jump to the content

Site archéologique de Ban Chiang

Ban Chiang Archaeological Site

Ban Chiang is considered the most important prehistoric settlement so far discovered in South-East Asia. It marks an important stage in human cultural, social and technological evolution. The site presents the earliest evidence of farming in the region and of the manufacture and use of metals.

Site archéologique de Ban Chiang

Considéré comme le plus important habitat préhistorique découvert à ce jour en Asie du Sud-Est, Ban Chiang a marqué une étape importante dans l'évolution culturelle, sociale et technologique de l'homme. Le site témoigne de l'existence d'activités agricoles ainsi que de la production et de l'utilisation de métaux.

موقع بان شيانغ الأثري

يُعتبر هذا الموقع أهم مسكن من عصور ما قبل التاريخ تم اكتشافه حتى اليوم جنوب شرق آسيا. وقد شكل مرحلة هامة من التطور البشري على مستوى الثقافة والمجتمع والتكنولوجيا، كما انه يشهد على قيام نشاطات زراعية وعلى انتاج المعادن واستخدامها.

source: UNESCO/ERI

班清考古遗址

班清被视为迄今为止在东南亚发现的最重要的史前聚居地,它的发现向人们揭示了人类文化、社会和技术发展过程中的一个很重要的阶段。该遗址发掘出来的葬物证实该地区曾有过农业耕作、制造和使用金属的活动,也是迄今为止所能提供的最早的此类证明。

source: UNESCO/ERI

Археологический памятник Банчианг

Банчианг признается наиболее важным доисторическим поселением, обнаруженным до настоящего времени в Юго-Восточной Азии. Он отмечает важный этап в культурной, социальной и технологической эволюции человека. Объект представляет самые ранние свидетельства развития в этом регионе сельского хозяйства, а также производства и использования металлов.

source: UNESCO/ERI

Sitio arqueológico de Ban Chiang

Considerado el más importante poblamiento prehistórico del Asia Sudoriental descubierto hasta la fecha, el sitio de Ban Chiang es testigo de una etapa decisiva de la evolución cultural, social y tecnológica de la humanidad, ya que sus vestigios constituyen las primeras pruebas de la existencia de una agricultura y de una producción y utilización de los metales en la región.

source: UNESCO/ERI

バン・チアンの古代遺跡

source: NFUAJ

Archeologisch gebied Ban Chiang

Ban Chiang is zonder twijfel de belangrijkste prehistorische nederzetting die tot nu toe ontdekt is in Zuidoost Azië. Het gebied geeft het vroegste bewijs voor echte landbouw en voor de vervaardiging en het gebruik van metalen. Dit gebeurde in het vijfde millennium voor Christus, waarmee het gebied geldt als een bijzonder cultureel, sociaal en technologisch fenomeen. De belangrijkste opgravingen hebben plaatsgevonden aan de rand van Ban Chiang, waar een groot aantal graven uit drie verschillende perioden zijn bloot- en vastgelegd. Daarbij zijn diverse keramische en metalen grafobjecten gevonden. Een van deze opgravingen is bewaard en tentoongesteld voor het publiek.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Site archéologique de Ban Chiang
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse 

