jump to the content

Itchan Kala

Itchan Kala

Itchan Kala is the inner town (protected by brick walls some 10 m high) of the old Khiva oasis, which was the last resting-place of caravans before crossing the desert to Iran. Although few very old monuments still remain, it is a coherent and well-preserved example of the Muslim architecture of Central Asia. There are several outstanding structures such as the Djuma Mosque, the mausoleums and the madrasas and the two magnificent palaces built at the beginning of the 19th century by Alla-Kulli-Khan.

Itchan Kala

Itchan Kala est la ville intérieure, retranchée derrière des murailles de brique hautes d'une dizaine de mètres, de l'ancienne oasis de Khiva, qui était l'ultime étape des caravaniers avant de traverser le désert en direction de l'Iran. Bien qu'ayant conservé peu de monuments très anciens, elle constitue un exemple cohérent et bien préservé d'architecture musulmane de l'Asie centrale avec des constructions remarquables comme la mosquée Djouma, les mausolées et les medersa et les deux magnifiques palais édifiés au début du XIXe siècle par le khan Alla-Kouli.

ايتشان كالا

ايتشان كالا هي المدينة الداخلية المحصّنة وراء جدران من الآجر يبلغ علوّها عشرة أمتار وتقع في روضة خيوة (خوارزم سابقا) الصحراوية القديمة، وهي كانت أهم محطة المخيم المتنقل قبل اجتياز الصحراء للوصول إلى إيران. وبالرغم من أنها حافظت على القليل من آثارها القديمة جدًا، إلاّ أنّها تشكل مثالاً متماسكًا على الهندسة الإسلامية لآسيا الوسطى مع المنشآت البارزة، مثل مسجد دجوما والمعابد والمدارس والقصرَيْن الرائعَيْن اللذَيْن شيّدهما الخان آلا كولي في بداية القرن العشرين، التي تتمّ المحافظة عليها بشكل جيد.

source: UNESCO/ERI

伊钦•卡拉内城

伊钦·卡拉城是一座古老的希瓦绿洲的内城,由10米高的砖墙保护着,它是通往伊朗的沙漠中商队的最后一个驿站。尽管只有很少的一些古老纪念性建筑保存在那里,但它依然是中亚保存完好的穆斯林建筑群中的典范,其中著名的建筑如德尤马清真寺、陵墓以及19世纪初由阿拉-库里可汗修建的两座辉煌的宫殿。

source: UNESCO/ERI

Ичан-Кала (Внутренняя крепость), город Хива

Ичан-Хала – это защищенный 10-метровой кирпичной стеной Внутренний город древнего Хивинского оазиса. Он служил последней остановкой для караванов перед пересечением пустыни на пути в Иран. Несмотря на то, что в городе сохранилось лишь небольшое число очень старых памятников, он признан целостным и хорошо сохранившимся комплексом среднеазиатской исламской архитектуры, где можно увидеть такие выдающиеся сооружения как Джума-мечеть, мавзолеи, медресе и два великолепных дворца, построенные Аллакулиханом в начале XIX в.

source: UNESCO/ERI

Itchan Kala

Protegida por una muralla de ladrillo de unos 10 metros de altura, Itchan Kala es la ciudadela del antiguo oasis de Jiva, última etapa de las caravanas antes de empezar la travesía del desierto con rumbo a Irán. Aunque ha conservado pocos monumentos antiguos, este sitio constituye un ejemplo coherente y bien conservado de la arquitectura musulmana del Asia Central. Entre los edificios notables destacan la mezquita Djuma y los dos magníficos palacios construidos a comienzos del siglo XIX por el kan Alla Kulli, así como varios mausoleos y madrazas.

source: UNESCO/ERI

イチャン・カラ

source: NFUAJ

Itchan Kala

Itchan Kala is de binnenstad - omringd door stenen muren van ongeveer 10 meter hoog - van de oude Khiva-oase. Itchan Kala was de laatste staplaats van woonwagens voordat de bewoners de woestijn overstaken naar Iran. Hoewel er nog maar weinig zeer oude monumenten intact zijn, is het een goed bewaard gebleven voorbeeld van de islamitische architectuur van Centraal-Azië. Er zijn verschillende opvallende gebouwen zoals de Djuma-moskee, de mausolea, de madrassas - van majestueuze verhoudingen, maar eenvoudig in ontwerp - en de twee prachtige paleizen, gebouwd aan het begin van de 19e eeuw door Alla-Kulli-Khan.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Itchan Kala © OUR PLACE
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Située au sud de l’Amou Daria (anciennement appelé Oxus), dans la région du Khârezm, en Ouzbékistan, Itchan Kala, la forteresse intérieure de Khiva, était l’ultime étape des caravaniers avant la traversée du désert en direction de la Perse.

