji-jo est l'expression la plus parfaite de l'architecture de château du début du XVIIe siècle au Japon. Il comprend 83 bâtiments, avec des dispositifs de défense très élaborés et d'ingénieux systèmes de protection édifiés au début de la période du shogunat. C'est un chef-d'œuvre de construction en bois qui associe un véritable rôle fonctionnel à un grand attrait esthétique, par l'élégance de son aspect et ses murs de terre blanchis, et par la subtilité des relations entre les masses des bâtiments et les multiples plans de ses toits.

هيميجي-جو

 يعتبَر قصر هيميجي-جو أكثر الأمثلة دلالةً على هندسة القصور في بداية القرن السابع عشر في اليابان. فهو يتألّف من 83 مبنى مُحصَّنًا بأنظمة دفاع متطوّرة للغاية وأجهزة للحماية شديدة الدقة أُنشئت في بداية حكم الشوغون. فهو تحفة مصنوعة من الخشب تجمع ما بين دورها الوظيفي الحقيقي والشكل الجمالي الفائق الروعة من خلال فخامة هيئته وجدرانه المصنوعة من التربة البيضاء ومن خلال دقة الروابط بين كتل المباني وتصاميم سقوفها المتعدّدة.  

source: UNESCO/ERI

姬路城

姬路城堡是17世纪早期日本城堡建筑保存最为完好的例子,整个城堡由83座建筑物组成,展示了幕府时代高度发达的防御系统和精巧的防护装置。这些建筑在保证了防御功能的同时也体现了极高的美学价值,是木结构建筑的典范之作。城堡的白色外墙、建筑物的布局和城堡屋顶的多层设计都显得气势恢弘,雄伟壮观。

source: UNESCO/ERI

Замок Химедзи

Химедзи – это лучший из уцелевших образцов архитектуры японских замков начала XVII в., включающий 83 здания с хорошо развитой системой обороны и хитроумными охранными устройствами, и относящийся ко времени первых сёгунов. Это шедевр деревянной архитектуры, в котором функциональность сочетается с эстетикой. Это проявляется как в его элегантном внешнем виде, который придают ему белые оштукатуренные земляные стены, так и в утонченности отношений между монолитной массой основного здания и его многоярусными крышами.

source: UNESCO/ERI

Himeji-jo

Himeji-jo es la más perfecta expresión arquitectónica de un castillo japonés de comienzos del siglo XVII. El sitio comprende un conjunto de 83 edificios con dispositivos defensivos muy perfeccionados y sistemas de protección notablemente ingeniosos, que datan de la primera época del sogunato. Obra maestra de la arquitectura en madera que une los aspectos funcionales a un gran atractivo estético, el castillo de Himeji-jo se destaca por la elegancia de su silueta y sus muros de tierra blanqueados, así como por la sutil relación establecida entre los volúmenes de sus edificios y los múltiples planos de sus techumbres.

source: UNESCO/ERI

姫路城

source: NFUAJ

Himeji-jo

Himeji-jo is het mooiste overgebleven voorbeeld van vroeg 17e-eeuwse Japanse kasteelarchitectuur. Het bestaat uit 83 gebouwen met sterk ontwikkelde defensiesystemen en ingenieuze beveiligingen uit het begin van de Shogun periode. De houten constructie is een meesterwerk dat functie combineert met esthetische aantrekkingskracht. Himeji-jo heeft al zijn belangrijke kenmerken weten te behouden. Het kasteel is ook een krachtig en suggestief symbool van het feodalisme dat in Japan heerste tot de Meiji restauratie van 1868.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Himeji-jo est l’expression la plus parfaite de l’architecture de château du début du XVIIe siècle au Japon. Il est situé dans la ville à Himeji, dans la préfecture de Hyogo, dans une zone qui est un centre  important de  communication dans l'ouest du Japon depuis l'Antiquité. Le bien du château, situé sur le sommet d’une colline, dans la partie centrale de la plaine Harima, couvre 107 hectares et comprend quatre-vingt-deux édifices. Il est centré sur le Tenshu-gun, formé d’un donjon principal et de plusieurs tours reliées par différentes structures qui font partie d'un système très développé de défense et des dispositifs ingénieux de protection datant du début de la période du shogunat. Le château a fonctionné en continu comme centre d'un domaine féodal pendant près de trois siècles, jusqu'en 1868, lorsque le Shogun est tombé et qu’un nouveau gouvernement national a été établi.

