jump to the content

Brú na Bóinne - Ensemble archéologique de la Vallée de la Boyne

Brú na Bóinne - Archaeological Ensemble of the Bend of the Boyne

The three main prehistoric sites of the Brú na Bóinne Complex, Newgrange, Knowth and Dowth, are situated on the north bank of the River Boyne 50 km north of Dublin. This is Europe's largest and most important concentration of prehistoric megalithic art. The monuments there had social, economic, religious and funerary functions.

Brú na Bóinne - Ensemble archéologique de la Vallée de la Boyne

Les trois sites préhistoriques principaux de l'ensemble de Brú na Bóinne, Newgrange, Knowth et Dowth, sont établis sur la rive nord de la Boyne, 50 km au nord de Dublin. Par ses dimensions et sa qualité, il constitue l'exemple le plus important d'un ensemble préhistorique mégalithique en Europe, avec une concentration de monuments aux fonctions sociales, économiques, religieuses et funéraires.

المجموعة الأثرية في وادي البوين

تقع المواقع الثلاثة الأساسية التي ترقى إلى عصور ما قبل التاريخ من مجموعة برو نا بوين، نيوغرانج ، ونوث ودوث على الضفة الشمالية للـ"بوين" على بعد 50 كم شمال دابلن. وتشكل هذه المجموعة بفضل قياساتها ونوعيتها المثل الأبرز عن مجموعة مغليثيّة من عصور ما قبل التاريخ موجودة في أوروبا، مع تركز للنصب ذات الوظائف الاجتماعية والاقتصادية والدينية والجنائزية.

source: UNESCO/ERI

博恩河河曲考古遗址群

博恩河河曲考古遗址群位于都柏林以北50公里的博因河北畔,包括三个史前遗址,即纽格莱奇(Newgrange) 、诺斯(Knowth)和道斯(Dowth),这个地区是欧洲史前巨石艺术最大和最重要的集中地。那里的遗迹反映了当时的社会、经济、宗教和丧葬习俗文化的风貌。

source: UNESCO/ERI

Археологические находки в долине реки Бойн

Три главных доисторических комплекса – Бру-на-Бойне, Ньюгранж-Ноут и Даут – расположены на северном берегу реки Бойн, в 50 км к северу от Дублина. Это крупнейшее и наиболее ценное скопление доисторических мегалитов в Европе. Сооружения имели социально-экономическое, религиозное и погребальное назначение.

source: UNESCO/ERI

Brú na Bóinne – Conjunto arqueológico del Valle del Boyne

Los tres sitios prehistóricos principales del conjunto de Brú na Bóinne –Newgrange, Knowth y Dowth– se encuentran a unos 50 kilómetros al norte de Dublín, en la orilla septentrional del río Boyne. Por sus dimensiones y calidad, constituyen el ejemplo más importante de conjunto prehistórico megalítico de Europa, dotado de un gran número de monumentos con funciones sociales, económicas, religiosas y funerarias.

source: UNESCO/ERI

ボイン渓谷の遺跡群

source: NFUAJ

Archeologisch complex The Bend of the Boyne

Het gebied ‘The Bend of the Boyne’ beslaat ongeveer 780 hectare en ontleent zijn naam aan het feit dat het aan alle kanten gedefinieerd wordt door de rivier de Boyne. Het complex illustreert de duurzaamheid van een nederzetting met een in het Neolithische tijdperk te vinden oorsprong. De verschillende monumenten – in het bijzonder de grote tombe – vertegenwoordigen belangrijke culturele, sociale, artistieke en wetenschappelijke ontwikkelingen over een aanzienlijke periode. De grafheuvels vormen een spectaculaire overlevering van de uitvoering van een reeks ideeën en overtuigingen met buitengewone historische betekenis die ongeëvenaard zijn in de rest van Europa.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
© UNESCO
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Bordé au sud par un coude de la Boyne, le site préhistorique de Brú na Bóinne est dominé par les trois grands tumuli funéraires de Knowth, Newgrange et Dowth. Entourés d’une quarantaine de tombes à couloir périphérique, ils forment un paysage funéraire dont l’importance rituelle reconnue a suscité la construction d’autres monuments à l’Âge du fer, au début de l’ère chrétienne et au Moyen Âge.

Situé à une quarantaine de kilomètres au nord de Dublin sur une crête entre deux rivières, la Boyne et la Mattock, à quelques kilomètres d’autres tumuli préhistoriques, le site s’inscrit dans une région riche en récits qui appartiennent à l’histoire ancienne de l’Irlande. Aujourd’hui utilisé principalement à des fins agricoles, le secteur a été largement exploré pendant plus d’un siècle par des archéologues et des historiens dont les fouilles ont mis au jour de nombreux éléments.

