jump to the content

Site archéologique d'Olympie

Archaeological Site of Olympia

The site of Olympia, in a valley in the Peloponnesus, has been inhabited since prehistoric times. In the 10th century B.C., Olympia became a centre for the worship of Zeus. The Altis – the sanctuary to the gods – has one of the highest concentrations of masterpieces from the ancient Greek world. In addition to temples, there are the remains of all the sports structures erected for the Olympic Games, which were held in Olympia every four years beginning in 776 B.C.

Site archéologique d'Olympie

Le site d'Olympie, dans une vallée du Péloponnèse, fut habité dès la préhistoire, et le culte de Zeus s'y implanta dès le Xe siècle av. J.-C. Le sanctuaire de l'Altis – partie consacrée aux dieux – abritait l'une des plus fortes concentrations de chefs-d'œuvre du monde antique. En plus des temples, on y trouve des vestiges de toutes les installations sportives destinées à la célébration des jeux Olympiques qui s'y tinrent tous les quatre ans à partir de 776 av. J.-C.

موقع أولمبيا الأثري

كان موقع أولمبيا الموجود في واد في شبه جزيرة بيلوبونيز مأهولاً منذ فترة ما قبل التاريخ، وبدأت عبادة الإله زوس منذ القرن العاشر قبل الميلاد. وكان مقام "ألتيس" – المخصص للآلهة - يضم مجموعة كبيرة من التحف القديمة. وإلى جانب المعابد، هناك آثار لكافة المنشآت الرياضية للاحتفال بالألعاب الأولمبية التي كانت تجري كل أربعة أعوام منذ العام 776 قبل الميلاد.

source: UNESCO/ERI

奥林匹亚考古遗址

奥林匹亚遗址位于伯罗奔尼撒半岛的山谷,自史前时代以来就有人居住。公元前10世纪,奥林匹亚成了人们敬拜宙斯的一个中心。众神之圣地——阿尔提斯(Altis) ,是希腊建筑杰作最集中的地方。除了庙宇之外,这里还保留着专供奥运会使用的各种体育设施。早在公元前776年,人们就每四年在奥林匹亚举行一次奥运会。

source: UNESCO/ERI

Археологические памятники Олимпии

Эта долина, расположенная на полуострове Пелопоннес, была обитаема еще в доисторические времена. В X в. до н.э. Олимпия стала центром поклонения Зевсу. Холм Альтис – святилище этого бога - содержит одно из богатейших собраний шедевров древнегреческого мира. Помимо храмов, здесь сохранились руины спортивных сооружений, возведенных к Олимпийским играм, которые проводились в Олимпии каждые четыре года начиная с 776 г. до н.э.

source: UNESCO/ERI

Sitio arqueológico de Olimpia

Situado en un valle del Peloponeso, el sitio de Olimpia fue habitado desde los tiempos prehistóricos y, a partir del siglo X a.C., se convirtió en un centro del culto rendido a Zeus. El Altis, santuario de los dioses, poseía uno de los mayores conjuntos de obras de arte de la Antigüedad. Además de los vestigios de los templos, en el sitio conserva los de todas las instalaciones deportivas destinadas a la celebración de los Juegos Olímpicos, iniciados el año 776 a.C. y celebrados cada cuatro años.

source: UNESCO/ERI

オリンピアの古代遺跡

source: NFUAJ

Archeologisch gebied van Olympia

De stad Olympia ligt in een vallei in de Peloponnesos. De naam Olympia verwees naar de heilige berg van Olympus, de verblijfplaats van de god Zeus. In de 10e eeuw voor Christus werd Olympia een centrum voor verering van Zeus. De Altis – het heiligdom voor de goden – heeft een van de grootste concentraties van meesterwerken uit de oude Griekse wereld. Naast tempels zijn er in het gebied overblijfselen te vinden van alle sportaccommodaties die gebouwd werden voor de Olympische Spelen. Deze werden in Olympia om de vier jaar gehouden, de eerste in 776 voor Christus.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Description longue

Olympie illustre de manière exceptionnelle les anciennes civilisations du Péloponnèse, tant en termes de durée que de qualité. La présence humaine sur le site remonte à l'époque préhistorique ; les cultures helladique moyenne et mycénienne y sont également attestées. Consacré à Zeus, l'Altis fut le principal sanctuaire grec entre le Xe siècle av. J.-C. et le IVe siècle apr. J.-C., époque durant laquelle le site d'Olympie demeura florissant. Par la suite, un site chrétien a survécu quelque temps au milieu des ruines du grand sanctuaire panhellénique.