 Le complexe principal de ces structures est un chef-d'œuvre de construction en bois, qui combine la  fonction à l'esthétique, à la fois par son aspect élégant unifié par des murs de l’est en plâtre blanc - qui lui a valu le nom Shirasagi-jo (château du héron blanc) - et par l’harmonie entre les diverses masses construites et les multiples niveaux de toitures visibles depuis presque tous les points de la ville.

 
Critère (i) : Himeji-jo est un chef-d'œuvre de  construction en bois. Il associe un rôle fonctionnel  et un grand intérêt esthétique, à la fois par l’utilisation de plâtre peint en blanc et par l’harmonie entre les diverses masses construites et les multiples niveaux de toitures.

 

Critère (iv) : Il représente le plus bel exemple de l’architecture de châteaux en bois du Japon et a conservé intacte la totalité de ses caractéristiques.


Intégrité

 Le bien, une seule entité de 107 ha, se confond presque avec le grand parc du château, qui est divisé par deux enceintes intérieure et extérieure. Les limites du bien suivent les douves le long des enceintes extérieures, sauf dans le sud-est. Dans la zone du bien, les quatre-vingt-deux bâtiments qui incluent le complexe du donjon, les remparts, les portes, et les murs de pierre ont entièrement conservé leur disposition  et leur état d’origine du début du XVIIe siècle, même si certains des bâtiments de Himeji-jo ont été perdus au cours de l’histoire.

Les maitres féodaux du château l’ont conservé en bon état grâce à des programmes de réparations régulières aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles. Certains bâtiments ont disparu au fil du temps. Après que le gouvernement national a repris le site, une partie du mur d’enceinte à l'ouest et des habitations des samouraïs ont été remplacés par des structures militaires. Ces bâtiments ont été supprimés en 1945 et remplacés par des bâtiments publics. En 1882, un incendie a détruit le complexe résidentiel du château. Toutefois, ces pertes peuvent être considérées comme mineures, et l'intégrité de l’ensemble a été conservée.

Ainsi, Himeji-jo préserve parfaitement les caractéristiques intérieures et extérieures d'un château japonais du XVIIe siècle, et son intégrité est assurée tant en ce qui concerne l’ensemble que le caractère intact de ses composants.


Authenticité

Une série de projets de conservation a été été effectuée depuis 1934 en utilisant des techniques développées au Japon pour la conservation des structures en bois et en conformité avec les principes  d'authenticité définis en termes de forme/conception,  matériaux/substances, traditions/techniques, emplacement /cadre. L'utilisation de nouveaux matériaux est rigoureusement contrôlée, et toutes les propositions importantes doivent être discutées et approuvées par le conseil. Les édifices ajoutés au site aux XIXe et XXe siècles ont été supprimés.
Le seul ajout moderne a été l'introduction de fondations en béton armé, justifiée par le fait que le processus de déformation des structures dû à la faiblesse du sous-sol conduirait inévitablement à un effondrement catastrophique dans une région de forte activité sismique. Des interventions inappropriées, telles que des portes et des fenêtres, effectuées lors de travaux antérieurs, ont été remplacées par des éléments adéquats lorsque suffisamment d'informations étaient disponibles sur la forme et la substance des originaux.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Depuis le début de la période moderne japonaise en 1868, le gouvernement national protège le bien en étroite coopération avec les gouvernements locaux.

