English Français
Aidez maintenant !

Pythagoreion et Heraion de Samos

Pythagoreion and Heraion of Samos

Many civilizations have inhabited this small Aegean island, near Asia Minor, since the 3rd millennium B.C. The remains of Pythagoreion, an ancient fortified port with Greek and Roman monuments and a spectacular tunnel-aqueduct, as well as the Heraion, temple of the Samian Hera, can still be seen.

Pythagoreion et Heraion de Samos

Dans cette petite île de la mer Égée proche de l'Asie Mineure, plusieurs civilisations se sont succédé depuis le IIIe millénaire avant l'ère chrétienne. Il y subsiste notamment les vestiges de Pythagoreion, ancienne ville portuaire fortifiée avec ses monuments grecs et romains et son spectaculaire aqueduc en tunnel, et l'Heraion, sanctuaire d'Hera samienne.

بيتاغوريون وهيرايون دي ساموس

تعاقبت حضارات كثيرة منذ الألف الثالث قبل الحقبة المسيحية في هذه الجزيرة الصغيرة من بحر إيجة، وبقيت بصورة خاصة آثار بيتاغوريون المدينة المرفئية القديمة المحصّنة بنصبها اليونانية والرومانية، وقناة النفق الرائعة ، وهيرايون معبد الإلهة هيرا من ساموس.

source: UNESCO/ERI

萨莫斯岛的毕达哥利翁及赫拉神殿

公元前3000年,这个靠近小亚细亚的爱琴海小岛上就有了文明。毕达哥利翁是一个古老的要塞,有着希腊和罗马建筑以及壮观的隧道和高架渠。赫拉神殿则是萨摩斯人赫拉的神庙。它们的遗址至今可见。

source: UNESCO/ERI

Пифагорея и храм Геры на острове Самос

Многие цивилизации обживали этот маленький остров в Эгейском море вблизи побережья Малой Азии начиная с 3-го тысячелетия до н.э. Здесь находятся руины Пифагореи – древнего укрепленного порта с древнегреческими и древнеримскими памятниками и поразительный туннель-акведук, а также храм Геры – Герайон.

source: UNESCO/ERI

Pitagoreion y Hereo de Samos

Esta pequeña isla del Egeo, próxima al Asia Menor, fue el lugar de asentamiento sucesivo de varias civilizaciones desde tres milenios antes de nuestra era. Todavía se pueden contemplar en ella vestigios de los monumentos griegos y romanos del antiguo puerto fortificado de Pitagoreion, un espectacular túnel-acueducto y el Hereo, santuario dedicado a Hera Samia.

source: UNESCO/ERI

サモス島のピュタゴリオンとヘラ神殿

source: NFUAJ

Pythagorion en Heraion van Samos

Vele beschavingen hebben dit kleine Egeïsche eiland in de buurt van Klein-Azië, bewoond sinds het derde millennium voor Christus. De overblijfselen van de oude stad Pythagorion – een oude versterkte haven met Griekse en Romeinse monumenten en een spectaculair tunnelaquaduct – en het Heraion, tempel van Hera van Samos, zijn nog steeds te bewonderen. Pythagorion is een klassieke plaats uit de periode van de Griekse kolonisatie. Het ligt rond een natuurlijke haven op een schiereiland dat beschermd wordt door steile bergen. De vroegste vondsten dateren uit het 4e of 3e millennium voor Christus, maar de belangrijkste nederzetting begon in de 16e eeuw voor Christus.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Pythagoreion et Heraion de Samos
Description longue

Samos fut la principale puissance maritime et commerciale du monde grec au VIe  siècle av. J.-C., et son importance se reflète dans l'extension et la richesse de ses vestiges archéologiques dont une bonne part est demeurée à l'abri du développement de l'île. Le site occupe une zone bien délimitée par les montagnes qui l'environnent, située sur la côte nord-est de l'île. Il est formé de la vieille ville (Pythagoréion) et du temple d'Héra (Héraion), d'époque classique. Pythagoréion est un site de l'époque classique remontant à la période de colonisation grecque, situé autour d'un bon port naturel, sur une péninsule protégée par des montagnes abruptes. Il présente également l'avantage d'être très proche de la côte d'Asie Mineure. Les plus anciens objets découverts remontent aux IVe et IIIe  millénaires, mais ce n'est qu'à partir du XVIe  siècle av. J.-C, lorsqu'il fut colonisé par les Minoens de Crète, supplantés plus tard par les Mycéniens, que s'y développa un habitat important.

Les ancêtres des Samiens d'époque classique arrivèrent de la région d'Épidaure au XIe  siècle av. J.-C. à la suite des bouleversements entraînés par la guerre de Troie. Au VIe  siècle av. J.-C., Samos était devenue l'une des principales puissances navales de Méditerranée, entretenant des liens commerciaux étroits avec l'Asie Mineure et le continent grec. La ville était alors suffisamment puissante pour établir des colonies commerciales sur la côte ionienne, en Thrace, et même en Méditerranée occidentale. L'influence politique samienne déclina brutalement après la conquête de l'île par les Perses à la fin du VIe  siècle av. J.-C., mais elle redevint un centre commercial important au cours des époques hellénistique et romaine. Saccagée par les Germains au IIIe  siècle apr. J.-C., la ville ne se reprit jamais complètement par la suite. Samos, successivement placée sous l'autorité des Byzantins, des Turcs et des Vénitiens pendant de nombreux siècles, ne fut réunie à la Grèce qu'en 1910.

