English Français

Parc national des Sundarbans

Sundarbans National Park

The Sundarbans covers 10,000 km2 of land and water (more than half of it in India, the rest in Bangladesh) in the Ganges delta. It contains the world's largest area of mangrove forests. A number of rare or endangered species live in the park, including tigers, aquatic mammals, birds and reptiles.

Parc national des Sundarbans

Les Sundarbans couvrent 10 000 km2 de terre et d'eau (dont plus de la moitié en Inde, le reste au Bangladesh) dans le delta du Gange. On y trouve la plus grande région de forêts de mangroves du monde. Plusieurs espèces rares ou menacées vivent dans le parc, dont des tigres, des mammifères aquatiques, des oiseaux et des reptiles.

منتزه سنداربنس الوطني

يغطّي منتزه سنداربنس مساحة 10000 كيلومتر مربع من الأرض والمياه (يوجد أكثر من نصفه في الهند والباقي في بنغلاديش) في دلتا الغانج. وتتوافر في المنتزه أكبر منطقة من الغابات المنغروفية في العالم. وتعيش في هذا المنتزه أجناس عدّة نادرة أو مهددة يُذكر بينها نمور وثدييات مائية وعصافير وزواحف.

source: UNESCO/ERI

孙德尔本斯国家公园

孙德尔本斯位于恒河三角洲,占据10 000平方公里的陆地和水域(其中一半以上地区在印度,其余部分在孟加拉国)。这里有世界上最大的红树林区。公园内生活着许多稀有或濒危动物,其中包括老虎、水生哺乳动物、鸟类和爬行动物。

source: UNESCO/ERI

Национальный парк Сундарбан

Общая площадь района Сундарбан, как называется внешняя часть общей дельты рек Ганг, Брахмапутра и Мегхна, составляет около 1 млн. га. Более половины этих водно-болотных угодий приходится на территорию Индии, а остальные располагаются в Бангладеш. Здесь произрастают самые обширные мангровые заросли в мире. В парке обитает целый ряд редких и исчезающих видов животных, среди которых – бенгальские тигры, а также некоторые водные млекопитающие, птицы и рептилии.

source: UNESCO/ERI

Parque Nacional de los Sundarbans

Situada en el delta del Ganges, la región de los Sundarbans abarca 10.000 km² de tierra y agua. La mitad de esa superficie se halla en el territorio de la India y el resto en Bangladesh. El sitio posee la más vasta extensión de bosques de manglares del mundo y es el hábitat de diversas especies raras o en peligro de extinción: tigres, mamíferos acuáticos, aves y reptiles.

source: UNESCO/ERI

スンダルバンス国立公園

source: NFUAJ

De Sundarbans

Het Sundarbans-mangrovebos is een van de grootste bossen ter wereld met zijn 140.000 hectare. Het bos ligt aan de delta van de rivieren Ganges, Brahmaputra en Meghna, aan de Golf van Bengalen en grenst aan de Sundarbans van India dat apart op de Werelderfgoedlijst is opgenomen. Het gebied wordt doorkruist door een complex netwerk van getijdenwaterwegen, slikken en eilandjes van zouttolerante mangrovebossen. De sundarbans zijn daarmee een goed voorbeeld van een plek waar permanent ecologische processen plaatsvinden. Het gebied staat verder bekend om zijn brede scala aan fauna, waaronder 260 vogelsoorten, de Bengaalse tijger en andere bedreigde soorten zoals de estuariene krokodil en de Indische python.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Les Sundarbans possèdent la plus grande mangrove du monde et l’un des écosystèmes naturels le plus productif sur le plan biologique. Situés à l’embouchure des fleuves Gange et Brahmapoutre entre l’Inde et le Bangladesh, leurs forêts et leurs cours d’eau abritent une grande diversité de faune, notamment des espèces menacées d’extinction. La mangrove offre un habitat à la principale population de tigres au monde, qui se sont adaptés à un mode de vie semi-amphibie, en développant des capacités pour nager sur de longues distances et se nourrir de poissons, de crabes et de varans. Ces tigres sont aussi connus pour être des « mangeurs d’hommes », très probablement parce que les occasions de rencontre entre ces fauves et les populations locales sont plus fréquentes.

Les îles sont également d’une grande importance économique en raison de leur rôle de protection contre les tempêtes, de stabilisation des côtes, de rétention des sédiments et des nutriments, de source de ressources naturelles et de bois, et d’habitat pour une grande variété d’organismes aquatiques, benthiques et terrestres. Elles constituent un excellent exemple des processus écologiques en cours, comme les inondations, les pluies de mousson, la formation d’un delta, l’influence des marées et la colonisation végétale. D’une superficie de 133.010 ha, cette aire est composée à 55 % de forêts et à 45 % de zones humides sous forme de rivières à marée, criques, canaux and vastes estuaires à l’embouchure du fleuve. On estime que près de 66 % de la surface totale de la mangrove se trouvent au Bangladesh, les 34 % restants étant en Inde.