Ses quatre-vingt-deux édifices et la superficie du site de 107 ha sont protégés en tant que Trésors nationaux, Biens culturels importants et  Site historique spécial en vertu de la Loi de 1950 pour la protection des biens culturels. Selon cette loi, les modifications proposées à l'état actuel du bien sont limitées, et toute modification doit être approuvée par le gouvernement national.

La pression du développement dans la zone tampon de 143 hectares est contrôlée par l’Ordonnance d’urbanisme de la ville de Himeji de 1987, dont le pouvoir réglementaire a été renforcé en 2008 par la Loi du sur le paysage de 2004. Conformément à cette loi, la ville de Himeji a également modifié le Plan directeur d'aménagement urbain de 1988 et récemment  mis au point le Guide de contrôle du paysage en 2007. La ville de Himeji doit être informée de tous les projets proposés dans les rues qui ont vue sur Himeji-jo, et de tout projet de grande envergure dans les environs de Himeji-jo, afin de s’assurer que les structures proposées respectent le caractère de l’environnement historique.

Tous les bâtiments et la plus grande partie du site sont la propriété du gouvernement national. La propriété de la superficie restante est répartie entre la préfecture de Hyogo, la ville de Himeji, et des entreprises privées. En vertu de la Loi de 1950, la Ville de Himeji a été  désignée comme l’autorité de tutelle officielle pour la gestion du site et des bâtiments de Himeji-jo protégés par la loi. La ville assume ses responsabilités via le bureau de Gestion pour la zone Himeji-jo, et conformément à l'ordonnance de 1964 pour la gestion de Himeji-jo, au plan de gestion 1986 pour le site historique Himeji-jo (dernière révision en 2008), et aux orientations fournies par le gouvernement national. Les efforts portent sur les activités de maintenance, d’entretien, d'inspection régulière, de restriction de la circulation, de prévention des catastrophes, et sur l'agencement et l'interprétation du site.
Comme les incendies et les tremblements de terre sont les risques principaux qui pèsent sur le bien, les bâtiments sont équipés d'alarmes automatiques d'incendie, de caméras de sécurité, de bouches d'incendie, et de paratonnerres. Toutes les informations provenant de ces installations sont contrôlées par le centre de contrôle des catastrophes de Himeji-jo. En ce qui concerne les tremblements de terre, la Ville de Himeji a établi un comité d'experts en 2006 pour étudier, analyser, développer et mettre en œuvre un programme de renforcement sismique pour le donjon principal du Himeji-jo.

Description longue

Himeji-jo est un chef-d'œuvre de la construction en bois, remontant à l'apogée de l'architecture du château en bois japonais, dont l'essentiel de la structure est préservé. Le château est aussi un symbole puissamment évocateur du régime féodal en vigueur au Japon au cours de la restauration Meiji de 1868.

C'est la position d'Himeji-jo, au carrefour de voies importantes, qui poussa le régent Toyotomi Hideyoshi à y construire un château à la fin du XVIe  siècle. Il faisait partie d'un réseau de forteresses que celui-ci créa dans tout le Japon pour assurer son unification. Le premier château a été détruit par Ikeda Terumas, qui devint le seigneur féodal de ce secteur sous le shogun Tokugawa en 1600, mais celui-ci rebâtit très vite une nouvelle forteresse dont la plus grande partie est conservée aujourd'hui. Elle comporte deux enceintes concentriques formées de murailles et de fossés, qui renferment des donjons, des tourelles ainsi que les résidences des guerriers samouraïs. Une partie du bastion occidental (Nishi-no-maru) a été remodelée par Honda Tadamasa, seigneur du château en 1617, comme quartiers pour sa femme, la fille du shogun Tokugawa Ieyasu. Le château demeura le centre de ce domaine féodal pendant 270 ans, et une ville se développa tout autour.

