English Français

Ville historique de Vigan

Historic Town of Vigan

Established in the 16th century, Vigan is the best-preserved example of a planned Spanish colonial town in Asia. Its architecture reflects the coming together of cultural elements from elsewhere in the Philippines, from China and from Europe, resulting in a culture and townscape that have no parallel anywhere in East and South-East Asia.

Ville historique de Vigan

Vigan est l'exemple le plus intact de ville coloniale espagnole fondée au XVIe siècle en Asie. Son architecture reflète la réunion d'éléments culturels en provenance d'autres régions des Philippines, de Chine et d'Europe, créant une culture unique et un paysage urbain sans équivalent en Extrême-Orient.

مدينة فيغان التاريخية

تُعتبَر فيغان أكثر المدن دلالةً على الاستعمار الاسباني، وهي قد أُسِّست في القرن السادس عشر في آسيا. وتعكس هندستها تمازجَ عناصرَ ثقافيّة تختلف مصادرها: من الفيليبين الى الصين وحتى من اوروبا، مبتكرة بذلك ثقافة فريدة ومنظراً طبيعيًّا مُدنيًّا لا مثيل له في آسيا القصوى.

source: UNESCO/ERI

维甘历史古城

维甘始建于16世纪,是亚洲保存最完好的西班牙殖民城市。该建筑不仅反映出菲律宾其他地方的建筑风格,而且还融入了中国和欧洲的建筑特色。维甘风光秀美,有丰富的文化底蕴,在东亚和东南亚都是首屈一指的。

source: UNESCO/ERI

Исторический город Виган

Основанный в XVI в. Виган – это наиболее хорошо сохранившийся пример спланированного испанского колониального города в Азии. Его архитектура вбирает в себя традиции, свойственные как другим районам на Филиппинах, так и Китаю и Европе. Все это повлияло на местную культуру и облик города, которым нет аналогов нигде на Дальнем Востоке и в Юго-Восточной Азии.

source: UNESCO/ERI

Ciudad histórica de Vigan

Fundada en el siglo XVI, la ciudad de Vigan es el ejemplo más fiel e intacto del urbanismo colonial español en Asia. Su arquitectura es un exponente de la confluencia de elementos culturales procedentes de otras regiones de Filipinas, así como de China y Europa. Esa confluencia ha dado por resultado la configuración de un paisaje urbano excepcional y de una cultura sin parangón en todo el Extremo Oriente.

source: UNESCO/ERI

古都ビガン
ビガンはフィリピン北部、イロコス・スル州の州都。ルソン島北西部アブラ川河口右岸に位置する。1572年、スペイン領となったが、スペイン征服前から、交易を通して日本・中国にはイロコスとして知られていた。フィリピン各地や中国の文化要素と巧みに融合した16世紀のスペイン風の建築様式が多く残されており、その独特の文化と街並みの景観は、他の東アジアや東南アジア各地には見られないものである。

