English Français
Aidez maintenant !

Ville coloniale de Saint-Domingue

Colonial City of Santo Domingo

After Christopher Columbus's arrival on the island in 1492, Santo Domingo became the site of the first cathedral, hospital, customs house and university in the Americas. This colonial town, founded in 1498, was laid out on a grid pattern that became the model for almost all town planners in the New World.

Ville coloniale de Saint-Domingue

Après la découverte de l'île par Christophe Colomb en 1492, c'est à Saint-Domingue, fondée en 1498, que s'élevèrent la première cathédrale, le premier hôpital, la première douane et la première université d'Amérique. La ville coloniale fut édifiée selon un plan en damier qui servit de modèle à presque tous les urbanistes du Nouveau Monde.

مدينة سانتو دومينغو المستعمرة

بعد اكتشاف الجزيرة على يد كريستوف كولومبوس عام 1492، ارتفعت في سانت دومينغ التي تأسست عام 1498 أول كاتدرائية وأول مستشفى وأول دائرة جمركية وأول جامعة في أميركا. وقد تم بناء هذه المدينة الاستعمارية بشكل مربعات منسقة أصبحت نموذجاً يحتذي به مجمل اخصائيي تخطيط المدن في العالم الجديد.  

source: UNESCO/ERI

圣多明各殖民城市

1492年克里斯托夫·哥伦布(Christopher Columbus)首次踏足这个岛屿后,圣多明各成为美洲第一个建立教堂、医院、海关和大学的地方。这座殖民地城镇建于1498年,呈网状布局,是后来几乎所有新大陆城镇规划者效仿的典范。

source: UNESCO/ERI

Колониальный город Санто-Доминго

После открытия острова Гаити в 1492 г. Христофором Колумбом, Санто-Доминго стал первым местом в Америке, где были построены кафедральный собор, больница, таможня и университет. Колониальный город, основанный в 1498 г., был спланирован в виде перпендикулярной сетки, что стало образцом для почти всех градостроителей Нового Света.

source: UNESCO/ERI

Ciudad colonial de Santo Domingo

Fundada seis años después del descubrimiento de la isla por Cristóbal Colón en 1492, Santo Domingo es la ciudad donde se construyeron la primera catedral, el primer hospital, la primera universidad y la primera aduana del continente americano. La ciudad colonial fue construida con arreglo a un trazado en damero que sirvió de modelo a casi todos los urbanistas del Nuevo Mundo.

source: UNESCO/ERI

サント・ドミンゴ植民都市

source: NFUAJ

Koloniale stad Santo Domingo

Na de ontdekking door Christoffel Columbus van het eiland dat hij Hispaniola noemde in 1492, werd Santo Domingo de plek waar de eerste kathedraal, het eerste ziekenhuis, de eerste douanepost en de eerste universiteit van Zuid-Amerika werden gevestigd. De stad werd gesticht in 1498 op basis van een rasterpatroon, dat het model zou worden voor bijna alle stedenbouwkundigen in de Nieuwe Wereld. Al snel vernielden aardbevingen en piratenaanvallen de belangrijkste gebouwen van de stad, zoals de kloosters van de Dominicanen, Franciscanen en Las Mercedes en het ziekenhuis. Een van de meest opvallende gebouwen van Santo Domingo is de kathedraal, gebouwd tussen 1514 en 1542 en de oudste in Amerika.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Catedral de Santa Mariá de la Encarnación Primada de America © Juio González
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse 

Premier établissement permanent du “Nouveau Monde” et capitale des Indes occidentales, la Ville Coloniale de Saint-Domingue – la seule du XVème siècle dans les Amériques–, a été le point de départ du rayonnement culturel européen et de la conquête du continent. De son port sont partis les conquérants Ponce de León, Juan de Esquivel, Hernán Cortés, Vasco Núñez de Balboa, Alonso de Ojeda et tant d’autres. 

Située à l’embouchure de l’Ozama, sur la côte sud de l’île d’Hispaniola, la Ville Coloniale de Saint-Domingue est le noyau à partir duquel a été fondé Santo Domingo de Guzmán, la capitale de la République Dominicaine. Son établissement a débuté sur la rive orientale de l’Ozama en 1496 et elle a été fondée par Bartolomé Colón en 1498, par disposition des rois catholiques. En 1502, le  gouverneur Nicolas de Ovando transfère ses institutions sur la rive occidentale et décide de donner à la ville un plan quadrillé à partir de la Grand-Place (Plaza Mayor). Ce tracé en damier est devenu par la suite une référence pour presque tous les planificateurs urbains du Nouveau Monde. 

Ville des premières fois, Saint-Domingue a été le siège des premières institutions dans les  Amériques : la cathédrale Sainte-Marie de l’Incarnation, le monastère Saint-François, l’université Sant-Thomas d’Aquin, l’hôpital Nicholas de Bari, la Casa de Contratación.  Elle est aussi la première ville fortifiée (forteresse de Saint-Domingue et sa Torre del Homenaje), et le premier siège du pouvoir espagnol dans le Nouveau Monde.  

