English Français

Pythagoreion et Heraion de Samos

Pythagoreion and Heraion of Samos

Many civilizations have inhabited this small Aegean island, near Asia Minor, since the 3rd millennium B.C. The remains of Pythagoreion, an ancient fortified port with Greek and Roman monuments and a spectacular tunnel-aqueduct, as well as the Heraion, temple of the Samian Hera, can still be seen.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Pythagoreion et Heraion de Samos

Dans cette petite île de la mer Égée proche de l'Asie Mineure, plusieurs civilisations se sont succédé depuis le IIIe millénaire avant l'ère chrétienne. Il y subsiste notamment les vestiges de Pythagoreion, ancienne ville portuaire fortifiée avec ses monuments grecs et romains et son spectaculaire aqueduc en tunnel, et l'Heraion, sanctuaire d'Hera samienne.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

بيتاغوريون وهيرايون دي ساموس

تعاقبت حضارات كثيرة منذ الألف الثالث قبل الحقبة المسيحية في هذه الجزيرة الصغيرة من بحر إيجة، وبقيت بصورة خاصة آثار بيتاغوريون المدينة المرفئية القديمة المحصّنة بنصبها اليونانية والرومانية، وقناة النفق الرائعة ، وهيرايون معبد الإلهة هيرا من ساموس.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

萨莫斯岛的毕达哥利翁及赫拉神殿

公元前3000年,这个靠近小亚细亚的爱琴海小岛上就有了文明。毕达哥利翁是一个古老的要塞,有着希腊和罗马建筑以及壮观的隧道和高架渠。赫拉神殿则是萨摩斯人赫拉的神庙。它们的遗址至今可见。

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Пифагорея и храм Геры на острове Самос

Многие цивилизации обживали этот маленький остров в Эгейском море вблизи побережья Малой Азии начиная с 3-го тысячелетия до н.э. Здесь находятся руины Пифагореи – древнего укрепленного порта с древнегреческими и древнеримскими памятниками и поразительный туннель-акведук, а также храм Геры – Герайон.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Pitagoreion y Hereo de Samos

Esta pequeña isla del Egeo, próxima al Asia Menor, fue el lugar de asentamiento sucesivo de varias civilizaciones desde tres milenios antes de nuestra era. Todavía se pueden contemplar en ella vestigios de los monumentos griegos y romanos del antiguo puerto fortificado de Pitagoreion, un espectacular túnel-acueducto y el Hereo, santuario dedicado a Hera Samia.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

サモス島のピュタゴリオンとヘラ神殿

source: NFUAJ

Pythagorion en Heraion van Samos

Vele beschavingen hebben dit kleine Egeïsche eiland in de buurt van Klein-Azië, bewoond sinds het derde millennium voor Christus. De overblijfselen van de oude stad Pythagorion – een oude versterkte haven met Griekse en Romeinse monumenten en een spectaculair tunnelaquaduct – en het Heraion, tempel van Hera van Samos, zijn nog steeds te bewonderen. Pythagorion is een klassieke plaats uit de periode van de Griekse kolonisatie. Het ligt rond een natuurlijke haven op een schiereiland dat beschermd wordt door steile bergen. De vroegste vondsten dateren uit het 4e of 3e millennium voor Christus, maar de belangrijkste nederzetting begon in de 16e eeuw voor Christus.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Pythagoreion et Heraion de Samos
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse 

En raison de sa situation géographique à l’est de la mer Égée, Samos, d’où un accès facile à la côte de l’Asie mineure était assuré, fut l’un des plus importants centres au cœur des développements politiques et culturels depuis l’ère préhistorique (Ve et IVe millénaires av. J.-C.) jusqu’au Moyen Âge. Le site, sur la côte nord-est de l’île, est délimité par les montagnes environnantes. Il est constitué d’une ancienne cité fortifiée (Pythagoreion) et de l’ancien temple d’Héra (Heraion), situé à 6 kms de la cité et lié de façon indissoluble à celle-ci.