L’histoire d’Itchan Kala remonte à plus de 2000 ans. La ville intérieure, qui s’étend sur 26 ha, a été construite selon les traditions d’urbanisme ancestrales de l’Asie centrale. Elle forme un rectangle régulier (650 par 400 m) allongé dans le sens nord-sud ; elle est retranchée à l’intérieur de murailles de brique hautes d’une dizaine de mètres.

Elle abrite 51 structures monumentales anciennes et 250 habitations, et offre des types remarquables d’ensembles architecturaux, tels que la mosquée Djouma, la mosquée Oq, les madrasas Allakouli-Khan, Muhammad Aminkhon, Muhammad Rakhimkhon, les mausolées de Pakhlavan-Makhmoud, de Seyid Allaouddine, Shergozi-khan, ainsi que des caravansérails et des marchés. Tous ces attributs sont autant d’exemples exceptionnels de l’architecture islamique de l’Asie centrale. La mosquée Djouma, avec sa cour fermée conçue pour le climat rigoureux de l’Asie centrale, est unique par ses proportions et par la structure de son espace intérieur de 55 m x 46 m, faiblement éclairé par deux lanternons octogonaux et ornée de 212 colonnes. Les madrasas, qui correspondent aux espaces sociaux, constituent avec leurs proportions majestueuses et leur décor simple un autre type d’architecture islamique spécifique de l’Asie centrale.

La place du patrimoine architectural d’Itchan Kala dans l’histoire de l’architecture de l’Asie centrale est déterminée non seulement par l’abondance des monuments architecturaux qui subsistent, mais aussi par la contribution unique des maîtres bâtisseurs du Khârezm à l’architecture de l’Asie centrale et à la préservation de ses traditions classiques. L’architecture domestique de Khiva, avec ses maisons fermées comportant une cour, une salle de réception précédée d’un portique ou aïvan aux piliers cylindriques de bois finement sculptés et des appartements privés, est également un attribut important du bien qui peut être étudié dans ses variantes morphologiques des XVIIIe et XXe siècles.

Mais Itchan Kala tire ses qualités exceptionnelles, non pas tant de ses divers monuments que de la composition urbaine incomparable de la ville et de l’intégration harmonieuse des principales constructions des XIXe et XXe siècles dans le tissu urbain traditionnel.

Critère (iii) :Avec l’ensemble urbain cohérent et remarquablement préservé de la ville intérieure de Khiva, Itchan Kala apporte un témoignage exceptionnel sur les civilisations disparues du Khârezm.

Critère (iv) : Plusieurs monuments d’Itchan Kala constituent des types remarquables et uniques d’ensembles architecturaux, construits selon les traditions anciennes de l’Asie centrale, qui illustrent l’évolution de l’architecture islamique entre le XIVe et le XIXe siècle.

Critère (v) : L’architecture domestique de Khiva, avec son style traditionnel, est un exemple important d’habitat humain de l’Asie centrale de par sa conception et sa construction.

Intégrité

Les limites du bien, qui englobent les hautes murailles de fortification de la ville, sont correctement établies. Tous les éléments qui expriment la valeur universelle exceptionnelle d’Itchan Kala sont inclus dans le bien. La totalité de la zone d’Itchan Kala, avec ses murailles de forme carrées et les environs, est restée intacte. Les madrasas, les mosquées, les ruelles traditionnelles étroites, l’habitat, les caravansérails, les places du marché et les minarets ont été conservés. Il existe bien quelques menaces naturelles, en particulier l’invasion des structures en bois par les termites, la salinité du sol et l’humidité qui attaquent les fondations. Il faut lutter contre ces menaces et prendre les mesures nécessaires pour que le bien reste intact.

Authenticité

Itchan Kala conserve son authenticité et a été maintenue dans son état d’origine. Les travaux de restauration effectués ont respecté les techniques de construction traditionnelles et l’emploi de matériaux locaux traités de façon traditionnelle, tels que la brique cuite, le bois et la pierre.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Itchan Kala a été classée Réserve en 1967, en vertu d’un décret du Cabinet ministériel de la RSS d’Ouzbékistan. Elle est aujourd’hui classée site d’importance nationale.

Les lois et règlements nationaux qui concernent le bien du patrimoine mondial sont notamment : (i) la loi de 2001 relative à la protection et à l’exploitation des biens du patrimoine culturel ; (ii) la loi de 1995 relative à l’architecture et à l’urbanisme ; (iii) les Instructions relatives aux Règles d’inscription, de sauvegarde, d’entretien, d’utilisation et de restauration des monuments historiques et culturels, 1986 ; (iv) les Instructions relatives à l’Organisation des zones tampons pour les monuments historiques et culturels, 1986. Les lois, règlements et instructions sont des normes législatives destinées à protéger le patrimoine culturel de l’Ouzbékistan. L’application de ces règles est la responsabilité du ministère de la Culture et des Sports, le contrôle général étant assuré par la chambre législative de l’Oliy Majlis (Parlement) de la République d’Ouzbékistan.

