jump to the content

Ville historique de Zabid

Historic Town of Zabid

Zabid's domestic and military architecture and its urban plan make it an outstanding archaeological and historical site. Besides being the capital of Yemen from the 13th to the 15th century, the city played an important role in the Arab and Muslim world for many centuries because of its Islamic university.

Ville historique de Zabid

L'architecture domestique et militaire de cette ville et son tracé urbain en font un site d'une valeur archéologique et historique exceptionnelle. Outre le fait d'avoir été la capitale du Yémen du XIIIe au XVe siècle, Zabid a eu une grande importance dans le monde arabe et musulman pendant des siècles en raison de son université islamique.

حاضرة زبيد التاريخية

تشكل هذه المدينة موقعاً ذا أهمية أثرية وتاريخية استثنائية بفضل هندستها المحلية والعسكرية وتخطيطها المدني. وبالإضافة الى انها كانت عاصمة اليمن من القرن الثالث عشر الى القرن الخامس عشر، اتسمت زبيد بأهمية جمة في العالم العربي والإسلامي طيلة قرون من الزمن بفضل جامعتها الإسلامية.

source: UNESCO/ERI

乍比得历史古城

乍比得的民用和军事建筑及其城市规则使之具有杰出的考古和历史价值。除了在13世纪到15世纪曾作为首都,许多世纪以来由于乍比得的伊斯兰大学,使得该城在阿拉伯和穆斯林世界发挥着重要作用。

source: UNESCO/ERI

Исторический город Забид

Жилая и военная архитектура Забида и его планировка делают этот город выдающимся археологическим и историческим объектом. Он был столицей Йемена в период XIII-XV вв.; кроме того, в течение многих столетий Забид играл огромную роль для всего арабско-мусульманского мира, так как здесь располагался Исламский университет.

source: UNESCO/ERI

Ciudad histórica de Zabid

La arquitectura militar y doméstica de esta ciudad, así como su trazado urbano, le confieren un valor excepcional en el plano arqueológico e histórico. Zabid no sólo fue la capital del Yemen entre los siglos XIII y XV, sino que además tuvo una gran importancia en el mundo árabe y musulmán por espacio de varios siglos debido a su reputada universidad islámica.

source: UNESCO/ERI

古都ザビード

source: NFUAJ

Historische stad Zabid

De inheemse en militaire architectuur van Zabid en haar stedenbouwkundig plan geven de stad een opvallend archeologisch en historisch karakter. Zabid was de hoofdstad van Jemen van de 13e tot de 15e eeuw. De stad heeft eeuwenlang een belangrijke rol gespeeld in de Arabische en moslimwereld vanwege z'n islamitische universiteit. Net als de rest van Jemen heeft de stad geleden onder de heersers Banu Nagah en Mahdid tijdens de roerige periode tussen 1021 en 1159. Het paleis en een deel van de vestingwerken werden vernietigd. Toen de opstanden voorbij waren werd Zabid de toonaangevende stad in het oosten.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Zabid est l'une des villes côtières de la région de Tihama, dans l'ouest du Yémen, perchée sur un promontoire au-dessus de l'embranchement de la rivière et de la plaine inondable fertile. C'est une ville fortifiée de forme circulaire qui a conservé quatre portes et qui était alimentée en eau par un vaste réseau de canaux. Elle était déjà florissante quand l'islam s'est établi dans la région au VIIe siècle. Elle doit son développement à Ibn Ziyad (fondateur de la dynastie Zyadite), qui avait été envoyé dans la région par le calife al-Mamun en 820 pour étouffer une rébellion.

Le cœur de la ville est sa première mosquée, Asa'ir. La Grande mosquée se trouve à l'ouest de la ville. Entre les deux s'étend le souk. Zabid a la plus forte concentration de mosquées du Yémen, 86 au total, pour la plupart de simples structures en briques, mais certaines avec une décoration plus élaborée en brique sculptée et en stuc. Quatorze datent de la période Rasulide - ce sont toutes des medersas - et représentent le groupe le plus important d'édifices de cette période au Yémen.

Un réseau de passages étroits sillonne la ville et ses bâtiments en style vernaculaire, typiques du sud de la Péninsule arabique, lui confèrent des qualités visuelles exceptionnelles. Les habitations en brique cuite sont toutes sur le même plan, avec une grande pièce (murabba) ouvrant sur une cour intérieure. Les maisons plus grandes s'élèvent sur deux ou trois étages et ont de magnifiques intérieurs richement décorés, avec murs, niches et plafonds en brique finement sculptée.