Le site archéologique de Ban Chiang est un grand monticule préhistorique en terre situé dans une zone agricole du sous-district de Ban Chiang, district de Nong Han, dans la province de Udon Thani, au nord-est de la Thaïlande, dans le bassin versant du Mékong. Il s'agit d'un monticule de forme ovale, formé par des habitations humaines, de 500 mètres sur 1.350 mètres et de huit mètres de haut. Le site a été découvert en 1966. Il a depuis été largement fouillé et les vestiges étudiés par des chercheurs thaïlandais et internationaux. Depuis 1966, la datation du site a été revue et affinée au fil du temps en fonction des progrès réalisés dans la compréhension et des techniques de datation radiométrique. Cette recherche a révélé que le site date de 1.495 av. J.-C. et contient des traces du début de l'occupation agraire en Asie du Sud-Est, ainsi que des preuves de la culture du riz humide, de complexe technologique associé à des animaux domestiques de ferme, à la fabrication de la céramique et à la technologie de fabrication d'outils en bronze. La superficie totale du bien est de 67.36 ha dont environ 0,09% a été fouillée (en 2012).
Le site archéologique de Ban Chiang est un site préhistorique d’habitation humaine et de sépulture. Il est considéré par les spécialistes comme le plus important habitat préhistorique découvert à ce jour en Asie du sud-est, marquant le début et présentant le développement de la culture du riz humide typique de la région. Le site a été daté par des moyens chronométriques scientifiques (C-14 et thermo luminescence) qui ont établi qu’il a été occupé sans interruption de 1.495 à 900 av. J.-C., ce qui en fait le site le plus ancien d’agriculture et d’habitation connu en Asie du sud-est au moment de l'inscription sur la Liste du patrimoine mondial.
Le complexe culturel Ban Chiang est bien défini et distinct de tout ce qui a précédé. Grâce à lui on peut retracer la propagation et le développement de la société préhistorique et son évolution en civilisations agricoles sédentaires qui ont caractérisé la région tout au long de l'histoire et qui se perpétuent encore de nos jours. Les progrès dans les domaines de l'agriculture, de la domestication des animaux, de la technologie de la céramique et du métal sont tout lisibles dans les traces archéologiques du site. La prospérité économique et la complexité sociale croissantes des communautés qui se sont succédées à Ban Chiang, rendues possibles grâce à leurs pratiques culturelles, comme l'ont révélé  les nombreuses sépultures, les riches objets funéraires en céramique et en métal, découverts sur le site, est aussi évidente.
Le site archéologique de Ban Chiang est aussi le plus riche en Asie du sud-est pour le nombre et la variété des objets qui y ont été découverts. Le bien a été largement étudié par les chercheurs en tant que «site typique» archéologique des débuts des communautés agricoles sédentaires et de leurs technologies dans la région.


Critère iii: Le site archéologique de Ban Chiang a été le centre d'un remarquable phénomène d'évolution humaine, culturelle, sociale et technologique de l'homme qui est intervenu dans cette région de l'Asie du Sud-Est et qui a commencé à Ban Chiang aux environs de 1.500 av. J.-C. et s’est largement propagé dans  toute la région. 

Intégrité

Le site archéologique de Ban Chiang se compose d'un grand monticule de terre non perturbé qui, une fois fouillé, s’est avéré recouvrir un site d'habitation préhistorique de certains des premiers agriculteurs de l'Asie du sud-est. Le site, qui avait été abandonné et enseveli pendant au moins deux millénaires, a été substantiellement et soigneusement fouillé par les archéologues thaïlandais et internationaux. Le site a ainsi été révélée une stratigraphie ininterrompue d'habitations, d’utilisation et de sépultures  humaines de plus de deux mille ans, couvrant la période où l'homme préhistorique s’est pour la première fois installé dans des villages, a pratiqué l'agriculture et a commencé la production d'outils en métal dans cette partie du monde. Les couches stratigraphiques les plus anciennes à Ban Chiang remontent à 1.500 av. J.-C. Cette longue séquence archéologique est divisée par les archéologues en trois périodes, ancienne, moyenne et tardive, qui sont toutes représentés dans la stratigraphie fouillée sur le site et qui couvrent les débuts de la culture du riz jusqu’à son plein développement en tant que principale activité agricole de la région. Les indices de la culture du riz sont complétés par des indications d’une domestication aussi précoce de bovins, de porcs et de poulets, ce qui donne une image complète de l'émergence d'un mode de vie sédentaire agraire au début du néolithique en Asie du sud-est. Chaque couche stratigraphique à Ban Chiang est exceptionnellement riche en objets, en particulier des céramiques, qui représentent une typologie complète des types d’objets domestiques et rituels (enterrement), tous fabriqués localement dans les communautés agricoles préhistoriques. En plus de la céramique, le site présente un témoignage exceptionnel et unique de la connaissance par ses habitants de la fabrication du bronze à partir de restes de matières premières, et d’installations de production ainsi que des outils et des ornements en bronze complets. La découverte de ces premiers bronzes a rendu le site célèbre comme site de production d'outils en métal en Orient et en Asie du sud-est. Les couches stratigraphiques tardives du site contiennent des indications  de la transition généralisée des outils de bronze à  ceux de fer, caractéristique des colonies agricoles dans la période protohistorique dans la région.
On estime que le changement climatique survenu au milieu du Ier millénaire peut avoir conduit à l'abandon temporaire du site et à l’interruption de l’utilisation des couches d'habitation préhistoriques, ce qui a assuré leur intégrité archéologique. Cependant,  l'écologie de la zone s’améliora et le site fut occupé à nouveau à la fin du XVIIIe siècle par des agriculteurs qui migrent en traversant le Mékong proche et qui, de nouveau, pratiquèrent  la culture irriguée du riz. Depuis lors, la zone autour de Ban Chiang conserve son intégrité environnementale et écologique comme paysage agricole traditionnel, représentatif de la culture du riz de l'Asie du sud-est.
L'intégrité du bien est donc élevée et réside dans la longue séquence archéologique fouillée à Ban Chiang, qui révèle une occupation humaine de deux mille ans av. J.-C. grâce à la stratigraphie de l'habitation, aux  zones de fabrication et aux sépultures, ainsi qu’à la série d’objets, qui couvre l’ensemble de la période de l'origine et du  développement de la riziculture, la domestication des animaux de ferme, et les technologies de fabrication d'outils dans cette région du monde. 