source: NFUAJ

Historische stad Vigan

Vigan werd in de 16e eeuw gesticht en is het best bewaard gebleven voorbeeld van een Spaanse koloniale stad in Azië. Vigan vertegenwoordigt een unieke combinatie van Aziatische bouw- en constructiestijl en Europese koloniale architectuur en planning. Culturele elementen uit andere delen van de Filippijnen zijn samengegaan met Chinese en Europese invloeden, wat resulteert in een stadsbeeld dat nergens anders in Oost en Zuidoost Azië te vinden is. Vanwege de gemengde invloeden wijkt Vigan ook af van de Spaanse koloniale steden in Latijns Amerika. De voormalige Europese handelsstad is tegenwoordig verdeeld in negen districten en dertig dorpen.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Ville historique de Vigan © OUR PLACE
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Vigan est l'exemple le plus intact de ville coloniale espagnole planifiée fondée au XVIe siècle en Asie. Son architecture reflète la réunion d'éléments culturels en provenance d’autre régions des Philippines, de Chine, d'Europe et du Mexique pour créer une culture unique et un paysage sans équivalent en en Asie de l’Est et du Sud-Est. Important centre commercial avant l'ère coloniale, Vigan est située dans le delta de l’Abra, en bordure de la côte nord-ouest de l'île principale de Luzon, dans la province d’Ilocos Sur de l’archipel des Philippines. La superficie totale du bien inscrit est de 17,25 ha. Le plan hispanique traditionnel en damier de la ville s'ouvre sur deux places adjacentes. La Plaza Salcedo représente la partie plus longue d'un espace ouvert en forme de L, et la Plaza de Burgos la plus courte. Les deux places sont dominées par la cathédrale Saint-Paul, le Palais de l'archevêché, l'Hôtel de Ville et le bâtiment du Capitole provincial. Le plan de la ville est conforme au plan quadrillé de la Renaissance décrit dans la Ley de las Indias qui s’applique à toutes les villes nouvelles de l'empire espagnol. Vigan se distingue cependant des villes de l’empire colonial espagnol de la même époque implantées en Amérique latine par son centre historique (que l’on appelle le quartier Mestizo), où la tradition latine est tempérée par de fortes influences chinoises, ilocanos et philippines. Comme son nom l'indique, de riches familles métisses d’origine chinoise et ilocano s’installèrent dans ce quartier. La zone contient l'empreinte historique de la ville entière et se compose d'un total de 233 bâtiments historiques enserrés dans un quadrillage de vingt-cinq rues.

Les structures à deux étages sont construites en briques et en bois, avec un toit à forte pente qui rappelle l'architecture traditionnelle chinoise. Les murs extérieurs de l'étage supérieur sont percés de panneaux vitrés décorés de coquillages Kapis et encadrés de bois qui coulissent pour assurer une meilleure ventilation. La plupart des bâtiments existants ont probablement été construits entre le milieu du XVIIIe siècle et la fin du XIXe siècle. En raison du déclin économique de Vigan en tant que centre économique après la Seconde Guerre mondiale, seuls quelques-uns des bâtiments historiques ont subi une réorganisation interne pour des usages alternatifs. Les marchands et les négociants chinois menaient leurs affaires dans les boutiques, les bureaux et les entrepôts situés au rez-de-chaussée de leur maison, leur habitation se trouvait au niveau supérieur. Outre l’architecture commerciale et résidentielle, Vigan possède un certain nombre de bâtiments publics importants, qui eux aussi montrent des influences multiculturelles.

Vigan est unique en ce qu’elle a conservé l’essentiel de son caractère colonial espagnol, en particulier le plan des rues en damier et son tissu urbain historique. Son importance réside aussi dans la façon dont les différentes influences architecturales se sont imbriquées pour créer un paysage urbain homogène.

Critère (ii): Vigan représente une alliance unique de la conception architecturale et de la construction asiatiques avec les caractéristiques urbanistiques et architecturales coloniales européennes.

Critère (iv) : Vigan est un exemple exceptionnellement intact et bien préservé de ville commerçante européenne en Extrême-Orient

Intégrité
Tous les éléments constitutifs de ses valeurs sont inclus dans le bien. Cela garantit que son importance en tant que ville coloniale hispanique bien planifiée et bien préservée est représentée.


À l'heure actuelle, les principales caractéristiques de la plupart des maisons ancestrales de Vigan sont conservées, bien que quelques-unes de ces maisons soient dans un état de détérioration en raison de la négligence de leurs propriétaires absents.

Authenticité
Vigan a conservé son authenticité dans le plan en damier des rues, le tissu urbain historique et l'utilisation des espaces ouverts.

Les bâtiments historiques ont gardé leur usage traditionnel pour le commerce dans les étages inférieurs et d’habitation pour les propriétaires dans les étages supérieurs. Cependant, très peu de maisons sont restées intactes. Les modifications apportées aux maisons les mieux conservées ont concerné les intérieurs: subdiviser les grandes salles d'habitation pour créer des appartements plus petits, transformer les rez-de-chaussée en espaces pour une utilisation commerciale. Après avoir été complètement réorganisées pour permettre de nouveaux usages, de nombreuses structures ont perdu leur authenticité. Quelques-unes ont été abandonnées, négligées et laissées en état de dégradation. Les matériaux de construction originaux tels que les briques, le bois, les coquillages Kapis et la chaux pour le mortier et le plâtre venaient tous des zones environnantes.

