jump to the content

Ville médiévale de Rhodes

Medieval City of Rhodes

The Order of St John of Jerusalem occupied Rhodes from 1309 to 1523 and set about transforming the city into a stronghold. It subsequently came under Turkish and Italian rule. With the Palace of the Grand Masters, the Great Hospital and the Street of the Knights, the Upper Town is one of the most beautiful urban ensembles of the Gothic period. In the Lower Town, Gothic architecture coexists with mosques, public baths and other buildings dating from the Ottoman period.

Ville médiévale de Rhodes

L'ordre des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem a occupé la ville de 1309 à 1523 et a entrepris de la transformer en place forte avant qu'elle ne passe successivement sous domination turque et italienne. La haute-ville est l'un des plus beaux ensembles urbains de la période gothique, avec le palais des Grands Maîtres, l'Hôpital et la rue des Chevaliers. Dans la basse-ville, l'architecture gothique coexiste avec des mosquées, des bains publics et d'autres édifices construits durant la période ottomane.

مدينة رودوس العائدة للقرون الوسطى

احتلّ الفرسان الصليبيون المدينة منذ عام 1309 حتى عام 1523، وأخذوا على عاتقهم مهمة تحويلها إلى مكان حصين قبل أن تخضع تدريجياً للسيطرة التركية والإيطالية. وتشكّل المدينة العليا أجمل المجموعات الريفية العائدة للفترة القوطية بفضل قصر كبار الأسياد والمستشفى وطريق الفرسان. أما في المدينة السُفلى، فتتعايش الهندسة القوطية مع المساجد والحمامات العامة ومباني أخرى شُيّدت في العهد العثماني.

source: UNESCO/ERI

罗得中世纪古城

1309至1523年,耶路撒冷的圣约翰骑士团占领了罗得城,并开始将其建成要塞。这里随后又相继受到土耳其人和意大利人的统治。上城是最美丽的哥特式城市建筑群之一,有大长老宫殿、大医院和骑士街。下城不但有哥特式建筑,也有清真寺、公共浴池及其他土耳其帝国时期的建筑。

source: UNESCO/ERI

Средневековый город в Родосе

Орден Св. Иоанна Иерусалимского владел Родосом с 1309 по 1523 гг. и преобразовал город в мощную крепость. Впоследствии город переходил и под власть турок, и под власть итальянцев. Верхний город, с Дворцом Великого Магистра, Большим Госпиталем и Улицей Рыцарей, является одним из наиболее красивых городских ансамблей готического периода. В Нижнем городе готическая архитектура соседствует с мечетями, общественными банями, и другими зданиями, построенными в период власти Оттоманской империи.

source: UNESCO/ERI

Ciudad medieval de Rodas

La Orden Militar y Hospitalaria de San Juan de Jerusalén ocupó esta ciudad desde 1309 hasta 1523, dedicándose a convertirla en una plaza fuerte. Posteriormente, la ciudad pasó a manos de los turcos y los italianos sucesivamente. El Palacio de los Grandes Maestres, el Gran Hospital y la calle de los Caballeros hacen de la ciudad alta uno de los más hermosos conjuntos urbanos la arquitectura gótica. En la ciudad baja este estilo arquitectónico coexiste el de las mezquitas, baños de vapor públicos y otros edificios que datan del periodo de la dominación otomana.

source: UNESCO/ERI

ロードス島の中世都市

source: NFUAJ

Middeleeuwse stad Rhodos

De Souvereine Militaire Hospitaal Orde van Sint Jan van Jeruzalem, van Rhodos en van Malta bezette Rhodos van 1309 tot 1523. In deze periode transformeerden ze de stad in een bolwerk door de bouw van fortificaties. De stad kwam vervolgens onder Turks en Italiaans bewind. Met het Paleis van de Grote Meesters, het Grote Ziekenhuis en de Straat van de Ridders is de bovenstad een van de mooiste stedelijke ensembles van de gotische periode. In de benedenstad bestaat de gotische architectuur naast moskeeën, openbare baden en andere gebouwen uit de Ottomaanse periode.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Ville médiévale de Rhodes © OUR PLACE
Description longue

Rhodes offre un remarquable exemple d'ensemble architectural illustrant la phase historique au cours de laquelle un ordre militaire hospitalier fondé pendant les croisades chercha à survivre en Méditerranée orientale dans un contexte marqué par une peur obsessionnelle des sièges. Les fortifications de Rhodes, la ville « franque » longtemps considérée comme imprenable, ont exercé une influence importante sur tout le monde méditerranéen à la fin du Moyen Âge.

