English Français

Centre historique de Saint-Pétersbourg et ensembles monumentaux annexes

Historic Centre of Saint Petersburg and Related Groups of Monuments

The 'Venice of the North', with its numerous canals and more than 400 bridges, is the result of a vast urban project begun in 1703 under Peter the Great. Later known as Leningrad (in the former USSR), the city is closely associated with the October Revolution. Its architectural heritage reconciles the very different Baroque and pure neoclassical styles, as can be seen in the Admiralty, the Winter Palace, the Marble Palace and the Hermitage.

Centre historique de Saint-Pétersbourg et ensembles monumentaux annexes

La « Venise du Nord », avec ses nombreux canaux et plus de 400 ponts, est avant tout le résultat d'un vaste projet d'urbanisme commencé en 1703 sous Pierre le Grand. Connue plus tard sous le nom de Leningrad (en ex-URSS), elle reste étroitement associée à la révolution d'Octobre. Son patrimoine architectural concilie dans ses édifices les styles opposés du baroque et du pur néoclassicisme comme on le voit dans l'Amirauté, le palais d'Hiver, le palais de Marbre et l'Ermitage.

وسط سانت بطرسبرغ التاريخي ومجمّعات فنيّة ملحقة بها

هي بندقيّة الشمال بقنواتها العديدة وجسورها التي يتعدّى عددها الأربعمائة وقد بُنيت عملاً بمشروع تنظيم عمراني واسع بدأ عام 1703 بقيادة بطرس الأكبر. وعُرفت لاحقاً باسم لينينغراد (في الاتحاد السوفياتي السابق)، ظلّت مرتبطةً ارتبطاً وثيقاً بثورة أكتوبر. ويجمع تراثها الهندسي في أبنيتها بين الطراز الباروكي والنيوكلاسيكي  كما يتجلّى في مقر الأميرالية وقصر الشتاء الرخامي ودير النساك.

source: UNESCO/ERI

圣彼得堡历史中心及其相关古迹群

被称为“北方威尼斯”的圣彼得堡,以其无数的河道和400多座桥梁而闻名于世,这是在彼得大帝统治下于1703年开始实施的宏大城市规划的一个重要成果。此地后改名为列宁格勒(位于前苏联),而且与十月革命密切相关。它的建筑遗产与截然不同的巴洛克式建筑风格和纯古典式建筑风格极其和谐,我们可在海军部、冬宫、大理石宫以及爱尔米塔什博物馆看到这些。

source: UNESCO/ERI

Исторический центр Санкт-Петербурга и связанные с ним группы памятников

«Северная Венеция», с ее множеством каналов и более чем 400 мостами, – это результат величайшего градостроительного проекта, начатого в 1703 г. при Петре Великом. Город оказался тесно связанным с Октябрьской революцией 1917 г., и в 1924-1991 гг. он носил имя Ленинград. В его архитектурном наследии сочетаются столь различные стили как барокко и классицизм, что можно видеть на примере Адмиралтейства, Зимнего дворца, Мраморного дворца и Эрмитажа.

source: UNESCO/ERI

Centro histórico de San Petersburgo y conjuntos monumentales anejos

Llamada la “Venecia del Norte” por sus numerosos canales y más de 400 puentes, la ciudad San Petersburgo es fruto del vasto proyecto urbanístico iniciado en 1703 por Pedro el Grande. Bautizada con el nombre de Leningrado en tiempos de la Unión Soviética, la ciudad estuvo estrechamente asociada a la Revolución de Octubre. En su patrimonio arquitectónico se armonizan los estilos opuestos del barroco y el neoclasicismo, tal como se puede apreciar en el Almirantazgo, el Palacio de Invierno, el Palacio de Mármol y el Ermitage.