Le manque de matériaux de construction traditionnels tels que le bois et la chaux pour le plâtre et le mortier a conduit à utiliser des matériaux modernes comme le ciment et l’acier galvanisé pour les toitures. La prise de conscience de la nécessité de préserver l'authenticité a considérablement augmenté depuis que le bien a été inscrit. Les pratiques de conservation qui s’étaient développées de façon naturelle au cours des trois derniers siècles, ont désormais été réintroduites, en faisant usage d'une réserve considérable de métiers traditionnels de la construction qui ont survécu.

Eléments requis en matière de protection et de gestion
Le bien fait l’objet d’une protection suffisante grâce aux dispositions législatives locales, à savoir: l'ordonnance n°12, S 1997 délimitant le centre historique et les zones tampons du bien; l'ordonnance n°14 S de 1997 sur les utilisations autorisées dans les zones protégées ; et les ordonnances de protection modifiées ultérieurement en tant qu’ordonnance de la ville n°7, S 2006 établissant les Lignes directrices de conservation de Vigan. Le Conseil de Conservation de Vigan et son groupe de travail technique ont été créés par un décret de 1999 pour élaborer, recommander, évaluer et approuver toute intervention matérielle dans les zones protégées, assurant ainsi une application stricte des Lignes directrices de conservation de Vigan. Le bien est également protégé par les dispositions nationales de protection, juridiques et administratives, existantes, y compris la Loi de la République 10066 de 2009 qui prévoit la protection et la conservation du patrimoine culturel national.
Le développement, la conservation et la gestion durable du bien sont guidés par le Plan directeur de Vigan de 1999, élaboré avec la participation de multiples parties prenantes. Il englobe les aspects matériel, architectural, développement urbain, infrastructurel, juridique, anthropologique, sociologique, environnemental, touristique et économique de Vigan.

Afin de responsabiliser les propriétaires de bâtiments historiques à l’entretien et à la restauration de leurs maisons ancestrales, l'UNESCO et le gouvernement de la Ville de Vigan ont publié le Manuel de conservation pour les propriétaires de patrimoine. Le gouvernement de la Ville a également créé un centre de formation pour relancer l'artisanat de construction traditionnelle.
Vigan est devenue une destination touristique majeure des touristes nationaux depuis son inscription. Bien que le tourisme ne soit pas la principale industrie à Vigan, il a apporté des avantages économiques et sociaux à tous les acteurs de Vigan. En conséquence, le nombre croissant de visiteurs a encouragé la réutilisation des espaces à l'intérieur des maisons ancestrales comme installations d'hébergement, fournisseurs de services pour les visiteurs et points de vente de produits locaux. Un conseil multisectoriel du Tourisme de Vigan a été créé pour aider les autorités de la ville dans la formulation de politiques appropriées et dans le suivi des activités de tourisme et de leur impact sur les valeurs du bien.

Le système de gestion mis en place par les autorités de la Ville de Vigan, le Conseil de Conservation de Vigan (CCV), est un conseil multisectoriel, composé de représentants du gouvernement, de l'église, des universités, des organisations professionnelles, du secteur privé, et d’experts en conservation et de juristes. Le CCV aborde toutes les questions liées au tourisme, y compris la gestion touristique, la promotion de l'artisanat et des produits de l'industrie et d’autres questions. Il traite des problèmes liés aux destinations touristiques dans la Ville de Vigan. Il aborde également les questions environnementales telles que la gestion des déchets résultant du tourisme, en collaboration avec l'agence de la ville concernée et son représentant, Conseil municipal pour l’environnement (Sangguiniang Panlunsod, SP), qui siège au sein du Conseil. Il traite également des questions liées à l'hébergement et aux installations touristiques et d’autres questions. Le Conseil est composé de membres de la communauté afin qu'ils soient conscients des enjeux et des préoccupations liés au tourisme, car ils y sont confrontés eux-mêmes. Ils définissent des solutions à ces problèmes.