Sur une superficie de 106 ha, limitée par des murailles, bastions et forts, le site inscrit se compose de  32 rues qui découpent 116 pâtés de maisons, où prédominent les bâtiments  d’un ou deux étages construits en pierre, en brique et en pisé. Son tracé d’origine, l’échelle de ses rues et de ses édifices sont presque intacts ; elle est le seul centre urbain vivant  qui garde ses caractéristiques propres du XVe siècle.  Avec son ensemble patrimonial et monumental et ses édifices gothiques uniques dans cette région du continent, la Ville Coloniale de Saint-Domingue maintient, en essence, la structure, les usages et les fonctions qui ont caractérisé les premières constructions de sa fondation, préservant son intégrité et son authenticité. 

Ville de rencontres, c’est ici que se sont croisées pour la première fois les cultures autochtones, européennes et africaines et que s’est forgée la main d’œuvre multiculturelle, dans une synchronisation absolue des connaissances, des langues, des croyances et des expériences. Enfin, c’est dans la Ville Coloniale de Saint-Domingue que le moine dominicain, frère Antonio Montesino, a lancé son appel en faveur des droits naturels des autochtones, marquant ainsi le commencement de la lutte pour les droits fondamentaux de l’être humain. 

Critère (ii) : La Ville Coloniale de Saint-Domingue a exercé une grande influence sur le développement des villes des Caraïbes et du Continent américain. Son tracé en damier et sa Plaza Mayor ont servi de modèle aux nouvelles villes des Amériques. Ses bâtiments institutionnels datant du XVIe siècle - Palais du Vice-roi, Cabildo (Mairie), Real Audiencia (Cour de justice royale), Chancellerie et Cathédrale - ont servi de référence aux développements ultérieurs. 

Critère (iv) : La trame urbaine initiale de la Ville Coloniale de Saint-Domingue, le "modèle Ovando", est conservée intacte, autant par la régularité de son tracé en damier, ajusté de ci, de là aux impératifs de la topographie, que par la largeur originale de ses rues. Ses édifices monumentaux, qui datent du début du XVIe siècle, témoignent du déclin du gothique espagnol et de l’apparition des premières manifestations de la Renaissance, comme le démontre de façon éloquente sa cathédrale. 

Critère (vi) : Des événements d’une valeur universelle ont vu le jour à Saint-Domingue : c’est  d’ici  que sont parties les expéditions et conquêtes vers de nouvelles terres ; que l’évangélisation s’est propagée et qu’ont été proclamées et appliquées les premières Leyes de Indias (Lois des Indes).  

Intégrité

La Ville Coloniale de Saint Domingue, ceinte par sa muraille, a conservé presque inaltérés l’extension de son territoire, son tracé en damier et la plupart de ses structures architecturales monumentales.  À part de rares mais dramatiques exceptions, elle a gardé son échelle traditionnelle, la largueur des rues, le parcellaire et la hauteur des immeubles. Au cours de son devenir historique, elle a incorporé l’architecture de diverses époques avec leurs formes, styles, matériaux et méthodes de construction qui enrichissent la connaissance ainsi que l’interprétation de son évolution économique, sociale et culturelle comme centre historique vivant. 

Elle conserve son tissu social, sa grande valeur symbolique et, en essence, les différents usages qui ont caractérisé les premières constructions de sa fondation. Malgré les pressions engendrées par le développement immobilier, les dommages causés par les ouragans et tremblements de terre, les attributs essentiels sur lesquels repose l’intégrité fonctionnelle et physique de la Ville Coloniale sont préservés. 

Authenticité

La Ville Coloniale de Saint Domingue a maintenu intact son pourtour originel, conservant une grande partie de ses murailles et de ses forts. Le tracé urbain en damier, le parcellaire et la largeur originelle des rues sont conservés, dans une grande mesure, et permettent une lecture crédible de la ville. Son expression architecturale à petite échelle met en valeur son homogénéité volumétrique. 

Les interventions de restauration réalisées se sont efforcées de laisser des preuves de leur exécution. Dans la mesure du possible, les techniques de consolidation employées ont été faites en utilisant des matériaux compatibles avec les originaux. 

Quelques-unes des structures de la ville coloniale ont été affectées par les phénomènes naturels et par l’action des hommes, sans que ces actes aient diminué de manière significative leur valeur intrinsèque et leur authenticité. 

Éléments requis en matière de protection et de gestion

La protection de la Ville Coloniale de Saint Domingue est assurée grâce à un vaste ensemble de lois et de décrets d’application nationale, et grâce à des normes et à des réglementations municipales qui consolident sa vision d’ensemble et la préservation de ses éléments. L’article 64 de la Constitution de la République dominicaine (janvier 2010) stipule que les biens historiques et artistiques du pays font partie du patrimoine culturel de la nation et sont sous la protection de l’État.  En vertu de la loi 318 (1968), la tâche de définir les règles nécessaires à la protection et à la conservation de ce patrimoine culturel a été confiée au pouvoir exécutif qui, en vertu du décret 1397 (1967), a créé l’Office du Patrimoine Culturel dont la responsabilité principale est de développer, de coordonner et de mettre en œuvre les initiatives et les plans  nationaux  par rapport à son patrimoine monumental. Enfin, l'ordonnance 03-2011 réglemente le zonage, l'utilisation du sol et les interventions dans la ville coloniale ; elle décrit également la partie de la zone tampon qui est située dans le District National. 