source: UNESCO/ERI

サンクト・ペテルブルグ歴史地区と関連建造物群
サンクト・ペテルブルグはピョートル大帝が1712年ネバ川に要塞を築いて以来、ロシア革命にいたるまでのロシア帝国の首都。バロック様式の冬宮(現エルミタージュ美術館)などの華麗な建造物が西欧の都市建築を手本にしたことから、「ヨーロッパの窓」と呼ばれる都市景観を今に伝えている。

source: NFUAJ

Historisch centrum van Sint-Petersburg en gerelateerde groepen van monumenten

Het historisch centrum van Sint-Petersburg wordt wel het ‘Venetië van het Noorden’ genoemd. Het is met zijn vele kanalen en meer dan 400 bruggen het resultaat van een groot stedelijk project dat in 1703 onder het regime van Peter de Grote werd opgestart. De stad heette Leningrad in de voormalige Sovjet-Unie en is nauw verbonden met de Oktoberrevolutie. Het architecturale erfgoed verenigt de zeer verschillende barokstijl en de zuivere neoklassieke stijl, zoals te zien is in de Admiraliteit, het Winterpaleis en de Hermitage. In het historisch centrum komt een gevoel van tijdloze grandeur tot leven.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Peterhof. Centre historique de Saint-Pétersbourg et ensembles monumentaux annexes (Fédération de Russie) © UNESCO
Valeur universelle exceptionnelle
Brève synthèse

Le paysage urbain unique du port et de la capitale de Saint-Pétersbourg, surgissant de l’estuaire de la Neva, à l’endroit où elle se jette dans le golfe de Finlande, fut la plus grande création urbaine du XVIIIe siècle.

Saint-Pétersbourg fut construite au début du XVIIIe siècle en un laps de temps étonnement court, suivant un plan méthodique basé sur de nombreuses idées personnelles de Pierre le Grand. La ville fut construite dans des conditions difficiles sur de basses-terres non protégées contre les inondations, et en étant confrontée à de graves pénuries de matériaux et d’ouvriers.  

Dans les premières décennies de son histoire, Saint-Pétersbourg devint une agglomération grandiose, formée par le cœur historique de la ville entouré de résidences cérémonielles dans la campagne, un système de fortifications avancé, des propriétés et des datchas, des établissements et de petites villes reliées par des routes  radiales. Elle occupa le rivage des deux côtés du golfe de Finlande de même que la ville forteresse de Kronstadt sur l’île de Kotline, tout en s’étendant en amont de la Neva, vers sa source à Sсhlisselbourg. Cette ville russo-européenne, entourée d’ensembles suburbains, devint un phénomène socio-culturel doté d’un paysage urbain historique incomparable, caractérisé par une hiérarchie absolue entre les structures. 

La mise en place du réseau des canaux, des rues et des quais se fit progressivement, à partir du règne de Pierre le Grand (1682-1725). Ainsi, ce n’est qu’en 1738 que la perspective Nevski se définit comme le grand axe est-ouest de la ville. De même, c’est sous les impératrices Anna Ivanovna (1730-1740), Élisabeth Petrovna (1741-1762) et Catherine II la Grande (1762- 1796) que le paysage urbain de Saint-Pétersbourg prit le caractère de splendeur monumentale qui assure la renommée mondiale de la « Venise du Nord ». Une pléiade d’architectes étrangers (Rastrelli, Rinaldi, Quarenghi, Cameron et Vallin de la Mothe) rivalisèrent d’audace et de faste dans les immenses palais et couvents de la capitale et dans les résidences impériales et princières des environs, parmi lesquelles on compte Peterhof (Petrodvorets), Lomonossov, Tsarskoïe Selo (Pouchkine), Pavlovsk et Gatchina.

La grandeur de la capitale septentrionale de la Russie, avec sa silhouette horizontale associée à des monuments verticaux et ses ensembles de quais et de places, anime l’esprit « impérial » de la ville, son genius loci. La caractéristique, et attraction principale, du centre historique de Saint-Pétersbourg se définit pas la parfaite harmonie entre architecture et paysages aquatiques.

Les eaux abondantes de la Neva ont transmis à la cité une échelle spatiale et richesse de spectacles exceptionnelles. Elle est devenue sa principale place et son axe majeur.

Les plans d’eau de la Neva formèrent des extensions naturelles du système de places de la ville. Le réseau de rues régulièrement espacées, plaqué sur cette toile de fond naturelle, offrit à la ville un contraste artistique et une richesse de sensations. Avec sa perspective alliant austérité et grâce Saint-Pétersbourg exigeait une construction unifiée, en tant qu’ensemble ayant une unité teutonique, des qualités qui émergèrent en même temps que la ville prenait corps.