Les plus anciens éléments découverts remontent aux Ve/IVe millénaires av. J.-C., pendant la période néolithique, mais le principal établissement débuta au Xe siècle av. J.-C. lorsqu’il fut colonisé par les Ioniens venus de la Grèce continentale. Au cours du VIe siècle av. J.-C, Samos devient une grande puissance maritime à l’est du bassin méditerranéen et établit d’étroites relations commerciales avec l’Asie Mineure et la Grèce continentale.

Il fut assez puissant pour établir des colonies de commerce sur la côte ionienne, en Thrace et même dans la partie occidentale de la Méditerranée.

Une de ses plus célèbres caractéristiques est le tunnel d’Eupalinos qui date du VIe siècle av. J.-C. et qui traverse la montagne sur 1 036 mètres afin d’alimenter en eau la ville ancienne. Il s’agit de l’œuvre d’Eupalinos de Mégare, fils de Naustrofus. Samos a perpétué son rôle d’importante cité mercantile tout au long des périodes hellénistique et romaine.

Le grand temple d’Héra remonte au VIIIe siècle av. J.-C., il fut le premier temple grec long de cent pieds (Hecatompedos). On ignore si ce temple était ceint d’un péristyle de colonnes. L’édifice qui lui succéda au VIIe siècle av. J.-C. était également très innovateur car il était le premier à avoir une double rangée de colonnes en façade. Ces deux bâtiments furent surpassés par un temple conçu par Rhoèce et Théodore de Samos et dont la construction débuta environ en 570-560 av. J.-C. Ils édifièrent une structure colossale de 52,5 m par 105 m, la première du nouvel ordre ionique. Ce temple était soutenu par au moins 100 colonnes, dont les bases moulées ont été passées sur un tour conçu par Théodoros. Les travaux de construction d’un nouveau temple, connu sous le nom de Grand temple de la déesse Héra, d’une structure colossale de 55,16 m par 108,63 m et entourée d’un péristyle de 155 colonnes d’une hauteur d’environ 20 m, débutèrent sous le règne de Polycrate (env. 535-522 av. J.-C.).

L’Heraion et l’ancienne cité étaient décorés de splendides sculptures, faisant de Samos un des plus grands centres de la sculpture du monde ionique. Des offrandes venues de tout le monde antique abondaient dans le sanctuaire d’Héra. Samos est liée à de grandes personnalités du monde antique tels que le philosophe et mathématicien Pythagore, le philosophe Épicure, né sur l’île, et Aristarque de Samos qui fut le premier à concevoir la théorie du système des planètes au IVe siècle av. J.-C.

Le Pythagoreion et l’Heraion de Samos témoignent avec éloquence de l’esprit ionien. À son apogée, au VIe siècle av. J.-C., l’ancienne cité de Samos connut des progrès techniques et artistiques exceptionnels, inventa des méthodes novatrices et réalisa des œuvres très modernes, symboles d’une ville dotée d’un haut niveau de civilisation, méritant pleinement de faire partie de la dodécapole ionienne.

Critère (ii) : Le temple d'Héra à Samos est fondamental pour comprendre l'architecture classique. Les innovations stylistiques et structurelles apportées lors de chacune des phases successives ont eu une forte influence sur la conception des temples et bâtiments publics de l'ensemble du monde grec. La maîtrise technologique du tunnel d'Eupalinos a également servi de modèle aux travaux publics et de génie civil.

Critère (iii) : Au VIème siècle av. J.-C., Samos était la plus grande puissance maritime et commerciale du monde grec. Cette importance se retrouve dans l'ampleur et la richesse des vestiges archéologiques qui, pour la plupart, n'ont pas souffert des changements et évolutions ultérieurs.

Intégrité

Au sein de ses limites, le bien du patrimoine mondial dispose de tous les attributs essentiels qui lui confèrent sa valeur universelle exceptionnelle. Son importance se reflète dans l’étendue et la richesse des vestiges archéologiques qui, pour la plupart, n'ont pas souffert des changements et évolutions ultérieurs. Les vestiges de Samos sont parmi les plus impressionants et complets dans le monde gréco-romain. Les menaces pour l’intégrité des monuments, à savoir les mouvements de terrain, l’humidité, l’environnement marin, les constructions illégales et le pâturage libre sont pris en considération.