Toutefois, dans une perspective juridique, il faut accorder une importance particulière à la consolidation des mécanismes destinés à coordonner les divers participants ayant des mandats de surveillance et de gestion. Il s’avère également nécessaire de doter les principaux responsables de la Ville Coloniale – le Ministère de la Culture et la Mairie du District National – d’un personnel technique plus compétent et plus nombreux pour qu’il puisse réaliser un travail efficace. 

En ce qui concerne la gestion, les institutions responsables ont adopté le Plan de Revitalisation Intégrale de la Ville Coloniale de Saint-Domingue (approuvé par la municipalité  par l’ordonnance 08-2011)  comme outil de planification urbaine et locale, afin de faire face aux défis que constituent la rénovation de son infrastructure de base et les pressions suscitées par les menaces réelles ou potentielles associées aux risques naturels,  sociaux et économiques (ouragans et tremblements de terre, pressions immobilières et tourisme de masse, entre autres). La coordination des actions de gestion dans la zone tampon est indispensable et s’avère particulièrement importante pour la préservation de la valeur universelle du bien inscrit, compte tenu du fait que deux juridictions municipales sont concernées. C’est là un défi que la République Dominicaine s’engage à relever.  

Pour ce faire, il est vital de doter la communauté - les utilisateurs et investisseurs potentiels, la population locale et les visiteurs -, de moyens d’orientations générales et spécifiques afin qu’ils puissent exercer comme il se doit leurs droits et leurs devoirs envers le centre historique. Enfin il faut reconnaître le rôle important que joue la coopération internationale, en particulier par le biais de sa collaboration technique et financière, en appui aux travaux de conservation et de revitalisation durables. 

Description longue

Après l'arrivée de Christophe Colomb sur l'île d'Hispaniola en 1492, on construisit à Saint-Domingue, pour la première fois aux Amériques, une cathédrale, des couvents, un hôpital, des douanes et une université. Cette ville coloniale a été urbanisée selon un plan en damier qui est devenu par la suite une référence pour presque tous les urbanistes du Nouveau Monde. La première impression des colonisateurs espagnols fut encourageante : les indigènes étaient amicaux et le sous-sol semblait regorger d'or. En utilisant ce qui restait de la Santa María, Christophe Colomb construisit le fort de la Nativité (Navidad) sur la côte septentrionale de l'île, non loin d'une hauteur qu'il baptisa le mont du Christ, et y laissa 39 hommes sous la protection du chef du village. Lorsqu'il revint à Hispaniola, un an plus tard, le fort avait été détruit, ses hommes étaient morts et les indigènes étaient devenus suspicieux. Il fonda une nouvelle colonie plus à l'est, qu'il nomma Isabella, et en confia le contrôle à son frère Bartolomeo. Ici aussi, les premières insurrections ne tardèrent pas à éclater.

En 1494, Bartolomeo abandonna Isabella pour gagner la côte sud de l'île, où il fonda le site de Nueva Isabella, actuellement Saint-Domingue, sur la rive gauche de l'Ozama. Comme l'île continuait à être agitée par des soulèvements, Colomb fut remplacé, en tant que vice-roi et gouverneur de la colonie, par Nicolás de Ovando. En 1502 un typhon détruisit la ville et la flotte qui s'apprêtait à rentrer en Castille. Ovando décida de rebâtir entièrement la cité à son emplacement actuel, sur le cours de l'Ozama.

Les édifices de Saint-Domingue n'étaient pas considérés à l'époque comme de style colonial, dans la mesure où leur plan dérivait directement de modèles importés d'Espagne. Tremblements de terre et attaques de pirates dévastèrent à différentes reprises les principaux édifices de la ville, comme les couvents des dominicains, des franciscains et de Las Mercedes, ceux des trois principaux ordres qui s'étaient consacrés à l'évangélisation du Nouveau Monde, ainsi que l'hôpital de Nicolás de Ovando.

La cathédrale, qui est un des principaux monuments de la ville, a été construite entre 1514 et 1542 ; c'est la plus ancienne d'Amérique. Son portail principal se trouve près de la Plaza Colombus, où se dresse une statue gigantesque du grand navigateur. Le beau travail en verre souillé ? fine stained glass coloré est du célèbre artiste dominicain José Rinçon Mora idem anglais Rincón?.

La forteresse d'Ozama et la tour de l'Hommage ont été construites en 1503 : ces édifices en pierre seraient les plus anciens avant-postes militaires conservés d'Amérique. La tour de l'Hommage, une impressionnante structure de style et de plan médiévaux, se dresse encore en son centre.

Source : UNESCO/CLT/WHC