Le groupe de Knowth, dont les éléments les plus anciens remontent au néolithique et les plus récents à l’époque anglo-normande, renferme trente monuments et sites inscrits à l’inventaire officiel ; il s’agit notamment de tombes à couloir ornées de pétroglyphes, d’enclos, de sites habités et d’ensembles de champs. Le groupe de Newgrange est exclusivement préhistorique, avec un fort circulaire, des passages, des tombes à couloir et un sanctuaire circulaire. Le groupe de Dowth est semblable à celui de Newgrange, mais avec des éléments du Moyen Âge, tels que l’église et le château.

Critère (i) : Les monuments de Brú na Bóinne sont la plus grande et la plus importante expression de l’art plastique mégalithique de la préhistoire en Europe. 

Critère (iii) : La concentration de monuments à vocation sociale, économique et funéraire dans cet important centre rituel et la durée d’occupation, depuis la préhistoire jusqu’à la fin de la période médiévale, en font l’un des sites archéologiques les plus importants d’Europe. 

Critère (iv) : La tombe à couloir, dont on trouve ici l’expression la plus aboutie, était un élément d’importance exceptionnelle en Europe à l’époque préhistorique et au-delà.

Intégrité 

Les 780 ha du site du patrimoine mondial de Brú na Bóinne présentent les caractéristiques pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial. Outre les grandes tombes à couloir de Knowth, Newgrange et Dowth, 90 monuments inscrits – ainsi qu’un nombre non défini de sites qui ne sont pas encore inscrits – sont disséminés sur la crête qui surplombe la Boyne, ainsi que dans les basses terres et la plaine inondable proches (du cours actuel) des rivières.

La zone tampon couvre 2 500 ha, les limites respectant les vues soigneusement cartographiées depuis et vers le bien. Depuis l’inscription en 1993, plusieurs travaux de construction ont eu une incidence sur la vue depuis le bien : le pont de la M1 qui enjambe la Boyne à l’est du bien ; l’ajout d’une troisième cheminée et d’autres structures à la cimenterie sur la ligne d’horizon dans la direction est-sud-est, près de Duleek ; l’ajout d’une cheminée à l’incinérateur sur la ligne d’horizon à Carranstown ; un lotissement. L’atmosphère du centre rituel est sensible à ces perturbations qui pourraient mettre en péril l’intégrité du bien. Les autorités locales (Meath County Council) ont des politiques de planification et des procédures pour traiter les demandes de permis de construire susceptibles d’avoir, individuellement ou progressivement, un impact potentiel sur l’intégrité du bien du patrimoine mondial.

Authenticité 

Les vestiges archéologiques du site, en surface comme sous terre, sont entièrement authentiques.

Des fouilles importantes ont été effectuées à Newgrange et les résultats ont été publiés dans leur intégralité. Une multitude de petites fouilles et d’études ont été menées dans le secteur. Les principaux travaux de conservation concernent les deux tombes à couloir principales de Newgrange et de Knowth ; ils ont été effectués à la suite des fouilles entreprises sur ces sites. Tous les travaux de conservation et de restauration ont été effectués par des professionnels qualifiés. 

À Newgrange, un important travail d’anastylose a été effectué au niveau des bordures et du mur de revêtement, bien que ce dernier ait été réduit pour permettre l’accès des visiteurs. Le toit du couloir a été entièrement déposé afin de remettre les orthostates en position verticale en les renforçant, et un auvent a été construit au-dessus de la chambre. Le cairn proprement dit a été stabilisé par une mince couche de pierres.

À Knowth, les structures de toutes les périodes font l’objet de travaux de conservation. Dans certaines tombes à couloir, des murs de soutien externe ont été édifiés pour les chambres funéraires en utilisant des matériaux modernes tels que le ciment et le plastique. Quand ces ajouts sont visibles, ils se distinguent clairement, par leur apparence, des matériaux d’origine ; dans les autres cas, ils sont complètement cachés. 

Fruit d’une étroite collaboration entre des archéologues et des architectes spécialistes de la restauration, les travaux effectués sur ces monuments sont conformes aux principes énoncés à l’article 7 de la Charte internationale pour la gestion du patrimoine archéologique de 1990.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

La protection et la conservation de Brú na Bóinne sont assurées par un ensemble de lois nationales, de directives internationales, d’instructions obligatoires et non obligatoires. Ces dispositions sont notamment les lois de 1930-2004 relatives aux monuments nationaux, les lois de 1976 et 2000 relatives aux espèces sauvages, les lois relatives à la planification et au développement, diverses directives européennes et chartes internationales. Le code législatif national relatif aux monuments contient des dispositions concernant la protection et la préservation des monuments nationaux, ainsi que la préservation des objets archéologiques du pays. Les lois relatives à la planification et au développement offrent une protection contre les constructions indésirables.