Critère (ix) : Les Sundarbans sont la plus grande mangrove du monde et le seul habitat du tigre. Le territoire terrestre des Sundarbans est constamment modifié, remodelé, façonné par l’action des marées, avec une érosion plus marquée le long des estuaires et l’accumulation de dépôts sur les rives des voies d’eaux estuariennes intérieures due à l’eau de mer qui accélère l’envasement. Zones humides propices à la reproduction d’organismes marins, les Sundarbans, qui jouent aussi un rôle de protection climatique contre les cyclones, sont le lieu d’un processus naturel unique.

Critère (x) : L’écosystème de la mangrove des Sundarbans est considéré comme unique en raison de l’immense richesse de la flore qu’elle contient et de la faune qui y est associée. Avec quelque 78 espèces de mangroves recensées dans la zone, les Sundarbans sont l’une des plus riches forêts de mangrove au monde. Ils revêtent aussi un caractère unique du fait que les mangroves dominantes ne sont pas seulement constituées de massifs de palétuviers concentrés en bordure de criques et de bras morts, mais se développent aussi le long de rivières dans des mares boueuses ou des zones plates et sableuses.

Les Sundarbans abritent une grande richesse d’espèces animales, en particulier la principale population de tigres et plusieurs autres mammifères aquatiques menacés, comme le dauphin de l’Irrawaddy et le dauphin du Gange. Le site contient aussi un nombre exceptionnel de reptiles menacés, comme le cobra royal, et des populations importantes d’espèces endémiques de tortues de rivière que l’on croyait disparues. Le bien sert de zone de ponte pour les tortues de mer, notamment la tortue Olive Ridley, la tortue verte et la tortue imbriquée. On y trouve deux des quatre espèces très primitives de limule (Tachypleus gigas et Carcinoscorpius rotundicauda). Classée Zone importante pour la conservation des oiseaux, la région de Sajnakhali abrite une grande diversité d’oiseaux d’eau et est d’une importance majeure pour les oiseaux migrateurs.

Intégrité

Le bien est situé à l’intérieur d’une zone plus étendue, désignée Réserve de biosphère de l’UNESCO en novembre 2001. Il est bien protégé et en grande partie intact, grâce aux trois sanctuaires de faune qui l’entourent et forment une zone tampon, selon les recommandations formulées en 1987 dans le rapport d’évaluation initial. Cependant, la salinité des Sundarbans en Inde, principalement imputable au déplacement vers l’est de l’embouchure du Ganges, est variable en raison de la diversion en amont de près de 40 % du débit du Gange en saison sèche, diversion dont on ne connaît pas encore précisément les répercussions. Les déversements d’hydrocarbures représentent une menace potentielle extrêmement dommageable, tout particulièrement pour la faune aquatique et les oiseaux de mer, et probablement aussi pour la forêt elle-même, susceptible d’être affectée par les hydrocarbures acheminés par les fortes marées. Entre 1975 et 1982, les tigres ont tué en moyenne 45 personnes par an. Ceci a créé plusieurs conflits avec les populations locales qui utilisent la Réserve de tigres contiguë pour la collecte de miel, le ramassage de bois de chauffage et pour la pêche.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien bénéficie d’une protection juridique adaptée. L’Indian Forest Act de 1927 et ses amendements, le Forest Conservation Act de 1980, le Wildlife Protection Act de 1972 et l’Environment Protection Act de 1986 sont mis en œuvre avec efficacité, en veillant à la stricte application des règles et règlementations en matière de pollution de l’environnement. Les lois en vigueur dans le domaine de la protection et de la conservation du bien sont suffisamment strictes.

Le bien est actuellement en bon état de conservation et des opérations de maintenance sont menées régulièrement, conformément au calendrier d’entretien établi. Un Plan de gestion du bien a été approuvé.

Le Département des forêts fait de son mieux, compte tenu de l’infrastructure existante, mais il est néanmoins nécessaire de maintenir et d’augmenter le niveau de ressources financières et humaines pour pouvoir assurer une gestion efficace du bien. Une approche de l’écosystème qui intègre la gestion des zones protégées existantes avec d’autres activités clés conduites sur le bien, telles que la pêche et le tourisme, doit notamment être adoptée. D’autres moyens de subsistance pour les populations locales doivent être développés afin qu’elles ne soient plus dépendantes de l’écosystème des Sundarbans pour subsister. Il est nécessaire de poursuivre les approches participatives en matière de planification et de gestion du bien en vue de renforcer le soutien et l’engagement des communautés locales et des ONG à la conservation et à la gestion du bien. En outre, les activités de recherche et de suivi requièrent la mise à disposition de ressources adéquates.