Authenticité

L'authenticité du bien est liée à son intégrité archéologique. Les techniques de datation au carbone 14 et par thermoluminescence, utilisées par divers laboratoires internationaux, ont confirmé l'authenticité des premières dates de Ban Chiang et la cohérence de ses traces stratigraphiques. Des études comparatives approfondies sur la collection d'objets découverts lors des fouilles  du site confirment ses relations relatives avec d’autres sites archéologiques connus de la région. Les résultats de ces recherches ont été largement publiés et soumis à un examen international par le biais de nombreuses présentations et conférences spécialisées. Le matériel fouillé est disponible pour la recherche professionnelle continue. Egalement continuant est la recherche sur le site et en laboratoire qui confirme l'authenticité de l'interprétation du site et de ses dates. La  recherche en cours a étendu la zone connue des découvertes archéologiques et renforce encore l'importance du site en tant que site typique pour l'étude de l'origine et du développement des cultures du riz en Asie du sud-est.  
Le monticule d’habitation de Ban Chiang demeure en grande partie intact, non perturbé, et in situ. La zone des fouilles du site est bien protégée contre la détérioration, le  vol ou d’autre dommage et les traces authentiques des découvertes archéologiques sont facilement lisibles par les professionnels et le public intéressé. Comme pour tous les sites de fouilles archéologiques aux normes scientifiques internationales, d'importantes zones du site archéologique de Ban Chiang  ont été délibérément laissées non excavées, pour permettre la recherche et la confirmation dans le futur de l'authenticité du bien.
Le paysage agricole continu à Ban Chiang est également authentique, en ce qu'il a su conserver son caractère agricole traditionnel. La population actuelle continue de vivre sur le monticule au-dessus des rizières environnantes  près de sources d'eau naturelles. La densité de population de la région reste faible et la zone est utilisée  pour la riziculture traditionnelle et l'élevage, ce qui permet aux chercheurs et aux visiteurs du site de faire des analogies ethnographiques pour interpréter le site préhistorique.  