Avec ses constructions franques et ottomanes, la vieille ville de Rhodes représente un important exemple d'habitat traditionnel, caractérisé par un phénomène stratifié et complexe d'acculturation. Le contact avec les traditions du Dodécanèse modifia le style de l'architecture gothique, tandis que les constructions postérieures à 1523 combinent les solutions vernaculaires résultant de la rencontre de deux mondes avec des éléments décoratifs d'origine ottomane. Toutes les constructions antérieures à 1912, devenues extrêmement vulnérables du fait de l'évolution du milieu, doivent aujourd'hui être protégées, ainsi que les grands monuments religieux, civils ou militaires : églises, monastères, mosquées, palais, forts, portes et remparts.

De 1309 à 1523, Rhodes fut occupée par l'ordre des chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, qui avait perdu son dernier bastion de Palestine, Saint-Jean-d'Acre, en 1291. Ils transformèrent la capitale de l'île en une ville fortifiée capable de soutenir des sièges aussi terribles que ceux menés par le sultan d'Égypte en 1444 et par Mehmet II en 1480. Vestige anachronique des croisades, Rhodes succomba finalement en 1522, au terme d'un siège de six mois mené par Soliman II, dont les troupes se montaient à 100 000 hommes.

La ville médiévale se trouve à l'intérieur d'une muraille longue de 4 km. Elle est divisée selon le style classique occidental, en une ville haute au nord et une ville basse au sud/sud-ouest. Séparée à l'origine par un mur fortifié, la ville haute, ou Collachium, a été entièrement construite par les chevaliers hospitaliers qui étaient devenus, à la suite de la dissolution de l'ordre des Templiers en 1312, l'ordre militaire le plus puissant de toute la chrétienté. L'ordre était organisé selon sept « langues », ayant chacune son propre siège. Les « auberges » d'Italie, de France, d'Espagne et de Provence jalonnent les deux côtés d'un grand axe est/ouest, la célèbre rue des Chevaliers, qui offre l'un des meilleurs exemple d'urbanisme gothique. À l'extrême nord, non loin du premier hospice des chevaliers, se trouve l'auberge d'Auvergne, dont la façade porte les armes de Guy de Blanchefort, qui fut leur grand maître en 1512 et 1513.

Le premier hospice a été remplacé au XVe siècle par un grand hôpital construit entre 1440 et 1489 au sud de la rue des chevaliers ; l'édifice est aujourd'hui occupé par un musée archéologique. Le palais du grand maître et l'église Saint-Jean sont au nord-ouest du Collachium, tandis que l'église Sainte-Marie, que les chevaliers transformèrent en cathédrale au XVe siècle, a été construite à l'extrémité orientale de la rue des Chevaliers, contre la muraille. La densité en monuments de la ville basse est presque aussi importante que celle du Collachium. En 1522, avec une population de 5 000 habitants, elle comptait de nombreuses églises, dont certaines de construction byzantine.

Après 1523, la plupart d'entre elles furent transformées en mosquées, comme celles de Soliman, Kavakli Mestchiti, Demirli Djami, Peial ed Din Djami, Abdul Djelil Djami et Dolapli Mestchiti. Au fil des ans, le nombre de palais et de fondations charitables se multiplia dans la partie sud-est de la zone : le tribunal de commerce, l'archevêché, l'hospice Sainte-Catherine, entre autres. Les remparts de la ville médiévale, partiellement érigés sur les fondations de l'enceinte byzantine, furent constamment entretenus et remodelés entre le XIVe et le XVIe siècle, à l'initiative des grands maîtres Giovanni Battista degli Orsini (1467-1476), Pierre d'Aubusson (1476-1505), Aiméry d'Amboise (1505-1512) et Fabrizio del Carretto (1513-1521). Les derniers éléments installés ont été les postes de tir d'artillerie. Au début du XVIe siècle, dans le secteur de la porte d'Amboise, construite à l'angle nord-ouest de la muraille en 1512, le mur d'enceinte était épais de 12 m avec un parapet haut de 4 m, percé de bouches à feu.

Source : UNESCO/CLT/WHC