Avec la fin du shogunat et la restauration de la dynastie Meiji en 1868, Himeji-jo a été utilisé par le nouveau pouvoir comme une place forte ; une partie du bastion occidental et les maisons des samouraïs furent alors détruites et remplacées par les édifices militaires. Contrairement à de nombreux autres châteaux médiévaux du Japon, Himeji-jo s'est conservé dans son état d'origine grâce à l'intervention d'officiers de l'armée comme le colonel Nakamura Shigeto, et il bénéficia par la suite des mesures de protection des Monuments historiques.

En 1945, les édifices militaires construits à l'intérieur du château, et au-dehors, ont été démolis et remplacés par des constructions destinées à abriter des bureaux administratifs. Toutefois, les constructions internes n'ont pas été touchées, et ont conservé leur physionomie du XVIIe  siècle.

Himeji-jo est un complexe fortifié typique du XVIIe  siècle par son plan et par sa conception, et comporte un total de 83 édifices. Du château construit par Hideyoshi, seule la porte orientale d'une partie du second bastion a survécu, le reste datant des années 1601-1609 ; les tours de Nishi-no-maru ont été construites après 1617.

Le centre du complexe est le Tenshu-gun, formé d'un donjon principal et de trois donjons secondaires reliés par différentes structures. Il est entouré par un système de tours de guets, de portes et de murailles aux parements soigneusement enduits. Situé sur une colline basse, il est visible de toute la ville. Le donjon principal (Dai-Tenshu) possède six étages internes et un soubassement. Son accès principal se fait au sud-ouest, par une galerie couverte.

L'apparence frappante de ce grand édifice en bois, avec ses murs recouverts d'enduit blanc, est à l'origine du nom sous lequel on le désigne souvent, le château du Héron blanc (Shirasagi-jo).

Beaucoup de châteaux ont été construits au Japon au début du shogunat. La plupart d'entre eux ont été démolis par la suite, et d'autres ont été détruits au cours de la Seconde Guerre mondiale. Les travaux de conservation menés à Himeji-jo entre 1934 et 1964 ont été réalisés en recourant aux techniques avancées mises au point au Japon pour traiter les grandes structures en bois, en conformité avec des principes bien définis d'authenticité du plan, des matériaux, des techniques et de l'environnement.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Himeji est situé dans un important centre de communication ce qui explique que le régent Toyotomi Hideyoshi y ait construit un château à la fin du 16ème siècle. Ce château fait partie d'un réseau de forteresses disséminées dans tout le Japon destinées à en assurer l'unification. Le premier château fut détruit par Ikeda Terumas qui devint le maître de la région en 1600 sous le shogunat Tokugawa. Il reconstruisit une nouvelle forteresse qui, dans une grande proportion, demeure aujourd'hui. Il comporte deux enceintes concentriques avec murs et douves ainsi que des postes de garde, tourelles et résidences pour les guerriers samouraï. Une partie du mur d'enceinte ouest (Nishi-no-maru) a été modifiée par Honda Tadamasa, châtelain en 1617, pour y héberger sa femme, fille du shogun Tokugawa Ieyasu. Il resta le centre de ce domaine féodal pendant 270 ans et une ville se développa autour.

Avec la fin du shogunat et le retour de la dynastie Meiji en 1868, Himeji-Jo a été repris par le nouveau gouvernement qui en fit un établissement militaire. C'est alors qu'une partie du mur d'enceinte ouest et que les habitations des samouraï furent démolies pour être remplacées par des structures militaires. Contrairement à beaucoup de châteaux au Japon, Himeji-Jo a été conservé dans sa forme originelle grâce à l'intervention d'officiers de l'armée tel le colonel Nakamura Shigeto. Il reçut alors la protection de diverses ordonnances successives (voir Statut juridique ci-après)

En 1945, la base militaire à 1' intérieur et autour du château a été démolie et remplacée par des bâtiments publics pour un usage officiel. Les bâtiments intérieurs restèrent intouchés et gardèrent l'aspect qu'ils avaient au 17ème siècle.

Source : évaluation des Organisations consultatives