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Le site archéologique de Ban Chiang est un site archéologique préhistorique protégé par la Loi sur les monuments anciens, les  antiquités, les objets d'art et les musées nationaux, BE 2504 (1961) telle que modifiée par la Loi (n ° 2), B.E. 2535 (1992), mise en œuvre par le Département des Beaux-Arts du Ministère de la Culture. Il y existe également des lois mises en œuvres des administrations publiques connexes qui fournissent une protection accrue au bien, notamment la Loi sur les terres Ratchaphatsadu, BE 2518 (1975), la Loi de planification urbaine  B.E. 2518 (1975), la Loi sur l'amélioration et la conservation de  la qualité de l'environnement national, BE 2535 (1992), la Loi B.E. 2522 (1979) sur le contrôle des constructions telle que modifiée par la Loi (n ° 2) B.E. 2535 (1992), ainsi que les règlements municipaux. Un plan directeur, appuyé par une allocation budgétaire annuelle du Ministère de la Culture, est en vigueur pour la protection du bien, la recherche archéologique et son développement en tant que bien public pour l’éducation, est en vigueur. Le site de fouilles Ban Chiang est protégé contre les dommages grâce à un abri sécurisé. A proximité se trouve un musée de site qui comporte des facilités pour l’éducation et  les visiteurs. Il y a un personnel formé suffisant qui travaille en permanence sur le site et dans le musée pour surveiller l'état du site et entreprendre des travaux de conservation, si nécessaire, et pour faciliter la recherche universitaire et  veiller à ce que l'importance du bien soit correctement comprise par les visiteurs.
Dans le cadre de la réforme actuelle de l'administration nationale qui vise à décentraliser les fonctions et responsabilités du gouvernement, il est prévu que des comités locaux, régionaux et nationaux pour la protection du patrimoine mondial seront mis en place. Ces comités permettront d'améliorer la collaboration avec les universités et les ONG professionnelles qui travaillent à la conservation des sites du patrimoine.  A Ban Chiang, le musée sur le site continuera à être amélioré et sera transformé en un centre de formation destiné à l’éducation du public et à  la recherche archéologique. Le Département des Beaux-arts a pour objectif de diffuser les connaissances sur la valeur universelle exceptionnelle du bien et son importance pour la compréhension de la préhistoire de l'Asie du sud-est, grâce à l'organisation de séminaires de recherche et autres activités éducatives, destinés à la communauté internationale des chercheurs ainsi qu’au grand  public thaïlandais.
Dans la gestion à long terme de Ban Chiang, le caractère agraire traditionnel du cadre du bien sera maintenu. Des fouilles archéologiques supplémentaires seront effectués à l'intérieur et à proximité du bien, afin d'identifier, de protéger et de faire des recherches sur les sites préhistoriques associés.

Description longue
[Uniquement en anglais]

Ban Chiang was the centre of a remarkable phenomenon of human cultural, social, and technological evolution in the 5th millennium BC, which occurred independently in this area of south-east Asia and spread widely over the whole region. It is without question the most important prehistoric settlement so far discovered in south-east Asia. It presents the earliest evidence for true farming in the region and for the manufacture and use of metals: its long cultural sequence, size and economic status has no parallel in any other contemporary site in the region.

Recent archaeological work at Nok Nok Tha and, later, Ban Chiang on the Khorat plateau of north-east Thailand has demonstrated that in south-east Asia prehistory was culturally backward. This area of modern Thailand has been shown by excavation and field survey to have been the centre of a cultural development in the 4th millennium BC that was an independent from China to the north and India to the west over much of south-east Asia and beyond into the Indonesian archipelago.

Settlement of the Khorat plateau began around 3600 BC. The settlers came from the neighbouring lowlands, bringing with them a hunter-gatherer economy that was beginning to develop sedentary farming, with domesticated cattle, pigs, and chickens and an elementary form of dry-rice cultivation. The settled village life of this Early Period at Ban Chiang lasted until around 1000 BC. Agricultural methods were refined and improved, along with other skills such as house construction and pottery manufacture. The equipment of burials reflects an increasing social complexity.

The Middle Period (1000-500/300 BC) was notable for the introduction of wet-rice farming, as evidenced by the presence of water buffalo bones, and technological developments in ceramic and metal production. It was a time of considerable prosperity, as shown by the grave-goods, and one which saw the introduction of iron into common use.

Although occupation appears to have ended at Ban Chiang in the 3rd century AD, while continuing at other sites in the region, Ban Chiang is considered to have been the principal settlement in this area of the Khorat plateau and has given its name to a distinctive archaeological culture. The prehistoric settlement, a low oval mound established by Laotian refugees in the late 8th century, lies beneath the modern village of Ban Chiang. Only very limited excavation has been possible in the settlement site, but this has established the existence of deep stratification and long cultural continuity.

