jump to the content

Monastères de Daphni, de Hosios Loukas et Nea Moni de Chios

Monasteries of Daphni, Hosios Loukas and Nea Moni of Chios

Although geographically distant from each other, these three monasteries (the first is in Attica, near Athens, the second in Phocida near Delphi, and the third on an island in the Aegean Sea, near Asia Minor) belong to the same typological series and share the same aesthetic characteristics. The churches are built on a cross-in-square plan with a large dome supported by squinches defining an octagonal space. In the 11th and 12th centuries they were decorated with superb marble works as well as mosaics on a gold background, all characteristic of the 'second golden age of Byzantine art'.

Monastères de Daphni, de Hosios Loukas et Nea Moni de Chios

Ces trois monastères, éloignés géographiquement – le premier en Attique près d'Athènes, le second en Phocide à proximité de Delphes, le troisième sur une île de la mer Égée proche de l'Asie Mineure –, appartiennent à une même série typologique et participent d'une esthétique commune. Leurs églises de plan central, dont l'ample coupole est supportée par des trompes d'angle définissant un espace octogonal, ont reçu aux XIe et XIIe siècles de superbes décors de marbre, ainsi que d'admirables mosaïques à fond d'or, très caractéristiques du « deuxième âge d'or byzantin ».

أديرة دافني وأوسيوس لوكاس ونيا موني دو شيو

إنّ هذه الأديرة الثلاثة التي تفصل بينها مسافات جغرافية، إذ إنّ الأول يقع في أتيكا بالقرب من أثنيا والثاني في الفوكيد بالقرب من دلف والثالث على جزيرة في بحر إيجة بالقرب من تركيا، تنتمي إلى مجموعة واحدة وتنمّ عن جمالية مشتركة. وقد خضعت كنائسها ذات التصميم المركزي التي تدعم قبّتها الواسعة عقود زاوية تحدّد مكاناً مثمّن الزوايا لتزيين خلاب بالرخام بين القرنين الحادي والثاني عشر، بالإضافة إلى فسيفساء رائعة من ذهب تعبّر كلّ التعبير عن العهد البيزنطي الذهبي الثاني.

source: UNESCO/ERI

达夫尼修道院、俄西俄斯罗卡斯修道院和希俄斯新修道院

这三个修道院虽然从地理位置上相隔一定的距离(第一个在阿提卡,靠近雅典;第二个在福基斯州,靠近德尔菲;第三个在爱琴海的一个岛上,靠近小亚细亚),但属于相同类型,有着相同的美学特征。教堂建在广场中间,呈十字形,巨大的穹窿屋顶由突角拱支撑,形成一个八角结构。在11和12世纪,这些教堂的金色背景上装饰着华丽的大理石或马赛克,代表着“拜占庭艺术的第二个黄金时代”。

source: UNESCO/ERI

Монастыри Дафни, Оссиос-Лукас и Неа-Мони

Хотя эти три монастыря географически удалены друг от друга (первый находится в Аттике, около Афин, второй в Фокиде, около Дельф, а третий - на острове Хиос в Эгейском море, вблизи побережья Малой Азии), они принадлежат к одному и тому же типу и схожи по внешнему виду. Церкви построены по крестово-купольной схеме с большим куполом, поддерживаемым тромпами, которые обеспечивают переход к восьмигранному основанию. В XI и XII вв. они были украшены превосходными деталями из мрамора, а также мозаиками на золотом фоне, что было очень характерно для второго «золотого века» византийского искусства.

source: UNESCO/ERI

Monasterios de Dafni, Osios Lukas y Nea Moni de Quíos

Estos tres monasterios, pese a hallarse distantes entre sí –el primero está emplazado en el Ática, cerca de Atenas, el segundo en la Fócida, no lejos de Delfos, y el tercero en una isla del Egeo próxima al Asia Menor– presentan características tipológicas y estéticas comunes. Sus iglesias de planta central poseen un amplia cúpula sustentada por trompas de ángulo que definen un espacio octogonal. En los siglos XI y XII fueron soberbiamente ornamentadas con mármoles y magníficos mosaicos de fondo dorado, característicos de la “segunda edad de oro” del arte bizantino.

source: UNESCO/ERI

ダフニ修道院群、オシオス・ルカス修道院群及びヒオス島のネア・モニ修道院群

source: NFUAJ

Kloosters van Daphni, Hosios Loukas en Nea Moni van Chios

Hoewel deze drie kloosters geografisch ver van elkaar liggen, behoren ze tot dezelfde typologische serie en delen dezelfde esthetische kenmerken. Het klooster van Daphni staat in Attica, dat van Hosios Loukas ligt in Phocida en het klooster van Nea Moni staat op het eiland Chios. De kerken zijn gebouwd volgens een kruisvormig ontwerp, met een grote koepel ondersteund door hoekbogen die een achthoekige ruimte vormen. In de 11e en 12e eeuw werden ze versierd met prachtig marmerwerk en mozaïeken op een gouden achtergrond, allemaal karakteristiek voor de ‘tweede Gouden Eeuw van de Byzantijnse kunst’.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Hosios Loukas, Dôme de l'Eglise de la Vierge © UNESCO
Description longue