Dans le tissu de la ville s’imbriquent une grande richesse d’ensembles. Ces assemblages, se reliant l’un à l’autre, créent un système complexe de couches multiples où aucun élément n’existe de manière indépendante ni n’est isolé de son cadre. La valeur supérieure de tous les composants de ce système provient de leur intégration dans un tout harmonieux.

C’est précisément pour cette raison que Saint-Pétersbourg reste sans aucun doute dans l’histoire de l’urbanisme le seul projet grandiose dans l’histoire de l’urbanisme, qui ait préservé son intégrité logique en dépit des changements rapides de styles architecturaux.  

Au cours de l’histoire récente, la ville assista et participa aux évènements glorieux et tragiques des révolutions de février et octobre 1917 et au blocus héroïque de 1941-1944, où quelque millions de vies humaines ont été perdues. Ayant survécu aux épreuves sans précédent du XXe siècle, la ville continue d’être un symbole et un fondement de la culture russe pour une nouvelle époque et un des centres de la science, de la culture et de l’éducation éternellement liés aux personnalités et œuvres de création de valeur universelle exceptionnelle. 

Critère (i) : Dans le domaine de la création urbaine, Saint-Pétersbourg représente une réalisation artistique unique par l’ambition du programme, la cohérence du plan et la rapidité d’exécution. De 1703 à 1725, Pierre le Grand a fait surgir d’un paysage de marécages, de tourbières et de rochers, les architectures de pierre et de marbre d’une capitale, Saint-Pétersbourg, dont il voulait faire la plus belle d’Europe.

Critère (ii) : Les ensembles créés par Rastrelli, Vallin de la Mothe, Cameron, Rinaldi, Zakharov, Voronikhine, Rossi, Montferrand etc. à Saint-Pétersbourg et dans ses environs, ont exercé aux XVIIIe et XIXe siècles une influence considérable sur le développement de l’architecture et des arts monumentaux dans l’espace russe et finlandais. La valeur normative de la capitale s’est accentuée dès l’origine par la création de l’Académie des Sciences, suivie de celle de l’Académie des Beaux-Arts. Le modèle urbain de Saint-Pétersbourg, qui fut complété sous Catherine II, Alexandre Ier et Nicolas Ier, s’est imposé dans la reconstruction de Moscou après l’incendie de 1812 et pour la création de nouvelles villes, comme Odessa ou Sébastopol, dans la partie sud de l’empire.

Critère (iv) : Le bien culturel proposé pour inscription associe à l’ensemble architectural de Saint-Pétersbourg, la capitale baroque et néoclassique par excellence, des exemples éminents de résidences impériales baroques. Les palais de Peterhof (Petrodvorets) et de Tsarskoïe Selo (Pouchkine), restaurés après les ruines de la Seconde Guerre mondiale, sont parmi les constructions les plus significatives.

Critère (vi) : Saint-Pétersbourg a été par deux fois directement et matériellement associé à des évènements de portée universelle. De 1703 à 1725, la création de Saint-Pétersbourg (rappelée par la statue équestre de Pierre le Grand par Falconet, place Senatskaya) symbolise l’ouverture de la Russie au monde occidental et l’émergence de l’empire des tsars sur la scène internationale. En 1917, c’est à Pétrograd (la ville portait ce nom depuis 1914) que triomphe la révolution bolchévique. Le croiseur Aurora et l’hôtel de Mathilde Kchesinskaïa, devenu le musée de la Grande Révolution socialiste d’Octobre, sont au cœur de Léningrad, des symboles de la fondation de URSS.

Intégrité

La zone métropolitaine de Saint-Pétersbourg dans son ensemble, et son centre historique en particulier, ont préservé leur intégrité. Cela est lié au fait que l’aménagement du centre historique a pratiquement cessé en 1913 et que la capitale fut transférée à Moscou en 1918. En conséquence, la réalisation de nouveaux projets de construction et le développement de zones industrielles se produisirent en dehors des limites du centre historique.

Son intégrité est garantie grâce à la préservation de sa conception prévue, de sa silhouette et aux possibilités de conserver des vues dégagées, mais des constructions de grande hauteur et un aménagement inapproprié autour du bien ont posé des problèmes. Le bien souffre également des impacts de la circulation, de la pollution de l’air et d’une humidité relative. 

Authenticité

Le bien a préservé l’authenticité de ses principaux composants. Le plan initial de la ville et une grande partie de ses structures d’origine situées dans le centre historique de Saint-Pétersbourg témoignent de sa valeur universelle exceptionnelle. 