Les bâtiments et les espaces ouverts possèdent divers statuts de propriété. Les bâtiments publics appartiennent à différents propriétaires comme le gouvernement provincial, la municipalité et les autorités catholiques. Alors que ceux-ci sont accessibles au public, la majorité des maisons sont des propriétés privées appartenant aux descendants des premiers habitants qui les ont construites. Certaines sont ouvertes au public comme les boutiques de souvenirs, hôtels, cafés, restaurants et autres utilisations. Les autorités de la Ville de Vigan collaborent avec les différents propriétaires d'immeubles dans la Ville par l’intermédiaire du CCV.

Divers programmes et projets ont été mis en œuvre pour atténuer les effets négatifs des changements d’utilisation des bâtiments et de leur modernisation. Parmi les événements importants, on citera la récente publication du Manuel de conservation pour les propriétaires de patrimoine, qui guide les propriétaires dans la réparation et la restauration des maisons historiques de Vigan, et la mise en place de l'école pour la renaissance des matériaux de construction et des systèmes traditionnels (Eskwela Talyer). Cependant, en dépit des efforts majeurs déjà consentis pour la conservation, la protection et la promotion du centre historique, les inquiétudes persistent en raison notamment de la nécessité de disposer immédiatement de matériaux traditionnels et historiques pour les utiliser dans des projets de restauration. La participation dynamique de Eskwela Talyer, ainsi que la participation active des institutions académiques et des organisations traditionnelles de fabricants de matériaux de construction est plus que nécessaire à cet égard.

Mais, surtout, la préservation de la valeur patrimoniale de la ville historique de Vigan bénéficie d’un soutien et d’un appui politiques non partisans. L'ensemble de la communauté de Vigan est conscient de l’importance de cette ville historique et s’est engagé à faire en sorte qu’elle soit maintenue sur le long terme. Les mesures pour la protection, la conservation et la durabilité sont universellement prises en charge et servent de modèles pour la conservation du patrimoine des autres communautés historiques aux Philippines.

Les industries traditionnelles comme la production de saucisses, la Burnay (poterie), le tissage manuel du coton abel, la fabrication de meubles ainsi que la richesse des traditions culturelles immatérielles liées à la foi catholique romaine perdurent jusqu’à aujourd’hui et restent authentiques, contribuant ainsi aux riches traditions de cette ville historique.

Description longue
[Uniquement en anglais]

Vigan is an exceptionally intact and well-preserved example of a European trading town in East and South-East Asia. The architecture is truly reflective of its roots in both materials and design, in its fusion of Asian building design and construction with European colonial architecture and planning.

The town is located in the delta of the Abra River, off the coastal plain of the China Sea, close to the north-east tip of the island of Luzon. The present-day municipality divided into nine urban districts and thirty rural villages. Almost half the total area is still in use for agriculture. The Historic Core Zone is defined on two sides by the Govantes and Mestizo rivers.

Before the arrival of the Spanish, there was a small indigenous settlement on what was at that time an island, consisting of wooden or bamboo houses on stilts. In 1572 the conquistador Juan de Salcedo founded a new town, which he named Villa Ferdinandina, and made it his capital when appointed Lieutenant Governor (Encomendero ) of the entire Ilocos region. Intended as a trading centre rather than a fortress, it was the northernmost city established in the Philippines by the Spanish. At the end of the 17th century a new form of architecture evolved, which combined traditional construction with the techniques of building in stone and wood introduced by the Spanish. Brick was introduced by the Augustinians for their churches and other buildings. In 1778, as a result of its expansion, it was renamed Ciudad Ferdinandina. The Mestizo River was central to the development of the town in the 16th-19th centuries: large sea-going vessels could berth in the delta and small craft communicated with the interior. It is no longer navigable owing to silting, and so the town is no longer an island. As the major commercial centre for the region, Vigan traded directly with China. As a stage in the Manila-Acapulco galleon trade in the Spanish colonial period, it supplied goods for shipping to Mexico, and thence onwards to Europe. This trade resulted in constant exchanges of peoples and cultures between the Ilocanos, Filipinos, Chinese, Spanish, and (in the 20th century) North Americans.