The main excavations have taken place on the perimeter of the modern village, where a large number of burials from all three periods, with rich ceramic and metal grave-goods, have been revealed and recorded. One of the excavations has been preserved for public viewing, with a permanent cover building: there is an excellent site museum in another part of the village.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Jusque vers les années 1960, l'Asie du Sud-Est a été considérée comme ayant connu une période préhistorique sans grande valeur au plan culturel. Il était généralement admis que son développement culturel n'avait été dû qu'aux influences extérieures en particulier celles de la Chine au nord et de l'Inde à l'ouest. De récentes découvertes archéologiques à Nok Nok Tha et plus récemment encore à Ban Chiang sur le plateau Khorat au nord -est de la Thaïlande ont prouvé que ces affirmations étaient erronnées. Les fouilles et les études de terrain réalisées ont prouvé que cette région de la Thaïlande moderne a été, au cours du 4ème millénaire avant notre ère, le centre d'un développement culturel indépendant et vigoureux qui a fortement influencé l'évolution des comportements sociaux et culturels de toute l'Asie du Sud-Est et même au delà, jusqu'à l'archipel Indonésien.

Le peuplement du Plateau Khorat a commencé vers 3600 avant J.C .. Les hommes venaient des basses-terres voisines et ont apporté avec eux un système économique basé sur la chasse et la récolte. C'est à cette époque que ces hommes ont commencé à se sédentariser avec les premières cultures élémentaires - riz sec - associé à un peu d'élevage - bovins, porcs et volailles -. Cette organisation de vie au village a duré jusque vers 1000 avant J. C .. Les méthodes de cultures se sont affinées parallèlement à l'amélioration de certaines techniques telles la construction de maisons et la fabrication de poteries. L'équipement funéraire reflète la complexité croissante de l'organisation sociale. Il est important de noter que le bronze a été de plus en plus utilisé tout d'abord pour la fabrication d'armes et d'ornements personnels puis plus largement pour des objets utilitaires.

La période intermédiaire entre 1000 et 500/300 avant J. C. voit l'apparition de la culture du riz humide comme le prouve la présence d'ossements de buffles d'eau. Les techniques de céramique et de production de métaux se perfectionnent. Le fer devient d'un usage courant. Au vu du contenu des tombes. cette période apparaît comme très prospère. Au cours de la dernière période, entre 500/300 avant J. C. et 200/300 après J. C., l'évolution technologique et culturelle se poursuit, comme en témoigne en particulier la production et les motifs décoratifs de la céramique. L'occupation semble s'être arrêtée à Ban Chiang au 3ème siècle après J. C. tandis qu'elle s'est poursuivie dans d'autres sites de la région comme Non Maung et Ban Prasatjusqu'au 16ème siècle et même un peu plus tard.

Ban Chiang semble être le principal site de peuplement de cette région du plateau de Khorat ; à ce titre, cette ville a donné son nom à une culture archéologique particulière. Un grand nombre de sites contemporains a été mis à jour dans cette région : beaucoup d'entre eux ont fait l'objet de fouilles. Le site préhistorique se trouve sous le village moderne de Ban Chiang - village créé par des réfugiés laotiens à la fin du 18ème siècle : il a une forme ovale et mesure environ 500 rn x 1300 m. Quelques rares fouilles ont pu être réalisées : elles mettent en évidence l'existence d'une profonde stratification et d'une très durable permanence culturelle.

Les principales fouilles ont été effectuées à la périphérie du village moderne ; elles ont permis de trouver un grand nombre de tombes datant des trois périodes et contenant de riches objets en céramique et métal qui tous ont été répertoriés. L'un des puits de fouilles a été laissé ouvert et protégé sous un bâtiment pour permettre aux touristes de le voir. Ailleurs dans le village on trouve un excellent musée du site.

Source : évaluation des Organisations consultatives