Bien que géographiquement distantes l'une de l'autre (Daphni se trouve en Attique, à 11 km d'Athènes ; Hossios Luckas en Phocide, à 67 km de la capitale, et Nea Moni au milieu de l'île de Chio), ces trois biens appartiennent au même groupe de monuments et partagent les mêmes caractéristiques artistiques. Ces trois monastères sont de remarquables exemples d'un type de construction caractéristique des années centrales de l'architecture byzantine. La Nea Moni, avec son église octogonale sans espaces ajoutés, en présente l'expression la plus simple, tandis qu'Hossios Luckas et Daphni sont plus complexes : ces deux ensembles comportent un espace central octogonal entouré par une série de trompes d'angle qui forment un carré. Cette structure plus élaborée définit une hiérarchie de volumes et de fonctions, et a permis d'y appliquer un ambitieux programme iconographique et décoratif.

Le monastère de Daphni, situé sur l'ancienne voie sacrée menant d'Athènes à Éleusis, a remplacé un temple consacré à Apollon Daphnéios qui fut détruit en 396 apr. J.-C. Au cours du Ve siècle, une basilique y a été construite, ainsi qu'un mur restauré et complété sous le règne de Justinien (527-565). Celui-ci formait une enceinte carrée de 97 m de côté ; une grande partie du mur nord, qui mesurait à l'origine 8 m de hauteur, est conservée. Ce premier monastère, dont différents vestiges archéologiques ont été mis au jour, fut abandonné au cours des invasions slaves des VIIe et VIIIe siècles. Ce n'est qu'en 1100, lorsque l'Empire byzantin connut son apogée sous Alexis Ier Comnène, qu'il put renaître de ses ruines. L'église fut construite à cette époque. Elle possédait un narthex auquel un exonarthex à deux niveaux fut ajouté peu de temps après. D'autres édifices monastiques, comme le réfectoire, des cellules et un puits furent construits au cours de la même campagne, et l'église fut alors somptueusement décorée de mosaïques représentant la Dormition de la Vierge. Mis à sac par les croisés francs en 1205, le monastère fut donné aux cisterciens de l'abbaye de Bellevaux par le duc d'Athènes, Othon de La Roche en 1207. Ceux-ci y construisirent un cloître et remodelèrent l'exonarthex et le mur d'enceinte, mais ne touchèrent pas aux mosaïques. Daphni revint aux moines orthodoxes après la prise d'Athènes par le sultan ottoman Mehmet II, en 1458. Déconsacré en 1821, le monastère a fait l'objet de différents travaux de restauration depuis 1888.

Le monastère d'Hossios Luckas se trouve à 37 km de Delphes, sur le flanc occidental de l'Hélicon : c'est là qu'un ermite nommé Luckas le Stiriote choisit de s'établir, en 946, au milieu des ruines d'un temple consacré à Déméter. Ce saint homme y mourut en 953. Un ouvrage sur sa vie mentionne une première église dédiée à sainte Barbe, et la construction d'une autre église, destinée aux pèlerins, commença dans le courant de la seconde moitié du Xe siècle. La topographie de la vaste enceinte polygonale du monastère, dont les bâtiments se disposent selon un plan irrégulier le long d'un axe est/ouest, porte encore les traces des adjonctions successives qui lui ont été apportées, et témoigne du succès durable rencontré par le culte de saint Luc de Phocide. L'immense volume de la coupole centrale, d'un diamètre de 9 m, repose sur un tambour percé de 16 baies, est épaulé de trois côtés par des espaces latéraux voûtés en arêtes. Le bema et l'abside forment le plan en croix carrée de l'église qui est l'une des créations les plus parfaites de l'architecture byzantine. L'église regorge de trésors iconographiques qui forment, par leur ampleur et leur cohérence, un ensemble à peu près unique. Son riche décor de mosaïques, de fresques et de revêtements de marbre transforme son plan complexe et compartimenté en un ensemble pénétré de luxe et d'harmonie.

La construction du monastère de la Nea Moni de Chio est largement documentée, parce qu'elle est liée à l'un des événements majeurs de l'histoire byzantine. Constantin le Gladiateur, un noble qui vivait en exil, apprit de deux moines de Chio, Nicétas et Jean, qu'il deviendrait empereur. Lorsqu'il épousa l'impératrice Zoé, âgée de soixante-quatre ans, et déjà deux fois veuve, devenant ainsi basileus sous le nom de Constantin Monomaque, il se souvint de cette prédiction et fonda le monastère en 1045. Il choisit à cet effet une vallée de Chio située sur les pentes du mont Aétos, et dota sa fondation de possessions et de privilèges. La coupole, qui mesure approximativement 7 m de diamètre, n'a pas d'espaces latéraux, mais se trouve entre un sanctuaire en triconque et un narthex précédé par un exonarthex doté d'absides latérales. L'architecture de saveur rustique est relayée par le style primitif des mosaïques, qui trahissent une légère influence orientale. Loin de l'humanisme assez abstrait du décor de Daphni et d'Hossios Luckas, les personnages typiques figurés de la Nea Moni offrent le contrepoint stimulant d'un art plus naïf, une transcription populaire des grands modèles hérités de Constantinople.

Source : UNESCO/CLT/WHC