Pour l’application de ces lois et instruments législatifs, le ministère de la Culture et des Sports élabore un programme qui couvre la recherche, la conservation et l’utilisation du patrimoine culturel de la région du Khârezm, en particulier Itchan Kala. Le programme est soumis au Cabinet ministériel de l’Ouzbékistan pour approbation.

Certains monuments architecturaux de la Réserve ont été protégés en vertu de plusieurs instruments législatifs de la politique d’État de l’URSS en matière de préservation des monuments de l’histoire et de la culture. En 1967, le bien a obtenu le statut juridique de « Réserve architecturale et historique d’État » (Résolution n° 61 du Conseil des ministres de la RSS d’Ouzbékistan). Depuis 1969, il est classé comme musée et réserve.

Sa gestion et son contrôle sont assurés au niveau national par le Conseil général de la protection des monuments, qui dépend du ministère de la Culture et des Sports, et au niveau régional par l’Inspection régionale du Khârezm pour la préservation et la restauration des objets du patrimoine culturel. L’utilisation, l’entretien et le suivi de l’état des monuments situés à l’intérieur des limites du bien sont la responsabilité de la Direction de la Réserve d’Itchan Kala. 

Les financements proviennent des budgets de l’État, de la région et de la Réserve d’Itchan Kala. L’état de conservation du bien s’est amélioré au cours des 15 dernières années. Un programme complexe sur dix ans est en cours de préparation au sein du Département principal de la préservation et de la restauration des objets du patrimoine culturel, et une zone tampon est en cours de définition. Pour aborder de façon durable les questions de conservation et de gestion, un plan de gestion est nécessaire, ainsi que des ressources pour sa mise en œuvre complète.

Description longue
[Uniquement en anglais]

A coherent and globally preserved urban ensemble, the inner city of Khiva, Itchen Kala, bears exceptional testimony to the lost civilization of Khorezm. Several monuments of Itchen Kala, such as the Djuma Mosque, constitute remarkable types of architectural ensembles, whereas the madrasas, of majestic proportions but simple in design, are exceptional examples of a type of Muslim architecture specific to central Asia. The domestic architecture of Khiva is one of the major elements of interest of Itchen Kala by virtue of its design and its construction.

Khiva oasis, which lies south of the Amu Darya river (the Oxus of the ancients), was the final halt for caravans before crossing the desert to Persia. In the 4th century AD, the town was at the heart of Khorezm (Greek Choresmia), an Iranian kingdom whose prosperity was linked with the legendary efficient of its hydraulic techniques, which were capable of transforming the 'black sands' of the region into lush grazing lands, gardens, and orchards. It was first conquered by the Arabs in 712, and then by the Mongols in 1221. In 1379 it fell into the hands of Timur (Tamerlane the Great), staying under Mongol control, until taken by Uzbeks in 1512, when it was the capital of the new state, and from 1643 of a khanate. During the 19th century it was independent, not becoming a Russian protectorate until 1873.

The city, which is rectangular in plan, is divided into two parts: Dichan Kala, the outer town (formerly fortified), and Itchan Kala, the inner town with 10 m high walls. Little has survived that is earlier than the 17th century, apart from the Djuma Mosque, although it was largely rebuilt in 1788-89. Most of the public buildings are grouped round the main east-west axis, commanded at either end by the successive residences of the khans of Khiva. To the north-west, Kunya Ark, the 'ancient fortress', was established in 1686-88 by Arang-Khan; originally a formidable redoubt, it was converted in the early 19th century into a sumptuous palace by Alla-Ulli-Khan. The Tach-Kauli Palace to the north-east, was built in 1830-38, also for Alla-Ulli-Khan. Other exceptional monuments are the Mausoleum of Pahlavan Mahmud (1247-1325) and the Mausoleum of Sayid All-Uddin, which has retained its 14th-century layout intact.

However, the outstanding qualities of Itchan Kala derive not so much from the individual monuments, splendid though many of them are, than from the incomparable urban composition of the city, and from the harmony with which the major constructions of the 19th and 20th centuries were integrated into a traditional structure. For example, south of Kunya Ark are to be found Kalta Minor and the Medresseh of Muhammad-Amin-Khan, while south-east of the Djuma Mosque and the Mausoleum of Pahlavan Mahmud is located the Medresseh of Islam-Khodja (1908-10), with its elegant minaret, at 45 m the highest in Khiva. The Medresseh of Alla-Kuli, built in 1835 in an awkward space near the east gate of the inner town, is a celebrated example of harmonious blending into an ancient urban fabric.

Source : UNESCO/CLT/WHC