English Français
Aidez maintenant !

Médina de Sousse

Medina of Sousse

Sousse was an important commercial and military port during the Aghlabid period (800–909) and is a typical example of a town dating from the first centuries of Islam. With its kasbah, ramparts, medina (with the Great Mosque), Bu Ftata Mosque and typical ribat (both a fort and a religious building), Sousse was part of a coastal defence system.

Médina de Sousse

Sousse, important port commercial et militaire sous les Aghlabides (800-909), est un exemple typique de ville des premiers siècles de l'islam. Avec sa casbah, ses remparts, sa médina et sa Grande Mosquée, la mosquée Bu Ftata et son ribat typique, à la fois fort et édifice religieux, elle était l'un des éléments d'un système de défense de la côte.

كانت سوسة مرفأ تجارياً وعسكرياً هاماً في عهد الأغالبة (800-909)، وهي اليوم نموذج عن مدن القرون الأولى من الاسلام. وقد شكلت في ما مضى عنصراً من نظام دفاعي ساحلي بقصبتها وأسوارها ومدينتها القديمة والمسجد الكبير ورباطها النموذجي الذي يجمع بين وظيفته كقلعة وكنصب ديني.

source: UNESCO/ERI

在阿克拉普王朝时代(公元800-909年),苏塞就是重要的贸易枢纽和军事港口。在伊斯兰世界最初形成的几百年中,苏塞是一个典型的伊斯兰城镇。城内有旧城区、防御工事、阿拉伯人聚居区(并建有大清真寺)、伊斯兰教修道院和典型的里巴特(既有军事功能又有宗教意义的男修道院)。苏塞是伊斯兰国家沿海防御系统的一个重要组成部分。

source: UNESCO/ERI

Сус, важный торговый и военный порт в период Аглабидов (800-909 гг.), является типичным примером города, относящегося к первым столетиям распространения ислама. Сус, со своими касбой, стенами, мединой (с Большой мечетью), мечетью Бу-Фатата и характерным «рибатом» (одновременно фортом и зданием религиозного назначения), являлся частью прибрежной оборонительной системы.

source: UNESCO/ERI

Medina de Susa

Importante puerto comercial y militar en tiempos de los aglabíes (800-909), Susa formó parte de un dispositivo de defensa de las costas y es un ejemplo característico de las ciudades construidas en los primeros siglos del Islam. Ha conservado la kasba, las murallas, la medina con la Gran Mezquita, la mezquita de Bu Ftata y la típica rábida.

source: UNESCO/ERI

スース旧市街

source: NFUAJ

Medina of Sousse

De medina van Sousse ligt in het Tunesische gedeelte van de Sahel. Het vormt een harmonieus archeologisch complex dat de Arabisch-Islamitische stedenbouw reflecteert, toegepast op een kustplaats die te maken had met piraterij en andere gevaren van de zee. Sousse was een belangrijke commerciële en militaire haven tijdens de Aghlabidperiode (800-909) en maakte deel uit van een kustverdediging. Bezienswaardigheden in Sousse zijn de kashba, verdedigingsmuren, de Bu Ftata-moskee, de ribat (zowel een fort als een religieus gebouw) en de medina. De medina – met daarin de Grote Moskee – bestaat uit naast elkaar geplaatste woningen gescheiden door kronkelende steegjes en smalle paadjes.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Située dans le Sahel tunisien, la Médina de Sousse constitue un ensemble architectural homogène qui reflète l’urbanisme arabo-musulman appliqué à une ville côtière exposée à travers son histoire à la piraterie et aux dangers venant de la mer. Elle constitue, avec la médina de Monastir, l’unique prototype qui nous soit parvenu de l’architecture militaire côtière des premiers siècles de l’Islam. Plusieurs monuments de la médina témoignent de cette architecture robuste, ascétique et imposante, notamment le Ribat, la Grande Mosquée, la mosquée Bou Ftata, la Casbah et les remparts. Le Ribat, à la fois fort et édifice religieux, est un exemple éminent de ce type de construction. La Médina est aussi constituée d’habitations juxtaposées réparties en quartiers que séparent des ruelles sinueuses et des impasses étroites, une typologie en voie de disparition et menacée par la vie moderne et l’évolution des techniques architecturales. Elle renferme également un ensemble de monuments uniques qui datent de l’époque aghlabide et fatimide, qui permettent de suivre l’évolution de l’art islamique dans sa première période.

 

Critère (iii) :Avec le Ribat, la Casbah, les remparts, la mosquée de Bou Ftata et la Grande Mosquée, la Médina de Sousse apporte un témoignage exceptionnel sur la civilisation des premiers siècles de l’Hégire. La médina est conçue selon un plan régulier avec son axe méridien, menant de Bab el Khabli au Ribat et à l’ancien port intérieur, et son axe est-ouest, allant de Bab el Djedid  à Bab el Gharbi. Elle constitue un exemple précoce et interessant de la ville islamique.

Critère (iv) : Le plus ancien et le mieux conservé de toute la série, le ribat de Sousse est un exemple éminent de ce type de construction, avec son enceinte rectangulaire flanquée de tours et de tourettes, percée d’une seule porte, au sud, avec sa cour intérieure à deux niveaux sur laquelle ouvrent trente cinq cellules, une mosquée occupant le côté méridional du premier étage, avec sa tour sud-est, adjonction de 821, à la fois minaret et vigie, d’où l’on pouvait transmettre des signaux au Ribat de Monastir.