The traditional Spanish chequerboard street plan opens up into a main plaza, in two parts. The Plaza Salcedo is the longer arm of an L-shaped open space, with the Plaza Burgos as the shorter. The former is dominated by the Municipal Hall and the Provincial Capitol and the latter by the cathedral. The urban plan of the town closely conforms to the Renaissance grid plan specified in the Ley de las Indias for all 149 new towns in the Spanish Empire. There is, however, a noticeable difference between Vigan and contemporary Spanish colonial towns in Latin America in the Historic Core (known as the Mestizo district), where the Latin tradition is tempered by strong Chinese, Ilocano and Filipino influences.

The building materials used in Vigan are terracotta, wood, shells, stone and lime, all obtained from the surrounding area. The architecture of the typical Vigan house is derived from the traditional Filipino dwelling, the bahay kubo, a small one-room hut built from light woven materials (wood, bamboo, thatch), raised on stilts for ventilation and as protection against monsoon flooding. Such structures are no longer to be found in Vigan, but their influence is discernible in the much larger bahay na bato (stone house), a much more solid structure, with a stone-built lower storey surmounted by a timber-framed upper storey, and with a steeply pitched tiled roof (reminiscent of traditional Chinese architecture). The exterior walls of the upper storey are enclosed by window panels of kapis shells framed in wood which can be slid back for better ventilation. The Chinese merchants and traders conducted their business from offices and warehouses on the ground floors of their houses, with the living quarters above. This is characteristic of Chinese society. Vigan also possesses a number of significant public buildings, which also show multi-cultural influences. These include the Cathedral of St Paul, the Archbishop's Palace, St Paul's College, the Catholic Cemetery Chapel, and the neoclassical early 20th-century provincial Capitol.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Avant l'arrivée des Espagnols, il existait un village indigène installé sur une île, constitué d'un groupe de maisons de bois ou de bambou sur pilotis. En 1572 le conquistador Juan de Salcedo fonda sur ce site une ville nouvelle, qu'il baptisa du nom de Villa Ferdinandina. Il en fit sa capitale lorsqu'il fut nommé Lieutenant Gouverneur (Encomendero) de la région d'Ilocos. Conçue comme un comptoir commercial plutôt que comme une forteresse, elle était l'établissement urbain le plus septentrional installé aux Philippines par les Espagnols.

A la fin du XVIIe siècle, une nouvelle forme d'architecture est née, qui alliait la construction traditionnelle avec les techniques de construction en pierre et bois introduites par les Espagnols. Les frères augustins introduisirent la brique pour leurs églises et leurs bâtiments.

Le siège de l'archidiocèse de la Nueva Segovia fut transféré à Vigan en 1758 qui devint le centre de l'activité religieuse de la région. En 1778, en raison de son expansion, elle fut rebaptisée Ciudad Ferdinandina.

Le fleuve Mestizo joua un rôle central dans le développement de la ville du XVIe au XIXe siècle : son delta pouvait accueillir les grands navires tandis que des petites embarcations assuraient la navette avec l'intérieur des terres. Il n'est toutefois plus navigable aujourd'hui en raison de l'ensablement qui, en outre, fait que la ville n'est plus une île.

En tant que principal centre commercial de la région, Vigan entretenait des liens commerciaux directs avec la Chine. En tant qu'escale dans le commerce par galion entre Manille et Acapulco, qui dura pendant toute la période coloniale espagnole, elle fournissait des marchandises qui traversaient le Pacifique à destination du Mexique puis de là gagnaient l'Europe en traversant l'Atlantique. Ces liens commerciaux ont favorisé des échanges constants entre les peuples et les cultures Ilocanos, philippins, chinois, espagnols et (au XXe siècle) américains du nord.

Source : évaluation des Organisations consultatives