La ville avec son réseau de rues étroites, ses maisons traditionnelles et ses minarets est un exemple exceptionnel d'ensemble architectural homogène qui reflète les caractéristiques spatiales des premières années de l'islam. Autour de la ville se trouvent des cimetières, notamment celui du nord-ouest avec mosquée, puits et ombrages.

Zabid a joué un rôle important dans l'expansion de l'islam avec son université islamique (les anciennes mosquées et medersas qui recevaient des étudiants du monde entier venus suivre l'enseignement islamique et étudier différentes sciences), qui connut un extraordinaire développement grâce à des savants musulmans, contribuant ainsi au progrès de la science.

Critère (ii) : Zabid est d'un intérêt archéologique et historique exceptionnel en raison de son architecture domestique et militaire et de son tracé urbain (seule ville du Yémen construite en veillant à l'harmonie entre le tracé typique de la ville islamique, avec mosquée centrale et souk, et les maisons destinées à la vie privée). Son architecture a profondément influencé celle de la plaine côtière yéménite.

Critère (iv) : L'architecture domestique et militaire de Zabid, l'organisation du tissu urbain et défensif telle qu'elle transparaît à travers les vestiges des remparts, les tours de gué et la citadelle, ainsi que son accès indirect en font un site archéologique et historique exceptionnel. L'architecture domestique de Zabid est l'exemple le plus caractéristique du style Tihama de maison avec cour intérieure que l'on trouve fréquemment dans une grande partie du sud de la péninsule Arabique.

Critère (vi) : La Ville historique de Zabid est étroitement liée à l'histoire de l'expansion de l'islam aux premières années de l'Hégire, comme l'attestent les vestiges archéologiques à l'intérieur de la moquée Alash'ar, associée à Al-Alash'ari, l'un des compagnons du prophète Mahomet, qui fit construire ce qui devint la cinquième mosquée de l'islam. Capitale du Yémen du XIIIe au XVe siècle, la ville a également joué pendant des siècles un rôle important dans le monde arabo-musulman en étant l'un des grands centres de diffusion du savoir islamique.

Intégrité (2010)

La taille adéquate du bien permet à tous les éléments et composantes de l'architecture domestique et militaire et à l'organisation de son tissu urbain et défensif d'être représentés, faisant du bien un site archéologique et historique exceptionnel. Toutefois, la construction récente de bâtiments en béton, l'installation d'un réseau électrique avec câbles aériens disgracieux, l'usage croissant de matériaux modernes tels que le béton et la tôle ondulée et l'envahissement des espaces ouverts sont en train de sérieusement remettre en question cette intégrité.

L'intégrité visuelle et physique du bien est tellement menacée par ces nouveaux aménagements et empiètements qu'au total 40 % des structures sont vulnérables. Il est urgent d'arrêter ce déclin et de revenir sur les modifications indésirables.

Authenticité (2010)

Les attributs qui confèrent au bien sa Valeur universelle exceptionnelle, tels que les mosquées, le tracé de la ville et les bâtiments traditionnels, sont extrêmement vulnérables au délabrement, à la modification des formes et des matériaux des bâtiments et à la multiplication des nouveaux ouvrages, sans souci de cohérence, dans les parties nord et est de la ville. Cependant, malgré ces menaces, il existe un certain degré d'authenticité qui pourrait être renforcé en restaurant le tracé urbain et les bâtiments traditionnels, afin de mieux traduire la Valeur universelle exceptionnelle du bien. Il est urgent d'inverser la tendance à la dégradation.

Besoins  en matière de protection et de gestion (2010)

La Ville historique de Zabid est protégée par la Loi de 1973 relative aux antiquités. Un schéma directeur concernant toute la ville a été approuvé en 2004 et un plan de conservation urbaine est en cours de préparation. Un plan de gestion du bien sera élaboré à la suite du plan de conservation urbaine. La Loi relative à la préservation des villes historiques sera adoptée et appliquée dans un proche avenir.

L'autorité responsable du bien est la GOPHCY (Organisation générale pour la préservation des villes historiques du Yémen), créée en 1990 pour gérer et sauvegarder toutes les villes historiques du Yémen.

Depuis 2007, l'antenne locale de la GOPHCY à Zabid a été renforcée, avec l'aide d'un projet géré par l'agence allemande d'assistance technique au développement (GTZ), qui a pour objet de remédier à l'important déclin de la ville et d'améliorer la situation physique, sociale et économique générale, grâce à un programme de réhabilitation des logements et à un projet d'amélioration des infrastructures.

Pour pouvoir répondre pleinement aux exigences de préservation durable et de viabilité du bien et, à moyen terme, pour inverser la tendance au déclin qui représente une menace pour sa Valeur universelle exceptionnelle, la GOPHCY aura besoin d'un soutien considérable, de ressources, d'un renforcement de ses capacités ainsi que d'une assistance technique et financière.