La majeure partie du site de 780 ha appartient à des propriétaires privés. Lors de l’inscription, seuls 32 ha, essentiellement autour de Knowth et de Newgrange, étaient propriété de l’État (42,75 ha, en 2011). La partie du bien qui appartient à l’État dépend directement de l’Office of Public Works pour sa gestion. Cette administration publique fait appel à son personnel d’architectes spécialistes de la conservation, à des ingénieurs, des gestionnaires de l’occupation des sols et des artisans pour ses activités de gestion courante. La contribution de l’archéologie à la conservation et à la mise en valeur du bien est assurée par le National Monuments Service du Department of Arts, Heritage and the Gaeltacht. Le ministère des Finances fournit les fonds nécessaires pour l’entretien, la gestion et la conservation du bien.

Le plan de développement établi par l’administration locale pour la région où se trouve Brú na Bóinne  (Meath County Development Plan) vise à protéger le paysage archéologique et culturel et à améliorer la vue depuis le site du patrimoine mondial et les environs. La protection des vues depuis le site et à l’extérieur est un facteur majeur de préservation de l’intégrité du bien.

Le centre d’accueil des visiteurs de Brú na Bóinne a ouvert en juin 1997. Sa fonction première est de gérer l’afflux de personnes qui viennent voir les tombes mégalithique de Newgrange et Knowth. L’éducation, la sensibilisation du public et l’importance de l’engagement local sont également des aspects majeurs de la vocation du centre. Le nombre journalier de visiteurs est limité au maximum qui peut être supporté pour assurer la protection des monuments. L’accès aux monuments se fait exclusivement lors de visites guidées.

 

Description longue

La vallée de la Boyne a été occupée dès l'époque néolithique. Ses différents monuments, et notamment les grandes tombes à couloir, témoignent d'une évolution culturelle, sociale, artistique et scientifique très importante au cours d'une période de temps considérable. On ne connaît nulle part ailleurs d'exemple de continuité d'habitat et d'occupation associée à une nécropole mégalithique comme celui de Brugh na Bòinne Le complexe de tombes à couloir représente une survivance frappante, qui matérialise un ensemble d'idées et de croyances d'une portée historique considérable.

Le site de la vallée de la Boyne (Brugh na Bòinne en irlandais) occupe quelque 780 ha, et tire son nom de ce qu'il est délimité au sud, à l'est et à l'ouest par la Boyne, tandis qu'une partie de sa limite nord est formée par le cours de la Mattock. C'est pour l'essentiel une ligne de crête de direction est/ouest où s'inscrivent trois collines basses (Dowth, Knowth et Newgrange). Ces trois grands tumuli funéraires, qui dominent toute la zone, sont entourés d'une quarantaine de tombes à couloir périphérique, l'ensemble formant un paysage funéraire préhistorique extrêmement impressionnant. Son rôle cultuel important a suscité par la suite la construction d'autres monuments, aussi bien durant la protohistoire que pendant l'ère chrétienne. La Boyne, qui communique avec la mer Celtique et avec l'arrière-pays irlandais, a contribué à accroître l'importance du site, qui a joué au cours de l'histoire un rôle économique et politique déterminant.

Tout ce secteur est essentiellement utilisé aujourd'hui à des fins agricoles. Il a été exploré de manière intensive pendant plus d'un siècle par des archéologues et par des historiens, et les fouilles en ont mis au jour beaucoup d'éléments. Le groupe de Knowth, dont les plus anciens témoignages remontent au néolithique, et les plus récents à l'époque normande, renferme plus de trente monuments et sites qui figurent sur l'inventaire officiel ; il s'agit notamment de tombes à couloir, d'enclos, de sites habités et de champs. Le groupe de Newgrange est exclusivement préhistorique, avec un fort circulaire, des tombes à couloir, des enclos et des lieux de vie. Le groupe de Dowth est semblable à celui de Newgrange, mais son église et son château sont du Moyen Âge. Le site classé comporte aussi le château de Proudfootstown.

Les vestiges archéologiques de ce bien peuvent être répartis en deux périodes historiques principales, au cours desquelles la vallée de la Boyne a exercé une influence culturelle majeure sur le centre de l'Irlande, et au-delà : la préhistoire (3800-2200 av. J.-C) ; la protohistoire et l'époque médiévale.