Critère (v) : La médina de Sousse constitue un exemple éminent de l’architecture arabo-musulmane et méditerranéenne qui reflète un mode de vie traditionnel particulier. Cette typologie, devenue vulnérable sous l’effet des mutations socio-économiques irréversibles et de la modernité, constitue un patrimoine précieux qui doit être sauvegardé et protégé.

 

Intégrité (2009)

Les limites du bien coïncident avec le mur d’enceinte de la ville et comportent tous les attributs importants.

L’ensemble urbain historique de la ville de Sousse a conservé, sans altération majeure, son tissu urbain avec sa morphologie spatiale, et ses composantes monumentales, architecturales, et architectoniques. Toutefois, les nouveaux développements à l’extérieur des limites menacent l’intégrité visuelle de ce fort côtier.

 

Authenticité (2009)

L’adaptation aux nouveaux modes de vie et aux exigences socioculturelles et économiques ainsi que les travaux de restauration et de rénovation menés à travers les siècles n’ont ni affecté ni perturbé l’essentiel de l’authenticité fonctionnelle et structurelle du bien. Toutefois, de nouveaux défis se présentent lorsqu’il faut trouver un équilibre entre la fonction, les besoins des habitants, les questions relatives au patrimoine et la demande de nouveaux bâtiments. L’authenticité est en particulier rendue vulnérable sous l’effet d’une conservation inappropriée et de nouvelles constructions inadéquates.  

 

Mesures de protection et de gestion (2009)

La médina de Sousse bénéficie de trois nivaux de protection nationale y compris un système de protection au niveau local et municipal. En plus du grand nombre de monuments bénéficiant d’un classement spécifique à titre de monument historique (la Kasbah, la Grande Mosquée, le Ribat, la Soufra, la mosquée Bou Ftata, etc.), le bien est protégé par la Loi 35-1994 relative à la protection du patrimoine archéologique, historique et arts traditionnels,  par la Loi relative au plan d’aménagement urbain et par l’Arrêté municipal relatif aux permis de bâtir à l’intérieur de la médina de Sousse. Une structure relevant de l’Institut national du patrimoine est chargée de la sauvegarde du bien et de sa gestion de manière permanente. Des mesures de contrôle visant à réduire l’impact des interventions sur les monuments historiques et des nouveaux développements sur l’ensemble du bien mériteraient d’être implantées strictement sur une base continue. Les interventions pour la conservation ont également besoin d’être contrôlées avec attention et de manière continue. La zone tampon proposée s’étendra sur 200 mètres au-delà des remparts et fera l’objet de contraintes en matière de planification adéquates pour préserver l’intégrité visuelle du bien.

Description longue
[Uniquement en anglais]

With its outstanding buildings, Sousse bears exceptional witness to the civilization of the first centuries of the Hegira. The medina constitutes an early and interesting example of a new type of Islamic city. The most ancient and best conserved of all, the ribat of Sousse is an excellent example of this type of construction.

The port of Sousse was the Phoenician outpost of Hadrumetum, a free Roman city, the capital of Byzacium under Diocletian, the Vandal city of Hunericopolis, and finally the Byzantine city of Justiniana or Justinianopolis. No monument, however, survives from these thousand years of history, for during his conquest of Ifriqiya, Oqba ibn Nafìi entirely destroyed Justinianopolis after a two-month siege. Built in the late 7th century on these ruins and given its present name, Sousse was a completely new city.

The most ancient monument still standing, the Ribat, belongs to that period. It was part of the Islamic defences against the Byzantine fleets. The ribats housed the garrisons of the Defenders of the Faith, the Mourabitin, and their austere architecture reflected the structures' dual military/religious function. In 821 the Emir Ziyadat Allah I completed the fortifications by adding a square bastion with tower which served both as a watchtower and as a minaret. From the enclosed port, protected by these walls, Muslim troops embarked in 827 on their conquest of Sicily.

Under the Aghlabids (800-909), Sousse rapidly flourished. Certain significant monuments were constructed in this golden century: the mosque of Bu Ftata, the first kasbah, and the Great Mosque, founded by the Emir Abdul Abbas Mohammed. In 859, the urban walls seem to have been in their final stage of completion, and the limits of the medina were broadly drawn. The surrounding fortifications made the military function of the ribat less vital and it reverted fully to its religious function.

The port declined with the founding of Mahdia in 916, but re-established itself in the 11th century. In the 12th century its status was again compromised when the Sicilian Normans captured Sousse and held it for eleven years. The Spanish troops of Charles V took Mahdia in 1554; after this it recovered to some extent.

The medina was conceived according to a regular plan with its meridian axis running from Bab el Khabli to the ribat and the ancient interior port, and its east-west axis going from Bab el Djedid to Bab el Gharbi. It is a rectangular enclosure flanked with towers and turrets, a single gate on the south, an inner courtyard rising over two levels with 35 cells opening on to it. It has a mosque on the southern side of the first storey with the south-east tower, added in 821, serving as both minaret and watchtower; from it signals could be transmitted to the ribat at Monastir.

Source : UNESCO/CLT/WHC