Description longue
[Uniquement en anglais]

Zabid was of great importance in the Arab and Muslim world for many centuries because of its Islamic University. In the 13th-15th centuries it was also the capital of Yemen during the Rasulid period. Its architecture profoundly influenced that of the Yemeni coastal plain: the domestic architecture of Zabid is the most characteristic example of the Tihama style of courtyard house, which is to be found over a wide area of the southern part of the Arabian Peninsula.

The city, which is roughly oval in plan, is situated on a flat clay area sloping gently towards the north. It is not certain when it was founded, but it was large enough to become the centre of a province when Muslim power was established in this fertile region in AD 631; it was originally called al-Husayb, but it is not certain when the name was changed. Its development is due to the founder of the Ziyadite dynasty, who was sent to the region by the Caliph al-Mamun in 820 to quell a rebellion. The Tihama was sacked on two occasions during this period by religious revolutionaries, but rebuilt.

Between 1021 and 1159 the palace and part of the fortifications were destroyed and the town contracted in size. From 1216 until 1429, Rasulid rulers encouraged learning and built schools for teaching the Koran and the sciences (madrasas ), along with the necessary hostels for students, all over the region: of the 62 madrasas recorded in Zabid, 22 still survive. Zabid lost its political and economic importance under the Tahirid dynasty (1454-1538), but retained its role as a university. With the establishment of Ottoman rule, Zabid was completely neglected in favour of the capital city, Sana'a.

With the exception of Sana'a, Zabid has the highest concentration of mosques in any Yemeni city: 86 in all. The core of the town of Zabid is its first mosque, the Mosque of Asa'ir. The Great Mosque lies to the west of the town, possibly on the site of the ancient musalla , an open place for prayer used for meetings. The souk (market) spread from the Asa'ir Mosque towards the Great Mosque. A network of streets and alleys, some as little as 2 m wide, spreads over the town, occasionally opening out into small squares. The only large open space is that in front of the citadel. Each of the 'blocks' formed by the streets has a passage allowing access to the houses.

The basic unit of each house is a rectangular room (murabba ), open on one of its longer sides to an irregularly shaped courtyard, which is surrounded by high blank walls on the street side. The corners of these courtyards are occupied by wells, latrines, washing places and kitchens. This type of structure, built from baked brick, predominates in Zabid, but there are small areas of humbler huts of unbaked clay roofed with straw or constructed of reused wooden planks. They nonetheless conform to the basic room plus courtyard module.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Il n'existe pas de certitude quant à la fondation de Zabid mais cette ville était suffisamment grande pour devenir le centre d'une province (mihlaf), en 631 de notre ère, au moment de l'installation du pouvoir musulman dans cette région fertile. A 1' origine, elle s'appelait al-Husayb mais on ne sait quand elle a changé de nom. Son développement est dü au fondateur de la dynastie Ziyadite, Ibn Ziyad, qui fut envoyé dans cette région par le calife al-Mamun en 820 pour calmer une rébellion. C'est à lui qu'elle doit sa forme circulaire, les fortifications et l' adduction d'eau au moyen d'un réseau de canaux. La Grande mosquée a été construite et la précédente mosquée al-Asa'ir agrandie par ses descendants qui gouvernèrent la Tihama jusqu'en 1012. Elle fut mise à sac à deux occasions au cours de cette période par des révolutionnaires religieux et fut deux fois reconstruite.

Comme le reste du Yémen, Zabid, dirigée par les Banu Nagah puis par les Mahdides, eut à souffrir durant la période troublée entre 1021 et 1159. Le palais et une partie des fortifications furent détruits et la taille de la ville diminua. Après la période de la pacification de la région par Turansah, frère de Salah ad-Din al-Ayyubi (Saladin) , avec les Rasulides d'abord gouverneurs puis dirigeants, le Yémen devint le centre de l'un des pouvoirs influents en Orient. Entre 1216 et 1429, les Rasulides favorisèrent l' instruction et construisirent dans toute la région des écoles coraniques et scientifiques (madras as) ainsi que des lieux de résidence pour les étudiants. Des 62 madrasas d'origine, 22 subsistent. Ils construisirent également des résidences pour eux-mêmes et restaurèrent et agrandirent les bâtiments publics.

Zabid perdit son importance politique et économique sous la dynastie des Tahirides (1454-1538) mais garda son rôle universitaire. Avec l'application de la loi ottomane, Zabid fut complètement négligée pour Sanaa, la capitale.

Source : évaluation des Organisations consultatives