Situé au nord-ouest du Péloponnèse, au pied du mont Kronion, le site archéologique d'Olympie s'étend sur une terrasse alluviale triangulaire au confluent de l'Alphéios et du Kladéos. Dans cette zone peuplée de très longue date, les lieux de culte se succédèrent au cours de toute la période grecque : ceux de Kronos et de Gaia, deux divinités chthoniennes, de Pélops, le héros qui laissa son nom au Péloponnèse, ou encore d'Hippodamie, des mains de laquelle Pélops obtint la victoire d'une course en char qu'il disputait contre Œnomaos, le propre père de celle-ci. Olympie devint un lieu de culte de Zeus dès le Xe siècle av. J. C.

Le nom d'Olympie, utilisé pour désigner la vallée boisée dans laquelle se trouve le site, dérive de celui de la montagne sacrée de l'Olympe, résidence de Zeus. Placé sous la protection des villes de Pisa, puis d'Élis, le sanctuaire d'Olympie a joui d'une très grande célébrité au VIIIe siècle av. J.-C., avec les jeux panhelléniques qui s'y déroulaient tous les cinq ans. C'est à partir de 776 que les jeux réunirent régulièrement des athlètes ; plus tard, orateurs, poètes et musiciens vinrent eux aussi y honorer Zeus.

L'Altis (le sanctuaire des dieux) renferme les ruines de deux principaux temples : celui d'Héra (VIe siècle av. J.-C.) et celui de Zeus (Ve siècle av. J.-C.). Le sanctuaire contenait l'une des plus importantes concentrations de chefs-d'œuvre du monde méditerranéen antique. Beaucoup d'entre eux ont disparu, comme le Zeus d'Olympie, statue de culte en or et en ivoire qui fut probablement réalisée par Phidias entre 438 et 430 av. J.-C. Mais d'autres pièces importantes nous sont parvenues : de grands bronzes votifs archaïques, des sculptures des frontons et des métopes du temple de Zeus, ainsi que l'Hermès de Praxitèle, retrouvé avec sa base dans le temple d'Héra.

Une file de Trésors archaïques (VIe-Ve siècle av. J.-C.), dont plusieurs ont été construits par les habitants des colonies grecques lointaines de Sélinonte, Cyrène et Byzance, occupe la partie nord du site. Des constructions plus récentes - le Métrôon et la colonnade d'Écho (IVe siècle av. J.-C.), le Philippéion élevé pour commémorer la victoire de Chéronée en 338 av. J.-C. et l'exèdre d'Hérode Atticus (157-160 apr. J.-C.) - vinrent progressivement enrichir la topographie complexe du sanctuaire, dont l'enceinte domine un habitat préhistorique. La densité des constructions est plus importante encore en dehors de l'Altis : la zone construite rassemble bâtiments officiels et salles de réunion pour le clergé et les administrateurs du sanctuaire, infrastructures sportives, établissements de bains et logements pour les visiteurs. Au nord-ouest, la palestre et le gymnase du IIIe siècle av. J.-C., et l'ancien stade à l'est, reconstruit au cours du Ier siècle apr. J.-C. et remodelé en 1961-1962, marquent profondément un paysage de ruines d'une majestueuse beauté. Les crues de l'Alphéios ont emporté l'hippodrome dont seul l'emplacement d'origine est connu.

Les monuments d'Olympie ont exercé une influence considérable. Pour ne mentionner que trois exemples, le temple de Zeus, construit en 470-457 av. J.-C., est le modèle des grands temples doriques érigés dans le sud de l'Italie et en Sicile au cours du Ve siècle ; la Nikê de Péonios, sculptée vers 420 av. J.-C., a exercé une influence si durable sur l'iconographie de la Victoire que l'art néoclassique du XIXe siècle s'en est encore très largement inspirée ; enfin, pour la période romaine, la palestre d'Olympie est certainement la référence typologique de Vitruve dans son De architectura.

Olympie est directement et concrètement associée à un événement de portée universelle. Les jeux Olympiques y furent célébrés régulièrement depuis 776. Les olympiades - les périodes de quatre ans entre deux jeux consécutifs tombant la cinquième année - devinrent une unité de mesure chronologique et un système de datation utilisé dans tout le monde grec. L'esprit des jeux Olympiques démontre la puissance des idéaux de l'humanisme grec : une compétition paisible et loyale entre des hommes libres et égaux, prêts à se surpasser eux-mêmes dans un effort physique suprême, avec pour seule ambition celle de recevoir la récompense symbolique d'un rameau d'olivier.

Source : UNESCO/CLT/WHC