Authenticité

L’authenticité du bien est préservée grâce à la mise en œuvre de méthodes de conservation et de restauration qui respectent les structures d’origine. Les travaux entrepris ont visé à préserver les ruines anciennes, à les mettre en valeur et à mieux les présenter sans mettre en péril leurs attributs. Les interventions effectuées ont été minimales afin de préserver les formes d’origine révélées par les fouilles archéologiques. Tous les matériaux utilisés ont été préalablement analysés dans des laboratoires spécialisés afin d’étudier leur compatibilité avec les matériaux anciens.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien est protégé en vertu des dispositions de la Loi 3028/2002 sur « la protection des antiquités et du patrimoine culturel en général ». Les limites du bien et de sa zone tampon ont été définies par les décrets ministériels N° 11107/1963, 40292/1984, 25291/1968 et les décrets publiés au Journal officiel 798/D/11-11-1991 et 100/D/1995. S’agissant du Pythagoreion, la zone de protection inclut la cité ancienne intramuros de Samos avec une zone tampon de 500 m de large. S’agissant de l’Heraion, la zone de protection comprend le terrain occupé par l’ancien sanctuaire et une zone tampon de 2 kms de large. Conformément à la décision ministérielle YPPOT/GDAPK/ARX/A1/F21/46456/2315, publiée dans le Journal officiel du gouvernement en juin 2012 sous le N° 209/APP/14, le site archéologique de l’Heraion a été déclaré « Site archéologique » en vertu des dispositions de l’article 13 de la Loi 3028/2002.

La protection et la gestion du bien relève de l’Éphorat des antiquités de Samos-Ikaria, service régional compétent du Ministère de la culture, de l’éducation et des affaires religieuses. Au cours de la dernière décennie, d’importants travaux de restauration et des activités relatives à la gestion des visiteurs, financés par l’État grec et l’Union européenne, ont été mis en œuvre, tant à l’Heraion qu’au Pythagoreion, avec notamment la création d’un nouveau musée au Pythagoreion.

Parmi les facteurs qui pourraient nuire au bien, on citera les constructions illégales, le pâturage libre d’animaux, les mouvements de terrain et l’environnement marin. Grâce à un suivi constant du secteur et des interventions lorsque celles-ci s’avèrent nécessaires, l’éphorat compétent est parvenu à juguler efficacement ces menaces, conservant l’intégrité physique et visuelle du site. Par ailleurs, l’éphorat s’efforce de sensibiliser la communauté locale aux questions de protection du site en organisant des activités éducatives et des campagnes d’information, en particulier auprès des jeunes.

S’agissant de l’Heraion, il convient de prendre en considération des problèmes particuliers tels que le développement incontrôlé de la végétation et la présence d’eaux stagnantes, deux menaces pour le bien liés au degré élevé d’humidité et de précipitations dans cette zone. L’élimination de la végétation et la canalisation des eaux vers la mer permettent de traiter ces facteurs négatifs. Dans le cadre d’un projet de mise en valeur de l’Heraion, entrepris entre 2004 et 2007, des installations d’accueil des visiteurs et des itinéraires ont été créés, tandis que des panneaux d’information ont été installés afin de familiariser les visiteurs à l’histoire et l’architecture du bien ainsi qu’à ses fonctions.

Plusieurs projets consacrés à la conservation et la présentation du bien sont prévus dans l’optique de rendre accessible et « lisible » une partie importante du tissu urbain du centre de la cité ancienne et moderne. Les travaux de conservation du tunnel d’Eupalinos sont également prévus. En parallèle, l’éphorat entreprend des travaux de recherche archéologique destinés à étudier l’ancienne topographie et à révéler des ensembles bâtis, permettant ainsi l’éventuelle création, dans les années à venir, d’un parc archéologique.