D'importantes fouilles ouvertes sur les grands tumuli funéraires de Newgrange et de Knowth, ainsi que des opérations plus limitées réalisées ailleurs, ont révélé que la première occupation humaine de la vallée remontait au IVe  millénaire av. J.-C., mais les témoignages les plus nourris remontent au néolithique occidental tardif. Il s'agit de maisons, d'enclos délimités par des palissades et de champs qui coïncident avec l'ouverture de l'Irlande à l'agriculture, grâce au déboisement d'anciennes forêts. On connaît dans cette zone quelque 40 tombes à couloir, qui témoignent d'un degré élevé d'organisation sociale et de progrès culturel ; elles dérivent de modèles connus en Bretagne et dans la partie occidentale de la péninsule Ibérique. L'un des principaux indicateurs de l'arrivée des influences de la période de Beaker est le passage des maisons rondes à des maisons rectangulaires. L'aire fut peu occupée au cours de l'âge du bronze, et ce n'est que vers la fin de l'âge du fer qu'elle fut à nouveau réinvestie. Knowth devint alors un site fortifié, et de nombreuses sépultures secondaires furent aménagées dans le grand tumulus néolithique ; la découverte d'objets importés témoigne de liens commerciaux sur une large échelle. Au début de l'ère chrétienne, à partir du VIIIe  siècle, on y construisit trois grandes fortifications circulaires. Knowth, qui se développa comme un vaste habitat dépourvu de muraille, avec des maisons rectangulaires et des souterrains, témoigne alors d'une importante activité agricole et industrielle ; on y connaissait aussi l'écriture. Ce fut la capitale des rois de Knowth jusqu'à l'invasion anglo-normande du XIIe  siècle. Sous les Normands, la zone devint un centre d'innovation placé sous le contrôle des Cisterciens, qui l'inclurent dans leur système de granges et de fermes d'été. Elle est demeurée un paysage agraire jusqu'à nos jours.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Les vestiges archéologiques de ce site permettent d'identifier deux grandes périodes historiques au cours desquelles la vallée de la Boyne a exercé une influence culturelle de très grande importance sur toute la partie centrale de l'Irlande et même au-delà.

1 Période préhistorique (3800-2200 Av.JC)

- Début du néolithique "occidental"

- Fin du néolithique "occidental"

- Période des tombes à couloir

- Période Beaker 2 Protohistoire et moyen âge

- Fin de l'âge du fer

-Premiers temps de la christianisation

-Angle-normands / Cisterciens

Les principales fouilles des tumulus de Newgrange et Knowth et d'autres investigations de moindre dimension ailleurs ont mis en évidence une occupation humaine qui remonte au quatrième millénaire avant Jésus Christ. En outre, des restes beaucoup plus nombreux appartiennent à la fin du néolithique occidental. On trouve en particulier des maisons, des enclos palissadés, et un découpage des champs qui manifestent de l'ouverture de l'Irlande à l'agriculture simultanément au déboisement. Une quarantaine de tombes à couloir ont été mises à jour dans la région et apportent la preuve d'une organisation sociale et d'une évolution culturelle très avancée. Leur origine peut être cherchée en Bretagne et à l'ouest de la péninsule ibérique. L'un des principaux indicateurs de l'arrivée des influences Beaker concerne les maisons qui, préalablement circulaires, sont devenues rectangulaires.

L' activité de cette région a été très ralentie pendant 1' âge du bronze ; ce n'est qu'à partir de la fin de l'âge du fer, vers le milieu du premier millénaire av. JC, que l'occupation de cette région reprend. Knowth devient une zone d'habitation fortifiée ; de nombreux cimetières secondaires furent ajoutés aux tumulus néolithiques. Des objets originaires de contrées étrangères témoignent de l'intensité des échanges commerciaux. Les premiers temps de la christianisation, qui commence aux alentours du Sème siècle après J.C., sont ceux de la construction de trois grands forts circulaires dans la région. Knowth prospère et se transforme en une zone non fortifiée avec des maisons carrées, des souterrains, et où se développe une activité industrielle et agricole extensive ; on trouve des preuves de langage écrit. Knowth a été la capitale des rois de Knowth jusqu'à l'invasion angle-normande du 12ème siècle.

Pendant l'occupation normande et sous la férule des cisterciens, la région, que ces derniers ont intégrée dans leur système de grandes propriétés agricoles ou "granges", est devenue un centre influent d'innovation. Elle est restée dominée par l'agriculture jusqu'à nos jours.

Source : évaluation des Organisations consultatives