Les fortifications qui entourent la ville antique remontent à l'époque classique, avec différentes adjonctions hellénistiques. Les fouilles réalisées pendant une longue période ont révélé une grande partie du plan de la ville antique, ainsi que son aqueduc, son système d'égout, ses édifices publics, ses sanctuaires et ses temples, son agora, ses thermes romains, son stade et différentes maisons, hellénistiques ou romaines. L'un de ses vestiges antiques les plus célèbres est l'Eupalinéios, un tunnel de 1 040 m de long qui traverse la montagne pour porter l'eau à la ville, conçu par Eupalinos de Mégara au VIe  siècle av. J.-C.

Le grand temple d'Héra (Héraion) remonte au VIIIe  siècle av. J.-C. C'était alors le premier temple grec entouré d'un péristyle ; le temple qui lui succéda au VIIe  siècle était tout aussi novateur, puisqu'il fut le premier à posséder une double file de colonnes en façade. Tous deux furent cependant surpassés par le temple commencé vers 570 par Rhoikos et Theodoros qui construisirent un édifice colossal, de 45 x 80 m, le premier à avoir été bâti en style ionique. Il reposait sur 100 colonnes au moins, dont les bases moulurées ont été réalisées au tour sur un dessin de Theodoros. Trente ans plus tard, ce temple fut détruit lors d'un raid perse, et on décida de la remplacer par un autre plus grand encore, mais qui ne fut jamais terminé. Le complexe de l'Héraion renferme des autels, des temples mineurs, des stoas et des bases de statues, tous compris à l'intérieur du sanctuaire, ainsi que les restes d'une basilique chrétienne du Ve  siècle. Le temple de Samos constitue un témoignage fondamental pour l'étude de l'architecture classique. Les innovations structurelles et stylistiques de chacune de ses différentes phases ont profondément influencé la construction des temples et des édifices publics de tout le monde grec. De même, la maîtrise des problèmes techniques dont témoigne l'Eupalinéios en a fait un modèle pour l'ingénierie ou les travaux publics.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

La proposition d'inscription porte sur une zone située sur la côte nord-est de l'ile et qui est clairement délimitée par les montagnes qui l'entourent. Elle comprend l'ancienne ville (Pythagorion) et le temple classique d'Héra (Héraion).

Pythagorton est un site classique qui date de 1 'époque de la colonisation grecque. Elle est située en bordure d'un bon port naturel, sur une péninsule protégée en arrière par des montagnes abruptes. Par ailleurs, Pythagorton bénéficie de la proximité de la partie continentale de l'Asie Mineure. Les plus anciens des éléments découverts sont pré classiques (4ème ou 3ème millénaire av. J.C.), mais le premier véritable ensemble d'habitations remonte au 16ème siècle av. J.C., lorsque la ville fut colonisée par un groupe de Minoens de Crète qui furent ensuite supplantés par des Mycéniens.

Les ancêtres des habitants de Samos de l'époque classique étaient venus d'Epidaure au 11ème siècle av. J .C., à la suite des troubles causés par la guerre de Troie. A l'aube du 6ème siècle av. J.C., Samos était devenue une puissance maritime de l'est de la Méditerranée, et entretenait des rapports commerciaux étroits avec l'Asie Mineure et la Grèce d'Europe. Samos était d'ailleurs assez puissante pour établir des comptoirs sur la côte ionienne, en Thrace, et même dans la partie occidentale de la Méditerranée. Samos perdit de son influence politique après la conquête par les Perses à la fin du 6ème siècle av. J.C., mais elle resta une importante ville commerciale tout au long des époques hellénistique et romaine.

Samos fut pillée par des peuplades germaniques au 3ème siècle après J.C., et ne recouvra jamais vraiment sa splendeur. Pendant de nombreux siècles, Samos alterna entre le règne byzantin, turque et vénitien. Elle n'est complètement unie à la Grèce que depuis 1910.

Les fortifications qui enserrent l'ancienne ville remontent à la période classique, et certaines structures ont été rajoutées à l'époque hellénistique. Au fil des années, les fouilles ont permis de révéler une grande partie du plan d'ensemble des rues de l'ancienne ville, l'aqueduc, le réseau d'égoûts, des bâtiments publics, des sanctuaires, des temples, l'agora (place du marché), les bains publics (romains). le stade ainsi que des maisons de ville (romaines et hellénistiques). L'un des éléments les plus spectaculaires est le tunnel d'Eupalinos, construit par Eupalinos de Mégare au 6ème siècle av. J.C. et qui parcourt 1040 mètres dans la montagne pour alimenter la ville en eau. Le tunnel d'Eupalinos a été décrit comme "un miracle hydrographique dont les travaux ont commencé aux deux bouts et à la fin duquel les mineurs se sont rejoints au milieu en ayant fait une erreur tout à fait minime".

Le temple d'Héra, ou Héraion, remonte quant à lui au 8ème siècle av. J.C. Il était, à l'époque, le premier temple grec doté d'un péristyle de colonnes. Le temple qui lui a succédé au 7ème siècle av. J.C. était également novateur, car c'était le premier à avoir une double rangée de colonnes sur le devant. Mais ces deux modèles furent surpassés par le temple de Rhoicos et Théodoros dont la construction fut lancée en 570 av. J.C. et qui était une structure colossale d'environ 45 mètres de large et 80 mètres de long, la première du nouvel ordre ionique. Le temple était soutenu par au moins 100 colonnes dont les bases moulées avaient été passées sur un tour conçu par Théodoros. Trente ans après sa construction, le temple fut détruit lors d'une attaque des Perses. Il avait été prévu de reconstruire le temple à une échelle encore plus grande, mais ce projet ne vit jamais le jour. L'ensemble de structures autour de l'Héraion comprend des autels, des temples plus petits, des portiques et des socles de statues, tous situés dans le sanctuaire aux côtés des vestiges d'une basilique chrétienne du Sème siècle.

Source : évaluation des Organisations consultatives