Les efforts de restauration et de reconstruction d’une grande qualité, accomplis sur la base de documents historiques et avec l’utilisation de techniques et de matériaux authentiques, parallèlement aux travaux en cours pour restaurer les monuments et parcs de palais de Saint-Pétersbourg et de ses faubourgs, font partie d’une stratégie visant à préserver l’intégrité du paysage culturel de la zone métropolitaine toute entière. 

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Depuis le moment de son inscription sur la Liste du patrimoine mondial, le bien était protégé conformément à la loi de l’URSS et de la RSFSR : 19 octobre 1976 n° 4962-IX « sur la préservation et l’utilisation de monuments historiques et culturels » (URSS), et 15 décembre 1978 « sur la préservation et l’utilisation de monuments historiques et culturels » (RSFSR). Des zones protégées et leurs régimes ont été approuvés par le comité exécutif du Conseil de la ville de Léningrad, décision n°1045, datée du 30 décembre 1988, « sur l’approbation de limites unifiant les monuments historiques et culturels de la zone protégée dans un rayon donné au centre de Léningrad ». En 1987, un plan directeur pour l’aménagement de Léningrad et de l’oblast de Léningrad pour la période se prolongeant jusqu’en 2005 fut élaboré par le principal directoire du Conseil de la ville de Léningrad chargé de la planification de l’architecture, et approuvé par la direction de l’URSS.

Ces dernières années, la législation a été élargie dans le domaine de la protection du patrimoine culturel et de l’aménagement urbain. Les lois suivantes furent adoptées et modifiées entre 2002 et 2014 : « Sur le patrimoine culturel (historique et culturel) de la fédération de Russie »” (2002, 2014), le code d’urbanisme de la fédération du Russie (2004, 2014), « Sur le plan directeur de Saint Pétersbourg »” (2005, 2013), des lois régionales de l’oblast de Léningrad et de Saint-Pétersbourg protégeant le patrimoine culturel (2006, 2012; 2007, 2014), la loi adoptée par la ville de Saint-Pétersbourg « sur les limites de zones de protection du patrimoine culturel sur le territoire de Saint-Pétersbourg et les modes d’occupation des sols à l’intérieur des limites de telles zones et sur les amendements apportés à la législation de Saint-Pétersbourg », et « sur le plan directeur de Saint-Pétersbourg et les limites des zones de protection du patrimoine culturel sur le territoire de Saint-Pétersbourg" (2008, 2014), la loi « sur les règles d’occupation des sols et d’aménagement de Saint-Pétersbourg » (2009, 2010). Tous les documents ci-dessus mentionnés réglementent l’aménagement urbain et l’occupation de sols à l’intérieur des limites du bien du patrimoine mondial. Aux fins d’assurer la protection appropriée aussi bien des composants du bien que de leur valeur intégrée en tant que paysage urbain historique, le statut de la protection juridique, le système de zones de protection et les régimes d’occupation des sols sont en cours d’amélioration. Une zone tampon protégera le profil bas de la ligne d’horizon et garantira l’inviolabilité de panoramas et de perspectives, dont la composition est complète, dans le centre historique tout en prenant en considération la sensibilité de cette zone à l’ajout de bâtiments de grande hauteur, qui lui est infligé.

Chaque année, le financement est approprié pour d’importants travaux de réparation et de restauration sur des monuments historiques et culturels.

Les autorités fédérales et régionales sont conjointement responsables de la gestion et du suivi de l’état de conservation des monuments du patrimoine mondial situés dans le centre historique de Saint-Pétersbourg, et de ceux se trouvant à l’intérieur des limites administratives de l’oblast de Léningrad. Des mesures sont prises pour améliorer la coopération entre ces autorités.

La préparation et l’élaboration d’un plan de gestion du site et l’instauration d’un système de gestion uniforme pour le site sont en bonne voie. En octobre 2014, un accord de coopération a été signé entre le ministère de la Culture, le gouvernement de Saint-Pétersbourg et le gouvernement de l’oblast de Léningrad. Le Conseil de coordination pour la conservation, la gestion et la promotion du bien du patrimoine mondial a été créé, l’une de ses missions étant de contribuer à l’élaboration et à la mise en œuvre du plan de gestion.